Wavetale

ps5

1
10
3
1
11
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 12/12/2022
Genre(s) : Aventure
Territoire(s) : FRANCE

11 joueurs possèdent ce jeu
15 trophées au total
0 trophée online
1 trophée caché

Platiné par : 8 joueurs (73 %)

100% par : 8 joueurs (73 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par matrobymat le 25-01-2023 - Modifié le 25-01-2023

Introduction

Image

Intrigué par un trailer montrant des environnements colorés et un personnage virevoltant dans tous les sens dans des phases de "plateforme" paraissant dynamiques à souhait, j'ai décidé de me laisser tenter par Wavetale. Créé par les suédois de Zoink/Thunderful, ce petit jeu d'abord exclusivité temporaire de Stadia (RIP) vogue maintenant vers d'autres rivages et d'autres plateformes. La croisière s'amuse-t-elle (coucou les vieux qui auront la référence) ou s'agit-il d'un naufrage à la Titanic ? Réponse ici-même.
Contenu du jeu
Vous incarnez Sigrid, une adolescente aux cheveux bleus munie d'un filet qui lui permet de récupérer des étincelles, source de puissance du monde de Wavetale. La jeune fille vit avec sa grand-mère dans un monde envahi par la mélasse, une matière noire visqueuse qui semble se propager et tout avaler, suite aux forages intenses réalisés par la société Dent-de-lion. Vous apprendrez qu'une guerre a eu lieu par le passé entre Ville-rivage et les Pattes sales, les créatures issues de la mélasse, et que les effets de cette guerre se font encore sentir aujourd'hui, la mélasse continuant sans cesse sa marche en avant. Seules les étincelles semblent réussir à la repousser, mais la rencontre de Sigrid avec une ombre sous-marine risque de changer la donne. En effet, rapidement, notre héroïne se liera avec une forme, se déplaçant sous l'eau en miroir avec elle et lui permettant de marcher, courir et surfer sur l'océan. Forte de cette alliée, Sigrid va se retrouver propulsée au centre d'un combat pour la survie de son environnement.

Vous voici donc aux prises avec un mélange de jeu de plateforme et d'action, en open world, où vous aurez à charge, pour cinq ou six heures, de sauver votre monde, à l'aide de quelques alliés. Le tout est très court, même si l'histoire est plaisante bien qu'un peu trop prévisible. En effet, avec une morale écologiste toute actuelle, il manque un peu de rebondissements, mais le lore est assez bien travaillé, servi par quelques cinématiques rendues avec le moteur du jeu, et par des pages de journal que vous trouverez disséminées un peu partout dans le jeu et que vous pourrez lire si vous souhaitez plus de détails sur les personnages ou sur les évènements passés.

Le tout est en solo, entièrement doublé en français, bien que certains dialogues soient seulement sous-titrés, les personnages se contentant de murmurer de la purée incompréhensible : une manière de réduire les coûts probablement.
Aspect technique du jeu
Chatoyant est le terme qui convient le mieux à Wavetale. Vous évoluerez dans un environnement coloré et mignon tout plein, de type cartoon. L'ensemble est joli sans être un monstre de technique, mais l'essentiel est là : le jeu dispose d'une identité propre et est agréable à parcourir. Certes, c'est un peu trop gentillet (mêmes les ennemis ont l'air sympathiques, on a presque envie de leur faire un petit câlin) et cela manque cruellement de diversité (il n'y a qu'un seul type de décor : l'océan parsemé de quelques îles quasiment désertiques) mais au moins le jeu est accessible au plus grand nombre.

L'ambiance sonore est assez agréable, sans contenir de grands thèmes mémorables. Le fond sonore est assez ténu, discret, mais ponctué deux ou trois fois par les chants de la protagoniste, que l'on aurait aimé plus nombreux. Comme je l'ai dit dans la section précédente, le jeu est entièrement doublé en français, ce qui est très appréciable.

Concernant le gameplay, il est assez simpliste (j'y reviendrai dans la section suivante), mais répond parfaitement. Un jeune enfant pourrait y jouer sans trop de problèmes. D'une manière générale, le tout est fluide, même si quelques rares ralentissements peuvent apparaître. Aucun bug n'est à noter.
Plaisir à jouer et à rejouer
L'histoire est plaisante à suivre et le lore est assez bien travaillé. Le jeu a du fond et la trame se déroule agréablement sous fond de risque écologique. Notre personnage est très agile et peut donc marcher, courir, planer à l'aide de son filet, surfer sur l'eau, sauter et profiter d'éléments du décor la projetant dans les airs ou lui permettant de grinder à l'aide d'espèces de toboggans géants. C'est très intuitif et facile à maîtriser, un peu trop même.

En effet, notre personnage possède, dès le début du jeu, l'ensemble des capacités que je viens de décrire. Malheureusement, c'est tout ce que l'on aura à se mettre sous la dent et l'on aurait aimé un peu plus de gigantisme et/ou de difficulté à réaliser les "cascades" du jeu. Le level-design n'est pas assez travaillé et aurait pu être plus grandiose, plus technique, nécessiter plus de skill, etc. Entre simplicité et simplisme il n'y a qu'un pas dont Wavetale s'approche un peu trop dangereusement. C'est dommage. On dirait presque une démo d'un jeu qui sortira dans quelques années. On aurait aimé plus, d'autant que l'on s'amuse bien avec le peu qui nous est donné.

Les combats s'inscrivent dans la même veine. Le nombre d'ennemis est assez pauvre : cinq types différents en tout et pour tout. Aucun ennemi ne vous résistera plus de deux secondes, et il suffira de leur taper dessus avec la seule touche d'attaque qui est à votre disposition. Ils n'esquiveront pas, ne broncheront pas, ne se défendront pas, et n'auront même pas l'occasion, la plupart de temps, ne serait-ce que d'essayer de vous attaquer. Il aurait tout de même été assez facile de rendre les combats un peu plus durs, car là les ennemis font clairement de la figuration. Je pense ne pas être mort une seule fois pendant tout le jeu.

J'ai surtout été "déçu" par rapport à ce que montrait le trailer. En fait, en quelques secondes, on aperçoit des déplacements funs, des combats et une histoire de science-fiction qui pourrait être sympa. Alors bravo aux personnes qui ont conçu ce trailer car ils m'ont bien vendu le jeu, mais lorsque l'on y met les mains, on se rend compte que le trailer montrait absolument tout. Les combats se limitent au seul coup que l'on voit, les environnements se limitent à ce que l'on voit et le gameplay... se limite à ce que l'on voit. C'est frustrant.
Chasse aux trophées
Les trophées remontent-ils un peu la difficulté du titre ? Eh non, pas le moins du monde. Oh, si, allez, un tout petit peu à cause d'un défi qui nécessitera quelques essais avant d'être réussi. La liste est très courte : quinze trophées au total, platine compris.

Sur ces quinze trophées, seuls quatre ne sont pas liés à l'histoire. Pour ceux-ci, il faudra réaliser des défis de "parkour" donnés par un personnage secondaire, en réalisant des courses solo prédéfinies en fonçant à travers divers points de passages et en utilisant les éléments de gameplay dont je parlais dans la section précédente : toboggans, planeur, sauts, points de projection, etc.

Je pense avoir réalisé deux de ces quatre défis du premier coup sans même connaître le parcours, et pour les deux autres avoir dû m'y reprendre à quatre et dix fois. Voilà, c'est tout. Le strict minimum est donc demandé ici. Il aurait été assez facile d'utiliser les trophées pour relever un peu le niveau de difficulté du jeu. Nécessité de finir le jeu sans être touché, réaliser certains parcours sans tomber à l'eau ou dans un temps imparti, etc., autant de solutions assez aisées à mettre en place pour satisfaire les joueurs un peu plus exigeants. Dommage.
Conclusion
L'histoire et la trame de fond de Wavetale auraient mérité bien mieux. Celles-ci sont agréables et bien travaillées, mais souffrent d'un manque de travail et d'ambition dommageables. C'est bien trop court, bien trop facile, et on en fait bien trop vite le tour. C'est clairement un jeu pour les jeunes enfants. Les joueurs un peu plus expérimentés et exigeants que sont les chasseurs de trophées plieront le jeu en deux temps trois mouvements et passeront à un autre sans en garder un souvenir mémorable alors qu'il aurait été simple d'utiliser les trophées pour relever un peu le niveau de difficulté.
J'ai aimé
  • L'histoire et le lore
  • Le doublage français
  • C'est mignon tout plein
Je n'ai pas aimé
  • Bien trop facile
  • Bien trop court
  • Le gameplay pouvait facilement être enrichi
11
Je recommande ce jeu : Aux enfants, Aux chasseurs de trophées/platine facile

matrobymat (matrobymat)

182
714
1925
6229