Ys IX : Monstrum Nox

ps4

1
2
7
44
13
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 05/02/2021
Genre(s) : Action , RPG
Territoire(s) : FRANCE

147 joueurs possèdent ce jeu
54 trophées au total
0 trophée online
17 trophées cachés

Platiné par : 38 joueurs (26 %)

100% par : 38 joueurs (26 %)


Note des joueurs :
5/5 - 1 note

Note des platineurs :
5/5 - 1 note

Test rédigé par Dregs le 23-02-2021 - Modifié le 07-03-2021

Introduction

Sorti à l’aube de ce 5 Février 2021 dans notre contré, Ys IX : Monstrum Nox est, pour ceux qui ne le savent pas, un des actions-RPG à la sauce japonaise (JRPG) qui a su se faire une place dans le monde vidéoludique depuis de nombreuses années maintenant. Dans la lignée de son prédécesseur Ys VIII : Lacrymosa of Dana qui a connu un certain succès, les développeurs de chez Nihon Falcom poursuivent les aventures de Adol dans ce neuvième épisode. Edité par NIS America, ce n’est que quelques mois après sa sortie au pays du soleil levant que nous pouvons enfin prendre les commandes de notre cher héros. Mais qu'en est-il de ce nouvel opus ? Dans quel univers allons-nous être plongés cette fois-ci ?

Contenu du jeu

Comme d'habitude pour la série, l’histoire prend place après les évènements de l’épisode précédent, Ys VIII: Lacrimosa of Dana . Cependant, chaque histoire étant indépendante, il n’est pas utile d’avoir exercé vos talents sur l’opus précédent pour apprécier pleinement la narration de celui-ci. Enfin, vous ne trouverez dans mes lignes ci-dessous que le strict minimum concernant l’histoire de Ys IX : Monstrum Nox afin que vous puissiez profiter pleinement de votre partie. N’ayez donc aucune crainte et je vous souhaite bonne lecture.

Image

Nous voilà donc en présence de notre héros Adol et de Dogi, son compagnon d’infortune. Dès l’entrée de la cité de Balduq, vous vous retrouvez dans une situation fort désagréable, avec la garde de la ville qui ne tardera pas à vous envoyer dans la célèbre et non moins mystérieuse prison de la ville pour des faits que vous avez réalisés par le passé. Les fans de la série seront heureux du clin d’œil. Après plusieurs jours de disette et avec l’aide d’un mystérieux prisonnier, vous voilà échappé de celle-ci. Néanmoins, rien ne se passe comme prévu et vous tombez nez à nez avec une étrange femme du nom d’Aprilis qui se chargera de vous transformer en Monstrum en vous tirant dessus. Une fois évadé de la prison, vous comprenez rapidement que vous n’avez pas la possibilité de quitter la ville à cause de vos nouveaux pouvoirs. Vous voilà condamné à combattre des ennemis : les Larvas à l’aide d’autres alliés tout comme vous portant cette malédiction. Vous devrez résoudre le mystère entourant la prison de Balduq et cette malédiction.


En ville, vous pouvez vous balader librement depuis que vous vous êtes camouflé à base de teinture et d’écharpe. Malgré cet accoutrement plutôt sommaire, les rues de Balduq et ses gardes vous laisseront en paix. A partir de là, à vous de réaliser les quêtes secondaires, ramasser les différents collectibles ou acheter et vendre les objets nécessaires à votre développement. Ces derniers sont particulièrement énigmatiques tant la rentabilité d’acheter des objets pour en confectionner d’autres est à la limite de ridicule. En effet, il sera souvent plus intéressant de vous contenter des objets que vous glanerez à droite et à gauche que d’effectuer du troc. Vous pourrez bien sûr profiter de votre auberge "Dent-de-Lion" pour accueillir les amis que vous trouverez tout au long de votre aventure, mais aussi et surtout pour regrouper l’ensemble des centres d’intérêts : tableau des quêtes, commerces, cuisine, etc.


La ville est intéressante de par sa superficie, mais il faudra progresser dans l’histoire pour débloquer de nouveaux quartiers et ainsi agrandir votre territoire. Pour cela, deux solutions s’offrent à vous : les quêtes principales ou alors les portails que vous pourrez débloquer une fois les 100 Nox atteints. Les Nox, justement, sont une sorte de point de récompense que l’on obtient en réalisant des quêtes ou en tuant des Larvas.

Image

En activant un portail, vous entrez dans les nuits de Grimwald. C’est dans ces lieux d’une autre dimension qu’il vous faudra venir à bout de plusieurs vagues d’ennemis tout en protégeant un pilier. Une autre variante consiste à détruire des sortes de cristaux dans le temps imparti. Au final, vous engrangerez des points calculés en fonction des caractéristiques de votre session afin d’obtenir une note de classement de C à S. Le rang S étant le maximum, celui-ci vous gratifiera du maximum de récompense que peut proposer l’épreuve. Au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu, vous pourrez renforcer vos piliers mais aussi apporter d’autres éléments comme des tourelles ou des leurres en échange d’objet. En cas d’échec dans votre quête du rang S, vous aurez toujours la possibilité d’aller voir Dogi dans votre repère, celui-là même qui vous permet d’améliorer les défenses de vos piliers, afin de recommencer la session.


Nous arrivons donc sur la partie la plus technique du jeu, les Donjons. Ceux-ci viendront généralement clôturer un chapitre. Vous trouverez tout un cheminement où les monstres seront légion et où la répétition des décors mais surtout des chemins à prendre aura tendance à vite vous lasser. En soit, le parcours jusqu’au boss de fin de donjon n’apporte que peu d’intérêt mise à part réduire votre jauge de vie, le défi majeur étant le boss. Ici, inutile de vous lancer tête baissée dans le combat sous peine de rapidement voir votre équipe se faire décimer. La réflexion, la stratégie et surtout une bonne utilisation des compétences de votre équipe sera primordiale pour venir à bout des plus coriaces.
Note : 3/5

Aspect technique du jeu

Avant toute chose, sachez que le jeu est en VOSTFR. Vous aurez la possibilité de choisir les voix en anglais ou en japonais avec les sous-titres en français, et ça, c’est très appréciable. Le doublage des personnages est de bonne facture avec la possibilité de passer la scène, d’accélérer les dialogues ou aussi de laisser défiler ceux-ci. On regrettera par contre le doublage de notre héros qui est plutôt anecdotique, qui plus est lorsque l’on vous demandera de choisir une option de dialogue. Celle-ci n’influence d'ailleurs en aucun cas le déroulement de l’histoire.


Il en va de même pour la bande son, réalisée par le studio lui-même via Falcom Sound Team JDK. Les sonorités sont variées et s’adaptent plutôt bien aux différentes phases de jeux, alternant entre le calme lors de vos promenades en ville et un côté plus dynamique durant les phases de combat.
Si vous possédez comme moi le pack Edition, vous pourrez profiter du CD annexe « Melodies of the Macabre » pour mettre les 5 titres proposés.


Nous voilà donc sur le gros point noir du jeu. Si graphiquement le jeu semble être taillé pour une PS3, c’est bien sur PS4 et PS5 qu’il est disponible. Certes, le jeu n’est pas un AAA mais on parle tout de même d'une sortie de jeu sur une PS4 en fin de vie. D’autant plus que l’affichage à l’écran accuse parfois un retard visible. Les graphismes accusent clairement plusieurs années de retard, le tout couplé avec des décors plutôt banals et sans âme. Autant les phases de combat sont très agréables et les jeux de couleur viennent relever le tout, autant les détails de la ville de Balduq semblent légers et en-dessous avec des couleurs qui ne varient jamais. Je ne parle même pas des donjons qui se ressemblent presque tous et dont les décors et détails sont ici presque absents. Heureusement, les nuits de Grimwald et les différents protagonistes relèveront un peu le niveau.

Image

Côté gameplay, la prise en mains est assez rapide, seul l’ajustement de la camera vous demandera peut être un temps d’adaptation. Bien qu’Adol soit le personnage principal, vous débloquerez d’autres Monstrums au fur et à mesure de votre progression. Point agréable, que ça soit lors de vos balades ou lors de phase de combat, vous pouvez switcher d’un personnage à l’autre. Vous bénéficierez aussi des différents dons de chacun, vous octroyant entre autres la possibilité de voler, escalader les murs, etc.


Le système de combat quant à lui est bien pensé et il faut souligner le travail du studio Falcom. Bien qu’il faille marteler (carre) pour donner des coups, vous pouvez aussi utiliser des compétences lorsque votre jauge le permet. Sans oublier qu’une fois vos 2 jauges de boost remplies, appuyer sur (L1) et (R1) simultanément vous octroiera du boost en attaque, défense, regain de vie et vitesse. Cet aspect permet de vous dépêtrer de situations complexes et peut à tout moment inverser la tendance d’un combat.
Sur le même principe, utiliser (R1) ou (L1) au bon moment entraînera respectivement une « esquive flash » ou une « garde flash » pour ce qui est de la partie défensive. Vous pourrez donc bénéficier d’un court moment de répit pour vous acharner sur votre ennemi. Il est impératif de bien maîtriser ces atouts durant les combats de boss.
Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Dans un RPG, l’univers et l’histoire sont une association primordiale pour adhérer au projet. Ys IX : Monstrum Nox s’en sort très bien avec une narration agréable malgré un personnage principal qui n’est pas des plus charismatiques. Il ne sera pas très étonnant de vous voir préférer manipuler un autre Monstrum ou du moins de changer régulièrement de personnage. C’est d’ailleurs un des points forts du jeu à mon sens, pouvoir switcher de personnage comme bon nous semble juste avec (rond) apporte un bon lot de diversité d’autant plus que chacun possède des caractéristiques propres.


Les phases de combat justement seront là pour vous rappeler à l’ordre. Là où il vous faudra faire preuve de réflexion contre les boss afin de ne pas vous empêtrer dans une difficulté inutile, la plupart des combats de monstres vireront eux souvent au grand n’importe quoi pour peu que leur nombre soit imposant. Un temps d’adaptation sera quand même nécessaire pour maîtriser à la perfection les timings des gardes flash, des esquives flash ou encore des capacités EXTRA. Néanmoins, la dynamique de ceux-ci est clairement des plus plaisantes et vous serez ravis de pouvoir tomber sur les nuits de Grimwald afin de tenter d’arracher un rang S.

Image

Point intéressant, de nombreux portails sont présents en ville vous permettant de vous confronter aux Larvas et ainsi acquérir de l’expérience. Heureusement, lors des temps calmes en ville, il vous suffira de rester immobile pour voir votre jauge de vie se régénérer d’elle-même évitant ainsi une trop grosse consommation d’items de soin ou de résurrection. Vous aurez également la possibilité de vous téléporter d’un point à un autre via la carte, favorisant ainsi votre avancée.


A cela, rajoutez le fait qu’avancer dans l’histoire permet de débloquer de nouveaux quartiers agrandissant ainsi votre espace de jeu et de recherche. Libre à vous de partager votre avancée entre chasse aux trésors, quêtes secondaires et histoire principale. N’oubliez pas que réaliser les actions secondaires vous rapportera des items ou de l’argent très utiles pour votre développement. Ces fameux items seront nécessaires pour la fabrication de nouvelles armes et armures, à vous donc de les utiliser à bon escient dans l’optique d’obtenir les armures les plus puissantes.


Enfin, une fois le jeu terminé, vous pourrez réaliser une nouvelle partie avec le New game plus afin de tenter le défi d’une difficulté plus élevée.
Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Avec ses 54 trophées, (Platine) inclus, Ys IX : Monstrum Nox assure aux chasseurs que vous êtes une grande diversité et de quoi vous divertir. Mais attention, ici le terme de chasseur flirte aisément avec la notion de collectionneur. Et oui, ce n’est pas moins de 13 trophées qui vous demandent de terminer des actions, ou plutôt des complétions à 100%. Découvrir entièrement la carte de Balduq, ouvrir tous les coffres, réaliser toutes les quêtes ou découvrir tous les personnages sont autant d’actions qui vous permettront de maîtriser de fond en comble l’univers du jeu.


Attention cependant, car nombreux sont ceux qui peuvent être loupés en cas de précipitation. Effectivement, il peut arriver que passer d’un chapitre à l’autre sans avoir réalisé toutes les quêtes annexes disponibles peut tout simplement les supprimer, rendant indisponible le trophée associé. En gros, il faut garder en tête de toujours parler aux personnages présents autour de vous et de bien regarder le tableau des quêtes présent dans votre établissement de prédilection avant dans vous lancer dans le donjon de fin de chapitre.

Image

Concernant la chasse aux coffres, pétales bleus, inscriptions et autres panoramas, vous pouvez toujours vous en soucier au fur et à mesure de votre progression, mais sachez que certains ne seront accessibles qu’après avoir débloqué de nouveaux personnages et surtout leur pouvoir spécial. Prenez garde de bien explorer les donjons pour en dénicher les coffres afin de vous éviter de nombreuses heures de fouille lors de votre ratissage final. Idem lorsque vous devrez réaliser les nuits de Grimwald, tâchez d’obtenir le rang S dès votre premier passage afin de gagner un temps précieux.


Outre cela, la course au (Platine) nécessite de finir le jeu dans la difficulté Cauchemar ou supérieure. Je ne peux que vous conseiller de réaliser un rush en New game + afin de prendre le temps de profiter du jeu et de l’univers lors d’un premier passage dans une difficulté plus faible. Dans le même principe, vous pourrez profiter pleinement de jouer durant 5 heures avec chaque personnage pour débloquer les 6 trophées liés à chacun d’eux. Au passage, il est à noter que vous serez gratifié d’un trophée à chaque fin de chapitre.
Pour faire simple, l'ensemble des trophées n'apporte pas vraiment de challenge mais pousse à parcourir le jeu de fond en comble.
Note : 3/5

Conclusion

Ys IX : Monstrum Nox est un RPG agréable dans son maniement et lors de ses phases de combat. On appréciera également les aptitudes débloquées au fur et à mesure de votre progression permettant de profiter pleinement du terrain de jeu offert par la ville de Balduq. Les combats dans les nuits de Grimwald apportent une diversité plus que plaisante, le tout lié à une histoire et une bande son merveilleuse. On regrettera quand même les graphismes hors combat et le manque de détails qui ne paraissent pas digne de la fin d’une PS4 et du début d’une PS5. Sans oublier un personnage principal peu mémorable.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
13
Je recommande ce jeu : À tous

Dregs (dregs23)

121
519
1353
3696