Vera Blanc : Full Moon

ps4

1
11
0
0
9
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 11/11/2020
Genre(s) : Visual novel
Territoire(s) : FRANCE

88 joueurs possèdent ce jeu
12 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 82 joueurs (93 %)

100% par : 82 joueurs (93 %)


Note des joueurs :
1/5 - 1 note

Note des platineurs :
5/5 - 1 note

Test rédigé par Ex-Nihylo le 30-11-2020 - Modifié le 10-12-2020

Introduction

Vera Blanc est une détective chargée d'enquêter sur les mystérieux crimes commis par un loup garou. L'action se déroule au coeur de la Forêt-Noire, en Allemagne et le jeu se veut être un roman vidéoludique avec des choix à faire en vu de résoudre l'enquête, avec fins multiples à la clé.

Promettant de nombreux mini-jeux variés et une quête de vérité intense, le jeu est signé Ratalaïka Games et développé par WinterWolves Games.

Le jeu tient-il toutes ses promesses ? Réponse dans les quelques lignes ci-dessous, en attendant vous pouvez toujours admirer le trailer officiel du jeu :

Contenu du jeu

Vera, l'héroïne, dispose du fabuleux pouvoir de pouvoir lire dans les esprits des gens. Cela lui permettra d'avancer dans son enquête puisqu'elle aura à faire avec différents protagonistes, qu'il s'agisse de policiers, de la secrétaire du maire, d'infirmiers etc etc.

Et quelle est la meilleure des façons de se servir de ce pouvoir ? Tout simplement de nous proposer un jeu qui, à la manière de la roue de la fortune, doit nous permettre de trouver des indices pour poursuivre l'histoire du jeu. Ainsi vous avez une grille de mots à trouver à l'aide des 26 lettres de l'alphabet, et comme dans le jeu du pendu, vous avez un nombre limité d'erreurs (3 maximum ici). Les phrases à trouver sont en anglais alors n'hésitez pas à utiliser les lettres anglaises fréquemment employées, comme le W ou encore le Y.

L'autre jeu mis en avant pour continuer la quête est un autre jeu existant déjà depuis des siècles, à savoir celui des 7 différences : à vous de pointer votre cible sur les petites différences présentes sur l'image de droite, qui est donc quasiment la même que celle de gauche. Cela contribue aussi au relevé d'indices permettant de faire avancer l'histoire.

Enfin, lors des phases de dialogue avec les autres protagonistes, vous aurez aussi des choix à faire qui influenceront le déroulement du scénario : trompez-vous le moins possible sinon il y a des risques de game over quasi-instantané. Pour plus de sûreté, sauvegardez fréquemment votre partie avant de vous lancer dans un nouveau dialogue.

Et c'est à peu près tout pour le contenu. Ai-je omis de dire que l'on peut zapper en un éclair tous les dialogues, pour arriver directement au moment où des choix doivent être faits ? Cette option sera la bienvenue pour les plus pressés d'entre nous, ceux qui n'auront pas la patience de lire des tonnes d'écrans de jeu.

L'histoire reste assez intéressante pour vouloir mener l'enquête jusqu'au bout, mais le contenu est beaucoup trop pauvre, d'autres mini-jeux auraient été les bienvenus, ainsi que la possibilité d'avoir accès à un mode difficile. Tout le contenu repose donc stricto sensu sur la narration. Vous l'aurez compris, ici, c'est du pur et dur visual novel, tout simplement.
Note : 2/5

Aspect technique du jeu

Les images fixes sont plutôt jolies, du moins pour celles et ceux qui apprécient le style BD d'un jeu. Les animations n'existent tout simplement pas dans ce jeu, on sent quelque peu la flemme derrière les auteurs, qui, même avec un petit budget, nous ont habitué à mieux dans le genre.

Le son et les bruitages resteront anecdotiques, là encore le manque de budget et la flemmardise des développeurs se ressentent très rapidement. De plus, il n'y a même pas de traduction française : un comble pour un jeu 99 % textuel ! C'est d'autant plus inadmissible que les autres jeux signés Ratalaïka avaient au moins le mérite de proposer plusieurs langues, dont le français. Ici on devra faire avec l'anglais, mais rassurez-vous, comprendre à peine quelques bribes de cette langue suffira amplement pour en venir à bout.

Au final ce n'est clairement pas pour son aspect technique que l'on appréciera ce jeu, puisqu'à part de beaux écrans fixes tout droit sortis d'une BD, le reste est purement anecdotique.
Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Un jeu textuel basé sur des énigmes bien trop simples, trop peu nombreuses et ridiculement variées avec possibilité de sauvegarder à chaque étape pour éviter d'avoir à relancer le jeu dans son intégralité, voila ce qui vous attend.

Promettant de nombreux mini-jeux alors qu'il n'y en a que 3, et qui n'apportent que très peu de fun - en particulier celui qui consiste à retenir des suites de numéros qu'il faut retranscrire à l'écran - les développeurs se sont quelque peu moqués de nous.

Pire, il n'y a vraiment aucun challenge, tout peut se régler en une seule partie et aucune rejouabilité n'existe dans ce jeu, mis à part si vous aimez lire des quantités de dialogues qui n'auront, au final, aucun impact sur le jeu en lui-même ! Les fans de BD y trouveront peut-être leur bonheur mais l'enchaînement d'écrans statiques finira sûrement par avoir raison des plus patients d'entre eux.

Au moins le gameplay est accessible à tous : une touche pour valider, une autre pour zapper les dialogues : peut-on faire plus simple que cela ?

Au final, le seul plaisir du jeu consiste essentiellement à lire des quantités de dialogues qui, au demeurant, restent intéressants et nous font plonger dans l'intrigue, mais les mini-jeux proposés tiennent de l'anecdote et la rejouabilité frôle le zéro absolu.
Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Un platine tombera sitôt les 11 trophées en or obtenus, et autant vous dire que vous allez devoir cravacher sévère pour ne pas y parvenir !

En effet, il faudrait vraiment en vouloir pour passer à côté des trophées : la plupart sont de toute façon liés à l'histoire, et même sans grande connaissance de l'anglais, on peut aisément en venir à bout.

8 trophées sont ainsi liés à votre avancée dans l'histoire du jeu, avec un trophée par épisode accompli - il y a 7 chapitres en tout - 1 pour la bonne fin, 1 pour la mauvaise. Si vous avez sauvegardé votre partie au début du dernier chapitre, il suffira de la relancer, de modifier votre choix et d'obtenir la fin que vous n'avez pas eu en premier.

Les développeurs ont quand même pensé à ceux qui se procureraient le jeu uniquement pour le platine - on dirait que c'est récurrent pour quasiment tous les jeux signés Ratalaïka - puisque d'une simple pression sur une touche, vous pourrez zapper tous les dialogues pour en venir directement aux choix cruciaux à effectuer dans le jeu : autant dire que le jeu peut se boucler très rapidement et le platine tomber en une grosse demi-heure.

Les 3 derniers trophées consistent à réussir au moins une fois l'un des 3 mini-jeux présents dans le soft : complétez une fois l'espèce de jeu du pendu, achevez une fois le jeu des 7 différences et accomplissez une fois le jeu où il faut juste retenir un ordre de numéro précis et ces 3 trophées seront à vous. Là encore, rien de bien difficile, vous pouvez même, dans le cas du 3è trophée cité, noter sur une feuille l'ordre des numéros qui défilent à l'écran pour encore plus de simplicité !
Note : 3/5

Conclusion

Un platine facile que l'on peut obtenir en l'espace d'une demie-heure mérite t-il l'investissement de 4.99 € demandé ? Le jeu en lui-même n'est pas complètement daubé mais Ratalaïka cède un peu trop à la facilité et le plaisir du jeu s'en ressent nettement. A réserver aux fans de jeux textuels sans prise de tête avant tout et aux amateurs de platines faciles, les autres, passez votre chemin ! Et en prime il n'y a même pas l'habituel bundle PS Vita offert...
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
9
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux chasseurs de trophées/platine facile

Ex-Nihylo (ex-nihylo)

99
672
1269
3653