Test : J-Stars Victory VS +


J-Stars Victory VS +
  • 1
  • 2
  • 7
  • 40
Note des joueurs :
4/5 - 76 notes
Note des platineurs :
3.9/5 - 36 notes

J-Stars Victory VS +

ps4
ps3
vita


50 trophées au total
4 trophées online
7 trophées cachés

3048 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 728 joueurs (24 %)
100% par : 728 joueurs (24 %)
Note du jeu
12/20
Discuter du test

Test du jeu
J-Stars Victory VS +

  • Test rédigé par DarkCid le 22-07-2015 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


À l'aventure compagnons, je suis parti vers l'horizon !
Sorti une première fois au Japon en 2014, J-Stars Victory Vs + (qui n'a de + que le nom, mais nous y reviendrons) est développé par Spike Chunsoft (qui nous ont fourni les excellents Danganronpa et Danganronpa 2) et édité par Bandai Namco. Comme son nom l'indique, le jeu est un énorme cross-over réunissant les stars du magazine japonais Jump dans lequel un grand nombre de mangas sont régulièrement publiés.

Jeu de combat en arène, le titre met en avant les séries suivantes (par ordre alphabétique) : Assassination Classroom, Beelzebub, Bleach, Bobobo-bo Bo-bobo, Chinyûki, D.Gray-man, Dr Slump, Dragon Ball Z, Hokuto no Ken, Gintama, Haikyû!!, Hell Teacher Nûbê, Hunter x Hunter, JoJo's Bizarre Adventure, Kenshin le Vagabond, Kuroko's Basket, Médaka Box, Naruto: Shippuden, Neuro, le Mange-Mystères, Nisekoi, One Piece, Reborn!, Saiki Kusuo no Psi Nan, Saint Seiya, Sakigake!! Otokojuku, Sket Dance, Such a Luckyman!, This is Kameari Park Police Station, Katsushika Ward, To Love-Ru, Toriko, Turlututu ! Souffle le Jaguar et enfin YuYu Hakusho .

Chaque série propose bien sûr le personnage principal mais aussi pour les plus populaires un certains nombres de personnages secondaires, voire très secondaires (si je vous demande de choisir trois personnages dans Bleach, vous prendriez Rukia vous ?). Tous les personnages ne sont pas jouables directement, comme de nombreux PNJs du mode Aventure venant de toutes ces séries (comme Tortue Géniale de Dragon Ball, Nami de One Piece ou encore Saori/Athéna de Saint Seiya), mais cela donne un casting assez important. Mais comme dirait ma grand-mère : "c'est pas parce que tu y mets plein de fruits différents que ça te donnera une bonne tarte". La recette prend-elle aujourd'hui ? C'est ce que nous allons voir.

Contenu du jeu


20 ans plus tard, il l'a ramène encore avec son titre de Prince...
Un casting en demi-teinte

Jeu de combat oblige, avant d'évoquer les différents mode de jeu, il est important de parler casting. Comme évoqué en introduction de ce test, le jeu va piocher dans 33 séries du magazine japonais Jump afin de nous proposer un total de 39 personnages jouables directement en combat et 13 uniquement disponibles en tant que soutien. Qu'est-ce qu'un soutien me direz-vous ? Eh bien c'est très simple : le système de combat vous place dans une arène (au nombre de 12) et oppose deux équipes de 3 (sauf exception). Sur les 3 membres d'une équipe, deux se battent directement (dont l'un étant contrôlé par vous évidemment) et le dernier est appelé par vous ou votre équipier pour faire une attaque spéciale disponible au bout d'un certain temps (30 secondes en moyenne), sachant que tous les combattants peuvent aussi devenir des soutiens quand vous construisez votre équipe.

Je ne vais pas vous faire un listing complet de tous les héros du jeu, cela deviendrait vite illisible, surtout quand on ne connait pas tout, mais on pourra cependant émettre quelques critiques sur certains choix, en particulier sur les séries phares. One Piece par exemple fait l'impasse sur le célèbre bretteur qu'est Zoro (qui n'est même pas présent en tant que PNJ contrairement à Usopp ou Chopper) et préfère nous offrir Hancock, sans doute pour respecter un quota de boobs jolies femmes. Même constat pour Bleach qui ne devait visiblement pas avoir assez de personnages plus charismatiques et diablement plus badass que Rukia. Les fautes de casting sont nombreuses, mais allez, une petite dernière pour la route : il n'y a pas assez de combattants dans Saint Seiya ? Non parce que je ne demandais pas personnellement à ce que tous les chevaliers d'Athéna soient présents, mais je suis sûr qu'il devait bien y avoir une place ou deux pour tenir compagnie à Seiya qui du coup se trouve bien seul.

Du combat, du combat et pour le dessert, du combat !

J-Stars Victory Vs + vous propose de vous battre au sein de 5 modes différents : le mode Aventure, les Routes de la Victoire, le mode Arcade, le mode Combat Libre et le mode Online. Et dès que l'on fait cette petite liste, on ne peut que se sentir obligé de remarquer un absent : le mode Entraînement. Inventé il y a déjà de très longue années, il est étonnant de voir un jeu de combat sans ce mode. Il y a bien un tutoriel dans le mode Aventure, mais celui-ci ne permet pas de tester librement les mouvements de tous les combattants. Un bien vilain défaut qui aurait pu être aisément évité.

Parlons donc du mode Aventure à présent, le plus intéressant et le plus complet des cinq. Vous avez le choix dès le départ entre quatre chapitres pour cette aventure qui se résume de la sorte : faire ce mode avec Luffy, Naruto, Ichigo ou Toriko. Vous serez vite rejoints par deux compagnons (variant d'un chapitre à l'autre) et vous parcourrez en bateau le monde de Jump. C'est donc sur plusieurs cartes (la carte principale, la dimension noire, le ciel et l'espace) que vous chercherez des adversaires soit via des quêtes annexes, soit via les quêtes principales voire simplement en croisant d'autres navires. Au fur et à mesure de votre avancée, vous gagnerez en expérience, vous rencontrerez de nouveaux alliés et vous ferez évoluer votre bateau, ou plutôt votre vaisseau vu qu'il finira par vous envoyer dans l'espace. Niveau histoire, y a pas grand chose à en dire tellement elle est quasi inexistante : un tournoi et un envahisseur de l'espace à repousser. Et ? Ben c'est tout en fait. Mais ne vous y trompez pas, ce mode est très intéressant la première fois quand on connait un minimum de séries. L'intérêt pour ce mode est d'ailleurs le même que pour le jeu : proportionnel au nombre de manga que vous connaissez. Le côté fan-service étant constamment au rendez-vous en vous faisant visiter des lieux bien connus comme Konoha, la tour Karine, le temple d'Athéna, le Potager Céleste et bien d'autres.

Les autres modes de jeu en revanche peinent à trouver de l'intérêt. Les Routes de la Victoire ne sont qu'une succession de combats sans particularité. Certains d'entre eux vous offrent des objectifs bonus comme faire cinq provocations, ou finir par une super attaque. Mais la récompense est tellement anecdotique que seuls les plus "complétionnistes" s'y attarderont (et je ne parle même pas de trophées ici, les objectifs étant ignorés par ceux-ci). Le mode Arcade est lui aussi une simple succession de combats avec un chrono histoire de titiller votre côté scoreur. Le mode Combat Libre est juste un mode casual : vous choisissez les combattants des deux équipes, l'arène et c'est parti pour un combat en solo ou à deux joueurs. Enfin, le mode Online n'est finalement rien d'autre que le combat Libre, sauf que vous affrontez de vrais joueurs.

Bref, une fois le mode Aventure bouclé, le jeu perd de son intérêt à vitesse grand V tant les combats ont un aspect répétitif. Car oui, les combats ne varient jamais. C'est toujours le même principe, seuls changent le nombre de kills à faire pour gagner et le nombre de participants, à savoir six maximum, répartis équitablement ou non entre les deux équipes.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Ça va cogner !
Un jeu old-gen

Sorti à la fois sur PS3, PS VITA et PS4, il ne faut pas longtemps pour comprendre sur quelle console le titre a été développé. Si vous possédez le jeu sur PS3 ou VITA, alors rassurez-vous, vous n'aurez pas à subir l'effet downgrade tant le titre est manifestement fait pour l'ancienne génération de console. Du coup, sur PS4, le titre peine à se justifier, à l'instar d'un remaster fait à la va-vite pour boucher un trou dans le planning d'un éditeur.

Niveau bande-son, le constat est pire. Une bonne partie des séries représentées dans le jeu ont leur série animée attitrée. Et donc des musiques bien à elles forcément. Mais le jeu ne dispose d'aucune piste provenant de ces séries. On ne demandait pas forcément quelque chose pour chaque personnage (quoique), mais ne serait-ce que pour les différentes arènes. Au lieu de ça, le jeu nous propose des musiques inédites (et râler parce qu'on a de l'inédit, c'est quand même dommage) qui n'ont rien d'extraordinaire. Pas énervantes, pas stimulantes, pas mémorables. C'est assez bien résumé à ce niveau. Les fans préféreront sans doute utiliser le juke-box pour avoir leurs musiques... s'ils comprennent son fonctionnement, parce que moi c'est pas le cas.

Bien que cela ne soit pas propre à la génération précédente de console, un mauvais point est à donner à l'ergonomie des menus. La navigation est très lourde et vraiment pas très intuitive. On se retrouve assez souvent à revenir en arrière après avoir fait des changements d'équipe par exemple mais sans que ces changements ne soient appliqués, tout ça parce qu'on a pas appuyer sur le bon bouton (à savoir le bouton OPTIONS sur PS4, vous n'avez rien trouvé de mieux pour valider un changement ?).

Des combats simplistes

Le système de combat ne brille guère non plus. S'il est aisé à prendre en main, c'est bien à cause de sa simplicité. En résumé : coup fort, coup faible, parade, saut, ruade, brise-garde, attaque de zone, attaque de mêlée en équipe, attaque spéciale et attaque finale. Sachant que les combinaisons entre ces différentes options ne sont pas légions, le joueur aura tôt fait de répéter les meilleures attaques de son personnage ou plus simplement, de marteler le coup standard. Au final, on s'en sort très bien avec juste les déplacements, le coup simple et la parade, alors pourquoi s'embêter ? Surtout que l'absence du mode entraînement ne permet pas de tester les combinaisons efficacement.

En plein combat, vous allez vite tomber sur deux des plus gros défauts du système. Tout d'abord, il s'agit des combats que je qualifierais de "tour par tour". C'est-à-dire que si vous avez commencé à vous faire enchaîner, vous pouvez poser la manette et attendre votre tour car vous n'avez pas de contre-mesure. Si vous n'êtes pas en garde au moment de recevoir un coup, c'est fini, il n'y a plus rien à faire si ce n'est appeler votre soutien (s'il est disponible). Mais bon, il y a bien d'autres jeux comme cela après tout, là il s'agit juste de mon opinion, je préfère quand on a moyen de briser les combos adverses pendant un enchaînement. Mais le deuxième point noir en revanche est plus inquiétant. Une fois qu'un personnage a fini de s'en prendre plein la tronche, il tombe à terre (normal), se relève (normal), devient invincible (norm... attendez, quoi ?) et ce pendant 5 secondes (QUOI ?!!!) ce qui représente une éternité dans un jeu de combat. Surtout que pendant ce temps, monsieur invincible peut tout à fait s'en donner à cœur-joie.

L'aspect le plus intéressant du système de combat, c'est finalement le jeu d'équipe. Comme évoqué plus haut, vous vous battez généralement à 2 contre 2 (sans compter l'éventuel personnage de soutien). Du coup, il y a moyen de faire un vrai travail d'équipe en maintenant son attention sur un ennemi par exemple... sauf que ceci n'est valable qu'avec des joueurs humains. Car si l'IA adverse sait se montrer efficace pour vous enchaîner à haut niveau, votre allié en revanche est loin d'être une flèche. Contre un adversaire retors, ne comptez par sur lui pour faire un kill et surveillez plutôt sa propre jauge de santé. Enfin ça, c'est si votre allié parvient à rejoindre son adversaire sans être bloqué contre un mur... No comment.

Mais que votre allié sois humain ou non, le système de combat en équipe contient plusieurs points assez discutables. Comme je vous l'ai dit, vous avez droit à un soutien, que vous pouvez invoquer toutes les 30 secondes environ. Par exemple, vous pouvez appeler Seiya afin qu'il balance ses météores à votre adversaire. Sauf que votre allié aussi peut l'appeler au secours. Et s'il le fait, vous devrez attendre 30 secondes pour en profiter à votre tour. Vous suivez ? Le support est commun à l'équipe, donc si votre allié a tendance à utiliser cette option dès que possible, vous ne la verrez jamais en action. Et cela marche aussi pour l'attaque finale. Tout d'abord, vous devez entrer en mode Burst. Première difficulté, le timing pour y entrer est limité. Et parfois, votre allié ne rentre pas en mode Burst... et donc vous non plus. Et dans ces cas-là, vos adversaires peuvent en profiter pour renverser la vapeur et entrer à votre place en mode Burst. Mouais... Bon une fois en mode Burst (suite à une animation qui devient très vite lourdingue), vous avez grosso-modo deux attaques finales si vous vous dépêchez. Mais là encore, ces deux attaques sont communes, donc avec un joueur (IA ou humain encore une fois) qui a la gâchette facile (enfin le stick en l'occurrence), là encore vous ne pourrez pas disposer de cette attaque assez efficace selon le personnage. Ce dernier point est très important, à ce niveau tous les combattants ne se valent pas, loin de là. Ichigo par exemple, si son attaque touche l'adversaire, c'est la mort assurée pour ce dernier qui peut néanmoins parer ou esquiver (c'est juste mais faisable). Bon, c'est pas cool de voir sa meilleure attaque qui donne rien, mais à la rigueur OK. Sauf que Ichigo lui va perdre automatiquement une vie suite à cette attaque. C'est certes logique par rapport au manga Bleach, mais quand même : dans le meilleur des cas, on s’entre-tue, dans le pire on se suicide ?! Bon OK Ichigo est un cas à part, mais quand même, les attaques finales peuvent être si facilement ratées que l'on se demande bien souvent si cela en vaut vraiment la peine.

Bon, je sais que j'ai tendance à surtout parler des points négatifs dans mes tests (bon faut dire que c'est plus marrant, niak niak), mais les combats sont loin d'être immondes. Ceux-ci sont assez dynamiques (selon les arènes mais on y reviendra dans la prochaine section) et même assez jouissifs par moment et encore une fois, selon le personnage choisi. Certains offrent de meilleurs sensations de puissance que d'autres (et je ne parle pas forcément des Saiyens) et l'on prend assez vite plaisir à défoncer l'adversaire.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Les gars ? Vous êtes où ?
Du fan-service à gogo...

Je pense que vous aurez vite compris où se trouve le plaisir du jeu : son casting. Ce n'est quand même pas tous les jours que les plus grandes vedettes issues du magazine Jump peuvent se foutre sur la gueule avec autant de plaisir. Vous et votre pote n'arrêtez pas de vous disputer pour savoir qui de Naruto ou Luffy est le plus fort ? Réglez ça à coup de poings virtuels. Pouvoir contrôler les héros de son enfance pour en affronter d'autres est vraiment très plaisant. Bien sûr, le plaisir est proportionnel au nombre de séries que vous connaissez. Si vous ne jurez que par DBZ, passez votre chemin.

Malheureusement, passé les première heures, le plaisir finit par vite retomber...

... mais un monde bien triste

En effet, votre plus redoutable adversaire ne sera pas Freezer ou Raoh, mais bien l'ennui dû à une répétitivité assez élevée. En fait, si vous avez déjà eu l'occasion d'en faire, ce jeu produit le même effet à long terme qu'un jeu de type Muso (Dynasty Warriors et autres spin-off). Vous faites toujours la même chose, des centaines de fois. Et vu que le nombre de combattants est limité, vous apprenez très vite les forces et faiblesses de chacun.

Mais un autre ennemi se cache dans le jeu, et son nom est "décor" ! Les différentes arènes, à l'image des combattants, sont loin d'être toutes au même niveau. La plupart sont loin d'être agréables tant les obstacles sont nombreux et rarement prompts à se briser rapidement. En tête de liste, je mets mes plus mauvais points à la Soul Society de Bleach (entre l'arène et Ichigo, on ne peut pas dire que les fans du manga soient comblés) qui est bien trop étroite pour s'y battre correctement et ensuite à Namek où les différences de niveau sont vraiment agaçantes, en particulier la partie sous-marine qui est une vrai plaie.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Il était un petit navire qui volait au-dessus de l'eau...
Des trophées très accessibles...

C'est toujours une petite inquiétude avec les jeux de combats : peut-on obtenir tous les trophées sans être un superplayer ? Heureusement, J-Stars Victory Vs + est définitivement un titre très accessible car ne demandant au final que très peu de skill de votre part. La partie Online ne vous demande que de gagner une fois (ce qui finit par arriver sur les 20 combats nécessaires) et peut être esquivée via le matchmaking d'ami.

Une bonne partie des trophées concerne le mode Aventure et se font assez naturellement comme faire un certain nombre de quêtes (ce que l'on fera presque automatiquement lors de la première partie de toute façon) ou encore faire quelques combats aléatoires (ce qui sera nécessaire pour faire un peu de level up). Bref, 80% des trophées sont quasi donnés. Mais les autres...

... mais cherchant beaucoup trop à gonfler la durée de vie

Les autres sont malheureusement là pour allonger artificiellement la durée de vie, chose que je ne comprendrais jamais. Par exemple jeu, pourquoi forcer le joueur à faire 20 combats libre ? Dis-moi jeu, tu ne crois pas que des combats on en fait assez comme ça ? Mais bon après tout, ce n'est pas grand chose comparé aux centaines de combats nécessaires pour la Route de la Victoire ! Je ne m'étendrais pas sur ce sujet, je vous conseille de lire cette partie du guide pour vous rendre compte du niveau d'absurdité de ce mode qui ne sert à rien.

À cela, ajoutez quelques trophées vous demandant de répéter X fois telle ou telle action et vous obtenez un cocktail d'ennui redoutable.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12/20

Si je devais résumer ce jeu en un mot, ce serait "fan-service". Car c'est clairement aux fans que s'adresse ce jeu. Eux seuls auront la patience de le finir à fond. Eux seuls éprouveront du plaisir à jouer tous ces héros/héroïnes de mangas. Mais encore faut-il apprécier suffisamment de mangas pour cela car ce n'est pas en suivant uniquement deux ou trois séries que ce jeu titillera votre intérêt. Ce jeu ne s'adressera pas non plus aux fans de baston tant la simplicité du système rend les combats répétitifs au possible. Non, décidément, on aura beau retourner la chose dans tous les sens, il n'y a bien que les fans qui s'intéresseront à ce jeu.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine facile