TAPE : Unveil the memories

ps4

1
4
17
11
15
3

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 14/04/2022
Genre(s) : Aventure, Indépendant
Territoire(s) : FRANCE

2 joueurs possèdent ce jeu
33 trophées au total
0 trophée online
10 trophées cachés

Platiné par : 1 joueur (50 %)

100% par : 1 joueur (50 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par charlrai1911 le 22-09-2022 - Modifié le 22-09-2022

Introduction

Image

Image

Amateurs de jeux narratifs et de thrillers psychologiques légèrement horrifiques ? Prenez place, vous êtes au bon endroit.

Déjà habitué à éditer quelques jeux d'horreur, l'éditeur espagnol Gammera Nest décide de replonger les joueurs au cœur d’une intrigue palpitante. Très ressemblant à son prédécesseur Insomnis de par son gameplay et son contenu, le studio semble reprendre une ancienne recette qui se voudra tout de même beaucoup moins axée sur l’horreur. Et c'est maintenant en collaboration avec les développeurs de BlackChiliGoat Studio que sortira cette nouvelle aventure.

Tout juste débarqué dans une petite maison au nord de l’Espagne, vous vous réveillerez dans la peau d’Iria, une jeune femme dont la réalité se retrouvera sens dessus-dessous, en quête de vérité au milieu d’un monde rempli de monstres.
Suivez la narration et prenez le contrôle derrière la caméra. Manipulez l’espace, réfléchissez, observez et fuyez mais surtout ne perdez pas votre objectif de vue : retrouver vos souvenirs.

Allez, soyez courageux, éteignez-moi cette lumière, enfilez votre casque et laissez-vous divaguer au travers de Tape : Unveil the Memories.
Contenu du jeu
Image

Le jeu est centré autour de trois thématiques toutes reliées entre elles : L’horreur, le cinéma et la vérité.

L’horreur est partout

Fille d’un producteur de films d’horreur relativement raté dans l'horreur mais avec un certain talent pour capturer ses sujets, vous pourrez lire tout au long de votre quête les résumés des productions cinématographiques de votre père au dos des jaquettes de ses cassettes. Apprenez-en plus sur ses histoires en vous arrêtant sur des bouts de scripts laissés à droite à gauche, témoignant de l’imagination légèrement débordante à laquelle fait preuve votre géniteur.
Si cela peut paraître plaisant parce qu’il ne s’agit après tout que d’histoire, la fiction viendra cependant vite se mélanger à la réalité. Une histoire abominable dans laquelle vous verrez en scène divers acteurs se déroulera devant vous au travers de documents qui se recouperont, apportant des brides de vérité déroutant au fur et à mesure tout ce que vous pensiez savoir.
 
Mais en quoi cette histoire vous concerne me demanderiez-vous? Demandez-donc à votre mère qui semble elle aussi avoir un rôle dans l'évènement qui vous mène aujourd'hui à traquer vos souvenirs.
Autre aspect horrifique qui vous effrayera bien au début, un monstre apparaîtra par des portails qu'il se créera. Particulièrement stressant au départ, vous traquant à la vue et à l'ouïe, vous finirez par vite le considérer comme un simple obstacle. À moins qu'il ne vous prenne par surprise (et ce sera bien fait pour vous, il fallait mieux regarder autour de vous), il est très facile de lui échapper en étant discret ou en utilisant votre caméra comme arme, vous laissant largement le temps de vous réfugier dans un des nombreux endroits qui lui sont inaccessibles. C'est même à se demander si sa passivité ne fera pas de lui un ami par la suite.

Rembobinez et débobinez

Point fort du jeu qui lui vaut toute son originalité, la caméra surnaturelle vous servira véritablement de sixième sens. Glissez votre regard à travers l’objectif et contrôlez le décor devant vous. Au diable le réalisme, vous pourrez transporter les objets le long d’une trajectoire prédéfinie à terre et/ou dans les airs dans des pièces surréelles qui semblent parfois n’avoir aucun réel sol ni aucun véritable plafond. À l’aide de votre troisième œil, vous vous affairerez à braver de véritables puzzles. Du simple dessin au mur aux reconstitutions théâtrales en passant par la (re)construction de passages, vos méninges vont devoir légèrement chauffer pour vous permettre d’avancer.
Votre caméra vous aidera à révéler ce que vous ne pourrez pas voir de vos propres yeux et à modeler ce qui vous serait inaccessible.
 
Le jeu ne s'appelle pas Tape : unveil the memories pour rien. Vous serez régulièrement amenée à trouver des cassettes. Véritable voie de communication qui vous orientera tout au long de l'histoire pour vous aider à finalement dévoiler vos souvenirs.

Si vous vouliez une preuve de l'intensité de l'intégration de l'horreur et du cinéma dans le jeu, regardez bien la bande annonce et sa plus que très flagrante référence à Shining.


La vérité, rien que la vérité

Lors de votre bataille entre le vrai et le faux, vous devrez affronter votre propre monstre se mettant continuellement au travers de votre chemin. Encore une épreuve de plus vous compliquant la tâche dans la découverte des démons entourant la raison de votre présence dans des lieux tous plus étranges les uns que les autres. Mais il n’y a pas que lui qui entravera votre quête. Votre principal guide dans cette dimension irréaliste sera votre père au travers des diverses cassettes que vous trouverez. Mais force est de constater qu’il n’y a pas que lui qui entre en jeu, loin de le suivre aveuglément, les divers documents à votre disposition tout au long de l’histoire vous permettront d’ouvrir les yeux et de vous faire votre propre opinion. L’histoire de votre père intimement liée à celle de votre mère et pourtant si conflictuelle vous poussera à vous questionner sur qui est le vrai monstre dans ce monde.
 
Mais découvrir la vérité lorsque les souvenirs sont brouillés n'est pas une chose aisée. D'où l'importance tout au long de votre avancée de révéler les souvenirs. Et pour ça, suivez l'histoire, écoutez ce qu'on a à vous dire et surtout lisez les notes et les rapports disséminés un peu partout dans les trois lieux que vous visiterez : l'hôpital Antumbria, la maison et le sous-sol.

Mode détente

Pour les plus frileux, le jeux propose un mode narratif dans lequel vous n'aurez qu'à profiter de l'histoire sans vous soucier du monstre qui n'apparaîtra jamais pour vous agresser. Il en va de même pour le mode "director's cut" qui vous permettra d'accéder uniquement à la partie où vos choix compteront pour les fins alternatives. Un vrai gain de temps.
Aspect technique du jeu
Image


Dans l'esprit d'Iria

Reprenant la formule d'Insomnis, les développeurs se sont orientés vers une vue à la première personne où seules les mains sont visibles. Ce choix de point de vue permet de plonger le joueur au plus profond de l'intrigue, ne lui laissant pas la possibilité de se dissocier de son personnage. Ce choix est d'autant plus pertinent que la présence du monstre contre lequel vous ne pouvez presque rien faire, vous poursuivra si son regard se pose sur vous. Créant ainsi un stress que les joueurs des jeux d'horreurs connaissent si bien : l'impression que la faucheuse surviendra à tout moment, emportant notre dernier souffle sous les mains de notre poursuivant.

Des énigmes et des fuites

En dehors des phases d'exploration, l'avancée dans l'histoire se fera par le biais d'énigmes et de moments d'esquive/de fuite du terrifiant monstre qui semble vous suivre comme son ombre. Enfin presque. Il semble plutôt cantonné dans une pièce et ne pas en bouger si votre progression dans l'histoire ne lui permet pas. Ce qui donne parfois lieu à des situations grotesques : alors que vous êtes au bord de la mort, que vous sentez déjà son souffle derrière vous et ses mains s'approchant de votre cou, il vous suffira de passer une porte ouverte (et qui le restera) ou de vous glisser sous des planches de bois sans rien au dessus de vous pour vous cacher après et paf, vous voilà hors de sa portée alors qu'il est littéralement à 50 centimètres de vous, le regard dans votre direction. Heureusement ce genre de situation n'arrive pas tout le temps, la vitesse du monstre étant largement supérieure à la votre, une poursuite vous fera plus facilement passer de vie à trépas que d'une pièce à l'autre.
 
Les énigmes seront résolues à l'aide de votre caméra. Elle est véritablement le centre de tout cet aspect de réflexion. Très simple d'utilisation, ne demandant qu'à rembobiner (L2) ou à débobiner (R2) (ou l'inverse? Il y a-t-il vraiment un avant et un après dans ce monde?), la difficulté résidera plus dans la façon dont vous déplacerez votre environnement.
Le jeu est relativement linéaire mais vous demandera souvent d'aller chercher divers éléments vous permettant d'accéder à de nouveaux endroits. Par ce biais, les développeurs cherchent encore à vous faire explorer toutes les pièces mises à votre disposition. Toutes les salles du jeux devront être au moins traversées, il n'y aura pas de pièce manquable disponible.

Coté son et images

Pas grand chose à dire de ce coté là. Les graphismes sont assez simplistes. Pas de quoi casser trois pattes à un canard mais au moins ils sont propres, pas de bug de texture, pas de flou et le jeu n'est ni trop sombre, ni trop lumineux. On note quand même de beaux décors, surtout dans le deuxième et le troisième chapitres avec une grosse prédominance de la couleur rouge. On ne peut y voir ici que l'influence de Stanley Kubrick. Au final avec ce genre de graphisme épuré, le joueur peut se concentrer sur l'essentiel : l'histoire. On constate que malgré le fait que les graphismes soient simplistes, aucune salle ne ressemble à une autre ce qui nous permet de facilement nous repérer.
Les développeurs ont quand même fait le choix de mettre les vidéos et photos avec des personnes réellement filmées/photographiées, apportant beaucoup plus de réalisme à l'histoire. Au travers des vidéos, nous avons vraiment l'impression de communiquer avec quelqu'un et non avec un personnage créé de toute pièce.

Pour la bande son, on est globalement balancés entre moments de silence, musique de fond et grosses attaques sonores renforçant les moments les plus tendus.
Afin d'accentuer notre immersion, nous profiterons de bruitages décrivant et/ou accompagnant l'histoire lorsque que nous interagissons avec les différents documents à disposition.
Globalement, la bande son vous accompagnera tout au long de l'histoire pour permettre de vous immerger dans le jeu, vous filer quelques frissons, un peu de stress et parfois même des moments de sursaut.
Mention spéciale à la cinématique d'introduction qui nous plonge subtilement dans l'univers du jeu avec ses enfants, son paysage et ses références au monde du cinéma, le tout avec un effet un peu vieillot et une délicate musique jouée à la guitare.

Une aventure bilingue

Si vous ne comprenez pas l'espagnol et que vous ne lisez pas l'anglais, ce jeu ne vous est pas accessible. En effet, les doublages sont uniquement dans cette jolie langue du sud et les seuls sous-titres étrangers proposés sont en anglais. On n'est pas non plus sur de l'anglais super compliqué, un niveau B2 devrait suffire mais l'immersion serait quand même mieux avec une traduction française.
Plaisir à jouer et à rejouer
Image

Comme beaucoup de jeux basés essentiellement sur la narration, le plaisir de jouer viendra de la qualité du scénario et de sa faculté à capter toute notre attention.

Pour le premier point, l'histoire est vraiment attrayante. On a envie de connaître la vérité, de savoir ce qu'il s'est passé et d'avoir tous les éléments à notre disposition pour comprendre qui sont ces gens que nous pensions connaître. L'évènement glauque à l'origine du mystère qui entoure votre présence dans ce cauchemars et qui ferait sans aucun doute la une des faits divers pousse notre curiosité malsaine à en savoir plus. Au fur et à mesure que nous avançons, le coté thriller psychologique se montre de plus en plus, nous plongeant dans des lieux ayant de moins en moins de sens et nous avançant dans une histoire morbide qui dépasse tout ce que nous aurions pu imaginer.
En plus de l'histoire principale, la possibilité d'explorer les divers objets de votre environnement vous immergera toujours plus dans la vie d'Iria. J'ai d'ailleurs rarement pris autant de plaisir à analyser des collectibles, tant ils sont indispensables à la compréhension de l'histoire et par extension, aussi intéressants qu'elle.
 
Le jeu parvient à ne pas nous lasser, déjà parce qu'il est assez court (+- 5-6 heures) et parce qu'il propose trois phases de gameplay qui vont régulièrement s'alterner : déplacement basique dans l'histoire qui permet de fouiller et d'en découvrir un peu plus, esquive/fuite de la créature et enfin résolution d'énigmes. Ces dernières sont vraiment sympa à réaliser, pas trop dures et pas du tout répétitives. Un vrai régal.


Le fait que le jeu ne soit pas axé sur de l'horreur pur mais plutôt sur un mélange entre une ambiance psychologiquement troublante, des moments de tension mélangés à un soupçon de peur, permet même aux plus craintifs de profiter du jeu sans avoir à arrêter de jouer parce qu'ils sont trop effrayés. Le jeu ne reste cependant pas accessible à n'importe quel public, les sujets abordés peuvent en perturber négativement certains, on remarque d'ailleurs un message de prévention au lancement. Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas à quoi vous attendre.


Le jeu peut être sympa à refaire surtout pour ceux qui comme moi, ont l'impression de ne pas avoir tout capté. Beaucoup de personnages ont un rôle à jouer dans l'histoire derrière le drame de votre famille, ce qui ne facilite pas la compréhension des évènements. Puis évidemment ils ont tous des noms espagnols, juste pour compliquer un peu la mémorisation des différents individus.
Le présence de fins alternatives est aussi un gros plus pour donner envie de recommencer l'expérience. Du moins pour les joueurs qui ont assez accroché pour avoir envie d'en savoir plus.
Chasse aux trophées
Image

Les trophées ne représentent pas de difficulté au niveau du gameplay puisqu'ils consistent à aller chercher des collectibles et diverses fins. Le gros problème des trophées est leur excessivement longue description. Qui est en anglais, bien-sûr. Avec quelques grossières fautes qu'un bon traducteur anglophone n'aurait certainement pas fait, mais c'est un détail. Et qui ne permet pas de comprendre rapidement ce qu'il faut faire. Une fois obtenu, la description de ce qu'il faut faire et/ou trouver pour obtenir le trophée semble logique mais c'est loin d'être le cas avant. Personnellement, le jeu a commencé à me faire peur bien avant que je ne le télécharge, un rapide coup d'œil à la liste des trophées a réussi à me perturber...


Si on part du principe que vous avez déjà fait le jeu une fois, vous n'aurez normalement pas trop de mal comprendre et à réaliser les trophées liés aux collectibles basiques. Excepté celui qui concerne les messages aux murs où vous devrez regarder à travers la caméra pour dénicher un message. Si certains sont difficilement ratables, d'autres sont situés dans des endroits où absolument rien ne prête à l'utilisation de la caméra. Cette dernière vous empêchant de vous mouvoir aisément, personne n'a envie de passer son temps à scruter les murs avec.
Pour les autres trophées (or ceux liés à l'histoire), ça sera une autre paire de manches pour comprendre ce que vous devrez faire.


Mis à part ça, le fait de nous demander de collecter une bonne partie des objets nous permet d'avoir accès au maximum d'informations pour comprendre l'histoire. Les plus investis seront donc récompensés. Pour ceux ayant survolé le jeu, ça vous donne une bonne occasion d'accéder à plus de contenu. Par contre, pour ceux ayant survolé l'histoire et qui s'en tapent pas mal d'en savoir plus, ça ne sera qu'une bête chasse aux collectibles sans saveur.
En ce qui concerne les trophées demandant de réaliser les fins alternatives, ils nous donnent vraiment une bonne occasion de recommencer l'histoire et d'expérimenter les autres fins. Même si en soi après l'avoir fait, on se rend compte qu'elles ne changent vraiment rien à l'histoire. De mon côté, si je n'avais pas prêté attention à la liste des trophées, je n'aurai jamais imaginé que d'autres fins existaient. Et si vous ne voulez pas vous retaper toute l'histoire, vous pourrez dénicher ces trophées rapidement avec le mode "director's cut'.


Dans l'ensemble, la liste des trophées est relativement bien diversifiée pour un jeu avec un gameplay si limité. Tous facilement abordables, on aurait quand même aimé avoir un peu plus de défis liés à des actions spécifiques à réaliser et peut-être moins liés à des collectibles.
Conclusion
Thriller particulièrement prenant, tant dans ses histoires que dans son gameplay, Tape : unveil the memories vaut largement le détour. Allez explorer les fins fonds de vos souvenirs pour y découvrir les tréfonds les plus sombres de l'humanité. Attention cependant, le jeu n'est accessible qu'à un public averti et capable de comprendre l'espagnol ou l'anglais.
J'ai aimé
  • L'utilisation de la caméra pour résoudre des énigmes et se déplacer.
  • Une vue à la première personne.
  • Une histoire marquante.
  • Divers collectibles pour en découvrir plus.
  • Des énigmes originales et variées.
Je n'ai pas aimé
  • Une absence total de doublage et de sous-titres en français.
  • Un monstre trop facile à duper.
15
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux curieux, À un public averti

charlrai1911 (charlrai1911)

129
910
1159
3440