Stranger of Paradise Final Fantasy Origin

ps5

1
3
7
35
12
4

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 15/03/2022
Genre(s) : Action , RPG
Territoire(s) : FRANCE

354 joueurs possèdent ce jeu
46 trophées au total
0 trophée online
36 trophées cachés

Platiné par : 145 joueurs (41 %)

100% par : 145 joueurs (41 %)


Note des joueurs :
3.4/5 - 5 notes

Note des platineurs :
3.6/5 - 5 notes

Test rédigé par JohnBuckheart le 15-03-2022 - Modifié le 21-03-2022

Introduction

Image

Salut les Chasseuses et les Chasseurs. S'il y a bien une série qui a su marquer plusieurs générations de joueurs, c'est bien Final Fantasy. Créée en 1987 par Hironobu Sakaguchi et Squaresoft (l'ancien nom de Square Enix) au Japon, le mythe raconte que Final Fantasy I était une ultime tentative de son créateur pour réussir dans le milieu du jeu vidéo, d'où le nom "Final Fantasy".

Que cela soit vrai ou non, aujourd'hui nous connaissons l'énorme succès de la série, avec des opus extrêmement marquants mais aussi des épisodes décriés. Dans tous les cas c'est à chaque fois une aventure épique que l'on nous propose. Que l'on aime ou non Final Fantasy, nous restons rarement indifférents lorsqu'un débat se lance sur le sujet.

Fort de 35 ans d'épopée, 15 Final Fantasy numérotés et plusieurs dizaines de spin-off, Square Enix nous propose pour le 18 mars 2022 de replonger dans les origines de la série. Prenez le contrôle de Jack Garland, un guerrier surpuissant sans souvenir, dont le seul objectif est de trouver et de vaincre Chaos. Accompagné par quatre compagnons d'armes, vous allez devoir vous défaire de monstres toujours plus nombreux afin d'atteindre votre objectif tout en cherchant des bribes de souvenirs de votre vie d'avant.

Si 35 ans plus tard, Square Enix propose l'originalité de revenir au Royaume de Cornélia, la toute première ville que nous visitons dans Final Fantasy I, c'est le fait de jouer Jack Garland qui est un vrai tour de force. En effet, Garland, c'est le nom de l'antagoniste principal qui se dresse face aux Guerriers de la lumière de Final Fantasy premier du nom.

Installez-vous confortablement, prenez votre nostalgie avec vous et insérons Stranger of Paradise Final Fantasy Origin dans notre console. Découvrons ensemble cette nouvelle aventure au travers des yeux de Garland et de son équipe.

Le jeu a été testé sur une Playstation 5 et dans sa version mise à jour 1.001.000.
Contenu du jeu
Mise en scène

Une fois la nouvelle partie sélectionnée, vous serez directement au contrôle de Jack Garland dans un combat face à Tiamat, une créature récurrente de Final Fantasy. Cette bataille servira de tutoriel et quelques bases du gameplay seront expliquées.

Une mise en bouche simple pour comprendre le fonctionnement du jeu. Une fois la bataille remportée, vous reviendrez en arrière dans le scénario, bien avant la bataille contre Tiamat. Vous verrez alors Jack arriver aux portes du Royaume de Cornélia et il y fera la rencontre de Ash et Jed. Tous les trois ne se connaissent pas mais chacun possède un cristal noir réagissant à leur rencontre. De plus, ils partagent une rage puissante au fond de leur cœur : trouver et vaincre Chaos.

La scène cinématique continuera à l'intérieur du château de Cornélia, où vous ferez la connaissance du Roi, du Chancelier et de la Princesse Sarah. Jack, Ash et Jed, les cristaux noirs à la main, semblent être les fameux Guerriers de la Lumière de la prophétie, même si normalement ils devraient être quatre et non trois. Qu'à cela ne tienne ! Le Roi de Cornélia vous demande de plonger dans le Temple du Chaos non loin et d'en finir une bonne fois pour toutes avec les ténèbres.

Le jeu vous fera alors quitter Cornélia et vous accéderez à une carte du monde où vous pourrez sélectionner la mission suivante.


Des donjons à foison

Si vous êtes habitué de la série Final Fantasy en général, vous serez assez surpris une fois sur cette fameuse carte du monde. En effet, si les scènes cinématiques vous montrent bien Cornélia de Final Fantasy I, impossible de s'y balader. D'ailleurs, vous ne pourrez visiter aucune ville ni vous promener afin de rencontrer des PNJ.

Dans Stranger of Paradise Final Fantasy Origin, les missions se débloqueront au fur et à mesure de l'avancée du scénario et les seuls lieux accessibles seront des donjons remplis de monstres.

Via la carte du monde, vous pourrez éventuellement parler avec une petite dizaine de PNJ via un menu déroulant "Discuter avec les habitants" mais il n'y a aucune mise en scène et ce qu'ils racontent n'est absolument pas intéressant.

Notez cependant que les donjons seront nombreux et inspirés de lieux des opus numérotés de Final Fantasy. Par exemple, vous passerez par un réacteur mako de Final Fantasy VII, le bois maudit de Final Fantasy IX ou encore le mont Gagazet de Final Fantasy X. Cela est expliqué par le fait que Jack et son équipe recherchent Chaos en visitant des lieux qui ne devraient normalement pas être à leur place autour de Cornélia. L'espace-temps étant, semble-t-il, déformé par les Ténèbres.


Des donjons à foison et c'est tout

Cela va donc limiter le contenu du jeu. Vous allez traverser de nombreux donjons, qui vont renouveler régulièrement le décor autour de vous, mais combattre des monstres, c'est tout ce que vous allez faire.

Aucune ville n'est visitable, même pas un semblant de QG. Aucun marchand avec qui échanger, aucun panneau de quête à consulter, aucune promenade à faire sereinement dans l'univers de Final Fantasy.

Notez qu'un menu forge est disponible sur la carte du monde. Ce dernier est là pour booster un peu les effets de vos armes mais vous allez surtout l'utiliser pour désassembler votre équipement. En effet, dans Stranger of Paradise Final Fantasy Origin, vous allez ramasser énormément d'armes et d'armures dans les donjons. Du loot à gogo, encore et encore, permettant de renouveler toutes les cinq minutes l'équipement de vos personnages.

En terminant une seule mission, vous aurez accumulé environ 150 équipements. Améliorer vos armes étant très peu bénéfique et les objets à récupérer tellement nombreux, la forge ne vous servira qu'à faire de la place en désassemblant, tout ça pour obtenir des matériaux... que vous n'utiliserez pas. Impossible de forger des nouvelles armes, vous pouvez juste booster un peu celles que vous avez déjà à l'aide de ses matériaux. Bref, la forge ne sert pas de forge mais de recycleuse.


L'essence du Chaos

En fait, Stranger of Paradise Final Fantasy Origin ne s'est concentré que sur trois choses : proposer un gameplay spécifique pour les donjons, affronter le bestiaire de Final Fantasy et développer un scénario totalement centré sur Jack Garland.

Le premier point, nous allons l'aborder dans la partie "Aspect Technique" de ce texte. Pour le bestiaire, les monstres célèbres de la série seront au rendez-vous : Tomberry, Pampa, Bombo, Tiamat, Kraken, Morbol, Chimère, etc. Bien d'autres seront présents et c'est un véritable plaisir d'aller les baffer avec un Garland en puissance.

Concernant le scénario, tout est extrêmement vague. Vous jouez un Jack amnésique (même état de mémoire pour ses compagnons) : vous avancez de donjon en donjon afin de glaner ici et là quelques informations mais le jeu vous donne vraiment au compte goûte les parcelles de l'histoire.

Le seul véritable intérêt de l'aventure est de suivre Jack Garland. Ses compagnons sont extrêmement plats, pour ne pas dire insipides, et ne sont là que pour dire qu'il y a une équipe de personnages. À plusieurs moments dans le jeu, je me suis demandé pourquoi ne pas avoir fait une aventure solo où on ne joue que Jack ?

Quoi qu'il en soit, il faudra viser le bout de l'aventure pour comprendre ce qu'il arrive à Garland, mais comme là on parle de souvenirs oubliés, d'espace-temps brisé, d'une prophétie ancienne et de lieux provenant des autres Final Fantasy, la compréhension globale du titre sera complexe et laissera place à beaucoup d'interprétation de votre part. Si les ficelles tortueuses de la narration ne sont pas étrangères à l'univers de Final Fantasy, ici c'est un sacré bazar et le scénario va laisser plus d'un joueur sur le côté de la route.

Image
Aspect technique du jeu
Un gameplay qui vaut le détour

Ce qui fait la vrai force de Stranger of Paradise Final Fantasy Origin, c'est son système de combat. Nerveux, agréable et surtout varié, vous allez pouvoir castagner en force avec Jack.

Votre héros possède 28 classes différentes, chacune avec des techniques spécifiques à débloquer. Ajoutez à cela 8 types d'armes pour le corps à corps et la magie en général pour attaquer à distance, le gameplay se retrouve très varié et permet d'appréhender de plusieurs manières les (très) nombreux combats que vous allez mener au cours de votre partie.

Au début, vous démarrez avec une poignée de classes (Jobs dans l'univers de Final Fantasy) et c'est à force de gagner de l'expérience en combat que vous pourrez débloquer les autres. Ce sont les jobs qui montent de niveau et non Garland ou son équipe.

Une fois une technique apprise, vous pourrez l'assigner à un combo précis. D'une manière générale, vous attaquez avec (R1), utilisez une compétence à l'aide de (R2), il y a une parade simple sur (L1) et une parade spéciale permettant de récupérer des points de magie avec (rond). Ensuite, vous pouvez mettre une technique sur des combos comme par exemple (R1) + (R2).

Quand vous commencez un donjon, Jack n'a que 2 points de magie. Cela peut être augmenté facilement en contrant avec (rond) les attaques. Attention par contre, vous possédez une jauge de rupture. Si la parade simple de (L1) la réduit très peu, utiliser (rond) fera fondre votre résistance. Si votre jauge de rupture tombe à 0, vous serez sans défense et incapable de bouger pendant deux secondes. Il est donc très important de placer au meilleur moment la parade de la touche (rond). Cela vous oblige à observer vos adversaires (surtout les boss) pour savoir quand et comment ils lancent leurs attaques.

Ensuite, vous pouvez aussi augmenter vos points de magie maximum en brisant vous-même la jauge de rupture des monstres puis en appuyant sur (rond) à leur contact. Vous les tuerez en un seul coup, même s'ils ont encore beaucoup de points de vie. Une animation spécifique se lancera : chaque type d'ennemi du jeu a une animation de mort précise provoquée par Jack.


La maîtrise des couloirs

Le jeu est donc composé uniquement de donjons et d'un menu les reliant tous. Comme il n'y a pas de villes ou de PNJ avec qui échanger, on est en droit de s'attendre à un travail soigné sur les niveaux que nous traversons. Hélas, c'est raté.

Peut-être un hommage à Final Fantasy XIII mais à l'instar de ce dernier, il vous suffira de foncer tout droit pour arriver au bout des donjons. Il n'y aura que les monstres sur votre route et quelques coffres. Éventuellement une porte fermée mais vous pourrez l'ouvrir avec la clé qui se situe juste à côté.

L'un des points intéressants du titre, c'était aussi de proposer des lieux issus des autres Final Fantasy. Seulement, les décors sont peu inspirés et très répétitifs. Si forcément on reconnait très bien un réacteur mako de Final Fantasy VII, la côte illusoire tirée de Final Fantasy XIII n'est qu'une jungle parmi tant d'autres. Même situation pour le bois maudit de Final Fantasy IX ou le volcan de Final Fantasy VIII. Si vous avez joué par exemple à ce dernier, vous saurez qu'il s'agit de la grotte où vous allez chercher Ifrit avec Squall au début du jeu, mais si on ne vous dit rien, vous ne verrez qu'un niveau de lave comme on en voit partout ailleurs.

Attention, certains décors sont intéressants et suffisamment variés entre chaque donjon. Cependant, c'est vide et ça manque cruellement de détails. De plus, comme on ne traverse que des couloirs pour baffer les monstres, il n'y aucune interaction avec les décors.


Un aspect technique en retard

Si les décors se renouvellent malgré un manque d'inspiration, graphiquement, ce n'est pas toujours très beau, même sur PS5. Alors que dans les options, vous pouvez privilégier les graphismes plutôt que la fluidité du jeu, nous avons plus l'impression de jouer à un jeu du début de l'ère Playstation 4. Le pire étant très certainement le jeu de lumière : quand un niveau est plongé dans l'ombre, tout va bien, mais quand il fait jour, vous serez ébloui ou l'image prendra une teinte pâle. De plus, vous aurez tout le temps comme la sensation que l'image autour de vous est un peu floue, quelque soit le lieu que vous visitez, comme si c'était là pour cacher d'éventuels défauts.

Notons que les scènes cinématiques seront un peu plus travaillées mais loin d'être parfaites. Par exemple, il n'y a pas beaucoup de PNJ dans le jeu, mais quand vous en verrez lors d'une scène, vous aurez le droit d'avoir trois fois le même visage d'homme côte à côte.

En sachant tout cela, vous pourriez décider de préférer la fluidité du jeu : des ralentissements seront quand même de mise s'il y a trop d'ennemis en combats ou si trop de sorts sont lancés en parallèle par votre équipe et les monstres. Heureusement, cela reste plutôt rare et d'une manière générale, vous ne serez que peu gêné dans les combats, mais il faut le souligner.


Jack Garland et ses compagnons figurants

Clairement, on ressent que tout le gameplay a été centré sur Jack Garland. D'ailleurs, il n'y a que lui que vous pourrez jouer en variant ses jobs. Ses compagnons, au nombre de quatre, ne feront qu'office de figurants pour occuper l'ennemi. Vous pourrez éventuellement faire varier un peu leurs classes en terminant certaines missions mais c'est tout.

Vous n'avez pas la main sur vos compagnons, juste une touche pour dire de temps en temps "fonce dans le tas", ce qui leur fera utiliser plus souvent leurs compétences. Cependant, si l'un d'entre eux a par exemple un sort de soin, impossible de savoir quand il l'utilisera. La seule chose de sûre, c'est que ce ne sera jamais au bon moment. L'idéal est donc de plutôt jouer avec des amis en ligne puisqu'il est possible d'inviter jusqu'à deux camarades pour vous aider dans les donjons. Néanmoins, je ne pourrais pas plus vous en parler dans ce test puisque je n'ai pas eu l'occasion de jouer avec des amis sur ce titre.

De toute manière, les monstres sont très fortement attirés par Jack. Si l'IA de vos compagnons peut occuper un peu l'ennemi, vos adversaires chercheront avant tout à foncer sur vous. Cela n'est pas un problème une fois la parade bien maîtrisée. Attention cependant à une caméra capricieuse dans les angles de salles trop petites.


Équipement automatique, loot et difficulté

Heureusement pour vous, le jeu vous donne les moyens de faire face aux monstres par paquets. Nous avons déjà parlé du loot (impossible de toute façon de passer outre tellement cela prend de la place dans votre inventaire) mais sachez que durant les premières minutes de jeu, à chaque fois que vous ramasserez un objet, vous allez observer ses statistiques, le comparer avec votre arme précédente, tenter d'être le plus fort possible. Très vite, vous allez arrêter ça.

À la fin du premier donjon, vous utiliserez plutôt la touche "équipement automatique" de votre inventaire. Le jeu mettra à l'ensemble de vos personnages le meilleur équipement en votre possession, en privilégiant Jack Garland en priorité. Avec cette méthode, vous mettrez à jour régulièrement ce que porte votre héros et vous serez paré à chaque situation.

Notez que le loot sera de meilleure qualité en fonction de la difficulté choisie. En jouant en Furie (difficile), votre équipement récupéré sera bien mieux qu'en "Frénésie" (normal). Personnellement, j'ai tout le temps joué en Furie : une fois que vous avez pris le pli de bien parer les attaques, vous récupérez vite un très bon loot et vous pourrez affronter tous les adversaires aisément. Il faut juste faire attention à ne pas se faire enchaîner par vos ennemis.

Après, si vous souhaitez juste rouler sur le jeu, vous pouvez sélectionner le mode "Flegme" (facile) qui possède une option "Sûreté" dans les options. Cela rendra encore plus facile le mode facile.

Quelque soit votre façon d'aborder la difficulté du jeu, sachez que Stranger of Paradise Final Fantasy Origin est très peu punitif. Si vous mourez au combat, vous reviendrez au dernier point de contrôle qui est souvent très proche, mais avec vos points de magie de nouveau à 2. Les monstres déjà vaincus reviendront à leur place (à l'exception des Tomberries et des Pampas). Vous garderez tout le loot déjà ramassé et comme il n'y a pas d'argent dans ce jeu, mourir ne vous fait que reculer un peu dans le donjon. Si vous perdez contre un boss, vous reviendrez juste à l'entrée de sa salle de combat.

Image
Plaisir à jouer et à rejouer
La rage de se battre

Je suis assez partagé pour cette partie du test. En fait, quand nous faisons le point, peu de points semblent aller en faveur de ce spin-off de Final Fantasy. Néanmoins, il y a quelque chose de difficile à expliquer à l'écrit, c'est le plaisir du gameplay une fois la manette à la main.

Pour le coup, l'énorme point fort du jeu, c'est vraiment son système de combat. Tout le plaisir est là, l'envie d'aller affronter le monstre suivant, de voir ses attaques et d'observer comment le prochain boss va se battre.

Ne nous le cachons pas, Stranger of Paradise Final Fantasy Origin est répétitif à souhait. Rien que le fait qu'il y ait du loot en puissance confirme ce propos. Tout le jeu n'a été pensé que sur une succession de donjons à tout va et le scénario va vous faire enchaîner les niveaux. Vous avez quelques "quêtes secondaires" qui se débloquent au fur et à mesure sur la carte du monde mais cela vous fera repasser dans les mêmes zones déjà visitées pour affronter un monstre cible.

Forcément, avec un tel système, mieux vaut accrocher au gameplay pour vous donner envie de jouer et rejouer. C'est juste que pour vous garantir de rester, les donjons auraient dû être plus travaillés et pas simplement se contenter d'enchaîner les couloirs.

Autrement, difficile de dire si le scénario vous fera rester vu la façon dont il est narré. Mais si vous allez au bout, sachez que vous débloquerez la difficulté Chaos (extrême). Une occasion de rendre l'expérience des combats un peu plus délicate mais surtout de redonner de la jouabilité au titre. En effet, dans ce mode, le niveau des missions sera réhaussé et cela vous permettra d'obtenir du loot encore plus puissant mais aussi d'augmenter le rang de maîtrise de vos classes. Ajoutez ensuite la possibilité d'obtenir des artefacts afin de lier des jobs entre eux et vous pourrez devenir de plus en plus en puissant, tant que vous arrivez à gérer les combats en difficulté Chaos. L'idée étant encore de maîtriser à la perfection la parade.

Image
Chasse aux trophées
Pour cette partie, nous pouvons la diviser tout simplement en trois catégories principales : terminer l'histoire, débloquer toutes les classes de Jack et terminer des missions en difficulté Chaos.

Vous pouvez très bien faire toute l'aventure en mode facile puis rejouer plus tard dans des difficultés plus élevées afin de débloquer un meilleur loot. Le véritable challenge des trophées, ce sera surtout de ne pas foncer dans le tas. Apprenez à parer correctement, choisissez le job qui vous correspond le plus et analysez la façon de se battre de vos adversaires. Après, quelque soit votre manière de jouer, la classe ultime "Sage" sera un excellent atout pour attaquer à distance et toucher les points faibles ennemis.

Notez qu'il y aura quelques trophées secondaires simples comme activer toutes les cases de compétences d'une classe (donc la monter niveau 30), vaincre au moins une fois un Pampa et un Tomberry, améliorer au maximum l'effet d'une arme via la forge, etc.

Le vrai défi du platine débutera une fois le jeu terminé avec le mode "Chaos". Vous devrez améliorer votre équipement en refaisant les donjons dans cette difficulté jusqu'à être capable de réussir une mission de niveau 200. Afin de vous donner une idée, en terminant l'aventure en Furie, vous serez capable d'affronter des donjons de niveaux 120-130. Après, rien ne vous empêche de lancer directement une mission de niveau très élevé, de tabasser le premier monstre venu en parant un maximum et votre équipement sera très vite de qualité supérieure.

Comptez un peu plus d'une vingtaine d'heures pour finir l'histoire, environ trente heures pour avoir le platine. La difficulté de votre chasse aux trophées sera de 4/10 en suivant un guide, 5 si vous cherchez à tout faire vous même sans consulter des astuces sur le jeu. En soit, le platine est pensé pour appréhender tout ce que propose le jeu.

Image
Conclusion
Stranger of Paradise Final Fantasy Origin, c'est un gameplay solide avec l'envie de vous en faire découdre avec le bestiaire iconique de la série. C'est la base même du titre autour de laquelle on a essayé de broder un scénario bancal et un semblant d'univers.

D'un côté, nous avons des combats agréables, un système de classes très intéressant, un héros puissant et une difficulté qui peut s'adapter. Dans l'autre sens, le jeu ne propose qu'une succession de donjons façon couloir, cruellement vides, avec des graphismes en retard sur la génération de console actuelle.

Le titre peine dans son contenu : pas de villes à visiter, pas de personnages avec qui échanger, pas de quêtes secondaires intéressantes à suivre, comme si nous étions face à une épopée incomplète. Il y a un plaisir indéniable à enchaîner les monstres ainsi que les boss, mais il y a comme une sensation de manque tout le long de l'aventure.

Tout ce que propose Stranger of Paradise Final Fantasy Origin, c'est un action-RPG pur et dur, de la baston à foison. Vous apprécierez certainement de jouer Garland mais pour le reste, il ne faut pas attendre beaucoup plus du titre.

Image
J'ai aimé
  • Le bestiaire fidèle à Final Fantasy
  • Le gameplay très agréable
  • La grande variété des jobs de Jack
  • Pouvoir modifier la difficulté quand on veut
  • Récupérer des points de magie en réussissant un contre au bon moment
  • Les combats de boss
  • La bande son qui colle à chaque donjon avec des notes issues des autres Final Fantasy
Je n'ai pas aimé
  • Le chaos de la narration
  • Pas de hub central ou de villes à visiter
  • Des donjons fades pensés comme des longs couloirs
  • En retard sur l'aspect technique graphique
  • Une forge inutile
  • Du loot tout le temps à chaque monstre ou presque
  • Le charisme des compagnons de Jack et des PNJ en général
  • Le manque d'inspiration sur les décors
  • L'absence d'un bestiaire à consulter dans notre menu
12
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série

JohnBuckheart (JohnBuckheart)

444
2137
4250
10998