Test : The Last Guardian


The Last Guardian
  • 1
  • 7
  • 7
  • 9
Note des joueurs :
4.3/5 - 32 notes
Note des platineurs :
4.1/5 - 18 notes

The Last Guardian

ps4


24 trophées au total
0 trophée caché

1962 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 147 joueurs (7 %)
100% par : 147 joueurs (7 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
The Last Guardian (TLG)

  • Test rédigé par xx-th0m4s le 29-12-2016 - Modifié le 29-12-2016


Introduction


Si différents, pourtant ils ont le même objectif.
Sorti le 7 décembre 2016, le jeu vous place dans la peau d’un enfant qui sera accompagné d’un animal somme toute étrange, mais fort bien sympathique. L’histoire vous place au centre d’une narration racontée au fur et à mesure de votre avancement.

Vous vous réveillez auprès d’une chimère sans aucun souvenir de ce qui s'est passé avant votre sommeil ni même de comment vous vous êtes retrouvé là. Cette créature possède des pattes de poules avec une tête de félin le tout sur un corps plumé et ailées. Dès le début, votre entente avec l’animal sera mise au premier rang de l’histoire, et plus votre relation avec celle-ci sera forte, plus elle vous aidera à avancer dans les ruines afin d’y sortir et découvrir comment vous vous êtes retrouvé à ses côtés.

Votre péripétie sera agrémentée d’énigmes et de combats donc la difficulté augmentera au fur et à mesure de votre avancée et dont la réussite dépendra de votre entente avec Trico, le tout se déroulant aussi bien en extérieur qu’à l’intérieur des ruines.

Contenu du jeu


La différence des uns et des autres peut parfois donner de belles amitiés.
Le jeu est uniquement jouable en mode solo et comprend assez peu de contenu en dehors de l’histoire. On remarquera que les menus du jeu sont relativement peu fournis, ceux-ci ne possèdent que quelques options sur l’affichage ou le son et la possibilité de commencer une nouvelle partie ou de continuer la vôtre. Une fois l’histoire terminée, il n’est malheureusement pas possible de charger un chapitre précis pour obtenir les objets qu’on aurait éventuellement ratés, il faut dès lors recommencer complètement une partie.

Vous rencontrerez régulièrement différents obstacles à franchir, ils peuvent aussi bien être d’immenses trous béants, dans lesquels il suffirait de tomber pour perdre la vie, comme de simples murs à contourner par un chemin autre que celui qu’empruntera Trico. Vous ferez également face à certaines énigmes pour lesquelles un mécanisme devra être enclenché afin de pouvoir progresser. Pour les personnes ayant l’habitude de jouer à des jeux comme Tomb Raider ou Uncharted, ces énigmes ne poseront aucun problème quant à leur résolution et seront probablement faites instinctivement avant même qu’un indice ne soit donné par le narrateur de l’histoire.

Les objets trouvables durant le mode histoire ne sont que purement esthétiques, ils n’apportent aucun changement au gameplay ou à l’histoire. Il vous sera possible de déverrouiller différentes peintures pour Trico comme différentes tenues pour l’enfant, mais obtenir ses différents objets esthétiques vous demandera une recherche approfondie des zones visitées. Vous trouverez régulièrement des tonneaux qui serviront de repas à Trico, les tonneaux seront utilisés lors de différents moments pendant l’histoire pour le revigorer et ainsi pouvoir continuer l’aventure, tandis que les tonneaux qui ne sont aucunement nécessaires à l’histoire vous donneront une interaction différente avec lui selon si vous lui lancez ou les déposez tout simplement devant lui.

Les phases de combat ont trouvé un juste milieu dans l’histoire et ne sont placées qu’aux moments clés de celle-ci. Chaque fois que vous vous retrouverez confronté à un adversaire, il vous sera possible dès lors de les combattre de deux manières, soit en y allant au corps-à-corps ce qui peut être problématique suivant le nombre d’ennemis présents, soit de laisser Trico les combattre et profitez du spectacle de loin où en étant aux premières loges sur son dos. On remarquera cependant une petite répétition après chaque phase de combat, car notre ami a besoin d’être rassuré pendant le même laps de temps, et ceci, peu importe qu’il ait combattu un, dix ou vingt ennemis durant le combat. L’ajout d’un ennemi plus puissant à la fin de l’histoire aurait apporté un plus à l’histoire et au gameplay en lui-même.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


C'est un chat ! ... c'est un rat ... c'est un aigle ! Que dis-je, c'est un aigle ? ... c'est Trico ! »
Le gameplay du jeu est relativement simple et facile à prendre en main. On s’habitue très rapidement aux commandes ce qui permet une maniabilité des personnages correcte dans son ensemble. En effet, suivant la rapidité avec laquelle vous jouerez, il se peut que le personnage fasse un saut dans la mauvaise direction ou ne saute pas là où on le demande, ce qui peut poser problème si un joueur voulait faire une session run.

Les commandes pour contrôler les personnages sont assez réduites, mais largement suffisantes pour ce que le jeu demande. Les quelques mouvements comme le fait de sauter ou de se suspendre réduisent la difficulté de prise en main des personnages. Trico étant un animal sauvage au début du jeu, mais au fur et à mesure que l’histoire avance celui-ci se sociabilise avec vous et devient donc par la même occasion plus docile. Vous remarquerez donc un changement dans sa manière d’agir lorsqu’il recevra un ordre, même si par moments il faut quelque peu insister pour qu’il fasse ce qu’on lui demande.

Les graphismes du jeu sont dans l’ensemble assez réussis, nous offrant de beaux décors riches en détails et en profondeur. Les lieux extérieurs contenant de la faune sont bien détaillés, mais si vous approchez la caméra des feuilles d’arbres vous verrez des feuilles d’une qualité inférieure à celle attendue pour la Playstation 4. Le sol et les parois des grottes sont relativement réalistes quant au détail des différentes roches rencontrées, qu’elles soient intactes ou détruites pour notre avancée. Les bâtiments en ruine sont eux très réalistes, aussi bien par leur côté abîmé que par les détails offerts sur les finitions de certains lieux. On notera juste un petit bémol quant aux ruines, en effet à certains endroits il est impossible de marcher par-dessus certains débris sans devoir les contourner alors qu’il serait normalement totalement possible de marcher dessus.

La bande son est dans son ensemble bien mise en place, que cela soit pour les diverses destructions ou chutes d’objets, lorsque vous êtes en extérieur vous pourrez même entendre de la faune. L’ajout d’une petite bande son durant les combats aurait été un atout, elle aurait pu permettre une meilleure immersion et contribuer au dynamisme des combats.

Même si le jeu propose une bonne expérience, celle-ci comporte quelques petits défauts. Il arrive que le jeu souffre de latences durant quelques secondes lorsque vous jouez, la caméra pourrait également vous poser quelques petits problèmes suivant les déplacements que vous effectuez ou votre emplacement sur Trico lorsque celui-ci avance.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Une entraide mutuelle est nécessaire pour finir leur péripétie.
Dès le début du jeu, nous nous réveillons auprès de Trico sans le moindre indice sur ce qui a pu se passer. On plonge alors rapidement dans une histoire et un environnement assez prenants. Tout le jeu baigne dans une atmosphère qui lui est bien propre, on aurait tendance à vouloir avancer jusqu’à la fin de l’histoire pour connaître comment tout cela a débuté, sans trop regarder depuis combien de temps l’on est en train de jouer et au risque d'oublier de fouiller les recoins des lieux que l’on visite pour récupérer les tonneaux.

Une fois l’histoire terminée, vous n’aurez d’autres choix que de la recommencer depuis le début, comme il n’est pas possible de recharger un secteur ou un chapitre bien précis de l’histoire en quête des objets qu’on aurait éventuellement ratés.

Recommencer le jeu plusieurs fois ne sera pas problématique, tant pour se remémorer l’histoire que pour revivre la complicité relationnelle avec Trico. Certes vous ne recommencerez probablement pas l’histoire dix fois de suite, mais ressortir le jeu de son boitier de temps à autre sera toujours un plaisir.

L’histoire elle-même dure approximativement douze heures, cependant, si vous vous mettez a la recherche de tous les objets à collecter, il faudra lui ajouter quelques heures au compteur. Ayant une maniabilité correcte dans son ensemble le jeu ne posera aucun problème au niveau de la prise en mains si vous décidez d’y rejouer quelques mois après avoir fini ou platiné une première fois le jeu.

La difficulté du jeu en elle-même est pour ainsi dire inexistante, les obstacles se franchissant aisément et les ennemis ne posant aucun problème puisque ceux-ci peuvent tous être combattus par Trico si vous ne voulez pas les affrontez, ce qui laisse un jeu accessible même après quelque temps.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


L’espoir d’un vol vers une destination finale.
Avec un peu de patience et de persévérance le platine est réalisable par les plus acharnés du speed run, en effet, l’un des trophées vous demandera de finir l’histoire en moins de cinq heures, ce qui peut être problématique puisqu’il n’y a aucun chronomètre et que le temps continue de défilés même si vous êtes dans le menu pause, il pourrait aussi poser problème si Trico n’en fait que des siennes et décide de vous faire attendre quelques minutes à certains endroits stratégiques avant de faire ce que vous lui demandez. Les speeds run ne devraient pas être imposés pour un platine, tout le monde ne raffole pas de ce genre de défi et cela devrait donc uniquement se faire pour un plaisir personnel et non pour un trophée.

La plupart des trophées sont cumulatifs entre votre première partie et votre new game +, cela facilite l’obtention des trophées concernant les meurtres ou l’obtention des tonneaux. Concernant les tonneaux, ces derniers vous permettent de débloquer des tenues et peintures pour les deux personnages et devront tous êtres trouvés, ce qui vous obligera à fouiller les ruines dans ces moindres recoins où pour vous faciliter la tâche vous pouvez toujours regarder le guide du jeu.

Pour finir, nous noterons que les trophées n’apportent en rien quelque chose à l’histoire, mais plutôt quelques challenges pouvant donner un petit plus au jeu qui ne possède aucune réelle difficulté quant à finir l’histoire.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

The Last Guardian offre une belle histoire entre deux êtres d’un monde différent dans des ruines assez réalistes. Même si les graphismes ne sont pas ceux pouvant être offerts par une PS4, celui-ci reste très beau à voir surtout lors de certains passages. On notera également que l'absence de sélection des chapitres peut être un gros défaut, même si ressortir le jeu de temps en temps pour une petite balade avec Trico ne sera pas de refus.

Je recommande ce jeu :
À tous