Saints Row

ps4

1
2
6
42
14
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 23/08/2022
Genre(s) : Action , Aventure, TPS
Territoire(s) : FRANCE

199 joueurs possèdent ce jeu
51 trophées au total
1 trophée online
6 trophées cachés

Platiné par : 23 joueurs (12 %)

100% par : 23 joueurs (12 %)


Note des joueurs :
5/5 - 1 note

Note des platineurs :
4/5 - 1 note

Test rédigé par SolisTrad le 07-09-2022 - Modifié le 07-09-2022

Introduction

Image

Ce nouveau Saints Row, qui est sorti le 23 août 2022, est classé comme un reboot de la licence après le quatrième épisode sorti en 2013. Malgré les changements d'éditeurs au fil des épisodes, Volition est resté aux commandes concernant le développement de chaque titre de la licence.

Après le gadin ramassé par Agents of MAYHEM, les fans de Saints Row étaient, pour une bonne partie, assez peu réceptifs à ce reboot pour diverses raisons. Les principales étant le lieu où se déroule l'histoire ainsi que le groupe des Saints. Et après avoir testé le jeu... on peut dire que certains défauts de leur ancien titre n'ont clairement pas été corrigés. Même s'il y a clairement une envie de bien faire et de relancer le titre dans la bonne direction.
Contenu du jeu
En démarrant le jeu vous découvrez un menu assez classique qui vous proposera de démarrer votre aventure seul ou avec un(e) ami(e) pour ensuite vous offrir le choix entre cinq modes de difficulté. Vous pourrez alors lancer votre aventure et découvrir le monde coloré de Santo Ileso.


Quatre amis dans le vent !

Les premières missions de l'histoire auront pour objectif logique de vous familiariser avec chaque personnage de votre petit groupe, ainsi que les forces en place dans Santo Ileso. Votre Boss intégrera tout d'abord Marshall, une entreprise de sécurité privée qui œuvre dans divers domaines tant que cela rapporte. Alors que pendant le même temps, les autres membres de votre colocation font leurs propres affaires pour gagner leur vie au sein de groupes qui correspondent à leurs valeurs et mode de vie.
De son côté, Neenah fait partie du groupe des Panteros, un gang de rue qui tourne autour de la gonflette et des bagnoles modifiées. Parlons aussi de Kevin, un jeune homme aux tatouages aussi étranges que ses principes de vie vu qu'il semble être allergique aux t-shirts et autres chemises. Ce dernier est affilié aux Idoles, un groupe qui prône l'anarchie sous toutes ses formes. Enfin, n'oublions pas Eli, la caution intellectuelle de ce groupe de têtes brûlées. Un hipster branché criminalité qui préfère les théories et la planification à l'utilisation des armes.

Fatigués de devoir dépendre des autres et de galérer pour joindre les deux bouts à chaque fin de mois, en plus de vouloir quitter leur appartement miteux, nos quatre joyeux lurons vont décider de fonder leur propre empire du crime. Peu leur importe que cela froisse l'égo ou le compte en banque d'autres organisations déjà en place.

En vous concentrant sur l'histoire principale, il vous faudra environ 12 à 15 heures pour en venir à bout.


Une trame principale anecdotique

Dire que l'histoire est bateau et peu travaillée ne serait pas faire insulte au travail des scénaristes. On reste clairement sur notre faim avec la sensation qu'il manque quelque chose à ce titre. Une petite étincelle, ce truc qui donnerait envie de voir la suite. En dehors du boss qui a droit à quelques répliques et passages amusants vers la fin de l'histoire, on se retrouve avec des personnages qui ne dégagent pas grand-chose pour la simple et bonne raison qu'ils ne sont pas assez mis en avant.

L'écriture du titre est tellement basique et minimaliste par endroits. Ce n'est sans doute qu'une impression, mais peut-être que les scénaristes ne voulaient pas prendre de risque en tentant d'inclure des missions un poil trop loufoques ou trash comme certaines des précédents opus.


Mon empire, ma bataille !

Au fur et à mesure de votre progression vous serez donc amené à bâtir et développer votre empire. Il ne s'agira nullement de gérer quoi que ce soit, mais de réaliser des défis à travers des missions ou des mini-jeux qui n'ont rien de révolutionnaire. On pourra donc retrouver les classiques vols de voitures, courses-poursuites, contrats d'assassinats et... les arnaques à l'assurance qui consistent à se jeter sous les roues des voitures pour rebondir dessus dans la foulée.

Cet aspect du jeu aurait pu être beaucoup plus travaillé car on se retrouve généralement à juste faire des allers-retours monotones ou frustrants sur certains parcours. L'écriture aurait dû être plus travaillée pour rendre ces défis amusants.


Venez vous batter !

A la différence d'un GTA, Saints Row fait la part belle aux affrontements et explosions en tous genres en offrant, par exemple, des bonus passifs ou des compétences particulières au personnage que vous incarnez. Comme le fait de foutre votre poing enflammé dans la tronche d'un ennemi ou de balancer un mouvement à la Matrix avec une arme dans chaque main pour faire des trous dans tout ce qui vous entoure.
N'oublions pas non plus la large panoplie d'animations d'exécutions toutes aussi violentes que marrantes.

Les armes aussi se veulent plus classiques que dans le dernier épisode. Ce qui est assez logique quand on y pense. En dehors des pistolets, mitrailleuses et autres lance-missiles, vous aurez l'occasion de jouer avec des armes que vous pourrez récupérer lorsqu'Eli vous initiera aux vertus du RP grandeur nature.
Il faudra d'ailleurs remplir une certaine condition pour améliorer chaque arme.


Partagez les dégâts.

Comme précisé un peu plus haut, il sera possible de faire l'aventure avec une autre personne. Vous aurez alors la possibilité de vous amuser à deux et de faire du covoiturage un peu particulier car pendant que l'un de vous conduira, l'autre... pourra monter sur le toit pour allumer vos poursuivants.
Aspect technique du jeu
Avant de me lancer dans cette partie du test, je tiens à rappeler que ce dernier a été effectué sur une Playstation 4. Des retours que j'ai pu avoir avant et après la sortie du premier patch, la version sur console de dernière génération aura encore besoin de plusieurs mises à jour pour offrir un confort de jeu aux personnes possédant le titre. Freeze, clipping, disparition de points de repères en coop sont les choses qui reviennent le plus à titre d'exemple.


La simplicité au service de la fluidité.

On remarque très rapidement que les décors ne sont pas ce qui se fait de plus sophistiqué aujourd'hui sur les jeux les plus récents et cela s'avère être un choix plutôt judicieux et justifié pour ce Saints Row qui offre des chargements fluides et rapides entre le lancement du jeu, de votre sauvegarde ou entre deux séquences (mission, défi, action criminelle annexe). Cela se remarque surtout lorsque vous décidez de partir en vadrouille à bord d'un hélicoptère. Bien souvent on peut remarquer dans d'autres titres que les bâtiments ont du mal à s'afficher dès que vous changez de phase (bascule entre deux missions). Chose qui n'est pas le cas ici.
La météo pourra aussi avoir une incidence directe sur votre conduite en voiture entre les tempêtes de sable et autres levers/couchers de soleil qui vous empêcheront parfois de voir à plus de quelques mètres au loin. Ceux-ci sont bien pensés et amusants... par moment seulement.

Le seul petit défaut que l'on pourrait mettre en avant au niveau des éléments de décor serait leur fragilité surprenante pour certains. On peut se retrouver à tout détruire comme un bourrin pour ensuite voir son véhicule s'écraser comme une crêpe sur un vulgaire grillage.
Les animations également se veulent fluides, à l'image des exécutions sur vos ennemis. On retrouve des mises à mort à mains nues ou avec armes (toutes aléatoires) assez diverses et amusantes.

On pourrait également noter un certain manque de dynamisme ou de fluidité durant des cinématiques ou lors d'actions durant des courses-poursuites et attaques de véhicules en mouvement. Rien de catastrophique si ce n'est que l'on peut un peu trop les remarquer.

Rien à redire sur le chara-design qui se veut simple et efficace avec un petit côté cartoon à la Fortnite assumé. Un énorme générateur de personnage est d'ailleurs mis à votre disposition pour donner forme au boss de vos rêves. Permettant même de recréer des personnalités réelles ou fictives comme Dwayne Johnson (The Rock), Keanu Reeves, Donald Trump, She-Hulk, The Mask, j'en passe et des meilleurs.


Une bande son inégale, voire plutôt fade.

Le doublage de ce nouvel opus est d'excellente facture et aide grandement à rendre les personnages secondaires amusants lors de leurs interventions qui se veulent souvent bien trop courtes et rares malheureusement. Le jeu propose même jusqu'à 8 voix différentes pour coller au mieux avec le physique de votre protagoniste. Sachez juste que le jeu le traitera exclusivement comme un personnage masculin, même si vous conservez ses caractéristiques physiques de départ.

Autre petit bémol qui est indirectement lié au doublage, les sous-titres sont complètement désynchronisés par moments. Il est possible de modifier leur rapidité d'affichage sans que cela ne corrige réellement la chose car cela aura juste pour effet de modifier le problème.
Pour vous donner un exemple, une réplique peut être divisée en deux bulles (sans aucune justification) et le texte qui contient 90 % de la réplique ne sera affiché à l'écran que 2-3 secondes, alors que la seconde bulle qui affichera les 10% restants sera visible 6-7 secondes.
Si jamais vous décidez de ralentir la vitesse d'affichage des sous-titres, certaines bulles apparaîtront après qu'un personnage ait terminé de parler durant un dialogue actif. Cela n'a rien de bien déstabilisant vu que le scénario est classique, mais cela pourrait frustrer certaines personnes étant donné que seul un doublage original en anglais est actuellement disponible.

Là où le bât blesse au niveau de la bande son, c'est clairement lors de certains passages de l'histoire où on a droit à des cinématiques pleines de coups de feu et d'explosions qui manquent d'impact. La musique est trop souvent absente durant ces passages qui sont censés faire grimper la tension ou augmenter l'immersion de la personne qui tient la manette. Outre l'enchaînement hasardeux de certaines animations, cela aurait pu être comblé par des musiques ou des bruitages adaptés.

Il m'est difficile de donner un avis objectif sur les différentes radios du jeu si ce n'est pour informer qu'on peut trouver de tout : musiques classique, folklorique, latine, rock, électro, rap, etc. Étant grand consommateur de musiques urbaines, je peux juste prévenir que les fans de rap/hip-hop n'en auront pas pour leur argent.


Rien de révolutionnaire sous le soleil.

Comme indiqué précédemment dans ce test, vous aurez rapidement fait le tour de l'histoire principale qui ne vous offrira que très peu de challenge. Outre les débuts de la bande des Saints, le jeu vous fera découvrir la grande ville de Santo Ileso qui associe une grosse métropole brillante de mille feux, comme le ferait Las Vegas, et des zones désertiques perdues dans le temps qui vous rappelleront les vieux westerns.

Les armes se veulent classiques dans l'ensemble avec le pistolet ou le lance-roquettes classique tout en permettant quelques excentricités comme des armes à énergie ou un gros os qui fracassera la caboche des gangsters qui vadrouillent en ville. On reste tout de même loin des folies du quatrième épisode sans pour autant se priver.

Idem pour la conduite de véhicule qui se veut plus arcade. Ce qui peut être déroutant au début est de constater qu'un petit coup latéral peut faire voler une bagnole contre un immeuble ou qu'un tremplin vous enverra dans les cieux alors que les roues de votre véhicule ont souvent du mal à lâcher la route le reste du temps.

On pourra au moins dire que Volition a tenté de faire quelques petites choses sympas pour les activités annexes entre les disparitions de preuves, le transport de matières dangereuses ou l'assassinat de brutes épaisses si vous utilisez une application pour donner une mauvaise évaluation à un établissement géré par un concurrent.
Viennent ensuite les contrats à gage classiques, les bagnoles à trouver pour débloquer des améliorations ou les arnaques à l'assurance qui consistent à vous jeter sous les roues des véhicules de pauvres innocents.

Le seul bug réellement gênant que j'ai pu rencontrer à ce jour concerne l'arrivée de renforts ennemis durant des missions annexes. Si jamais vous éliminez vos agresseurs trop vite, il se peut que leurs renforts s'arrêtent au loin en rendant la mission impossible à terminer car il y a toujours une zone autour de l'objectif dont vous ne pouvez vous éloigner. Ce qui vous force à relancer la mission depuis le dernier point de contrôle ou, parfois, du début.
Plaisir à jouer et à rejouer
Même si on peut reprocher certains manques ou lacunes sur le jeu, celui-ci reste vraiment très agréable dans son ensemble et on ne s'y ennuie pas. Idem pour la prise en main rapide entre les phases de combat ou l'utilisation des compétences qui se veulent très simples et accessibles à tous les publics.
L'histoire, anecdotique, vous occupera une bonne quinzaine d'heures si vous la terminez en ligne droite. Prenez donc le temps de découvrir la ville, de partir à la chasse aux objets, d'agrandir votre empire criminel et d'améliorer vos armes pour toucher un peu à tout.

Prenez également le temps de savourer la loufoque suite de quêtes annexes d'Eli qui vous fera partager sa passion du jeu de rôle grandeur nature des Poussiéreux : une sorte de grosse communauté qui est plongée d'un univers dont le lore semble être un mélange de chevalerie et d'univers post-apocalyptique à la Mad Max. En plus de profiter de balades en ville et dans les régions désertiques bien travaillées, on a droit à quelques échanges et piques amusants entre les personnages. Sans parler des armes spécifiques à cet aspect du jeu, ou des animations spéciales lors des éliminations.

Un des avantages de ce Saints Row repose sur le fait qu'il est entièrement réalisable en coop. Avancée dans l'histoire, déblocage de missions, obtention des trophées... Tout est réalisable pour les deux personnes qui partagent la même sauvegarde en rendant l'aventure plus amusante car plus on est de fous, plus on rit.

Ceci dit, une fois qu'on a terminé le jeu à 100% il ne reste plus rien à faire. Si jamais les développeurs décident d'ajouter du contenu ce sera une autre histoire. Mais en attendant, la rejouabilité du titre est nulle. Le contenu se veut assez généreux en attendant et vous tiendra occupé au moins une cinquantaine d'heures.
Chasse aux trophées
Malgré le fait qu'elle puisse être un poil longue sur la durée, la conquête du (Platine) de Saints Row ne vous donnera pas beaucoup de fil à retordre. Cette durée pourrait même être diminuée si vous le faites à deux. N'oublions pas la difficulté la plus basse qui rend le jeu si facile que vous pourrez rouler sur tout ce qui bouge sans le moindre effort.

Au fil du jeu vous débloquerez des défis à effectuer, comme ceux de la combinaison de vol qui sont liés au trophée (Bronze) C'est un oiseau ! Loin d'être difficiles, vous serez amené à découvrir un autre aspect du jeu car il faudra faire preuve de précision et de persévérance plutôt que de folie meurtrière.

Tout le contraire de (Bronze) Antichar qui demandera d'éliminer un conducteur de tank grâce à une technologie volée à la société Marshall.

Entre (Bronze) Diversification des activités et (Argent) Âge d'or, il vous faudra pas mal d'heures pour parvenir à étendre votre contrôle sur chaque quartier de la ville.

Le trophée (Bronze) Petit blagueur, lui, nécessite d'avoir un contact avec qui jouer car on ne peut pas rejoindre la partie d'un inconnu de manière sauvage car l'hébergeur doit donner son accord pour voir quelqu'un rejoindre sa session.

Au fond, le jeu est vraiment très ouvert et accessible à tous types de joueurs.
Conclusion
Cela peut paraître choquant, mais le fait de ne pas rencontrer de bugs est aujourd'hui quelque chose que l'on met en avant quand on parle d'un titre. J'ai beau savoir que les joueurs de PS5 ne sont pas logés à la même enseigne que ceux de PS4 dans le cas présent (plus de bugs sur la dernière génération), j'y tiens quand même avant d'aller plus loin.

Nous avons face à nous un jeu amusant, voire emballant par moments. On retrouve une bonne partie de l'univers loufoque de Saints Row dans ce reboot. "Trop timide" pourraient déclarer, sans forcément se tromper, certaines personnes. En dehors de la violence banalisée et prise sur un second degré assumé par le Boss que l'on incarne, les autres personnages restent trop en retrait pour dégager quelque chose. On sait pourtant que les personnages secondaires peuvent avoir un impact conséquent sur la profondeur d'un titre.

Fort heureusement, le jeu peut se reposer sur un travail de développement solide qui offre un jeu solide dans son ensemble. En optant pour des graphismes sans bling-bling, les chargements et la jouabilité s'en retrouvent plus confortables. Quelques bugs mineurs devraient être corrigés assez rapidement et ne gênent actuellement pas la progression, le plaisir de jeu ou la conquête du platine.

On pourrait penser que les diverses activités annexes ressemblent à du remplissage plus qu'autre chose à première vue. Dans un sens je pourrais le comprendre, alors que de l'autre cela se justifie car il vous faudra bien développer votre empire du crime tout en proposant des missions et des jeux sur un ton décalé propre à l'univers de la licence. Contrairement à des titres qui vont vous noyer sous des dizaines et des dizaines d'actions à répéter jusqu'à l'indigestion, les défis proposés ici sont courts et dans des proportions plus que correctes.

Pour résumer le jeu en quelques mots, Saints Row ne sera pas un gros titre qui va pouvoir détrôner un jour GTA sans effectuer de gros efforts dans tous les domaines. Leur seule chance de pouvoir se démarquer aurait été de se concentrer sur l'écriture de son scénario et le développement de son univers. Et là-dessus il y a encore du chemin à parcourir.
Néanmoins on ne boude pas son plaisir durant notre exploration de Santo Ileso sous les traits du Boss, un personnage qui en a encore sous la semelle pour vivre de plus grandes aventures si une suite voit le jour à l'avenir.
J'ai aimé
  • Un univers loufoque.
  • Une pléthore de choses à faire (missions annexes et défis).
  • Un humour décalé assumé.
  • Des graphismes simples et efficaces
Je n'ai pas aimé
  • Une écriture inégale.
  • Une bande son très moyenne.
  • Des sous-titres français mal goupillés.
  • Des personnages secondaires trop en retrait.
14
Je recommande ce jeu : À tous, À un public averti

SolisTrad (Solis_Trad)

64
443
1446
6127