Samurai Warriors 5

ps4

1
1
10
44
16
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 27/07/2021
Genre(s) : Action , Beat'em all
Territoire(s) : FRANCE

80 joueurs possèdent ce jeu
56 trophées au total
0 trophée online
15 trophées cachés

Platiné par : 3 joueurs (4 %)

100% par : 3 joueurs (4 %)


Note des joueurs :
3/5 - 1 note

Note des platineurs :
3/5 - 1 note

Test rédigé par Cromwell-D le 17-08-2021 - Modifié le 12-09-2021


Introduction

Image

Samouraï Warriors 5, connu également sous le nom de Sengoku musou 5, est un jeu du type beat them all, plus particulièrement un Musou, développé par Koei Tecmo et est sorti le 24 juillet 2021 dans nos vertes contrées.

Comme certains des ainés de la licence Samourai Warriors, ainsi que Warrior Orochi ou les Dynasty Warriors, ce jeu dispose d’un sous-titrage intégral en français, nous permettant de suivre agréablement l’histoire.

Le casting de ce jeu semble également réduit, par rapport aux autres jeux, avec ici 39 personnages, dont 2 qui sont les versions âgées d’Oda Nobunaga et Mitsuhide Akechi. Cette réduction des personnages disponibles permet de mieux concentrer l’histoire, et donc de mieux la prendre en main.

Que propose ce jeu ? Que doit-on y faire ? Le test en présence est un test réalisé sans connaissances approfondies des précédents opus, et se limite donc à ce Samouraï Warriors.
Contenu du jeu
Le jeu propose deux modes de jeu bien distincts, le mode Musou, et le mode citadelle.

Image

Le premier constitue la part centrale du jeu, c’est-à-dire l’histoire. Cette campagne scénarisée vous mettra dans la peau d'Oda Nobunaga et de son ascension, dans sa quête d'unification du Japon durant la période trouble qu’est l’ère Sengoku. Vous serrez amené à faire de nombreuses rencontres, notamment avec un certain Mitsuhide Akechi, qui aura également sa propre campagne, disponible à la fin du chapitre d’Oda Nobunaga. Celle-ci se déroule en parallèle de celle d'Oda Nobunaga, mais est vouée à se croiser. Chacune de ces deux campagnes dispose de 6 chapitres, découpés en une multitude de batailles qu’il vous faudra mener à bien, au sein de plusieurs modes de difficulté, allant du facile au mode Nightmare, disponible après complétion du jeu. Sachez que ce mode histoire (ou Musou) vous permettra de jouer Oda Nobunaga et Mitsuhide Akechi, mais les personnages rencontrés au fur et à mesure de l'histoire seront eux aussi jouables, dans certaines missions, puis une fois suffisamment avancé, vous pourrez jouer ces nouveaux personnages en mode libre, ou en mode citadelle, mais nous y reviendrons.

En plus de l’objectif principal de la mission en cours, de multiples objectifs secondaires sont présents, qu’il vous faudra découvrir par vous-même en parcourant le niveau, mais surtout en écoutant les discussions des personnages au cours de la bataille. Enfin, en plus de cela, en fin de chapitre un score vous est donné, prenant en compte le temps de complétion, le nombre d’ennemis tués ou encore le combo maximum. Avoir une bonne note ici vous donnera des bonus comme des gemmes, des chevaux, ou des armes : nous reviendrons dessus par la suite. Enfin, pour vous récompenser en fin de chaque mission, des cinématiques dans un style "cell shading" vous montreront la progression de l'histoire. Si vous appréciez l'histoire du Japon féodale, celle-ci vous passionnera assurément.

Image

Le mode citadelle repose sur un principe simple : vous devrez rejouer sur des cartes de l’histoire principale, débloquées en avançant dans celles-ci. Ces cartes disposeront d’une ou deux bases qu’il vous faudra défendre de trois vagues d’ennemis, puis vaincre le général. Tout ceci étant chronométré, l’idée est de faire un maximum de points : aller vite, tuer des officiers, un maximum d’ennemis classiques, un combo poussé, et surtout la complétion des objectifs secondaires aléatoires. Si vous réussissez à obtenir un S, alors vous obtiendrez un maximum de ressources, comme du bois, du tissu, ou du métal. Mais à quoi servent donc ces ressources ? Tout simplement à améliorer votre château, et les bâtiments qui le composent.

Ces bâtiments comprennent le Dojo, les écuries, la forge, et le magasin. Les améliorer vous permet d’entrainer vos personnages, leurs maitrises d’armes et leurs compétences, avec des points d’expérience de « réserve », acquises en accomplissant des missions. Vous pouvez aussi forger et améliorer vos armes, ainsi qu’entrainer vos chevaux via les écuries. Enfin, le mode citadelle permet de renforcer les relations entre les personnages : jouez un duo plusieurs fois sur les cartes du mode citadelle, et obtenez une cinématique où ces deux personnages discutent et approfondissent le lore de Samouraï Warriors 5. Tous les personnages ne sont pas compatibles, certains ont de plus « relations » possibles que d’autres : n’hésitez pas, des trophées sont liés à ces interactions !

En plus de tout cela, sachez qu’il vous est possible de jouer au mode citadelle, ainsi qu’au mode libre (rejouer l’histoire avec les personnages de votre choix), en mode multijoueur. Celui-ci peut être en ligne, où le second joueur contrôle le partenaire, mais vous pouvez également jouer en écran partagé, en utilisant une seconde manette !
Aspect technique du jeu
Image

La technique de ce Samouraï Warriors 5 est très propre. Le style graphique en cell shading, bien que moins réaliste, permet de très beaux visuels, que cela soit en combat ou en cinématique. Ce style graphique très japonisant concorde parfaitement avec le thème du jeu.

La musique colle à l’ambiance. La majorité des musiques sont faites avec des sonorités se voulant proches des instruments classiques japonais. Calme pendant les discussions, celle-ci est plus rythmée pendant les batailles, notamment lors des affrontements de boss ou de grands évènements, comme l’incendie d’un château ou la mort d’un allié.

Un point négatif cependant concernant le style vestimentaire des protagonistes. En effet, si l’on est vraiment pointilleux sur l’histoire du Japon, de nombreux personnages portent des vêtements dits « yōfuku » c’est-à-dire des vêtements occidentaux, ou du moins à influence occidentale, alors qu'ils n’arrivent qu’avec la période Meiji, soit environ 2 siècles après l’histoire de ce Samouraï Warriors 5. Dès que nous voyons cependant des personnages secondaires, eux disposent de vêtements traditionnels, dit « wafuku », comme quoi les développeurs sont bien au courant de ce code vestimentaire. Mais cela rend plutôt bien, chaque personnage étant différent, unique, et facilement reconnaissable. Le travail sur le design est donc réussi. Entre nous, nous sommes tout de même sur un jeu, et non un cours d’histoire !

Image

D’un point de vue des performances techniques, sur PS4, le jeu permet un affichage très conséquent d’ennemis à l’écran, renforçant l’impression de puissance de votre personnage quand vous commencez un carnage. Le fait que le jeu soit en cell shading, contrairement à ses ainés, peut être responsable de cette impression de vague d’ennemis, le cell shading réduisant la consommation de la console et donc réduit les ralentissements. Il n’y a en effet pas de ralentissement, peu importe le nombre d’ennemis en face, nous avons là un 60 FPS constant !

Nous pouvons tout de même regretter le manque de détails dans les décors, ainsi que l'absence de décors destructibles, qui auraient participé encore une fois à ce sentiment de puissance lors des combats. Une fois la carte visitée une première fois, il peut rapidement arriver un sentiment de lassitude à la faire, notamment dans le cas de la recherche des objectifs secondaires, un travail supplémentaire sur ces cartes n'aurait pas été de refus.

Enfin, les ennemis sont très génériques, les soldats classiques se ressemblent tous, et les généraux ennemis répètent le même texte en boucle (ou presque) lors de leurs défaites, un peu fatigant à force....
Plaisir à jouer et à rejouer
Image
Samouraï Warriors est un Musou assez riche en cartes à explorer, et durant vos pérégrinations, vous allez rapidement découvrir le système d’XP de réserve, et de maîtrise de réserve. Il s’agit ici de permettre d’entrainer vos personnages sans avoir à les faire venir sur le terrain. Vous pourrez ainsi monter leurs niveaux, mais aussi leurs niveaux de maîtrise d’arme, sur l’ensemble des armes possibles (de l’odachi au tambour, en passant par l’arquebuse ou les gants de frappe). Chaque personnage à une arme de prédilection, la maîtrise fonctionne du rang F au rang S, avec des techniques débloquées au fur et à mesure.

Ces techniques débloquées sont les « compétences ultimes ». Vous pouvez en avoir 4 d'actives par personnages, et fonctionnent en pressant (R1) plus (rond), (triangle), (croix) ou (carre). Ces compétences vous permettent de balayer les ennemis, mais aussi de remplir votre jauge de Musou, de vous soigner etc…

Si vous êtes friand du style de jeu Musou, alors vous apprécierez grandement de rejouer les cartes avec les différents personnages et styles d’armes, d’autant plus si vous cherchez la complétion des trophées… Cependant, si vous n’aimez pas les jeux répétitifs, alors il est possible que vous finissiez par lâcher le jeu, heureusement que l’histoire est plaisante à suivre, et peut-être que celle-ci vous happera malgré votre réticence à recommencer et recommencer les niveaux !
Chasse aux trophées
Image

Comme vous avez pu le lire depuis le début du test, le jeu est axé sur la répétition : il en va de même avec les trophées. En effet, en dehors des trophées « classiques » liés à l’avancée dans le scénario, un grand nombre de trophées vous demandera de rejouer les cartes. Jusqu’à l’écœurement ? Nous y viendrons.

Dans un premier temps, en plus des trophées de l’histoire, vous pouvez monter vos personnages, leurs compétences, et leurs équipements afin d’obtenir un grand nombre de trophées. En parcourant les niveaux, vous devrez également obtenir au bout d’un certain temps les trophées liés à la musique. Enfin, en complétant le mode citadelle, vous obtiendrez les trophées pour l’amélioration du château, et de la complétion de l’ensemble des cartes du mode citadelle.

Maintenant, passons à la tâche … fastidieuse

Dans le mode Musou, mais aussi dans le mode citadelle, TOUTES les missions devront être terminées avec un rang S. De plus, dans le mode Musou, vous devrez faire TOUS les objectifs secondaires, autrement dit, ça sera TRES long !
De par la difficulté d'accès à certains objectifs secondaires, un guide sera alors très intéressant, et vous guidera sur les conditions d'apparition de ces objetifs.

Dans le mode citadelle, pendant la complétion des rangs S, pensez à améliorer les relations entre chaque personnage. Switchez de partenaire et/ou de personnage principal dès que les relations entre eux sont accomplies. Chaque personnage à entre 1 et 7 relations, avec une moyenne de 3, appliquez cela aux 39 personnages, comprenez que cela sera long ici aussi !

Dernière tâche, l’obtention du cheval ultime et des armes uniques : rien de sorcier, des conditions très particulières à remplir, en plus de jouer en « difficile » ou « Nightmare » vous permettront de décrocher le sésame. Dans ce cas-là , un guide sur les conditions sera agréable, afin de minimiser la recherche à l'aveugle.

En un mot : COURAGE !

Si vous aimez les platines compliqués, alors celui-ci est parfait, vous y passerez un grand nombre d'heures !
Image
Conclusion
Samouraï Warriors 5, le nouveau Musou de Koei Tecmo, est ainsi un jeu parfait pour ceux aimant le Japon féodal et son histoire complexe, ainsi que pour ceux aimant la complétion des jeux difficiles. Si vous n’êtes pas de ce genre, alors un conseil : jouez par petites phases pour éviter l’écœurement lié à la répétition des missions. Malgré tout, de nombreux systèmes sont là pour vous aider, comme le système d'XP de réserve, qui permet de gagner un temps important, notamment si vous cherchez à améliorer tous les personnages (ce qui n'est pas demandé pour les trophées).

Ce jeu n’est pas compliqué, c’est vraiment le platine qui le sera. Globalement, vous passerez un très bon moment sur ce jeu. Avec un aspect technique aux petits oignons et une direction artistique simple mais très belle, vous prendrez très rapidement goût à ce jeu, malgré les grandes différences avec ses ainés. Pour peu que vous ayez un peu de temps à tuer, ce jeu est parfait. C’est un grand oui.
J'ai aimé
  • Une direction artistique sublime
  • Une histoire prenante
  • La possibilité de jouer à deux en écran splité
  • La gestion d'XP de réserve, parfait pour monter des personnages annexes
Je n'ai pas aimé
  • Une répétitivité parfois poussive
  • L'aléatoire de certaines récompenses
  • Des objectifs secondaires pas forcément évident à trouver quelques fois...
16
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine difficile

Cromwell-D (CromwellDarconn)

73
332
868
2451