Tactics Ogre : Reborn

ps4

1
4
11
18
17
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 11/11/2022
Genre(s) : RPG
Territoire(s) : FRANCE

34 joueurs possèdent ce jeu
34 trophées au total
0 trophée online
27 trophées cachés

Platiné par : 4 joueurs (12 %)

100% par : 4 joueurs (12 %)


Note des joueurs :
5/5 - 2 notes

Note des platineurs :
5/5 - 1 note

Test rédigé par dayvyde le 14-12-2022 - Modifié le 12-01-2023

Introduction

Image

Tout commence en 1995, avec la sortie de Tactics Ogre : Let Us Cling Together sur Super Nintendo par un ancien éditeur, Quest. Le jeu a par la suite également été proposé sur la Sega Saturn et la Playstation première du nom. Mais toutes ces éditions n’auront jamais franchi les frontières du territoire européen. Puis c’est en 2010 que Square Enix décide de proposer le jeu sur la console portable de Sony, la PSP et cette fois-ci à travers le monde entier. Le jeu est alors rapidement devenu une icône du genre RPG tactique.
Alors oui, quand on parle de ce style de jeu, le premier nom qui nous vient en tête peut facilement être Final Fantasy Tactics. Mais il faut savoir qu’à l’époque, Tactics Ogre a su rendre hommage à ce style de jeu bien particulier.

Nous sommes maintenant en 2022, et, la tendance étant de mise, Square Enix nous propose une ré-édition de ce jeu d’antan, sobrement intitulé Tactics Ogre Reborn. Il s’agit là purement et simplement d’un remake et non d’une refonte complète, que les choses soient dites d’entrée.

Que nous vaut donc cette nouvelle version ? Est-ce que les fans du jeu et des tactical RPG ont de quoi se mettre sous la dent ? Suivez le guide, et allons, ensemble, nous aventurer dans les îles de Valeria !

Test rédigé après plus de 60h de jeu sur une PS4 normale (FAT), grâce à un code éditeur.
Contenu du jeu
Les îles Valeria sont réputées pour être un haut lieu du commerce maritime, dans une paix toute relative. Puis arrive une période où les Chevaliers noirs, clan d’une contrée voisine, débarquent sur ces îles pour prendre possession des terres. Ils en viennent à attaquer la ville de Golyat où l'un des habitants compte alors bien faire payer leurs crimes à ces sauvages, un dénommé Denam.

C’est ainsi que débute l’histoire dans Tactics Ogre Reborn. On comprend donc rapidement que l’aventure se fera aux côtés de Denam, le protagoniste du jeu. Tout du long, nous arpenterons différents lieux de l’archipel, en passant par des plaines ou des châteaux pour ne citer qu’eux, avec pour objectif principal de libérer la Valeria de l'oppression ennemie. Et chaque passage par un nouvel endroit est synonyme de combat.

Ceux-ci se déroulent sur des maps de tailles plus ou moins grandes, représentées tels des échiquiers géants, découpées en cases donc, et les déplacements se font sur une distance qui varie en fonction des capacités des différents personnages. Il en va de même pour les attaques, la portée des coups varie selon le type des armes ou les compétences des assaillants. Différentes classes sont disponibles pour avoir une équipe selon les envies, en allant du simple guerrier au chevalier blanc, tout en passant par des magiciens ou des archers par exemple. Un chevalier ne pourra donc attaquer qu’au corps à corps quand un magicien aura la possibilité d'asséner des coups à distance. Point intéressant et non négligeable, il est possible d’acquérir des titres qui permettent de changer la classe des personnages. La liberté est ainsi totale pour créer une équipe à sa convenance !
A l’instar de n’importe quel RPG digne de ce nom, il est bien évidemment possible de faire les magasins pour équiper les personnages de manière efficace. Chaque classe a alors droit à son propre équipement, impossible donc d’équiper un magicien d’une épée par exemple.
Mais le jeu possède une particularité qui permet de changer le cours d’une bataille. A n’importe quel moment, il est possible de remonter dans le temps grâce au Tarot du Chariot. Cette fonctionnalité permet de tenter d’autres actions et d’envisager un autre moyen d’en finir avec l’ennemi. Cette option est ô combien salvatrice dans des moments où tout semble perdu !

Au-delà d’un style de combat somme toute assez classique, Tactics Ogre tire son épingle du jeu par son univers et toute l’histoire qui y est racontée. Le lore du jeu est en effet conséquent, et peut paraître assez complexe durant les premières heures, entre les histoires passées et actuelles, les différents clans et la grande quantité de personnages, il est vite possible de se sentir perdu… Mais au sein du menu du jeu, les développeurs ont mis à disposition des joueurs une fiche détaillée pour chaque personnage croisé, allié ou ennemi. On est ainsi en mesure de connaître l’histoire de tout le monde, et chaque page est actualisée au fur et à mesure de l’histoire. Si l’un d’entre eux rencontre la mort au cours de l’aventure par exemple, on pourra alors y lire les circonstances qui l’y ont mené.

Histoire d’ajouter toujours un peu plus de complexité, le scénario, réparti sur quatre chapitres, peut être vécu selon trois branches scénaristiques différentes. Si le premier et le dernier chapitre sont identiques, à quelques détails près, en fonction de certains choix qui peuvent être faits à des instants précis, les deuxième et troisième parties peuvent être radicalement différentes. Les personnages principaux suivront alors des chemins distincts et sujets à divers rebondissements, ce qui permet de percevoir l’histoire sous un angle différent à chaque fois, tantôt avec un peuple en proie au chaos, tantôt faisant face à une justice inébranlable. Il s’agit là d’une possibilité qui permet d’augmenter la durée de vie du jeu de manière considérable !

Ajoutez à cela un petit nombre de quêtes annexes, mais qui peuvent être assez longues, ainsi qu’un donjon à parcourir sur un ensemble de cent niveaux (!!), et vous avez alors entre les mains un jeu qui vous tiendra en haleine des dizaines d’heures durant !
Aspect technique du jeu
N’y allons pas par quatre chemins, ce n’est pas pour ses graphismes que Tactics Ogre va être intéressant. Néanmoins, il faut souligner qu’un travail considérable a été fait sur l’ensemble du jeu pour avoir un rendu beaucoup plus lisse et bien moins pixélisé qu’à l’époque. Les sprites des personnages sont très simples, mais permettent d’identifier facilement tout un chacun. Et l’un des aspects qui sublime aussi ce jeu se situe au niveau des fiches des personnages et des dialogues. En effet, tous possèdent un artwork de superbe qualité pour les représenter, des dessins qui apparaissent également sur les bulles de dialogues pour permettre d’identifier l’orateur.
Aussi, pendant nos pérégrinations, divers environnements sont parcourus entre des plaines vides ou enneigées, ou bien encore l’intérieur des montagnes. Et chaque décor est très bien représenté ! Même si les graphismes sont simplistes, on identifiera très facilement une rivière ou de la lave en train de couler par exemple.

Côté son et musique, rien de bien transcendant là non plus. Certes, chaque musique fait la part belle au jeu pour nous mettre dans l’ambiance voulue, un temps un moment intense et puissant, un temps poétique ou rêveur. Chaque ambiance est parfaitement retranscrite ! En revanche, ce ne sont pas des sonorités qui resteront en tête une fois la session de jeu terminée, qu’on se le dise.
Point fort pour nous autres français, l’ensemble du jeu est intégralement traduit dans notre langue, mais simplement les textes, tant les dialogues que les menus. Pour les voix, il faudra se contenter d’une écoute possible en anglais ou japonais.

L’un des aspects qui aurait pu être compliqué à traiter par rapport à ce type de jeu concerne la jouabilité. Même si c’est très certainement un style plus adapté à être joué sur PC, sur consoles ce n’est pas bien plus complexe à prendre à main. L’ensemble est bien optimisé pour l'utilisation d’une manette avec de judicieux raccourcis mis en place.
En combat tout est très clair également. Toutes les infos nécessaires sont facilement présentées, ce qui permet ainsi de savoir de manière claire et rapide l’impact qu’auront les actions choisies. Il y a par exemple un accès direct à la quantité de PV que perdra un ennemi une fois que le curseur est placé sur lui, ce qui permet alors de réfléchir et d’envisager la suite des évènements.
Néanmoins, il y a un aspect qui n'a pas été amélioré, et accuse très sérieusement de son âge : l'interface des menus, pour l'équipement des personnages en particulier. Une fois dans un magasin pour acheter de l'équipement et ainsi améliorer nos unités, une fois sur une arme sélectionnée, on peut très bien voir ses différentes statistiques, mais impossible de faire une comparaison directe avec les armes déjà équipées sur les membres de l'équipe. Des allers-retours sont indispensables pour voir l'équipement en place et alors évaluer l'intérêt de la pièce de l'échoppe. Ce mode de fonctionnement est clairement dépassé aujourd'hui, et au-delà d'une légère refonte graphique, les développeurs auraient pu ici ajouter une fonctionnalité grandement bienvenue, d'autant plus pour ce style de jeu...

Bon à savoir également, après plus de 60 heures de jeu, aucun bug n'est à déplorer ! Mais vraiment aucun ! Pas un seul ralentissement, pas de plantage ou de freeze inopiné. Rien ! Et c'est d'autant plus appréciable dans une période où chaque sortie de jeu est bien souvent accompagnée de problèmes...
Plaisir à jouer et à rejouer
Fan de RPG depuis que j’ai fait mes premières armes sur les jeux vidéos, j’étais de plus en plus déçu à l’idée de voir le système de combat en tour par tour être délaissé au profit de modèles de type Action-RPG. Alors quel bonheur cela aura été d’apprendre la venue sur consoles d’un RPG au tour par tour, et qui plus est tactique ! Et au-delà de la hype procurée, une fois lancé, manette en main, le plaisir a perduré.

Certains pourraient voir là un retour en arrière par rapport à son style graphique, mais tout le plaisir réside ici dans l’histoire et surtout dans le gameplay. Devoir réfléchir à ses moindres mouvements, tout en anticipant au maximum ceux de l’adversaire. Se dire que l’on va placer notre personnage à tel endroit pour attaquer tel ennemi, mais en même temps se rendre compte que l’on risque de l’envoyer à l’abattoir, tel est le genre de réflexion que l’on peut avoir à de nombreuses reprises.
Le jeu étant dénué de mode de difficulté, les développeurs ont alors usé d’un autre stratagème pour corser les choses. Dans un RPG classique (tactique ou non), si l’on a du mal à vaincre certains ennemis, il suffit d’aller s'entraîner un peu à côté pour gagner de l’expérience et donc améliorer notre équipe. Mais dans Tactics Ogre Reborn, les niveaux sont capés ! Entendez par là que même si l’on fait des combats pour améliorer nos personnages, l’histoire bloque la montée en niveau. Tant qu'un point précis du jeu n'a pas été atteint, impossible de franchir la barre du niveau 20, quand le chef ennemi est à 22 par exemple. Et croyez-moi, deux points d’écart, ça se ressent ! Cet aspect du jeu nous poussera donc à user de réflexion et de patience pour bien choisir nos coups.
Et ce qui peut souvent sauver la mise dans des situations désespérées, ce sont des bonus qui apparaissent de manière aléatoire sur le champ de bataille. Ces bonus peuvent améliorer la puissance d'attaque ou magique par exemple. Leur présence sur le terrain aura alors une très forte influence sur les choix de déplacements, pour permettre au joueur d'avoir un bon avantage sur l'ennemi. Mais bien évidemment, ces bonus peuvent également être acquis par l'adversaire...

Je le disais plus haut, l’histoire est à vivre suivant trois scénarios, mais qui mènent à la même finalité. Et pour pouvoir vivre et visualiser toutes les différences possibles, une fois le jeu terminé une première fois, des points de retour sont débloqués à différents endroits de l’histoire. Ce qui permet ainsi d’emprunter très facilement un autre embranchement, et qui plus, à l’instar d’un “new game +”, avec l’état actuel de notre équipe ! Cette fonctionnalité permet donc de profiter pleinement de l'aventure, sans avoir trop de pression quant aux combats à venir. Histoire qui plus est très complète et riche en évènements.
Chasse aux trophées
Qui dit jeu de rôle, dit souvent liste de trophées à la mords-moi-le-nœud, mais pour Tactics Ogre, il n’en est rien, bien au contraire !

Sur les 34 breloques que compte la liste, 25 sont liées à l’histoire. Certains s’obtiennent automatiquement à la fin de certaines batailles, d’autres nécessitent une action précise en combat, et il s’agit en majorité de sauver un personnage précis des mains de la faucheuse. Bien évidemment, sur ces 25 trophées, parcourir les trois embranchements de scénarios est nécessaire. D’une part parce que certaine actions ne peuvent être réalisées que dans un trajet, mais aussi et surtout pour le trophée (Or) Maître du destin, qui demande de terminer l’histoire selon ces trois scénarios.

Pour le reste, cela se passe dans des quêtes annexes, notamment pour (Bronze) Exorciseur de nécromancien. Il faudra ici parcourir les cent niveaux d’un donjon ! Alors bien évidemment des astuces existent pour faciliter leur traversée, et même sans cela, le jeu est tellement agréable à vivre, que ce donjon n’est pas à percevoir comme une tâche ingrate. Au contraire, cela permet d’aller plus en profondeur dans l’histoire d’un personnage assez charismatique.

Le platine (Platine) s’obtient donc sans trop forcer, si ce n’est quelques combats qui sont plus retors que d’autres, mais il faudra tout de même s’armer d’un peu de patience, parce que la centaine d’heures pour son obtention n’est pas loin !
Conclusion
Tactics Ogre, considéré par beaucoup comme un géant du genre RPG tactique, revient en grande pompe dans une version Reborn. Même s'il s'agit là d'un simple remake, l'histoire très riche saura nous tenir en haleine des heures durant. Et c'est sans compter toute la réflexion nécessaire à chaque instant dans les combats pour réussir à vaincre les ennemis.

Fans de tactical-RPG ou non, jetez-vous sans hésiter dans cette aventure ! Nul besoin d'être un spécialiste du genre pour pouvoir apprécier le jeu à sa juste valeur, et franchir les différentes étapes qui vous mèneront au graal. Et sans aucun doute, Tactics Ogre Reborn a sa place toute trouvée au pied du sapin, que l'on soit un habitué du genre ou un simple néophyte.
J'ai aimé
  • Du RPG tactique au tour par tour
  • Une histoire profonde
  • Des personnages charismatiques
  • Des points de retour pour traverser les différents scénarios
Je n'ai pas aimé
  • Un menu avec une interface dépassée
  • L'augmentation de niveau d'expérience capée
17
Je recommande ce jeu : À tous, Aux curieux

dayvyde (Dayvyde)

152
634
1782
5938