Zool Redimensioned

ps4

5
10
10
12
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 16/05/2023
Genre(s) : Action , Aventure
Territoire(s) : FRANCE

3 joueurs possèdent ce jeu
25 trophées au total
0 trophée online
1 trophée caché

100% par : 0 joueur (0 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des 100%

Test rédigé par Ex-Nihylo le 18-06-2023 - Modifié le 17-07-2023

Introduction

Image

Zool est un jeu d'action-plateforme dans lequel on incarne le héros éponyme paru pour la première fois en 1992 sur Amiga. Ce ninja de l'espace doit se frayer son chemin à travers plusieurs niveaux en 2D à scrolling horizontal parsemés d'embûches en tout genre. Doté d'une suite intitulée Zool 2 en 1993, la série n'a ensuite plus jamais accouché d'épisodes ultérieurs, en dépit de qualités certaines. A l'époque techniquement impressionnant, qu'en est-il de cette version estampillée "Redimensioned" ? Est-il temps de donner un nouveau souffle à cette série de jeux en vue d'un hypothétique Zool 3 ? C'est ce que nous allons tâcher de voir dans ce test, mais place d'abord au trailer officiel du jeu.
Contenu du jeu
Ce qui nous frappe d'entrée avec ce remaster, c'est la possibilité de s'adonner au jeu de deux manière différentes. En effet, dès l'écran titre, on a le choix entre le mode de jeu Redimensioned ou le mode Ultimate Ninja. Si le premier choix disponible est le Redimensioned, c'est sans doute parce que les développeurs de ce remaster souhaitent avant tout toucher un large public. Il faut dire que Zool est un jeu d'action-plateforme assez difficile de base, et l'introduction de ce nouveau mode ne sera pas sans déplaire à la masse. Ainsi, contrairement au jeu d'origine, disponible lui dans le mode Ultimate Ninja, on a le droit de terminer un niveau sans devoir atteindre le nombre d'objets minimum à ramasser, que l'on aperçoit d'ailleurs en haut à droite de l'écran. De plus, on a le droit au double saut, inexistant sur la version d'origine, de quoi franchement se simplifier la vie étant donné que certains passages de plateformes sont assez exigeants, ou encore pour mieux éviter les ennemis ou leurs tirs.

Vous l'aurez compris, le mode Ultimate Ninja n'est ni plus ni moins que le jeu d'origine livré avec toute sa difficulté. Autant parcourir le jeu en mode Redimensioned sera une partie de plaisir lors des 15 premiers niveaux, autant la tâche s'avèrera logiquement plus ardue par la suite, tandis qu'en Ultimate Ninja, c'est ardu d'emblée ! Le plus simple pour s'en rendre compte serait de commencer une partie de Zool par ce mode, puis jouer en Redimensioned, pour mieux constater ce grand décalage. Le troisième mode disponible n'est autre qu'un mode multijoueur qui lui est totalement novateur. 3 types de parties multijoueurs vous sont proposés, le premier est un jeu dans lequel vous devrez collecter le plus rapidement possible des pièces, le second est un combat pour la couronne et le troisième ressemble grosso modo à une partie de foot. A noter qu'il n'est possible que de jouer à deux en local, il n'y a pas de mode en ligne.
Aspect technique du jeu
Amateurs de pixel art des années 90, vous serez servis, et ce, plutôt agréablement ! Il faut dire qu'à l'époque, le jeu tapait plutôt dans le haut du panier, de ce fait les développeurs ont laissé le jeu dans son jus d'origine. Au menu, graphismes colorés à outrance et animations tels qu'une console 16 bits pouvait en proposer il y a désormais 30 ans. Les anciens apprécieront sans doute, les joueurs les plus jeunes auront davantage de mal à apprécier, même si la présence de filtres graphiques dans les options permettent un affichage convenable sur nos télévisions actuelles. Mais ce n'est pas la seule nouveauté technique de ce remaster, puisque la caméra du jeu propose désormais un cadrage de type grand angle. Cela offre une meilleure visibilité de ce qui vous attend et donc une bien meilleure lisibilité de ce que vous allez devoir faire quand vous progressez dans le niveau dans lequel vous êtes. On gagne en anticipation, et dans un jeu d'action, qui plus est plutôt difficile de base, c'est en plaisir de jeu que l'on y gagne le plus.

Par contre, la musique n'a rien de bien transcendant. On oubliera vite les compositions de l'époque, non remasterisées d'ailleurs, ainsi que les bruitages, qui font le job, ni plus ni moins. Il n'y a pas de traduction française, mais vu la quasi-inexistence de textes dans le jeu, cela ne se serait pas avéré particulièrement utile. A noter que le jeu ne souffre d'aucun bug ou lag en particulier. Côté gameplay, on en est réduit à deux touches, une pour sauter, l'autre pour tirer. Autant dire que la prise en main est rapide et directe, les mouvements du protagoniste principal n'étant pas très variés. Il sera davantage question de réflexes ici puisque vous devrez apprendre à ne pas vous aventurer trop vite sous peine de vous faire facilement toucher par les ennemis et les pièges, comme des pics, disséminés ça et là dans les niveaux du jeu.
Plaisir à jouer et à rejouer
Là où les développeurs nous font plaisir, c'est en nous permettant d'appréhender le jeu de deux manières différentes. Comme expliqué plus haut dans ce test, on peut profiter d'un jeu simplifié ou alors tenter l'expérience originelle qui séduira les retrogamers en mal de die & retry. Le mode multijoueur, quant à lui, promet quelques parties sympas à deux joueurs en local mais ne constitue pas dans l'absolu une nouveauté prenante sur le long terme. D'ailleurs, ça aurait été nettement plus sympa d'ajouter un véritable mode deux joueurs en coopératif - ou en duel, c'est selon - pour faire les 28 niveaux du jeu, malheureusement seulement réalisables en solo. Vu la difficulté proposée, ça n'aurait clairement pas été du luxe, et il y avait largement la place de proposer un tel mode.

D'autre part, une fois le jeu fini et les trophées obtenus, il parait peu probable que les joueurs relancent Zool, une certaine lassitude finissant par s'installer, étant donné que les possibilités de gameplay deviennent assez vite redondantes, et qu'il existe déjà une pléthore de jeux en 2D qui surpassent ce titre. Un Hollow Knight fera amplement l'affaire si vous voulez vous adonner à un bon jeu d'action proposant un véritable challenge. La durée de vie de Zool demeure tout de même très bonne, sa prise en main rapide et efficace, vous passerez un bon moment dans ce jeu empreint de nostalgie, du moins si vous êtes également un retrogamer fan de jeux du genre.
Chasse aux trophées
Ici, pas de platine à décrocher mais un 100 % qui s'annonce assez costaud, avec 5 trophées en or à obtenir, 10 en argent et autant en bronze.

Il va d'abord falloir terminer le jeu deux fois, pour prétendre à obtenir l'ensemble des trophées. Ainsi, vous obtiendrez les 8 trophées liées à l'histoire du jeu, tous en argent. Il va sans dire que cela promet un challenge assez corsé : autant terminer le jeu en mode Redimensioned demeure accessible au commun des joueurs, autant finir le jeu en Ultimate Ninja Mode ne sera pas une sinécure ! N'oubliez pas qu'activer les cheat codes annule de fait l'acquisition du moindre trophée, la difficulté d'obtention de ceux-ci s'en trouve largement déséquilibrée.

Ensuite, il vous faudra obtenir les trophées liés aux collectibles et aux actions spécifiques. Ainsi il vous faudra localiser au moins un niveau secret pour obtenir (Or) It's a Secret to Everybody, tout comme vous devrez collecter un trésor bien précis planqué dans le jeu pour obtenir (Bronze) It's Been 29 Years... Sans soluce, cela vous prendra un petit moment pour tout trouver.

Enfin, les 6 derniers trophées sont relatifs au mode multijoueur. Vous aurez donc besoin a minima d'une deuxième manette pour les obtenir, même si personne n'est dispo pour jouer avec vous. Heureusement ces trophées demeurent accessibles, bien qu'un peu long et pénibles si on est seul avec deux manettes. Ainsi, gagner 7 parties multijoueurs consécutivement pour obtenir (Or) Seven Deadly Wins s'avèrera particulièrement ennuyeux pendant les quelques minutes de jeu que vous devrez faire.

En conclusion, il vous faudra surtout du temps et de la patience pour obtenir 90 % des trophées, le challenge étant d'obtenir celui qui consiste à finir le jeu dans sa difficulté la plus grande. Un sacré déséquilibre et un manque d'ambition flagrant dans la collecte des trophées font que peu de joueurs seront enthousiasmés à l'idée d'en faire la collecte. Vu la difficulté, un platine en guise de récompense suprême n'aurait clairement pas été de trop.
Conclusion
Contrat rempli à moitié avec Zool Redimensioned. Autant ce remaster nous permet de connaître le Zool d'origine, qui a clairement perdu en saveur et en substance en 30 ans, autant il parvient à le bonifier via de multiples ajouts. Ainsi, il y en aura pour tous les joueurs, même si on aurait pu espérer mieux concernant les trophées. Le travail de remasterisation, soigné, doit permettre à cette série de jeux des années 90 de gagner en popularité et qui sait, un jour peut-être aurons-nous enfin un troisième opus digne de ce nom ?
J'ai aimé
  • Divers ajouts bienvenus.
  • Plusieurs manières d'appréhender le jeu d'origine.
Je n'ai pas aimé
  • Le matériau de base a quand même vieilli...
  • La difficulté de certains trophées.
12
Je recommande ce jeu : À tous, Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série

Ex-Nihylo (ex-nihylo)

160
1243
1570
4223