Wo Long : Fallen Dynasty

ps5

1
2
10
77
14
5

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 03/03/2023
Genre(s) : Action , RPG
Territoire(s) : FRANCE

929 joueurs possèdent ce jeu
90 trophées au total
0 trophée online
57 trophées cachés
3 DLC's

Platiné par : 544 joueurs (59 %)

100% par : 71 joueurs (8 %)


Note des joueurs :
4.5/5 - 15 notes

Note des platineurs :
4.6/5 - 12 notes

Test rédigé par Magmarex le 21-03-2023 - Modifié le 21-03-2023

Introduction

Image

C'est désormais une (mauvaise) habitude dans le milieu du jeu vidéo à chaque nouveau titre qualifié d'exigeant, voire de Souls-like, qui sort : les joueurs se déchirent à propos de la difficulté. Faut-il obligatoirement un mode facile ? Ou au contraire, faut-il respecter la « vision d'auteur » ? Personnellement, je m'en fiche et vu leur palmarès, les développeurs de chez Team Ninja aussi. Après nous avoir offert les Ninja Gaiden (dont même le mode facile se finissait dans la douleur), les deux Nioh qui se démarquaient par une difficulté parfois frustrante (surtout pour le premier) et Final Fantasy Origin Stranger of Paradise (dont l'équilibrage des DLC est une catastrophe), ils récidivent avec Wo Long : Fallen Dynasty. Un jeu ayant pour cadre la Chine des Trois Royaumes.

Vous rencontrerez donc d'illustres personnages luttant entre eux pour la conquête de la Chine avec en toile de fond un sombre vieillard et ses armées de démons. Si vous êtes habitués des titres du studio, vous ne serez pas dépaysés puisque Team Ninja nous ressort son habituel gloubi-boulga de références historiques, de monstres mythologiques et de scénario à dormir debout. De toute manière, nous sommes là pour le combat et ça Wo Long nous le fait bien savoir dès son tutoriel qui aura fait fuir nombre de joueurs. Et pourtant l'aventure est bien plus accessible que ce que l'on pourrait penser...
Contenu du jeu
Les Trois Royaumes de l'ennui


Votre aventure commence dans un village en flammes. Après avoir vaillamment combattu des hordes de soldats, notre héros se fait embrocher. Fichtre, le jeu vient à peine de débuter que nous essuyons notre première mort. Heureusement, un étrange adolescent aux yeux bandés nous ressuscite, l'occasion d'accéder au générateur de personnages qui s'avère très complet. Une fois votre avatar créé selon vos préférences, vous êtes lâchés dans la première mission sans plus d'explications. Et malheureusement, le scénario ne vous en fournira pas vraiment par la suite. Mis à part quelques cinématiques ponctuées de dialogues d'une banalité affligeante et de guerriers faisant des dérapages à cheval, le jeu se montrera très avare en termes de mise en scène et d'histoire. Si bien qu'après une énième téléportation sur un autre champ de bataille sans véritable contexte, vous finirez par lâcher l'affaire devant la pléthore de personnages introduits au lance-pierre et ce scénario qui n'est finalement qu'un prétexte pour nous faire changer d'environnement après chaque boss.

La fainéantise scénaristique de la Team Ninja sera d'autant plus flagrante si vous avez joué aux Nioh. En effet, Wo Long reprend à la virgule près le pitch de ses prédécesseurs. Seuls quelques termes changent mais la structure est exactement la même. Et contrairement aux titres de From Software, n'espérez pas trouver un univers particulièrement recherché à la narration environnementale travaillée. Tout ici est pensé pour le gameplay qui est le cœur du jeu.


Parade et drapeaux



Avez-vous le sens du timing ? Si oui, Wo Long sera une promenade de santé pour vous puisque toutes les attaques de vos opposants sont contrables en pressant (rond) au bon moment. Une parade réussie mettra votre ennemi à terre vous laissant alors de précieux instants pour lui lâcher un combo dévastateur. Vous remarquerez aussi que certains assauts sont entourés d'une aura rouge. Les subir implique d'énormes dégâts mais réussir à les dévier réduira la jauge d'endurance de votre ennemi à peau de chagrin, rendant la suite de l'affrontement bien plus simple. Et cette jauge d'endurance (appelée jauge d'esprit dans le jeu) revêt une importance capitale. Vos adversaires et vous-même en possédez une sous votre barre de PV. Attaquer ou contrer remplira le côté droit de cette jauge ce qui vous permettra de lancer diverses attaques spéciales. En revanche, prendre des dégâts remplira le côté gauche jusqu'à totalement vous paralyser s'il devient plein. C'est donc un constant jeu d'équilibre entre attaque et défense qui se joue durant les affrontements. Extrêmement plaisant, ce système d'endurance est la grande force du titre. Mais peut-être aussi l'un de ses défauts car une fois maîtrisé, plus rien ne pourra vous arrêter rendant le dernier tiers du jeu trop simple. Un constat exacerbé par le bestiaire très réduit du titre. Après quatre missions, vous aurez croisé l'intégralité des monstres de base et il n'y aura dès lors plus de difficulté à s'en défaire.

En plus de cette gestion de la parade et de l'endurance, le titre vous demandera de gérer votre moral. Indiqué en permanence au-dessus de votre jauge de vie, ce nombre détermine votre prise de contrôle du champ de bataille mais aussi le rapport de force entre vous et vos adversaires. En effet, chaque ennemi possède lui aussi une valeur de moral qui détermine les dégâts infligés et subis. Pour simplifier, si vous avez un moral de 3 et que vous attaquez un boss de moral 20, vous n'infligerez que des piqûres de moustique alors que la moindre pichenette vous tuera. Et ce même si votre niveau est supérieur ! Il vous faudra alors chercher les différents drapeaux disséminés sur la carte pour augmenter votre moral et vous débarrasser des obstacles sur votre chemin. Hisser vos couleurs vous garantira également de conserver une valeur de moral minimum même en cas de décès en boucle. Dans les faits, cette mécanique est très intéressante et permet de moduler la difficulté. Le souci, c'est que les boss sont assez énervés et possèdent des mouvements par moments difficilement lisibles. Résultat, il est quasi obligatoire de vous prendre quelques coups le temps d'assimiler le timing pour les contres. Chose impossible si votre moral est trop bas. On se retrouve donc obligés à explorer de fond en comble chaque niveau pour dénicher les drapeaux, maintenir notre moral élevé et arriver devant le boss avec toutes les chances de notre côté... Un moyen de nous obliger à confronter tous les ennemis et à fouiller chaque niveau, rallongeant de ce fait la durée de vie de manière un peu artificielle.


Bien se préparer, c'est bon pour la santé



En bon héritier des Nioh, Wo Long possède bien évidemment tout un tas de statistiques. Cependant, la Team Ninja a fait un effort pour rendre le tout beaucoup plus abordable qu'à l'accoutumée. Vos caractéristiques sont divisées entre cinq éléments. À chaque montée de niveau, vous choisissez un de ces éléments ce qui fera grimper certaines statistiques. Bien caractérisés, chaque domaine est rattaché à un panel de stats facilement identifiable (feu = attaque, terre = défense...) ce qui rend la progression assez simple. Prenez juste bien garde à choisir des armes se basant sur vos éléments principaux afin de faire le plus de dégâts possibles. Augmenter votre affinité à un élément débloquera aussi de nouveaux sortilèges. Personnellement, je les ai trouvés un peu inutiles jusqu'à ce que je tombe sur un joueur qui a détruit un boss en trois coups... Ne faites pas comme moi et jetez-y un œil !

Concernant l'équipement, c'est un véritable festival du loot. Wo Long vous inonde sous des tonnes d'objets à la mort de chaque ennemi. Toutes les pièces d'équipement existent en plusieurs niveaux de rareté mais deux pièces de même rareté et niveau ne seront pas identiques puisque les compétences associées sont aléatoires. Si vous pouvez tout à fait vous contenter d'équiper les meilleurs pièces possibles, les missions les plus retorses vous demanderont d'avoir un build bien pensé et donc des armes et armures de haut niveau possédant des compétences en adéquation avec votre manière de jouer. Deux options s’offrent alors à vous : farmer pendant des heures ou rendre une visite à la forgeronne du village ce qui vous permettra de vous débarrasser de votre attirail superflu tout en améliorant celui que vous utilisez.


À deux, c'est mieux



Contrairement à un Dark Souls, vous serez rarement seuls pour faire face aux soldats et autres monstruosités voulant votre peau. Vous aurez toujours un ou deux coéquipiers dirigés par l'IA pour vous épauler. Du moins en théorie. Dans les faits, il s'agit plus de sacs de frappe pour détourner l'attention des boss et vous permettre de respirer un peu. Il n'empêche que leur présence simplifie encore plus le jeu. Heureusement, vous avez la possibilité de jouer à 100% en solo ou de remplacer vos compagnons par d'autres personnages, voire par d'autres joueurs. Dans le dernier cas, Wo Long devient un jeu de massacre dans lequel trois joueurs atomisent tout ce qui bouge à l'écran sans difficulté. Amusant le temps d'une mission ou d'un boss particulièrement énervant, invoquer d'autres personnes casse un peu le concept du jeu puisque les attaques ennemies deviennent encore plus compliquées à lire et donc à contrer vu que l'on ne sait jamais qui est visé... Le titre nous encourage toutefois à utiliser des PNJs puisque plus on les utilise, plus on fait monter leur niveau de serment qui, une fois maximisé, débloque l'accès à l'équipement de ce guerrier.
Aspect technique du jeu
Une direction artistique en demi-teinte



Avec la Chine comme cadre, on pourrait s'attendre à des décors nous rappelant l'empire du Milieu : temples de toute beauté, forêts de bambou et autres paysages enchanteurs. Il n'en sera malheureusement rien... La majeure partie des environnements seront malheureusement vite vus, vite oubliés. Entre les sempiternels égouts, les villages en flammes et le château enneigé, rien ne sera véritablement marquant... Pour tout vous dire, j'ai eu du mal à me souvenir de certaines zones ! Et comme un malheur n'arrive jamais seul, la construction des niveaux est assez basique et nombre d'entre eux semblent venir tout droit des Nioh qui ne brillaient déjà pas par leur originalité. Après un Elden Ring irréprochable à ce propos, Wo Long semble malheureusement assez daté sur ce point... Le placement des ennemis est très scolaire, les embuscades se devinent bien à l'avance et une bonne moitié de nos adversaires nous tournent le dos comme pour nous inciter à vite nous débarrasser d'eux via une attaque surprise. Là encore, on sent que la Team Ninja ne voulait pas perdre de temps là-dessus afin de se focaliser sur son système de combat.

Heureusement, la partie sonore a eu le droit à un meilleur traitement. Ayant joué en chinois pour l'immersion, les acteurs s'en donnent à cœur joie pour rendre les dialogues les plus agréables possible. Par contre, faire parler les personnages en permanence pendant les combats, ce n'était clairement pas une bonne idée... Côté musiques, on retrouve Kenichiro Suehiro dont c'est la première contribution au monde vidéoludique. Et pour une première, c'est très réussi. Les musiques d'ambiance collent parfaitement aux phases d'exploration alors que les thèmes de combats sont épiques à souhait. Chaque boss bénéficie d'un morceau d'excellente qualité et c'est presque dommage que les effets sonores couvrent un peu trop la bande son. Aucun problème pour les sous-titres et la traduction française en revanche.


Une technique passable



En plus de ne pas être visuellement très intéressant, Wo Long souffre d'une technique un peu vieillotte. Le jeu est propre mais si l'on s'arrête sur certaines textures, nous sommes loin d'avoir un jeu utilisant pleinement les capacités de la PS5. À cela s'ajoutent quelques bugs de collision (modèles coincés dans le décor, voire passage sous la map suite à certaines attaques) qui viennent noircir un peu plus le tableau. Rien à dire sur le framerate en revanche qui reste constant en permanence.

J'aimerai aborder un dernier point : la lisibilité. Pour un jeu misant 100% de son gameplay sur le contre, il faut que chaque attaque soit parfaitement lisible et compréhensible pour le joueur sous peine de créer une forme d'injustice suite à une attaque subie. Malheureusement, Wo Long est loin d'être exemplaire à ce niveau et de très nombreux ennemis adorent vous attaquer en dehors de l'écran ou enrober leurs assauts sous des tonnes d'effets spéciaux, si bien que l'on ne peut tout simplement rien faire. Je prendrai en exemple l'un des derniers boss du jeu qui nous bombarde depuis le ciel et remplit l'écran d'explosions, rendant les contres totalement aléatoires... Dommage.
Plaisir à jouer et à rejouer
Je suis assez mitigé sur mon expérience. D'un côté, j'ai vraiment accroché au système de combat tout en parades et en nervosité. La gestion de l'endurance et la diversité des armes et compétences mises à notre disposition sont clairement les points forts du titre. En ressort des combats très gratifiants et jouissifs. Du moins au début. Car une fois les patterns de la dizaine d'ennemis que compte le jeu assimilés, on passe en pilote automatique. On répète donc les mêmes actions en boucle, tout en activant les drapeaux le plus vite possible afin d'accéder à la seule partie véritablement intéressante des niveaux : les boss. Sauf que là encore, c'est la douche froide car la plupart d'entre eux ne vous demanderont qu'un ou deux essais avant de mettre un genou à terre. En cause : un contre beaucoup trop puissant et un moral qui, s'il est trop élevé, nous transforme en machine de guerre. À côté de ça, l'impression de jouer à un best-of des jeux Team Ninja est très présente. Entre les niveaux déjà vus/joués, les ennemis aux designs à peine modifiés et le fonctionnement de certaines mécaniques comme l'animal totem (un esprit à invoquer une fois une jauge pleine afin de lancer une grosse attaque spéciale), c'est bien simple, j'avais l'impression d'avoir déjà fait ce jeu. Pas assez marquant dans son esthétique, trop contraignant dans ses mécaniques (vous êtes obligés d'utiliser les drapeaux et le contre), Wo Long est le genre de jeu que l'on qualifie de « sympa sans plus ». Parfait si vous êtes en manque d'action mais tenant difficilement la comparaison face aux ténors du genre notamment Sekiro qui propose une expérience similaire mais bien plus maîtrisée à tous les niveaux. On s'y amuse, on y passe pas un mauvais moment mais de là à le recommander... Un jeu vite joué, vite oublié en somme.

Cet avis est toutefois à nuancer. Si vous n'avez pas l'habitude de ce genre de jeux, alors les ficelles vous paraîtront beaucoup moins grosses et vous aurez le plaisir de découvrir les niveaux ainsi que le système de combat. Probablement le titre le plus accessible de la Team Ninja à ce jour, Wo Long : Fallen Dynasty est une excellente porte d'entrée dans le monde des Action-RPG exigeants. Passé son tutoriel mal fichu et passablement compliqué, c'est une aventure d'une vingtaine d'heures qui s'offrira alors à vous. Et même si vous risquez de pester à certains moments, l'expérience devrait valoir le coup. En tout cas suffisamment pour avoir envie d'autres jeux du même style !
Chasse aux trophées
Wo Long : Fallen Dynasty vous propose de débloquer 51 trophées. Et là encore, ce ne sera pas trop dur. 17 d'entre eux sont relatifs à l'histoire et tomberont naturellement au cours de votre partie. De la même manière, nombre de trophées vous demandant de faire des choses essentielles se débloqueront tout seuls comme ceux liés à la forge ou à la montée de niveau.

Heureusement d'autres vous résisteront un peu plus en vous demandant de fouiller les moindres recoins des missions principales et annexes afin de trouver tous les Shitieshou (des sortes de petits koalas/pandas trop mignons qui remplacent les Kodama de Nioh), toutes les carapaces de cigale dorée et hisser tous les drapeaux. En accomplissant cela, vous obtiendrez la quasi-totalité des trophées du jeu et seuls quatre d'entre eux pourront alors peut-être encore manquer à votre besace puisqu'ils demandent de réaliser des actions spécifiques au cours de certains niveaux. (Bronze) Étoile montante notamment qui vous oblige à affronter un dragon que le jeu nous encourage pourtant fortement à fuir. Heureusement quelques boules de feu dans les fesses vous permettront d'obtenir le précieux assez rapidement.

Dans l'ensemble, la liste de Wo Long est plutôt bien pensée. Elle vous oblige à finir le jeu (16 missions), utiliser tout ce qui est à votre disposition au moins une fois et à accomplir la totalité des missions annexes (au nombre de 30). Elle a en plus le bon goût de ne pas avoir de breloques liées au online. Je suis en revanche très étonné qu'il ne nous soit pas imposé d'au moins essayer de finir une mission en difficulté « Dragon ascendant », le new game +. De même, pas besoin de récupérer un équipement 5 étoiles propre à cette difficulté, si bien que rien ne nous pousse vraiment à tenter ce mode ou chaque boss a systématiquement un moral boosté aux hormones rendant chaque affrontement fastidieux et punitif... Non, en fait c'est une très bonne chose d'avoir ignoré ce mode pour les trophées !
Conclusion
Wo Long : Fallen Dynasty est un jeu qui possède de très bons arguments mais souffrant de défauts difficilement excusables en 2023. Si son système de jeu extrêmement plaisant saura vous contenter les premières heures, le level-design daté, l'histoire prétexte et une technique un peu faiblarde risquent de vous lasser au bout d'un moment... Le titre n'en reste pas moins un jeu parfait pour s'initier aux Action-RPG exigeants et autres Souls-like !
J'ai aimé
  • Un système de combat efficace et addictif
  • Des efforts en termes d'accessibilité
  • Certains combats de boss
Je n'ai pas aimé
  • Une direction artistique et une histoire ennuyeuse
  • Le level-design inintéressant
  • Certains combats de boss...
14
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux habitués des 100%, Aux curieux

Magmarex (Magmarex)

41
332
1227
5773