Stellaris : Console Edition

Stellaris : Console Edition

ps4

1
11
20
42
16
6

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 26/02/2019
Genre(s) : Simulation, Stratégie
Territoire(s) : FRANCE

67 joueurs possèdent ce jeu
74 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché
7 DLC's

Platiné par : 2 joueurs (3 %)

100% par : 0 joueur (0 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par Cromwell-D le 06-07-2020 - Modifié le 06-07-2020

Introduction

Stellaris Console Editions est un jeu du type "4X" développé par Paradox et sorti initialement sur PC en 2016. Ce jeu bénéficie en février 2019 d'une version numérique sur console, et depuis juin 2020 une version physique console. Jeu de stratégie en temps réel, vous incarnez un empire que vous pouvez créer et paramétrer à votre guise, de son apparence jusqu’à son éthique politique. Vous serez alors confrontés à d'autres empires plus ou moins agressifs selon leur éthique. Comme dans tous 4X, vous connaîtrez vos phases d'exploration, d'exploitation, d'expansion, et d'extermination, au gré de vos ennemies et avec vos alliés.

Le jeu en version physique est livré avec son Pass d’extension 1, contenant 2 DLC et 1 pack de race extraterrestre. Il est important de savoir que ce jeu dispose de nombreux DLC (avec leur lots de trophées). Sur les 7 existants, seulement 5 sont disponibles à l’heure de l’écriture de ce test.

Contenu du jeu

Image

Stellaris est un 4X, son gameplay se base sur l’exploration, la découverte de systèmes spatiaux, leur colonisation et exploitation. Cela nécessitant parfois d'affronter des empires ayant des intérêts opposés aux vôtres.

De nombreuses façons de jouer sont disponibles. Tout d’abord, il est possible de créer un empire à votre image, vous y choisirez vos politiques, pouvant être autoritaire, égalitaire, pacifique ou militaire, matérialiste ou encore spirituelle, ainsi que vos modes de règne : république, monarchie, culte impérial... Selon vos choix, vous pourrez ou non bombarder des mondes, déporter des aliens, fonder une fédération… le choix est vôtre. Cet empire progressera sur une carte galactique allant de 200 à 600 systèmes solaires ,générés de façon procédurale, ayant chacun leurs étoiles et zones d’intérêts.

Il n'y a pas de mode histoire, ici les parties d'une vingtaine d'heures s'enchaînent. L’exploration de base se fait via la carte galactique, en suivant des « hyperlignes ». Chaque système devant être exploré par vos vaisseaux scientifiques afin d’être exploité... à la condition que ceux-ci ne contiennent pas de formes de vie hostiles. Dans le cas d’un système protégé par une vie alien, vous pouvez très bien faire intervenir votre armée afin de vous débarrasser de cette gêne. Les combats se font de façon automatique, votre flotte contre la flotte ennemie : les vaisseaux emploient les canons et autres armes que vous aurez installées sur eux lors de leur conception (un outil dédié à la conception de vaisseaux est disponible, permettant de choisir l'aspect et l'arme de chaque section du vaisseau).
Les combats ne sont pas aléatoires, les flottes ont un indice de puissance, celui ayant le plus élevé l'emportera presque certainement. Chaque arme est améliorable avec des recherches appropriées, augmentant ainsi l'indice de force de la flotte.
Vous pouvez aussi choisir de les garder, afin de créer une « barrière artificielle » au développement d’un empire voisin et l’empêcher de se développer jusqu'à vos frontières.

Tous ces choix s'inscrivent dans une planification stratégique globale voulue par les développeurs et nécessaire à la victoire du joueur. Lors de la victoire, un écran de résultats s'affiche, montrant votre progression et expliquant comment vous avez gagné (domination militaire, économique etc).

En parallèle de votre exploration, la recherche sera primordiale. Celle-ci se décompose en 3 types : physique, sciences sociales et ingénierie. Chacun permettant de nouvelles façons de jouer. Vous pourrez ainsi construire des mégastructures, des stations spatiales plus avancées, voyager dans les trous de ver, créer des planètes prisons etc.

Le contenu de base du jeu est énorme, de très nombreuse recherches existent, donnant alors une bonne rejouabilité. Le nombre infini d'empires possibles à créer et à jouer, ainsi que la possibilité de rencontrer des empires aléatoires ou bien ceux créer par vos soins augmentent encore ici la durée de jeu. De plus, il est possible que de nouveaux empires se fondent au cours d'une partie, en lien avec une société primitive découvrant le voyage spatiale en cours de partie, ou encore un monde (le votre ou celui d'un ennemi) se rebellant contre son gouvernement et demandant l’indépendance. C’est sans compte sur les DLC, qui apportent de nouveaux arbres de recherches et compétences, ou encore de nouvelles mégastructures à construire.

Enfin, un mode multijoueur, jusqu’à 4 joueurs, contre 8 I.A. maximum, est disponible. La façon de jouer est ici encore une fois libre, vous pouvez vous allier avec les joueurs comme vous faire la guerre, le jeu est très libre sur votre façon de jouer. Ce mode n'est pas accompagné de trophées lui étant dédié.
Note : 4/5

Aspect technique du jeu

Image

Côté technique, Stellaris Console Edition fait presque un sans-faute. Tout d’abord, les graphismes sont somptueux, présentant l’immensité de l’espace d’une bien belle façon : chaque type d’étoiles, chaque type de systèmes est bien distinct, la palme allant pour les systèmes ayant un trou noir. Les vaisseaux sont eux aussi bien réalisés, en fonction de l’espèce de l’empire les vaisseaux seront plus ou moins lumineux, plus ou moins « futuristes » (comme pour les races aviaires par exemple) ou au contraire « rétro » (pour les races mammaliennes). L’ampleur et la beauté des vaisseaux se fait le plus ressentir lors de la présence de flottes conséquentes ayant de nombreux types de vaisseaux, allant de la simple corvette au massif colosse. Le zoom de jeu ne permet pas cependant d'aller jusqu'au détail du contenu de la planète : celui ci s’arrête au niveau de la surface de la planète, tel une photo de la NASA de notre planète bleue.

La bande-son, elle, sait se faire discrète et pourtant bien présente. Celle-ci vous accompagnera pendant de très nombreuses heures de jeu, et ce d’une très bonne manière. Tantôt calme, tantôt plus rythmée, elle se démarque par un mélange futuriste et classique, avec des envolées faisant penser aux orgues, donnant dès lors un aspect presque religieux à l’exploration spatiale.

Mais malgré ces qualités évidentes, le jeu souffre de quelques défauts, pouvant devenir importants sur une fin de partie. Tout d’abord, la prise en main est complexe. Étant un jeu de stratégie PC originellement, il est alors difficile de prendre en main le jeu dans les premières heures, mais ceci finit s’estomper avec le temps. Cependant le jeu dispose de temps de chargement parfois longs, au démarrage de la partie. Enfin, le problème majeur vient lorsque la carte de jeu commence à être entièrement exploitée, par vous ou les I.A. La console prenant alors en compte les déplacements de chaque flotte, parfois massives, faisant dès lors ralentir le jeu, et ce même en ayant le jeu accéléré en x 3. À titre d'exemple, un « mois » de début de partie en x 3 dure environ 30 secondes, contre environ 50 secondes en fin de grosse partie. Le jeu étant très chronophage, la différence finit par se faire sentir.
Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Image

Stellaris est un jeu de stratégie en temps réel, et dans cette catégorie de jeu, il est très bon. En effet même si le jeu est finissable en 1 partie en gérant extrêmement bien ses actions en vue du platine, vous vous retrouverez sans le voir venir à recréer une nouvelle partie pour jouer autrement afin de découvrir des éthiques ou des modes électoraux inédits. Jusqu’à découvrir des façons de jouer meilleures que les précédentes, et ainsi de suite.

La création de la carte galactique étant procédurale, en suivant un modèle choisi en début de partie (anneaux, elliptique, galaxie à branches etc.), le positionnement des empires et ressources sera aléatoire faisant de chaque partie une partie unique, bien différente de ce qu'aurai un autre joueur pour les mêmes paramétrages ! De plus, des crises peuvent se produire en jeu, comme les révélions de planètes, mais surtout l'invasion de races extraterrestres destructrices, comme les prethoryn scourges, lié à (Or) "Reine". Ces crises de fin de partie, majeures, sont elles aussi choisies aléatoirement dans une liste de 3 possibilités pour le jeu de base (prethoryn scourges, invasion d'êtres spectraux, soulèvement des machines).

Les DLC apportent en plus un contenu important, et les prochains à venir donnant accès à de nouvelles zones et boss, ainsi qu’une refonte du système de fédérations, qui ne promet que du bon et de nouvelles parties ! Les DLC actuels apportent ainsi de nouveaux monstres comme les léviathans, d'immenses créatures pouvant être fixées à un système, ou pouvant parcourir la galaxie en détruisant tout sur leur passage, ou bien encore de nouvelles crises de fin de jeu, comme une invasion d'un monstre astral différent de celle du jeu de base, bien plus dangereux et destructeur.

Le multijoueur est en revanche sympathique mais anecdotique, à jouer si vous connaissez d'autres joueurs, avec un bon tchat vocal.

Ainsi, pour un fan de jeu de stratégie, comme les jeux Total War ou Europa Universalis, ce jeu est fait pour vous, vous y retrouvez un coté addictif fort vous poussant à jouer et à rejouer ! Un néophyte peut tout à fait y jouer et s'y accrocher, à condition de pousser le jeu au delà de la première colonisation.
Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Image

Pour finir, il est temps d’aborder le plaisir lié à la réalisation du platine. La liste des trophées est assez simple à réaliser et suit une grande logique de développement, celle-ci demandant d’employer la grande majorité des possibilités offertes par le jeu et nécessaires à votre victoire. Allant de la simple colonisation d’une planète jusqu’à la terraformation ou la pacification de la galaxie, les trophées peuvent être tous fait sur une seul partie, nécessitant alors une très grande préparation avec des changements d’éthiques en cours de partie, ou choisir la facilité, en faisant environ 3 parties, dont au moins une gagnante.

D'autres trophées, comme (Or) "Ce qui a été sera" nécessitant la réalisation d’une quête s’étalant sur l’ensemble d’une partie, et livrant une histoire passionnante à suivre et à découvrir, sont disponibles afin d'établir une "mini" histoire, au sein de cette espace généré aléatoirement et aux rencontres aliens également aléatoires.

Dans les deux cas, le plaisir à réaliser les trophées est bien présent, il n’y a pas de trophée posant problème (bug, actions folles etc.…). Le seul trophée pouvant se montrer ennuyant, surtout pour ceux voulant platiner en une seule partie, est le trophée (Or) "Pacificateur", nécessitant d’imposer la paix pendant 200 ans. Enfin, petit bémol sur la description des trophées, qui ne sont parfois pas tout à fait en accord avec la tache demandée, comme (Or) "Pacificateur", (Or) "Temps éclairés" pour ne citer qu’eux.
Note : 4/5

Conclusion

Si l’on devait décrire Stellaris Console Edition, je dirais qu’il s’agit d’un très bon jeu de stratégie sur PS4, un bon portage ayant une bonne liste de trophée. Contrairement à beaucoup de jeux, c’est ici un jeu sur lequel il est fort probable que l’on revienne dessus après l’obtention du platine, tant le jeu peut se montrer addictif.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
16
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, Aux spécialistes du genre

Cromwell-D (CromwellDarconn)

62
288
758
2094