VR Skater

ps5

1
7
12
13
10
3

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 04/08/2023
Genre(s) : Sport, Indépendant
Territoire(s) : FRANCE

9 joueurs possèdent ce jeu
33 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché
1 DLC

Platiné par : 1 joueur (11 %)

100% par : 1 joueur (11 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par Cheerotonine le 11-08-2023 - Modifié le 17-08-2023

Introduction

Image

Image
 
 
Le skate a déjà fait sa place dans le monde vidéo-ludique au travers de licences ultra-connues comme Skate ou Tony Hawk's. Entre half-pipe et bowl jusqu'à la célébrissime méga-rampe, tous les amateurs du genre ont déjà replaqué un trick sur une de ces structures iconiques, sur des jeux variés allant du type arcade à la simulation. En 2021, l'immersion a été poussée à son paroxysme, avec la sortie du tout premier jeu VR de skate : VR Skater, qui arrive plus de deux ans plus tard sur PlayStation avec le PSVR2.

Habituée des jeux de skate et pratiquante du dimanche, la première chose qui m'est passée par la tête en voyant la bande-annonce de VR Skater et l'article du PsBlog, c'est un truc du genre "Ah trop cool, ça déchire". J'allais enfin pouvoir claquer des tricks de dingue avec l'impression que c'est (presque) réel, tout en évitant de me rétamer. Le rêve pour n'importe quel amateur de skate un peu freiné par les risques de chutes. Totalement hypée par le jeu, je n'avais donc qu'une seule envie : pouvoir le tester ! Et parce que j'apprécie la compagnie, je vous emmène avec moi pour prendre les spots imaginés par Deficit Games.
Contenu du jeu
Image
  
  
Arrivés dans le menu principal, trois catégories se dressent face à nous. L'académie, le Los Franconias tour et la classée. Le premier mode nous emmène aux tutoriels pour apprendre à placer nos figures. Une fois ces dernières maîtrisées, nous pouvons aller nous essayer dans la zone de challenge pour faire nos preuves. Rien de bien compliqué, on est toujours qu'à l'académie. Après tant d'entraînement, il est temps de faire une pause en mode libre avant de vous attaquer au Los Franconias tour. Ce tour est divisé en sept quartiers : Neighborhood, School, Industrial, Docks, Business, Subway et Construction. Pour chacun d'entre eux, il est possible de prendre différents spots imposés dans les challenges, c'est-à-dire atteindre un certain score en trois essais sur un seul endroit (marche, gap, descente..). VR Skater nous propose aussi un mode street run, sudden death et best tricks. Dans les deux premiers modes, nous devons atteindre un certain score avant d'arriver à la ligne d'arrivée, peu importe le nombre de spots et de tricks passés. Pour le premier mode, une trop grande chute ou des chutes à répétition mettront fin à notre session. Quant au deuxième, une seule chute et nous sommes bons à recommencer. Pour les best tricks, nous pouvons passer 5 spots maximum pour atteindre le score. Notez qu'à la différence des challenges, les spots ne sont pas imposés, à nous de choisir lesquels prendre.
Chaque médaille gagnée nous offrira un gain d'XP nous permettant de monter de niveau. Un plus est accordé lorsque toutes les médailles d'or du même quartier sont obtenues, un trophée dans le jeu se débloquera.
 
Pour ce qui est des tricks, on retrouve les traditionnels flips, les grinds/slides, les manuals et les grabs. Il n'y a pas énormément de flips de disponibles, on retrouve le kickflip et son opposé le heelflip, leurs variantes, le hardflip, les late flip et les Shove-it. La combinaison VR et Skate n'étant pas totalement maîtrisée, nous n'aurons pas de 180/360 ou encore de front/back flip. Je peux comprendre que l'expérience aurait pu être éprouvante pour le joueur, mais le fait est que le jeu est par conséquent assez pauvre en figures. Il en va de même pour les grabs à part un tail grab ou un nose grab, impossible de choper la planche sur le côté. Ces manquements nous privent d'une bonne quantité de tricks, du simple hippy jump aux finger flips passant par les footplants (difficiles sans pieds me direz-vous), nous devrons nous contenter de la faible diversité proposée par le jeu pour faire nos lignes.
 
Tournons-nous plutôt vers les lieux proposés à Los Franconias. Comme dit précédemment, nous pourrons skater dans sept quartiers. Nous avançons de façon linéaire avec des éléments de l'environnement dispersés un peu partout, prêts à être ridés. Bien que riches en spots, la descente de ces quartiers est ridiculement courte, et impossible de faire demi-tour, ce qui peut s'avérer très frustrant. On note quand même une bonne diversité et une originalité dans la conception des spots, de même que leurs éléments s'associent bien ensemble pour enchaîner les tricks sans galérer à prendre le prochain rail mal placé, ou la prochaine rampe trop éloignée. VR Skater nous a préparé dans un coin annexe, accessible depuis le menu principal, un menu "cartes supplémentaires", qui pour l'instant n'en contient qu'une. Mais pas des moindres, vu que la carte proposée n'est ni plus ni moins que la mega-rampe, ressemblante à son homologue rendue célèbre par Danny Way. Ici aussi on note des grands absents : le half-pipe et le bowl, pas de piscine à rider et c'est bien dommage. Cette absence est d'ailleurs sûrement liée à l'impossibilité d'aller trop à droite ou trop à gauche.

J'aimerais bien vous parler du mode classé, mais ce dernier n'étant disponible que le 4 septembre, nous pouvons toujours attendre avant de se frotter à plus fort que nous. Sans parler du mode en ligne, une fois sur la ligne de départ, nous nous sentirons bien seuls. Pas de PNJ, pas de spectateur, il n'y a littéralement pas un chat. Au moins il n'y a personne pour se mettre dans nos roues, mais une présence et quelques commentaires auraient été les bienvenus.
 
Dernier point, nous pouvons personnaliser le skate selon nos goûts. Si on ne peut pas jouer sur la dureté des roues et le serrage des trucks qui auraient pu influencer la tenue du skate sur la route, nous pouvons entièrement changer l'esthétique du skate. Grip, planche, trucks et roues peuvent changer de couleur et de texture. Petit plus sympathique : plus on skate, plus la planche morfle, ajoutant un soupçon de réalisme comme on aime.
 
Pour résumer, VR Skater est assez pauvre en contenu, il n'y a pas de réelle histoire principale et on est balancés dans le Los Franconias tour sans même se rendre forcément compte qu'il s'agit d'un "tour". Une simple histoire comme Skate qui part de la base d'un "vous êtes un nouveau skater, progressez pour devenir skater pro" aurait suffit, mais là non, il n'y a rien. Le nombre de zones est aussi restreint et sans mauvais jeu de mots, on en fait vite le tour. Il en va de même pour les tricks, on reste sur du basique, bien que l'aspect VR puisse compliquer la réalisation de certaines figures, il en manque un paquet qui auraient pourtant pu être facilement plaquées.
Aspect technique du jeu
Image
  
  
Quand on parle d'un jeu VR, on se doit de parler de l'immersion, surtout pour un jeu qui se déclare être un "savant mélange de jeu d’arcade et de simulation" dans "une expérience la plus authentique et immersive possible". Si au premier abord skater avec les mains semble contre-intuitif, force est de constater que Déficit Games a réussi à rendre immersif son gameplay. Les bras et les mains jouent déjà un vrai rôle dans le skate pour tenir l'équilibre ou pour s'aider à s'élancer, et on retrouve le mouvement naturel des bras dans la façon de réaliser les flips. Côté grinds, ce seront les touches (croix) (carre) (triangle) et (rond) qui géreront. On perd du réalisme ici, peut-être qu'une jauge avec un équilibre à tenir les bras écartés aurait pu les rendre plus réalistes.
Le jeu se veut "facile à prendre en main, mais difficile à maîtriser", honnêtement je l'ai trouvé difficile à prendre en main et facile à maîtriser. Les tutoriels ne sont pas hyper clairs au premier coup d'œil, le replaquage est parfois un peu complexe à réaliser, je n'ai vraiment pas trouvé que le début du jeu était facile. En revanche, en même pas 10 heures de jeu, je maîtrise quasiment l'ensemble des figures et j'ai déjà explosé tous les spots avec la médaille d'or. Vraiment pas compliqué à maîtriser, même s'il y a toujours des ratés.

Parlons peu, parlons des quartiers. Lors du mode street run, sudden death ou best tricks, il est impossible de revenir facilement à un endroit pré-défini. On peut bien placer un point de respawn, mais on n'y revient qu'en cas de chute, pas dingue donc. Ajoutons à cela que pour revenir au début du quartier il faut relancer le niveau, et que cette manœuvre demande un temps de chargement assez conséquent, vous avez la recette parfaite pour énerver les plus impatients. Et dans un jeu qui demande d'essayer et de ré-essayer, c'est hyper lourd. En parlant de respawn, si aucun point n'est choisi, le jeu a tendance a nous faire réapparaître après l'obstacle raté. Mais il nous fait aussi revenir parfois avant, ce qui fait qu'il est parfois très compliqué voire impossible de continuer à skater sans se prendre directement l'obstacle. Ce qui fait qu'on chute, et qu'on réapparaît au même endroit, toujours bloqué. Cette situation est arrivée assez souvent, et c'est vraiment insupportable.

Côté sonore, les bruitages du skate sont sympas. Bruit des roues sur le bitume, truck qui penche et plaquage à l'atterrissage, on apprécie toujours le bruit de notre planche. En revanche pour ce qui est de la bande-son, je n'aime vraiment pas. Non pas que je sois difficile, une ambiance rock est toujours plaisante, mais je trouve que les musiques choisies ne sont pas dingues pour se mettre dans l'ambiance. C'est très personnel mais ça me pose question, pas une seule musique sur les treize proposées ne me plait vraiment. Heureusement, on peut toujours les couper. Pour ceux qui les aimeront, il y en a sûrement, vous pourrez sélectionner la musique que vous voulez écouter ! Par contre, elles finissent par ne plus tourner si on reste trop longtemps dans un défi, nous laissant donc seuls avec les bruitages.

Au niveau du visuel, c'est encore une fois très subjectif, mais j'aime beaucoup. Un ensemble très lumineux, un peu pâle certes, mais je me suis sentie comme dans les décors de Skate 3. Les éléments du décor sont simplistes et épurés, très peu détaillés et les objets qui font partie d'un spot sont bien mis en valeur pour nous permettre de savoir ce qu'on peut prendre.
Le gros point faible visuel est incontestablement la direction artistique du menu et de la navigation qui n'est vraiment pas agréable à regarder. Le bleu et le rose vont jurer avec la base jaune et noire. Qui n'est de base, pas un choix artistique qui mettra tout le monde d'accord.

Le jeu est entièrement en anglais et c'est extrêmement problématique. Les tutoriels sont quasi-incompréhensibles pour les joueurs n'ayant pas une bonne base en anglais, et même en se débrouillant, s'amuser à déchiffrer et devoir au passage comprendre les consignes pour tenter de les appliquer ajoute de la complexité à la compréhension des tricks qui n'était vraiment pas nécessaire.
Plaisir à jouer et à rejouer
Image
 
 
J'ai très rapidement accroché à VR Skater. J'ai adoré apprendre à skater avec mes mains et je me suis vite prise au jeu de l'immersion. Les premières minutes et heures de jeux sont incroyablement captivantes, au point de vaciller en atterrissant tant l'impression d'être le skateur est présente, et ça ne l'a pas fait qu'à moi. Après le plaisir de la découverte s'est installée l'envie de réussir et j'ai très vite forcé, forcé et encore forcé pour atteindre le meilleur score dans tous les domaines. Malgré les très fortes courbatures, l'envie de rejouer a toujours été présente jusqu'à ce que je finisse par obtenir toutes les médailles d'or. Sans jouer très longtemps, six à sept heures à tout casser, j'ai fini tout ce que je pouvais faire. Plus de scores à exploser, plus de lieux à explorer, même la mega-rampe m'a parue fade. C'est pourtant normalement un lieu super fun pour enchaîner les tricks, mais là... Courte et sans possibilité de demi-tour, si j'ai passé vingt minutes dessus c'est déjà énorme.
Sans être hyper friande de difficulté, j'aime avoir des objectifs à atteindre. Mise à part cette histoire de score bien vite dépassée, l'absence de défis type "réalise un varial heelflip to FS noseslide" qu'on peut retrouver dans la saga Skate m'a énormément manqué ici. Le fait d'avoir poncé les trois opus de Skate a d'ailleurs certainement joué un rôle sur cette impression qu'il n'y a vraiment pas grand chose à faire dans VR Skater. J'attendais beaucoup de VR Skater, et je n'ai clairement pas eu ce que j'attendais. Seul le gameplay et la disposition des objets dans les différents spots est et reste dingue à mes yeux.

Côté rejouabilité, j'ai aimé refaire le jeu sur un compte annexe pour atteindre à nouveau la médaille d'or. Mais sinon il n'y a pas vraiment d'intérêt à rejouer les modes des quartiers si ce n'est exploser son propre score ou s'entrainer sur des spots qui n'ont pas été beaucoup exploités. Le mode libre qui pourrait jouer sur la rejouabilité comme c'était le cas pour les jeux Skate, n'apporte ici rien de fou. L'absence de demi-tour encore une fois, le manque de subtilité et de diversité des tricks, le très court parcours du quartier fait qu'on se lasse très vite. J'attends de voir ce que va donner le mode classé.
Chasse aux trophées
Image
  
 
Vingt-huit petits trophées nous mèneront au (Platine). Ce nombre déjà pas hyper impressionnant, l'est encore moins si on regroupe les trophées par catégorie. D'un côté, les trophées liés à "l'histoire" : Complétez tous les tutoriels et vous aurez déjà quatre trophées. Atteignez ensuite l'or dans l'ensemble du San Franconias tour, et vous en aurez débloqué quatre autres.

Vous aurez ensuite quatorze trophées liés aux statistiques, dont six se débloqueront automatiquement si vous en faites six autres. Exemple : (Bronze) parcourez une distance de plus de 1 mile sera forcément débloqué quand vous aurez (Argent) parcourez une distance de plus de 10 mile. Les trophées de la flemme un peu. Nous pourrons aller jeter un coup d'œil dans les statistiques depuis le menu pour connaître notre progression, et ça c'est sympa !
 
Quatre autres trophées complètement liés vous demanderont de faire un certain score en un seul combo. Si vous débloquez (Or) Insane Combo, vous aurez donc débloqué les trois autres trophées demandant de réaliser un combo inférieur. Je vous ai déjà parlé de trophées de la flemme ? En voilà un excellent exemple.
 
Si vous vous investissez un tout petit peu, vous ne devriez avoir aucun mal à venir à bout de ces trophées pour obtenir (Platine) World Class VR Pro Skater.

Entre liste de la flemme, trophées en anglais, design ridicule et faible nombre de trophées, VR Skater ne nous propose vraiment pas une chasse aux trophées attrayante.
Conclusion
Malgré l'engouement que peut provoquer l'idée d'un jeu de Skate en VR, c'est un bilan plutôt négatif qui ressort du jeu. VR Skater a réussi l'exploit de triompher face à l'aspect le plus compliqué et de se vautrer sur le plus simple. Le gameplay qui semblait pourtant le plus difficile à rendre réaliste et immersif a été pensé et confectionné avec brio. Le contenu même du jeu concernant les tricks disponibles et les coins à rider pour diversifier notre aventure a lui été bâclé. Pour résumer, tout dans la technique, mais rien pour l'exploiter à fond. Note aux chasseurs : fuyez.
J'ai aimé
  • Le gameplay est GÉ-NI-AL
  • Un environnement épuré et bien visible
  • Du cœur dans la personnalisation
Je n'ai pas aimé
  • Peu de contenu
  • Aucune histoire principale
  • Quelques bugs
  • Des respawn parfois éclatés
  • Une liste des trophées basique et quand même buggée
10
Je recommande ce jeu : Aux curieux

Cheerotonine (Cheerotonine)

201
1400
1790
4700