Tchia

ps5
Extra

1
7
10
4
14
3

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 21/03/2023
Genre(s) : Action , Aventure, Indépendant
Territoire(s) : FRANCE

1803 joueurs possèdent ce jeu
22 trophées au total
0 trophée online
1 trophée caché

Platiné par : 519 joueurs (29 %)

100% par : 519 joueurs (29 %)


Note des joueurs :
3.7/5 - 18 notes

Note des platineurs :
3.7/5 - 15 notes

Test rédigé par matrobymat le 07-04-2023 - Modifié le 07-04-2023

Introduction

Image

Développé par le studio Canadien Awaceb, Tchia semble promettre une aventure onirique et colorée fortement inspirée de la Nouvelle-Calédonie, nation d'origine des fondateurs du studio. Open world sorti en mars 2023, le jeu conte l'histoire de Tchia, une petite fille dont la vie paisible se retrouve bouleversée lorsque son père est enlevé sous ses yeux par un mystérieux méchant du nom de Pwi Dua. Qui est-il ? Que veut-il à son père et surtout, quels sont les étranges pouvoirs dont semble disposer la fillette ? Éléments de réponse dans ce test.
Contenu du jeu
Après un rapide tutoriel qui sert à poser les bases du gameplay, le père de Tchia se fait donc enlever, et la fillette décide de partir à l'aventure, seule, pour aller le retrouver. On se demande tout de même comment Tre, ami de la famille, peut encourager une petite fille à partir seule au devant de grands dangers alors qu'elle n'a apparemment jamais mis les pieds en dehors de son île, surtout que d'autres personnages secondaires n'hésiteront pas à faire la même chose au cours de l'histoire. On est élevé à la dure visiblement en Nouvelle-Calédonie. Passons sur ce petit bémol scénaristique, et continuons.

Au moment de l'enlèvement de son père, Tchia s'est rendue compte qu'elle avait des pouvoirs lui permettant de prendre possession de toutes sortes de choses, comme des petits objets ou des animaux. Cela lui sera donc utile dans sa quête. Je dis bien sa quête, puisque malheureusement, il n'y en aura qu'une. Non, deux, puisqu'une unique quête secondaire viendra s'adjoindre à la principale, le reste des 25 heures environ (80% du temps à peu près) que vous passerez sur le jeu sera consacré à la recherche des collectibles.

De ce fait, si vous êtes dérangés par la recherche des collectibles, passez tout simplement votre chemin, car c'est clairement la composante principale du jeu, hormis laquelle il n'y a pas grand chose à faire.

Si cela ne vous rebute pas, vous évoluerez donc sur une carte de bonne taille, de qualité et rendant un bel hommage à la Nouvelle-Calédonie, mais je vous en parlerai plus tard.
Aspect technique du jeu
L'aventure de Tchia est assez enchanteresse. De style graphique cartoon, certains éléments sont volontairement minimalistes. Les personnages, par exemple, ont des pieds sans orteils, ou des visages grossièrement dessinés, mais charmants. Le photoréalisme n'est pas recherché ici, et là n'est pas le principal. L'accent est mis sur l'île, sa faune, sa flore, et son ambiance particulière qui en font un paradis pour les yeux. Chaque instant est magique, chaque endroit où vous posez les yeux est un enchantement, même si techniquement nous ne sommes pas sur un jeu exceptionnel.

En effet, si on y regarde de près, les textures ne sont pas très fines si on s'en approche trop et il y a un clipping assez prononcé. Mais j'ai totalement occulté ces points négatifs pour être charmé par la chaleur des environnements, la beauté des collines vallonnées de sapins, la surprise des criques cachées et l'émerveillement des fonds marins remplis de coraux multicolores. On peut arguer que l'eau a un mouvement un peu trop monotone et un effet de vague un peu slime, mais on est rattrapé bien vite par son effet de transparence formidable. On peut arguer que les couchers de soleil sont un peu trop oranges, mais on est rattrapé par la beauté de la violence de la pluie tropicale et par le beau temps qui lui succède. On peut arguer qu'il y a parfois quelques chutes de framerate, mais on est rattrapé bien vite par la profondeur de champ, la facilité de déplacement au milieu de ceux-ci et l'absence totale de temps de chargement. C'est une franche réussite.

Une autre réussite vient de la bande son, qui est tout bonnement formidable. Je suis un peu difficile à ce niveau et j'ai souvent du mal à m'extasier devant des bandes son que je trouve souvent paresseuses. Extasié est un peu trop fort, mais l'ambiance sonore est de très bonne qualité, calme, apaisante, collant parfaitement à l'ambiance globale du titre. Les sonorités de flûte de pan et de ukulélé viennent accompagner en douceur vos déplacements et seront ponctués à quelques reprises par des chansons chantées par les personnages que vous devrez accompagner avec votre instrument à l'aide d'un mini jeu bien sympathique.

Le gameplay est lui aussi aux petits oignons, facile à prendre en main et répondant parfaitement, mais j'en parlerai plus en détail dans la section suivante.

À noter qu'un bug très important existe pour nous autres chasseurs de trophées, mais j'en parlerai dans la section dédiée, et je signale que c'est le seul que j'ai rencontré au cours de mon aventure, qui s'est ensuite déroulée sans encombre une fois que j'ai trouvé un contournement.

NDLR - La version 1.008.000 apporte un mode Performances qui réduit grandement les chutes de framerate et qui ne semble pas trop dénaturer la beauté du jeu. À plébisciter donc.
Plaisir à jouer et à rejouer
Alors est ce qu'on s'amuse sur Tchia ? Eh bien je dirais que cela dépend de votre profil de joueur.

Si vous êtes du genre allergique aux collectibles, passez votre chemin, vous allez convulser. En effet, ceux-ci vont occuper la majorité de votre temps sur le jeu (je dirais 80%) puisque l'accent du titre est mis sur l'exploration et la découverte de l'environnement.

Si les collectibles ne vous dérangent pas plus que cela, vous pourrez vous laisser embarquer dans la quête principale intéressante, empreinte de mysticisme local, et dans l'unique quête secondaire du jeu -retraçant une chasse au trésor bienvenue- mais surtout par l'exploration de fond en comble des différentes îles qui composent la carte du jeu. Pour vous aider dans cette tâche, votre journal sera votre meilleur allié puisque vous y verrez un compteur pour chaque type de collectibles, et ceux-ci seront tous présents sur la carte, puis disparaîtront une fois collectés. Dix ports sont également présents et servent de points de voyage rapide, mais étant assez éloignés les uns des autres, vous utiliserez bien plus souvent la possession d'animaux pour vous déplacer.

Vous l'avez compris, le contenu, hors collectibles, est assez famélique, mais il serait dommage de s'arrêter à cela. L'exploration est intéressante, récompensée par des panoramas formidables, et facilitée par un gameplay fun et ultra permissif. Aucune limite n'est mise à votre exploration. Tchia grimpe, s'accroche sur toutes les surfaces, même les plus verticales et lisses, peut prendre possession d'oiseaux pour voler, de poissons pour nager, de cerfs pour se déplacer plus rapidement sur terre, de chiens pour creuser, de crabes aux pinces puissantes pour couper des chaînes, etc. C'est très jouissif, précis et amusant, et on se dit même que c'est sous-exploité et qu'il y aurait eu là belle matière à créer des quêtes nombreuses et variées. Dommage que ce ne soit pas le cas, on aurait aimé prolonger l'expérience.

Les collectibles sont accompagnés de quelques mini-jeux sympathiques : tir à la fronde, courses en tous genres, empilement de pierres ou concours de plongeons, c'est amusant mais quelque peu insuffisant malheureusement.
Chasse aux trophées
Si vous avez jeté un œil à la liste des trophées, ou si vous avez lu le début de ce test (comment ça vous n'avez pas lu ?), vous aurez compris ce qui vous attend : du collectible, du collectible, et rien que du collectible, ou presque.

Dans la liste assez courte que nous propose Tchia, presque tous les trophées sont consacrés à la complétion du titre à 100% : découvrir tous les points de vue, tous les feux de camp, tous les ports, tous les coffres au trésor, etc. Vous aurez besoin de récolter toutes les perles de bénitier et toutes les figurines tressées pour avoir de quoi acheter tous les cosmétiques du jeu, libérer tous les camps d'ennemis, détruire toutes les statues de Meavora, etc.

C'est le trophée (Or) Ça de Wizz ! qui vous servira donc de fil directeur, puisque celui-ci réclame d'avoir une progression à 100%. Vous aurez quelques actions spécifiques à réaliser, comme utiliser votre fronde sur un oiseau en vol, réaliser un bond d'âme dans un objet que vous venez de quitter, ou brûler 3 ennemis avec une seule explosion par exemple.

Une dernière action à réaliser vous obligera à vérifier dans votre journal que vous avez découvert 100% de la faune et de la flore du jeu, et cela pourra être un peu pénible puisque les rencontres avec les animaux sont aléatoires. Dans l'ensemble, cela se passe bien, mais ici votre carte ne vous sera d'aucune utilité.

Dernier point, le bug très gênant : sur PS5, la reprise rapide du jeu est pour le moment totalement buggée, puisqu'elle bloque purement et simplement les trophées. Lancez donc le jeu normalement pour ne pas avoir de problème.
Conclusion
Tchia rend grâce à la Nouvelle-Calédonie, ça c'est sûr. Enfin, si vous aimez les collectibles. Dans ce cas, l'aventure enchanteresse saura vous combler par la beauté des environnements et de la bande son. Dans le cas contraire, je vous déconseille le titre qui n'a malheureusement pas grand chose à proposer (et vous pouvez baisser la note de ce test de 2 ou 3 points) alors que ses mécaniques de jeu intéressantes auraient sans doute permis bien plus. Souhaitons au studio de pouvoir sortir une suite un peu étoffée et je m'y plongerai avec délectation.
J'ai aimé
  • L'environnement de l'île
  • La facilité d'exploration
  • La mécanique de possession
  • La bande son
Je n'ai pas aimé
  • Trop de collectibles
  • Trop peu de quêtes
14
Je recommande ce jeu : À tous

matrobymat (matrobymat)

203
823
2124
6689