Ruined King : A League of Legends Story

ps4

1
2
8
42
16
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 16/11/2021
Genre(s) : RPG
Territoire(s) : FRANCE

130 joueurs possèdent ce jeu
53 trophées au total
0 trophée online
14 trophées cachés

Platiné par : 13 joueurs (10 %)

100% par : 13 joueurs (10 %)


Note des joueurs :
4/5 - 1 note

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par Aelon le 23-12-2021 - Modifié le 03-01-2022

Introduction

Image

"LoL", une abréviation mondialement connue pour League of Legends, l'un des jeux vidéo les plus joués au monde. Avec plus d'une centaine de champions disponibles, LoL jouit d'un univers extrêmement riche que Riot Games semble vouloir développer.

2021 aura vu l'arrivée de l'excellente série "Arcane" sur Netflix, mais aussi la sortie de Ruined King : A League of Legends Story sur nos consoles de salon. Développé par Riot Forge, un label d'édition pour Riot Games, il s'agit d'un RPG en tour par tour uniquement jouable en solo.

A Bilgewater, une ville portuaire tenue d'une main de fer par Miss Fortune, rien ne va plus depuis l'arrivée imminente d'une nouvelle nuit de l'horreur, un terrible événement menaçant la vie de tous les habitants. Fortune appelle ainsi à l'aide Illaoi, une prêtresse dont l'objectif premier est de protéger Bilgewater des morts-vivants, et toutes les deux finiront par découvrir un complot menaçant non seulement la ville mais potentiellement le monde entier. 6 héros seront ainsi réunis par le destin afin de stopper une menace oubliée depuis bien des siècles...
Contenu du jeu
Un monde plein de possibilités

Ayant des fonctionnalités particulières, Ruined King prendra le temps de dévoiler son contenu. Étant un monde semi-ouvert, vous débloquerez progressivement de nouvelles zones, en sachant qu'il y a 2 îles principales découpées en nombreuses régions. Vous pourrez fort heureusement vous téléporter à certains points précis au sein de ces îles afin de limiter les allers-retours. Chaque zone est parsemée d'ennemis dont le niveau évoluera selon votre avancée (d'un seul coup et non pas progressivement cela dit).

Comme mentionné précédemment, il existe 6 personnages jouables, mais vous devrez avancer plus ou moins loin afin de tous les débloquer. Illaoi, Braum et Yasuo sont jouables quasiment dès le début, mais les 3 autres rejoindront l'équipe petit à petit, et ce de façon justifiée par l'histoire. Chaque personnage occupe un rôle défini, à savoir tank, soigneur ou DPS. N'allez par exemple pas tenter de jouer Braum afin de tuer les boss, il vous servira plutôt à recevoir les baffes ennemies plutôt qu'en distribuer.

Bien qu'ayant des rôles "prédéfinis", deux systèmes d'améliorations vous permettront soit d'optimiser vos champions, soit de les diversifier. Le premier, les compétences, renforcent les pouvoirs des champions tout en leur ajoutant des bonus parfois essentiels (augmentation de chances de critique, soin ajouté à une attaque, etc), tandis que le second, les runes, apporte des améliorations qui changent pour certaines totalement la puissance des champions. Miss Fortune, par exemple, devient totalement surpuissante avec ses dernières runes.

RPG oblige, ajoutez à cela une gestion d'équipements, à savoir des objets spécifiques à un champion (arme et armure), ainsi que de nombreux objets communs à répartir intelligemment (bijoux, reliques). Les statistiques sont assez nombreuses et certains héros, selon leur rôle, doivent être améliorés correctement pour suivre la puissance des ennemis. Vous pouvez même enchanter les objets afin de leur donner de nouveaux bonus, mais il vous faudra pour cela non seulement de l'argent mais aussi et surtout les éléments d'enchantements requis. A vous de voir si vous décidez d'enchanter un objet avec moins de 100% de réussite, cela pourrait coûter cher.

Ruined King comprend bien évidemment une quête principale systématiquement indiquée par un indicateur de quête, mais vous aurez plusieurs activités annexes. Entre les nombreuses quêtes secondaires, les primes et les combats d'arène, il y a largement de quoi faire, d'autant que sortir du sentier battu par l'histoire se révèle régulièrement très intéressant, les récompenses ne manquant pas... Surtout si vous décidez de forger les armes légendaires de vos 6 champions.


Un système de tour-par-tour rythmé


Enfin, il convient de présenter le système des combats, qui, bien qu'étant en tour-par-tour, est plus technique que simplement attendre son tour comme dans un Final Fantasy. Lors d'un combat, vous pourrez avoir jusqu'à 3 champions contre 3 ennemis maximum, mais les ennemis peuvent être répartis en vagues et se succéder à chaque victoire contre une vague. Le combat sera plus long et difficile, mais bien plus récompensant.

Chaque combat se joue sur 3 "voies", des lignes que vous pouvez consulter à tout moment durant une rixe. La voie "normale", celle de l'Équilibre, est la voie que vous utilisez par défaut pour vos attaques instantanées ou pour vos pouvoirs si vous ne changez pas de voie. En revanche, les deux autres voies, Célérité et Puissance, vous permettent respectivement d'attaquer plus vite mais moins fort ou plus lentement mais plus fort. Cela permet également de rejouer plus ou moins tôt, et ce en vu de gêner les ennemis. Car oui, les ennemis utilisent aussi les voies pour vous attaquer, ce qui vous oblige à anticiper leurs actions.

Les attaques instantanées génèrent du survoltage, un excédent de mana que vous pouvez utiliser sans puiser dans votre réserve de mana et ainsi, si vous jouez bien, ne jamais épuiser votre mana afin de tenir tout le combat. Plusieurs pouvoirs puisent dans le survoltage pour infliger plus de dégâts, et les pouvoirs de voie peuvent carrément avoir des effets différents si vous êtes sur la Célérité ou la Puissance. Les combats sont ainsi une sorte de ballet mortel où le rythme est primordial, surtout face aux boss qui exploitent très bien ce système de rythme (vous devrez avoir le bon timing pour vous placer dans une zone temporaire afin de pouvoir activer un bonus et blesser le boss, sinon il faut de nouveau attendre).

Ajoutez à tout cela un système de bonus et de malus, générés soit par l'environnement soit par un ennemi. Ceux-ci vous octroient soit des avantages (plus de chances de critique, bouclier offert, etc) ou des malus si le champion est dans la zone de modificateur. A vous d'utiliser la Célérité ou la Puissance afin de viser la zone de bonus ou au contraire de fuir le malus.

Vous avez un système complexe sur lequel nous reviendrons plus tard en terme d'expérience de jeu.


Ruined King propose un contenu très conséquent qui saura occuper longuement le joueur, notamment dans les difficultés plus élevées où l'ensemble des fonctionnalités doit être maîtrisé afin de ne pas être constamment à la traîne. Suffisamment variées, les activités annexes savent toutes récompenser comme il se doit le joueur qui saura prendre le temps de les faire.
Aspect technique du jeu
Une ambiance visuelle et sonore maîtrisée, mais quelques bugs au programme

Ruined King se joue à la troisième personne en vue du dessus, ce qui permet d'avoir un très bon visuel sur les environnements explorés et surtout les potentiels ennemis qui vous attendent au tournant. Bilgewater et les Îles obscures proposent deux ambiances bien distinctes, puisque Bilgewater regorge de vie et de lumières chatoyantes dans les beaux quartiers et de couleurs plus sombres dans les bas-fonds, tandis que les Îles obscures versent dans les jeux d'ombre et les couleurs ternes pour retranscrire la mort.

Chaque dialogue important pour l'histoire ou le développement de personnage est modélisé en style Visual Novel, mettant en surbrillance le personnage qui parle. Cela permet ainsi de profiter du superbe design des personnages du jeu qui ont tous été revisités pour ne pas coller exactement au look dans League of Legends, où un seul coup d'œil permet de connaître le personnage sans même qu'il ait à parler tant le design en lui-même en dit déjà assez.

Afin d'accompagner la direction artistique, la bande son parvient à poser l'ambiance quelle que soit la situation. Avec presque 60 compositions, certains morceaux sont certes oubliables puisqu'il s'agit plus de musiques d'ambiance très discrètes, mais l'ensemble de la bande son est très réussie. Mention spéciale à deux musiques de boss, notamment celui que Yasuo affronte seul (pour ne pas en dire trop). L'objectif est bien rempli : savoir apporter la note juste à tout moment sans que le visuel ou le son empiète sur l'autre partie.

Bien que nécessaire à la présentation, le gameplay n'a pas grand-chose de particulier à relever. Il s'agit de commandes classiques durant les phases d'exploration, et de choix de commandes durant un combat. Absolument rien de sorcier, tout se prend en mains en un claquement de doigts, et c'est tant mieux : avec un système de combat complexe comme celui-ci, vous aurez tout le temps disponible pour vous focaliser sur l'apprentissage des différentes stratégies sans vous emmêler les pinceaux avec des commandes farfelues.

Il convient toutefois hélas de finir par les choses qui fâchent : les bugs. Sans pour autant parler de bug majeur ou de sauvegarde corrompues, Ruined King n'est pas exempt de soucis techniques qui, dans les difficultés les plus élevées, pourraient venir vous handicaper dans votre avancée.

L'un des glitchs qu'il m'est arrivé de subir bien trop souvent (sur deux parties différentes) est la perte de la possibilité de viser une cible, alliée comme ennemie. Cela devient très problématique quand vous affrontez plusieurs ennemis et que l'un d'eux active un pouvoir qui, si l'ennemi n'est pas tué avant, peut tuer toute votre équipe. Relancer le jeu ne fonctionne pas toujours pour corriger le glitch, et impossible de déterminer ce qui le déclenche exactement. La pêche semble régulièrement le provoquer, mais parfois, même en jouant normalement, vous pourriez perdre la visée d'un combat à l'autre... Frustrant au possible, même si en fin de jeu certains héros disposent de compétences multi-cibles sans visée particulièrement dévastatrices qui ne sont ainsi pas perturbées par ce glitch.


Ruined King jouit d'une direction artistique et d'une bande-son très réussies, permettant ainsi de toujours mettre en valeur les combats durant votre épopée. On regrettera simplement la présence de glitchs plus ou moins handicapants pouvant soudainement venir vous gêner dans votre partie.
Plaisir à jouer et à rejouer
L'avènement de héros

Ruined King s'inscrit dans un univers déjà extrêmement riche, et pourtant, même sans connaître les champions de League of Legends, le jeu saura vous présenter un à un les différents personnages clés sans verser dans l'abondance. Nul besoin d'être un initié de l'univers LoL pour apprécier Ruined King, mais les aficionados reconnaîtront plusieurs clins d'oeil qui passeront inaperçus pour les novices sans que cela soit préjudiciable.

L'histoire principale est plutôt simpliste, à savoir qu'il s'agit d'une vengeance pour certains et un devoir pour d'autres qui, au final, aboutira à la formation d'un groupe de héros sauvant le monde. Simple mais efficace, d'autant que la majorité des champions seront bien mis en valeur. Miss Fortune, Yasuo et Ahri jouiront du développement de personnage le plus poussé, tandis que Pyke ou Braum seront un peu en retrait, cantonnés respectivement à leur rôle d'assassin mystique et de benêt au grand cœur. La narration vaut toutefois largement la peine, avec quelques moments de bravoure bienvenus et même un approfondissement des champions connus des fans de LoL.

La découverte du jeu peut paraître compliquée, surtout qu'elle comprend de nombreux barrages de textes et de tutoriels pour bien présenter les mécaniques de jeu, mais plus vous avancez, plus vous serez maître du jeu, même avec les ajouts constants au gameplay. Entre le fait que vous serez bien plus efficace dans vos stratégies de combat, que vous disposez de plus de champions et donc de tactiques, ou tout simplement votre connaissance de vos atouts et de vos ennemis, les combats deviendront de plus en plus plaisants.

Le jeu dispose de boss vraiment très travaillés dans leur mécanique de combat, puisqu'elle est unique à chaque boss. Par exemple, un boss invulnérable de prime abord vous impose en réalité de devoir infliger des malus à ses sbires avant de les tuer afin qu'ils lui transfèrent les malus sous forme de dégâts. Les boss du dernier quart du jeu jouent quant à eux sous votre maîtrise du rythme du combat en vous obligeant à gérer les 3 voies. Sachant se renouveler dans ses combats sans tomber dans le farfelu, l'expérience de jeu est vraiment agréable et sait même se bonifier au fur et à mesure de votre avancée.

Les vrais héros ne se reposent jamais

En dehors des activités principales, le jeu regorge comme mentionné précédemment de nombreuses activités annexes qui permettront de souffler entre deux avancées dans l'histoire, ou tout simplement pour se changer les idées.

Les quêtes secondaires vous feront passer temporairement dans la peau de mercenaires, puisque de nombreux personnages vous solliciteront pour des tâches plus ou moins ardues. Entre équiper un ménestrel en herbe de luth et partitions, et traquer des spectres malfaisants pour un spectre pacifiste, il y aura de quoi faire. Si les quêtes secondaires peuvent paraître difficiles à repérer (pas de "!" au-dessus du PNJ donneur de quêtes), il existe un système de vendeur de ragots qui, au fur et à mesure du jeu, vous vendra des informations sur l'emplacement des donneurs de quêtes. Impossible donc de les rater, surtout que certaines quêtes secondaires s'avèrent en réalité essentielles pour l'obtention des armes légendaires.

Autres activités annexes, l'arène et les primes sont en réalité un excellent moyen d'affronter plus de boss que prévu. En effet, l'arène enchaîne les duels à mort, tandis que les chasses aux primes vous mènent directement à la proie (sauf pour une prime particulière) qui enclenchera directement le combat mais sera généralement un boss avec ses propres mécaniques de jeu. Les fans de LoL seront ravis d'y retrouver un certain Ledros...

Quelle que soit votre façon de jouer, vous saurez profiter d'une expérience de jeu variée et renouvelée, mais n'espérez pas forcément un second tour de manège privilégié, puisqu'il n'existe à ce jour pas de New Game +. En revanche, finir l'aventure principale n'est pas synonyme de fin, puisque vous pourrez reprendre votre sauvegarde après la victoire face au boss final et continuer vos activités en suspens, voire même réaffronter le boss final si cela vous tente.


Doté d'un système de combat et d'un univers qui prennent le temps d'être découverts même par le nouveau venu, Ruined King dispose d'une excellente expérience de jeu. Avec de véritables combats de jeu vous imposant de revoir votre stratégie de combat, chacun y trouvera son compte, que l'on connaisse ou non League of Legends avant de se lancer dans l'aventure.
Chasse aux trophées
Ruined King propose une liste de trophées contenant du très bon et du très frustrant.

On saluera tout d'abord l'absence de trophées manquables, à l'exception de ceux liés à la difficulté choisie, puisqu'il faudra finir le jeu en difficulté Héroïque (la plus élevée), mais nous y reviendrons.

En dehors de nombreux trophées ponctuant votre avancée dans l'histoire, tels que ceux liés à la victoire face à des ennemis précis ou au recrutement de champions dans l'équipe, la liste de trophées vous poussera plus ou moins à tout faire et tout visiter dans Ruined King.

Les six champions devront notamment forger leur arme légendaire à la forge arcanique, devenir les maîtres de l'arène cachée dans Bilgewater (que vous trouverez en suivant une quête secondaire) ou encore profiter de tous les dialogues disponibles auprès du feu. En outre, le système d'enchantements est mis à contribution en vous demandant d'enchanter et d'infuser un nombre suffisant d'objets. En toute logique, les défis demandés ci-dessus seront en majorité accomplis simplement en explorant le monde.

Hélas, d'autres trophées viennent gâcher la fête en ajoutant la fièvre de la collection. Vous aurez la lourde tâche de compléter le bestiaire, ce qui implique de devoir retourner dans des lieux déjà visités et qui vous paraissaient terminés puisque de nouveaux monstres apparaissent au fil de votre avancée dans l'histoire (sans moyen de savoir où et quand), mais aussi de devoir rebattre le boss final avec des champions différents. Le plus compliqué et fastidieux est sans conteste la récolte de fragments d'histoire, puisque certains sont franchement bien cachés et mal référencés dans la carte du monde.

Enfin, pour finir dans la complétion et avec une dose d'aléatoire, il sera nécessaire de pêcher au moins une fois chaque poisson du jeu. La tâche n'est en soi pas si compliquée mais est particulièrement frustrante, surtout lorsque des bugs vous bloquent l'accès à un coin de pêche, coin où le poisson manquant nage pourtant en toute tranquillité mais surtout en exclusivité.

Comme mentionné précédemment, le jeu doit être terminé en niveau de difficulté maximale sans changer la difficulté en cours de route. Au vu des mécaniques complexes, réussir lors de la première partie paraît compliqué mais parfaitement faisable, tandis qu'en relançant une partie (pas de partie + pour rappel), vous aurez l'avantage de savoir qui monter dans votre équipe, comment les équiper, mais aussi et surtout comment fonctionnent les ennemis, en particulier les boss. Les derniers boss du jeu nécessitent une stratégie assez précise avec des malus uniques qui, une fois connus, rendent le combat nettement plus simple, même en Héroïque. A vous de voir si vous préférez une partie longue et difficile, ou deux parties avec risque de redondance lors de la seconde.

Quoiqu'il en soit, la liste de trophées de Ruined King est très correcte et invite à profiter du jeu, parfois jusqu'à l'excès.
Conclusion
Ruined King : A League of Legends Story propose une expérience très réussie au sein de l'univers League of Legends, et ce même pour les joueurs ne connaissant rien à cet univers si dense. Avec une direction artistique et une bande son de qualité ainsi qu'un système de combat très agréable, le jeu est très prenant et sait sans cesse se réinventer avec ses boss aux mécaniques uniques.

A découvrir si le style de combat vous plaît, ou si League of Legends n'a pas de secrets pour vous.
J'ai aimé
  • La direction artistique
  • Le système de combat avec ses voies
  • Les doublages français officiels excellents
Je n'ai pas aimé
  • Les glitchs et bugs encore trop marqués
  • Les allers-retours trop prononcés en endgame
  • L'histoire un brin simpliste
16
Je recommande ce jeu : Aux habitués des 100%, Aux fans de la série, Aux curieux

Aelon (Aelon77)

338
1328
3708
10194