Wonder Boy Collection

ps4

1
8
4
8
12
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 03/06/2022
Genre(s) : Action , Plates-formes
Territoire(s) : FRANCE

12 joueurs possèdent ce jeu
21 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 2 joueurs (17 %)

100% par : 2 joueurs (17 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par Ex-Nihylo le 14-06-2022 - Modifié le 14-06-2022

Introduction

Image

Wonder Boy Collection, disponible depuis le 3 juin, est une compilation de 4 jeux de la saga des Wonder Boy datant des années 80-90 nous permettant d'incarner 4 héros différents dans des jeux d'action possédant quelques éléments empruntés aux RPG.

Tous développés par Westone pour le compte de Sega, ils nous reviennent cette fois édités par Bliss Brain. Que vaut cette saga reconnue à l'époque mais qui ne revient que récemment sur le devant de la scène ? D'éventuels apports apportent-ils un intérêt à cette compil ? On va essayer de voir ce qu'il en est dans ce test, mais tout d'abord, place au trailer officiel :
Contenu du jeu
Wonder Boy, paru en 1986 en arcade, Wonder Boy Monster Land, paru en 1987 en arcade, Wonder Boy in Monster World, paru en 1991 sur Mega Drive et enfin Monster World IV paru en 1994 toujours sur Mega Drive : voilà les 4 titres de cette compil. Les numérotations variant selon les territoires de sortie de ces jeux, sachez néanmoins que l'épisode central de la série - chronologiquement parlant s'entend - à savoir Wonder Boy III : The Dragon's Trap est tout bonnement absent de la compil. Le remake de ce jeu, paru en 2017 sur nos PS4, est-il la raison de l'absence d'un tel titre ? On peut légitimement en douter, en tout cas cette absence inexpliquée et a priori injustifiable ne nous permettra pas de jouir de tous les opus de cette saga. D'autant plus qu'Asha in Monster World, remake de Monster World 4, n'a pas empêché ce dernier d'être présent...

Comme vous pourrez rapidement le constater, si vous jouez de façon chronologique à ces jeux, chaque nouvel opus apporte son gros lot de nouveautés. Ainsi, si le premier épisode consiste surtout à enchainer des niveaux de pures plateformes, le deuxième place déjà quelques ajouts dignes des RPG, en plaçant ça et là des boutiques où l'on peut acheter de l'équipement et donc se renforcer. Le rebond est encore largement plus perceptible avec Wonder Boy in Monster World, avec un système d'upgrade plus poussé et l'approfondissement du système de magie. Enfin, Monster World 4 peaufine encore plus le concept tout en rendant la créature qui accompagne notre héroïne bien plus indispensable que dans les opus précédents.

Dans le premier Wonder boy, vous incarnez Bocke, un jeune garçon qui doit sauver sa petite amie Tina capturée par des monstres. 9 mondes composés chacun de 4 niveaux, avec un boss à la fin de chaque monde, vous attendent de pied ferme. La difficulté est croissante et le temps joue contre vous : une jauge de temps présente à l'écran baisse au fur et à mesure de votre avancée et une fois à zéro, c'est le game over ! Le jeu demande une maîtrise de tous les instants, étant donné que le moindre choc avec un ennemi est sanctionné d'une mort immédiate et qu'un mauvais saut vous enverra également vers une mort certaine : il ne faut pas oublier que c'est un jeu conçu pour l'arcade à la base et que les jeux d'arcade de l'époque étaient conçus pour vous faire cracher votre monnaie...

Dans Wonder Boy Monster Land, on incarne cette fois Book, qui doit combattre les démons pour restaurer la paix à Wonder Land. Même principe que le premier Wonder Boy, le temps sera votre ennemi et c'est à vous de concilier précision et vitesse pour venir à bout des 11 niveaux truffés d'ennemis et de boss qui vous feront face.

Wonder Boy in Monster World vous met dans la peau de Shion dans un jeu qui proposait avant l'heure un principe proche des Metroidvania. A vous d'abattre le grand méchant BioMeka qui sème la terreur avec ses armées de monstres dans tout Monster Land ! Pas de timer cette fois mais gare à votre jauge d'énergie si vous foncez tête baissée dans l'aventure...

Enfin, Monster World 4 met à l'honneur cette fois une héroïne, Asha, qui doit sauver 4 esprits qui ont été capturés par les démons en vue de sauver le monde. Remettant davantage le côté plateformes en selle que l'opus précédent, vous pourrez compter sur l'aide de votre compagnon de toujours, à savoir Pepelogoo, pour venir à bout de votre aventure !

Quid des nouveautés ? Elles sont au nombre de 4, que l'on retrouve bien souvent dans ce type de compil, à savoir des filtres graphiques, des fonctions de sauvegarde instantanée, la possibilité de rembobiner/accélérer le temps durant le jeu et enfin une galerie d'art. La fonction de rembobinage sera sans doute très utile à bon nombre de joueurs, en particulier en ce qui concerne les 2 premiers Wonder Boy : on a affaire ici à des jeux dont la difficulté va crescendo et où la possibilité de game over - et donc de reprise du jeu depuis le tout début - est grandissante. Les filtres permettront de profiter de ces vieux jeux de la meilleure des façons sur nos télés bien plus récentes, quant à la galerie d'art celle-ci tient plutôt de l'anecdote. Davantage de nouveautés aurait été grandement apprécié, mais venir à bout de ces 4 aventures est un challenge suffisamment conséquent pour en conclure que le contenu global de cette compil est suffisant, à défaut d'être parfait. Dommage que l'on ne débloque rien à finir les jeux à part des trophées, vu leur difficulté le joueur aurait pu se sentir récompensé...
Aspect technique du jeu
Un premier jeu datant de 86 et sa suite de 87, sans aucune retouche graphique, sans pour autant être une bouillie de pixels : les joueurs de l'époque retrouveront sans doute avec plaisir les graphismes de l'époque, rudimentaires, mais qui suffisaient amplement à faire rêver. Les plus jeunes auront sans doute plus de mal à s'y faire, surtout qu'une version remix du premier Wonder Boy existe sur PS4, avec des graphismes bien plus affinés : il aurait été intéressant de glisser cette version dans cette compil pour séduire les plus jeunes. Les 2 derniers jeux, parus au milieu de la décennie 90, sont déjà nettement plus beaux, largement plus acceptables pour la plupart des gamers. La Mega Drive affichait sans doute ses plus belles couleurs et ses meilleures animations dans ces jeux, et cela suffit pour plonger dans les univers proposés.

Musicalement, on suit à peu près le même chemin que les graphismes : les bips-bips des 2 premiers jeux font pâle figure par rapport aux mélodies des 2 derniers, dont certaines restent en tête sitôt les jeux terminés. Les bruitages sont évidemment meilleurs pour les 2 jeux Mega Drive, on reconnait aisément le bruit d'un saut, d'un coup d'épée, des magies ou encore les bruits d'explosion des boss sitôt battus. Cela renforce l'immersion, on a encore plus envie de défoncer du monstre dans ces mondes manichéens à souhait.

Les temps de chargement ont été optimisés puisqu'il n'y en a pour ainsi dire pas, sur PS4. Les menus ont été traduits en français, du moins les menus de la compil, les jeux restant en anglais... C'est un gros point faible, surtout concernant les 2 derniers jeux de la compil, où les indices textuels pour avancer demandent une compréhension de l'anglais - certes basique - mais on aurait largement préféré que tout soit traduit, ne serait-ce que pour plonger encore plus dans l'ambiance proposée. On est loin d'une quantité de texte insurmontable, en 2022 cela rend le tout vraiment "cheap"... En prime c'est bien indiqué sur la fiche du jeu sur le store que le français est une des langues disponibles, sans préciser que cela ne concerne que les menus, c'est un peu limite, tout de même...
Plaisir à jouer et à rejouer
L'avantage de proposer des jeux d'époque est une immersion immédiate, du moins par le gameplay proposé : une touche pour sauter, une touche pour frapper d'estoc/envoyer une hache dans les premiers jeux de la compil, puis une touche dédiée à l'utilisation de la magie : il n'y a pas vraiment plus simple en matière de prise en main rapide. Chaque jeu a ses petites subtilités mais globalement on manie les héros facilement, même si les commandes sembleront assez raides pour un néophyte.

Une grande partie du plaisir du premier Wonder Boy tient de sa difficulté : on avance tranquille au début, histoire de se faire la main avec la maîtrise des sauts et des lancers de hache, pour ensuite se frotter à une difficulté de plus en plus corsée. A vous d'avoir les réflexes nécessaires pour éviter tel obstacle ou tel ennemi qui ne manqueront pas de vous liquider aisément. La fonction de rembobinage sera dès lors votre plus précieuse alliée - y compris pour les épisodes suivants - et vous devrez sans doute l'utiliser un nombre incalculable de fois si vous souhaitez achever les jeux rapidement.

Le deuxième Wonder Boy réussit l'exploit d'être encore plus punitif que le premier : en effet, oubliez d'acheter tel équipement ou telle magie et c'en sera fini de vos chances d'en venir à bout ! Les derniers niveaux sont particulièrement retors. Sans équipement adéquat vos chances de vaincre sont vraiment minimes, donc faites bien attention et équipez-vous toujours de la meilleure façon possible chez les marchands.

Wonder Boy in Monster World mettra davantage à l'aise que les précédents opus : ici, pas de timer à respecter, la difficulté est nettement mieux dosée, tout a été pensé pour vous faire vivre une aventure digne d'un Metroidvania teinté de fantasy. C'est un véritable plaisir que de parcourir Monster World et de retourner dans certains endroits du jeu sitôt de nouvelles possibilités obtenues, car le jeu regorge de trésors secrets qu'il vous faudra débusquer ! Le jeu se targue aussi de proposer quelques belles références aux précédents opus, vous ne serez clairement pas déçu du voyage.

Enfin, Monster World IV fait la part belle à l'action plateforme, et privilégie les gros temples à explorer de fond en comble. Des passages délicats sont à prévoir, ainsi que la frustration de ne pas pouvoir retourner en arrière dans les temples sitôt ceux-ci terminés : prenez donc garde à ne pas louper certains coffres bien cachés... Asha, l'héroïne, se manie très bien et propose la plus grande souplesse par rapport à l'ensemble de nos héros précédents. Profitez-en pour savourer ce jeu à sa juste valeur, il vous le rendra bien.

En résumé, un gros challenge vous attend, avec une difficulté pas toujours bien dosée selon les opus mais ceux-ci proposent tous un univers globalement suffisamment accrocheur pour vous donner envie de vous retrousser les manches pour venir à bout des 1001 dangers qui vous guettent. Les retrogamers en mal de jeux difficiles seront aux anges, les plus jeunes auront sans doute un peu plus de difficulté à rentrer dans l'ambiance proposée.
Chasse aux trophées
Un total de 21 trophées, platine inclus, récompensera les joueurs ayant envie d'obtenir un platine difficile.

8 trophées en or, 4 en argent et 8 en bronze, vous aurez de quoi faire. On peut découper l'obtention des trophées en 3 catégories : tout d'abord, les 4 trophées liés à la complétion de chacun des jeux, ensuite, une quinzaine de trophées sont liés à l'histoire de chaque opus et ne peuvent donc pas être manqués, et enfin les 3 derniers trophées sont liés aux actions spécifiques.

Vous l'aurez compris, ce platine est exigeant : finir les 4 jeux sera loin d'être une partie de plaisir, même avec l'ajout ô combien précieux de la fonction de rembobinage. Les amateurs de jeux de plateforme d'un niveau moyen/bon vont souffrir quelques heures, les néophytes se décourageront sans doute devant l'ampleur de la tâche. Même les joueurs confirmés devront faire face à des obstacles assez délicats.

Sans surprise, la palme de la difficulté revient au premier Wonder Boy : terminer le jeu vous octroiera tous les trophées liés à ce jeu, y compris les 2 premiers trophées liés aux actions spécifiques. En effet, ces 2 trophées consistent à obtenir pour l'un 500 000 points pour décrocher (Or) Highscore Fanatic et pour l'autre trophée, (Bronze) Dollhouse, il faut ramasser sur votre chemin 8 poupées. Sachant qu'il y a une poupée par niveau, la tâche est aisée... Mais pour pouvoir atteindre le niveau final, il vous faudra localiser TOUTES les poupées et certaines sont vraiment bien cachées : sans soluce, cela prendra forcément des heures et des heures de jeu.

Ensuite, finir Wonder Boy Monster Land ne sera pas de tout repos : loupez quelques équipements et vous ne serez absolument pas parés pour venir à bout des derniers niveaux, le jeu ne pardonnera pas votre manque d'équipement, et vous serez bon pour tout recommencer. Certaines boutiques sont invisibles dans les derniers niveaux et sans soluce, là encore, la tâche s'annonce ardue.

Les 2 Wonder Boy de la Mega Drive, proposant une maniabilité globalement plus aisée, poseront moins de soucis niveau difficulté. Cependant le challenge reste relevé, surtout dans Monster World 4, qui est davantage axé action que Wonder Boy in Monster World. Heureusement, les nombreuses capacités d'Asha, si vous les exploitez bien, devraient suffire à en voir le bout, pour peu que vous usiez et abusiez de la fonction de rembobinage à chaque fois ou presque qu'un malheur vous guette. Servez-vous bien de Pepelogoo, ce dernier pourrait sans doute vous emmener dans des endroits inaccessibles de prime abord qui pourraient vous octroyer un trophée...

Beaucoup de patience requise et un goût prononcé pour les gros challenges old school, avec un soupçon de détermination pour avancer coûte que coûte : voila ce qu'il vous faudra pour mériter votre platine, clairement pas accessible pour le commun des joueurs : vous voilà prévenu.
Conclusion
Pour une compil digne de ce nom attendez novembre et l'anniversary edition, elle proposera 21 versions des 6 principaux Wonder Boy de la saga. Espérons que cette nouvelle édition soit disponible sur le store, car pour le moment on ne la trouve qu'en édition limitée en boîte chez Strictly Limited. En tout cas pour à peine 15 euros de plus que cette compil limitée, ce serait dommage de s'en priver.
J'ai aimé
  • Vu la difficulté, vous en aurez pour votre argent !
  • La fonction de rembobinage, un vrai plus.
  • Wonder Boy in Monster World justifie presque à lui seul l'intérêt de cette compil.
Je n'ai pas aimé
  • Pourquoi nous avoir privé du troisième opus de la saga ?
  • Une compil fainéante quand on connait déjà les jeux proposés.
  • Aucun jeu traduit en français, une honte en 2022.
12
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine difficile

Ex-Nihylo (ex-nihylo)

145
1115
1472
4030