Tandem : A Tale of Shadows

ps4

1
7
11
6
12
2

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 21/10/2021
Genre(s) : Plates-formes, Puzzle-Game
Territoire(s) : FRANCE

7 joueurs possèdent ce jeu
25 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 6 joueurs (86 %)

100% par : 6 joueurs (86 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par matrobymat le 15-11-2021 - Modifié le 15-11-2021

Introduction

Image

Amateurs de puzzle games, voici un nouveau jeu à vous mettre sous la dent. Que vaut ce Tandem : A Tale of Shadows ? Attirant à l'œil au premier abord, qu'en est-il des mécaniques de jeu, de la difficulté, de la durée de vie ? Plongeons dans l'étude du jeu développé par Monochrome Paris, studio indé français, cocorico.
Contenu du jeu
Dès le lancement du jeu, la cinématique d'introduction vous happe. Inspirée de manière assez évidente par l'imaginaire de Tim Burton, la direction artistique est prometteuse. J'y reviendrai plus tard. On apprend que nous allons diriger Emma, une petite fille qui, aidée d'un ours en peluche nommé Fenton, se lance à la recherche de Thomas Kane, fils disparu d'un couple de magiciens célèbres.

Tout est logique, il n'y a rien d'étonnant à ce qu'une petite fille d'une dizaine d'années se lance à la recherche d'un parfait inconnu avec l'assistance d'un ours en peluche capable de marcher sur les murs, OK ? Ouvrez votre esprit d'accord ? Non mais où sont ses parents ? Il y a des claques qui se perdent, c'est moi qui vous le dis. Où est-ce que j'ai rangé le numéro de l'assistance sociale déjà ?

Bref, je m'égare. Le jeu ne s'embarrasse pas plus que ça avec de l'enrobage, et nous débarquons dans la propriété des Kane, que nous allons parcourir au travers de cinq chapitres, divisés en plusieurs niveaux.

Un unique mode solo est donc disponible, qui vous tiendra occupé pendant environ 7 ou 8 heures. C'est assez court en effet, mais très agréable. Vous serez donc aux commandes d'Emma, mais par le simple appui d'un bouton, vous dirigerez l'ourson, dans une espèce de monde parallèle (j'y reviendrai plus tard). Les deux protagonistes devront donc coopérer afin de rejoindre la fin du niveau.

Il est grandement dommage qu'un mode coop (en ligne ou au moins en local) n'ait pas été ajouté. Bon, pour le online c'est compréhensible, cela demande toute une infrastructure spécifique coûteuse etc., mais le coop local n'aurait rien coûté lui, et TaToS est vraiment fait pour cela, de base. Les actions ne sont jamais simultanées, chacun joue sa partition à tour de rôle pour coopérer à l'avancée, cela aurait vraiment été un plus. Frustrant.
Aspect technique du jeu
La première chose qui frappe lorsqu'on lance Tandem, c'est la direction artistique. Elle est somptueuse, inspirée de l'univers de Tim Burton comme je le disais plus tôt, dans sa période Alice au pays des merveilles ou l’Étrange Noël de monsieur Jack. Avec des phases à la Limbo lorsque vous contrôlez Fenton, le jeu est soit coloré, étrange, psychédélique, ou sombre et angoissant. Il est toujours flatteur pour les pupilles et travaillé. L'univers est fascinant, c'est une très grande réussite.

L'ambiance sonore colle parfaitement à ce que l'on voit à l'écran, même si elle est très feutrée et n'est clairement pas un protagoniste de l'aventure. Elle a toutefois le mérite de ne pas être trop entêtante ni dérangeante, et c'est déjà un bon point. On est tout de même en droit de se demander pourquoi les voix sont uniquement en anglais sous-titrées français, alors que le studio est parisien. Internationalisation ok, mais quand même. Bon, notons qu'il n'y a de dialogues que pendant les cinématiques de début et de fin de chapitres donc... ce n'est gênant en rien mais bon, c'est étrange.

Le gameplay quant à lui est simple, mais très efficace. Vous contrôlez Emma en vue du dessus, qui se déplace dans le monde normal. Elle n'a d'autre corde à son arc que celle de pouvoir déplacer des objets. Il faut ensuite passer la main à Fenton, qui se déplace quant à lui dans un monde parallèle, vu de côté par rapport à celui d'Emma, et dans l'ombre. Celui-ci ne peut se déplacer que sur des surfaces pleines, ou "fabriquées" par les ombres qu'Emma crée en déplaçant les objets. L'ours a lui, en outre, la possibilité de sauter. Par le jeu des déplacements, de libérations de passages, d'appuis sur des boutons pour ouvrir des portes etc., la progression dans les niveaux peut s'effectuer.

Pour parfaire l'ensemble, le jeu est totalement exempt de bug.
Plaisir à jouer et à rejouer
Jouer à TaToS est un vrai plaisir. Hormis l'absence d'un mode coop et une durée de vie trop courte, la seule chose que l'on pourra lui reprocher est l'absence totale de scénario. L'histoire de Thomas qui a disparu est un vulgaire prétexte, qui n'est jamais exploité. Aussi étrange que cela puisse paraître, il n'en est jamais fait mention dans les niveaux. À peine Emma dit elle des banalités du genre "continuons à chercher Thomas" dans les cinématiques, mais c'est tout. Les secrets à découvrir (j'en parlerai dans la section suivante) en parlent également subrepticement, mais on nous a enfumé, il n'y a pas de scénario. C'est incompréhensible et tellement surprenant que l'on se demande si c'est une blague. Ce manque d'imagination (ou de travail) est dommageable pour l'implication dans l'histoire.

Passé cette déception, on s'amuse, beaucoup. Les puzzles sont intéressants, jamais trop difficiles, la progression est bonne et les mécaniques évoluent sans cesse au cours de l'aventure, privant le joueur d'un quelconque sentiment d'ennui ou de répétition. Tandem est un jeu intelligent, bien fait, et que l'on prend plaisir à parcourir. Les différents environnements sont biens travaillés, identifiables et toujours enchanteurs.

L'absence totale d'histoire, couplée au style même du jeu, font que la rejouabilité du titre est presque totalement nulle. En effet, une fois que vous avez la solution d'un puzzle, le refaire perd grandement de son intérêt.
Chasse aux trophées
Les trophées sont à l'image de l'histoire : ils manquent d'inspiration et d'imagination. En effet, ils sont de deux types : les trophées de progression et les trophées attribués pour la découverte des secrets. Voilà, c'est tout. Les premiers se passent de commentaires, et les seconds sont tous les mêmes, il s'agit d'entrer dans des pièces cachées dans les environnements, souvent dans l'ombre, tantôt avec Emma, tantôt avec Fenton. Il est assez facile de passer à côté de certaines pièces secrètes, même si celles-ci ne sont particulièrement cachées ni ne demandent de compétence spéciale pour les trouver. Elles sont simplement là où vous ne regardez pas vraiment.

Alors bon, les amateurs de platine facile seront comblés, mais les purs et durs auraient aimé un peu de challenge, ou de variété. Ce n'est pas forcément évident dans un puzzle-game, mais on a vraiment l'impression ici que les développeurs ont mis des trophées car il fallait en mettre, sans plus.

Les pièces secrètes sont finalement quasiment le seul lien du jeu avec "l'histoire", puisqu'à l'intérieur de celles-ci se trouve une photo que vous pourrez voir dans la galerie, où il est vaguement fait mention de Thomas et de ce qu'est sa vie de famille. C'est très très léger mais il faudra s'en contenter.
Conclusion
Tandem : A Tale of Shadows est très intéressant dans ses mécaniques de jeu. La progression est bonne et constamment enrichie de nouvelles idées. La direction artistique est formidable, mais tout cela ne saura malheureusement pas faire oublier une durée de vie un peu trop faiblarde, et surtout un manque d'idées dans les trophées et par-dessus tout une absence totale d'histoire et de scénario.
J'ai aimé
  • La direction artistique
  • Les mécaniques de jeu, remplies de bonnes idées
  • Le platine facilement accessible
Je n'ai pas aimé
  • Mais où est le scénario ?
  • La faible durée de vie
  • Le platine sans saveur
12
Je recommande ce jeu : À tous, Aux chasseurs de trophées/platine facile

matrobymat (matrobymat)

160
615
1753
5636