System Shock

ps5

1
2
11
32
15
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 21/05/2024
Genre(s) : Action , Aventure
Territoire(s) : FRANCE

25 joueurs possèdent ce jeu
46 trophées au total
0 trophée online
21 trophées cachés

Platiné par : 0 joueur (0 %)

100% par : 0 joueur (0 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par DarkSephiroth le 04-06-2024 - Modifié le 04-06-2024

Introduction

Image

System Shock est le remake du jeu vidéo du même nom sorti à l'origine en 1994 sur PC. Il s'agit d'un First Person Shooter (FPS) agrémenté d'une bonne dose d'exploration et d'énigmes. Le soft est développé par Nightdive Studio et édité par Prime Matter. Il sort tout d'abord sur ordinateur le 30 Mai 2023 et presqu'un an après, le 21 Mai 2024 sur les dernières consoles de Sony et Microsoft.

Le joueur incarne un hacker (homme ou femme) qui décide de pirater le réseau de la grande corporation TriOptimum dirigée par Edward Diego. Malgré son talent il se fait coincé et se retrouve contre son gré sur la station "Citadelle". Il va alors devoir s'échapper tout en déjouant les pièges d'une l'IA devenue folle répondant au nom de Shodan.
Contenu du jeu
Dans l'espace, seule Shodan vous entendra crier.




System Shock est un jeu purement solo, pas de coop, ni de mode multijoueur. Il se déroule en 2072, lorsque le hacker se réveille sur la station après un sommeil forcé de 6 mois et qu'on on lui ait implanté un système neural contre son gré. Il s'agit d'un FPS qui demande aux joueurs de parcourir la "Citadelle" et ses 10 étages. On passe ainsi du centre médical, à la maintenance, ainsi qu'aux moteurs de la station mais aussi aux bureaux de la direction.

Le joueur dispose d'une barre pour la santé et une pour l'énergie qui sert aux armes énergétiques ou pour faire fonctionner certains de ses équipements. Il est surveillé en permanence par la super IA au travers de caméras qu'il est intéressant mais surtout nécessaire de détruire car certaines portions du niveau ou des portes ne sont accessibles qu'après avoir fait baisser le niveau de vigilance. Shodan tire sa puissance de "cœurs" qui ressemblent à des cellules énergétiques, tout comme les caméras, leur élimination descend son influence. Une fois ceci fait le hacker est plus libre de ses mouvements et moins sujet à des attaques. Il est également possible d'accéder à un cyberespace en vue 3D fil de fer (à la manière de Star Fox sur Super Nintendo, voir l'image de cette section pour se donner une idée) qui une fois traversé permet de déverrouiller des accès ou d'obtenir des codes pour progresser dans le level.

Bien sûr l'antagoniste du jeu ne va pas se laisser faire et n'est pas seule. Grâce à des androïdes, elle a construit des robots de plusieurs types, des tourelles, des pièges… S'autoproclamant la nouvelle déité de la Terre, elle a éliminé les membres d'équipages où les a transformé en mutants grâce au virus qu'elle a mis au point et qu'elle compte diffuser sur notre planète.

Pour se défendre contre sa folie et les différentes menaces, le protagoniste dispose d'armes à feu ou à énergie possédant plusieurs sortes de balles ou effets (pistolet, fusil à plasma, mitraillette…), des grenades (à fragmentation, IEM...). Pour rester en vie ou se booster, il est possible de s'appliquer des patchs (santé, ralentissement des mouvements ennemis, diminution du taux de radiations) avec quelques effets secondaires comme de la fatigue ou des troubles visuels heureusement temporaires. Enfin le fameux système neural qu'Edward Diego a implanté au héros au début de l'aventure permet d'obtenir des équipements comme une lampe frontale, une bio combinaison pour résister aux gaz et divers poisons. Ces équipements peuvent être améliorés en trouvant de nouvelles versions mais elles consomment de l'énergie lorsqu'elles sont activées. Chaque niveau recèle une infirmerie dans laquelle se trouve une chambre médicale qui permet lors d'une mort de se régénérer et réapparaitre. Attention à bien sauvegarder tout de même car certaines défaites face à des boss ou des éléments nocifs amènent un Game Over.

La survie par le combat est donc un élément important du soft mais c'est l'exploration qui prédomine dans l'aventure. Sans les informations que l'on trouve dans des holo disc où clés de données il est quasiment impossible d'avancer dans le jeu.

System Shock n'est pas Doom, il s'agit plus d'une quête, d'une recherche et d'une survie comme dans Alien Isolation.
Aspect technique du jeu
Une remasterisation de qualité entachée par quelques soucis propres au portage console.



La version sortie en 1994 a été bien retravaillée. Sans atteindre le niveau d'un triple A en 4k qui arrache la rétine, les environnements, les ennemis ainsi que les objets et armes ont subi un gros lifting. Ca reste donc très agréable et ca permet au jeu d'offrir une grande fluidité dans l'action et les mouvements du personnage et des ennemis sans freeze ou ralentissement.

Un autre bon point ce sont les éclairages et les ombres qui ont été largement améliorés et qui procurent au titre une ambiance science fiction des films des années 90 comme Alien bien évidemment mais aussi Blade Runner pour ne citer qu'eux.

Mention spéciale également à la bande son excellente et prenante qui a été très largement retravaillée par rapport au jeu de base. Elle souligne bien les moments de tension ou de calme et les divers affrontements notamment contre les boss.

Porter un FPS PC sur console est souvent difficile en terme de gameplay mais c'est à nouveau une réussite pour le titre de Nightdive même si certaines commandes vont demander un certain temps d'adaptation et que quelques choix restent douteux. Ainsi on se déplace sans aucun soucis avec (L3) mais pour courir il faut rester appuyer sur ce dernier alors qu'une simple pression comme dans beaucoup d'autres titres du même genre aurait été bien plus simple et appréciable. On s'oriente avec (R3), on s'accroupit avec (rond) pour notamment passer au travers de conduits étroits. Pour les armes on vise plus précisément avec (L2), on tire avec (R2) et on change de balles ou de style avec (triangle) . C'est classique mais ca répond très bien.

Malheureusement la gestion de l'inventaire est plus hasardeuse surtout en combat sans être non plus une catastrophe. Ainsi il est possible de vendre des objets ou de les recycler mais ça ne peut se faire qu'un par un et autant l'avouer si avec une souris et une clavier ca se fait extrêmement vite et facilement c'est bien plus laborieux sur console. Il en va de même pour ranger les armes, objets etc..., la place est limitée et jouer à Tetris en faisant pivoter les armes pour gagner quelques précieux emplacement est plutôt rébarbatif.

Dernier point un peu décevant, même si l'on est pas dans Doom et que les combats ne sont pas au centre du jeu, les affrontements et surtout les impacts avec les premières armes notamment manquent de peps. On a parfois l'impression de tirer avec des jouets en plastique et des balles en mousses.

Par contre il est bon de signaler qu'aucun bug dans l'aventure n'est à déplorer, le travail fait par les développeurs est impeccable de ce côté.

Plaisir à jouer et à rejouer
Le retour réussi du jeu culte qui a inspiré beaucoup d'autres licences.




Soyons clair System Shock ne conviendra pas à tout le monde. C'est un jeu Old School, très difficile dans tous ses aspects. Il existe des options d'accessibilité pour faciliter les combats, les piratages et les énigmes mais malgré cela, l'aventure est ardue et les morts nombreuses.

Tout d'abord dans ses combats qui doivent être abordés avec prudence et non comme un bourrin, car ça ne passera pas. Les ennemis sont tenaces, il est important de choisir la bonne arme, ainsi le gaz fonctionne parfaitement sur les mutants et l'énergie fait des ravages sur les robots. Il est important de bien gérer ses munitions, ses soins et surtout son inventaire qui est limité en place. Impossible d'embarquer les 16 armes du jeu, de tout ramasser et d'avoir des cargaisons entières de soin. C'est un défi à la fois excellent pour ceux qui aiment ce genre mais qui au contraire risque de frustrer les novices.

Ensuite il est ardu dans son exploration, il est obligatoire de tout fouiller, d'être attentif aux décors, aux messages et indices trouvés parfois des heures avant lorsque l'on se retrouve face à une porte infranchissable ou une énigme. Le titre nous perd dans son univers et c'est aussi ce qui renforce son ambiance incroyable. Il n' y a pas d'indication précise, de journal de quêtes. Il faut bien avoir conscience qu'il ne s'agit pas d'un Fast FPS mais qu'il s'agit avant tout d'un jeu immersif de survie et de recherche en mode FPS.

Ce qui fait la force du titre, qui l'a placé au rang de jeu culte et qui fonctionne encore aujourd'hui c'est son incroyable ambiance. Sans être un soft d'horreur, il amène une pression constante sur le joueur. On a envie d'en découvrir plus, de se rapprocher de Shodan et d'enfin s'échapper de cette prison spatiale à la manière du premier film Alien.

Le soft à des qualités indéniables qui ont inspiré le genre mais aussi d'autres grandes productions comme Bioshock, Deus Ex et même Half-Life. Encore aujourd'hui il est addictif, prenant et Shodan est une des meilleures antagonistes toutes époques confondues. C'est une expérience difficile certes mais vraiment plaisante et unique en son genre qui bénéficie d'une bonne adaptation pour les consoles.

Pour une première partie sans regarder une solution ou de vidéos YouTube et en cherchant à tout découvrir, il faut compter envions 25 à 30 heures ce qui est tout à fait correct pour le genre.

Un joueur connaissant bien le soft pourra le finir en 7 heures notamment pour une partie en difficulté maximum.
Chasse aux trophées
System Shock compte 36 trophées et autant être honnête tout de suite, le platine est difficile à obtenir. Le plus compliqué est bien évidemment de finir l'aventure dans le mode de difficulté le plus élevé. Shodan va tout faire pour vous éliminer et elle a de quoi y parvenir. Robots, tourelles, mutants, pièges… si l'on ajoute le fait que les objectifs ne sont pas clairement indiqués, qu'il faut réussir les espaces virtuels pour débloquer certaines pièces ou obtenir des codes cela va demander beaucoup de patience et de dextérité.

Néanmoins la liste est plutôt bien pensée et nécessite de découvrir tout ce que le jeu à offrir. Ainsi 14 trophées sont liés à l'histoire, il faut trouver toutes les armes, les améliorer à l'aide de kits au niveau maximum, utiliser divers patchs pour booster momentanément ses capacités, tuer des ennemis de certaines façons, recharger son énergie 20 fois etc...

Bien sûr un FPS qui demande tant d'exploration regorge de pièces et d'objets cachés à dénicher comme un journal audio, des améliorations pour le personnage mais aussi pour l'inventaire. Des actions spécifiques sont également demandées et permettent de faire une pause dans l'aventure tout en découvrant le quotidien des occupants avant la prise de pouvoir de Shodan. Ainsi il est demandé de remporter une partie d'échec ardue dans une salle de jeux qui servait autrefois aux résidants de la station.

Une chose est certaine, c'est que le platine est une belle récompense dans ce soft exigeant.
Conclusion
System Shock n'a certainement pas volé son statut de jeu culte lors de sa sortie en 1994. Encore aujourd'hui, il procure énormément de plaisir par son ambiance incroyable ainsi que les idées qui ont inspiré d'autres œuvres cultes. Le travail fait sur le soft par rapport à celui de 1994 est vraiment bon que cela soit au niveau des graphismes, des musiques… Et le titre tire encore plus son épingle du jeu avec une antagoniste mémorable, sadique et dangereuse. Shodan est au centre du soft et elle impose vraiment un sentiment d'oppression constante.

Néanmoins le jeu n'est pas fait pour toutes et tous car la difficulté risque de rebuter pas mal de monde, même en mettant les options pour faciliter l'expérience. C'est un challenge à l'ancienne où les objectifs ne sont pas clairement indiqués où il faut tâtonner, expérimenter et réessayer parfois pendant des heures.

Malgré tout l'aventure est vraiment excellente, le plaisir bien présent et l'on espère que le deuxième opus connaitra lui aussi les joies d'une future remasterisation.
J'ai aimé
  • Shodan, une excellente antagoniste.
  • L'ambiance globale du titre.
  • Le bon travail de remasterisation par rapport au titre de 1994.
  • Les musiques.
Je n'ai pas aimé
  • La trop grande difficulté de l'ensemble du titre pourra rebuter certains joueurs.
  • Le manque de pêche des affrontements (du moins avec les premières armes).
  • La gestion de l'inventaire hasardeuse avec une manette.
15
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, Aux chasseurs de trophées/platine difficile

DarkSephiroth (Darkluffy76)

348
2230
3219
8915