Rise of the Ronin

ps5

1
2
9
39
16
5

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 22/03/2024
Genre(s) : Action , Aventure
Territoire(s) : FRANCE

1207 joueurs possèdent ce jeu
51 trophées au total
0 trophée online
22 trophées cachés

Platiné par : 473 joueurs (39 %)

100% par : 473 joueurs (39 %)


Note des joueurs :
4.6/5 - 17 notes

Note des platineurs :
4.6/5 - 12 notes

Test rédigé par Dregs le 29-04-2024 - Modifié le 20-05-2024


Introduction

Image

Disponible depuis le 22 Mars 2024 et en exclusivité sur PS5, Rise of the Ronin est la dernière pépite annoncée des studios Team Ninja, à qui l’on doit notamment les excellents Nioh et Wo Long Fallen Dynasty.

Dans son style action RPG et possédant un vaste monde ouvert, Rise of the Ronin nous propulse dans le Japon du XIXème siècle, plus précisément sous l’ère Edo. Il s’agit d’une sombre époque pour celui-ci, les célèbres bateaux noirs étrangers sont aux portes du pays pour signer des traités commerciaux. Le pays est divisé par une guerre opposant le Shogunat aux révolutionnaires, tous se battant pour un avenir différent.

Il est temps d’enfiler votre plus belle armure, d'affuter vos katanas et de vous armer au mieux pour changer le destin du Japon.
Contenu du jeu
L’histoire prend place avec l’attaque d’un village, où deux enfants sont sauvés in extrémis par d’étranges guerriers. Nous revoilà donc quelques années plus tard où l’on incarne ces deux personnages qui ont bien grandi, faisant parti d’un groupuscule plus connu sous le nom de : Lames Jumelles.
Après une brève formation aux rudiments de l’art de la guerre, la première mission nous envoie rapidement vers l’un de ces fameux bateaux noirs pour mettre à mal son commandant et ainsi empêcher tout traité. Proche du but, un étrange personnage se faisant appeler le Demon Bleu intervient, nous obligeant à scinder notre équipe au prix d’une lourde décision.
Cette fois, c’est bel et bien quelques années plus tard, en pleine révolution contre le Shogunat que l’on se lance enfin à la recherche de notre compagnon. Durant ce périple décomposé sur 3 chapitres, se déroulant chacun dans une province différente, notre personnage est amené à rencontrer et aider de nombreux héros de l’histoire japonaise. En plus de réécrire des pans de celle-ci, certaines de nos décisions auront des répercussions, en fonctions de nos choix pro ou anti Shogunat.
D’ailleurs, des quêtes annexes se présenteront à nous tout au long de notre parcours, que ce soit via les héros que l’on croise durant la trame principale ou de nouveaux personnages. Ces missions permettent notamment de tisser des liens particuliers, allant de la connaissance jusqu’à l’amourette en fonction de nos contacts avec ceux-ci. A partir du moment où un lien est établie, nous pouvons à tout moment décider de choisir ces nouveaux alliés en tant que compagnons jouables durant certaines missions.

Image
Dans ce vaste open-world, diverses activités s’offrent à nous, que ce soit des lieux insolites à visiter, des fugitifs à déloger en passant par des temples où nous pourrons effectuer une prière, Rise of the Ronin propose un bon nombre de chose. Si tout n’est pas obligatoire, il est quand même primordial de réaliser un maximum d’entre elles pour dévoiler de nouvelles zones. D’ailleurs ouvrir des coffres rapporte des récompenses que ça soit en équipements ou objets nécessaires aux évolutions technologiques. Celles–ci se matérialisent via l’obtention et l’amélioration de votre planeur afin d’envoyer des bombes ou d’effectuer des assassinats venu du ciel par exemple.
Dans le même sens, prier dans un temple, tuer des fugitifs, caresser des chats ou prendre des photos, en plus de s’apparenter à des collectibles, permet d’obtenir des points d’améliorations pour augmenter les compétences de votre personnage en Force, Dextérité, Charme et enfin Intelligence. Vous l’aurez compris, bon nombres d’activités qu’il ne faudra pas négliger afin de vous améliorer continuellement.

Comme tout bon Action RPG qui se respecte, Rise of the Ronin, en plus de proposer un arbre d’évolution évoqué ci-dessus, dévoile une excellente gestions de votre équipement. En effet, en plus de pouvoir équiper 2 armes de combat rapproché et 2 armes à distance, il est également possible de les améliorer moyennant quelques matériaux, mais aussi de modifier les attributs présents dessus. Il en est de même pour les tenues que vous pouvez équiper parmi un très vaste choix de skins, tout en arborant des bonus supplémentaires si vous harmonisez celle-ci.
En progressant dans l’histoire, on débloque au cours du premier chapitre, notre Nagaya ainsi que le Testament spirituel. La première citée correspond à notre logement, où l’on peut aménager des éléments du décor que l’on glane au fur et à mesure de notre périple, obtenant ainsi des caractéristiques supplémentaires pour les combats. On peut également louer les chats errants que l’on récupère, ainsi qu’envoyer notre chien en mission pour obtenir de nouvelle récompense. La seconde sera un élément primordial, afin de refaire les quêtes à volonté, permettant de modifier ainsi vos affiliations et c’est aussi ici que vous pouvez passer d’un lieu à l’autre afin de compléter ce que vous avez laissé filer.
Aspect technique du jeu
Annoncé en grande pompe au vu des différents trailers, l’open-world proposé par Rise of the Ronin se décompose en 3 provinces, à savoir YOKOHAMA, EDO et enfin KYOTO que l’on visite séparément en fonction de notre avancée dans le temps. On retrouve toujours le même schéma, à savoir une ville plus animée et riche en éléments, puis une vaste campagne parsemée de temples par-ci par-là, sans vraiment proposer un réel intérêt à part quelques points de vues sympathiques. C’est regrettable d’avoir ce genre de disparité tant les jeux de couleurs semblent maitrisés, mais avec un arrière-plan laissé pour compte.
Heureusement, les déplacements viendront diversifier notre expérience, que ce soit à cheval ou en planeur. Mais tout cela n’enlèvera pas ce côté sans vie et répétitif du titre. D’ailleurs dès les réglages du début, et ce malgré les options proposées, je ne peux que vous conseiller de choisir le mode performance afin de ne pas trop souffrir d’une sensation de lourdeur.

Image
Rise of the Ronin arrive toutefois à se démarquer par son système de combat nerveux et dynamique. Dans un premier temps outre les nombreux types d’armes possibles d’équiper (2 armes de combat rapproché et 2 armes à distance), chacune de celles-ci propose plusieurs styles de combat que l’on débloquera au fur et à mesure de notre aventure. Ajoutez à cela un timing de contre possible avec (triangle) ainsi qu’une barre de Ki indispensable pour bloquer et esquiver, et l’on obtient alors un bon moyen de se défouler. La possibilité de recharger la barre de Ki en plein combat en instaurant une impulsion plus ou moins longue sur (R1), évite justement de souffrir de la fatigue dans un moment malvenu, rappelant une nouvelle fois un certain Nioh. Bien évidemment les caractéristiques à débloquer viendront gonfler vos performances.

Côté ennemis, les groupes que l’on croise sont toujours au nombre de 2 ou 3 minimum et souvent constitués d’un personnage plus fort que les autres reconnaissable via un symbole. Si la plupart des péquenauds n’opposent pas de réelle difficulté, les boss de mission sont quant à eux bien plus retors.
On trouve également des animaux tel que les loups ou les sangliers, ces derniers n’étant pas franchement dociles. Heureusement un attribut permet de les transformer en alliés pour peu que l’on tente une attaque discrète. L’assassinat en mode furtif est d’ailleurs l’une des meilleures approches que l’on peut espérer pour s’éviter de nombreux désagréments. Notez quand même que l’IA semble bien mal ajustée tant certains vous poseront des soucis en attaquant en même temps, tandis que les autres attendront sagement leur tour, voyant ainsi un katana s’abattre sur eux sans même lever le petit doigt.
Notez que la Dualsense est parfaitement utilisée avec toutes les options activées durant ce genre d’activités.

Image
Le jeu utilise aussi la possibilité de jouer les missions en coop grâce à une recherche en ligne. Si celle-ci ne semble pas vraiment trouver son utilité pour la trame principale, il faut dire que la possibilité existe et qu'elle tourne plutôt pas mal.
S’il est bien un aspect maitrisé par le titre, c’est toute l’ambiance sonore qui nous entoure. Que ce soit durant vos chevauchées à cheval, au bord d’une rivière ou plus globalement lors de vos duels à l’épée, tout est relativement fluide. On apprécie grandement le doublage des voix et notamment si vous choisissez le Japonais pour une expérience des plus immersive. Bien évidemment un sous titrage sera présent en français, mais entendre les colons anglais parler dans la langue de Shakespeare et les Japonais avec leurs accents prononcés est un petit plaisir non dissimulé.
Plaisir à jouer et à rejouer
Que vous soyez fan du genre ou simple curieux, il est fort à parier que Rise of the Ronin trouvera sa place dans votre collection. Si l’on peut notamment le placer dans la même lignée que la série des Assassin’s Creed avec de très nombreuses similitudes, à mon humble avis, il se rapproche plus d’Assassin’s Creed Valhala que d'un Ghost of Tsushima. Si le titre reste très beau avec de magnifiques jeux de couleur, il n’en est pas moins un peu léger pour la PS5.
Concernant le choix de la difficulté, libre à vous de faire le jeu dans la difficulté la plus faible pour profiter au maximum de l'environnement sans avoir de mauvaise surprise. Attention, il faudra quand même se méfier de certains ennemis et des boss plus particulièrement. Si vous décidez d'opter pour un challenge plus relevé, libre à vous, cependant une bonne maitrise des attaques / parades me semble primordiale.
Dans son aspect général, il n’apporte pas vraiment de grandes nouveautés non plus, mise à part peut-être le principe des liens et du choix de ses partenaires. Justement, lié notamment avec certains trophées et donc primordial dans votre quête du (Platine), il faudra jouer (ou presque) avec l’ensemble des intervenants au cours de missions. Point appréciable, on peut changer parmi les 3 joueurs présents à l’aide de (L1) + (haut) et ainsi passer par des styles de combats différents au cours d’une partie.

Peu avare en contenu, Rise of the Ronin proposera toujours quelque chose à faire. Que ce soit via son histoire principale, ses quêtes annexes ou toutes autres activités, il est important pour votre progression de glaner ce que le jeu vous donne. Que ce soit en ce qui concerne les armes et armures, les livres pour augmenter vos compétences ou encore les liens à faire grandir et ainsi débloquer des récompenses, il est important de ne rien négliger.

Image
Oui mais voilà, de nombreux matériaux trouvés n’apporteront pas grand intérêt, notamment les bois, fleurs ou bulbes que vous trouverez à profusion sur votre chemin. Alors oui en avançant dans l’histoire, on débloque le jardin permettant de planter les fameux bulbes ou toutes autres espèces, mais l’intérêt n’est pas vraiment là. D’ailleurs en l’état, il est fort à parier que cet aspect du jeu soit laissé de côté.

À contrario, les défis des Dojos, archerie montée, planeur… présents en grand nombre dans les 3 zones proposent là de montrer vos talents. Si la difficulté devient grandissante plus vous avancez dans l’histoire, il faut faire preuve de dextérité pour atteindre le rang maitre et ainsi obtenir les récompenses associées. Dans le même principe, refaire les missions en difficultés « Nuit noire » offre des récompenses haut de gamme, en arme notamment. Mais à ce stade du jeu, beaucoup de joueur ne trouveront pas d’utilité à tout recommencer.
Mais là où Rise of the Ronin sort du lot, c’est surtout de par son aspect historique. Si vous êtes fan de l’histoire du Japon, il est bon de noter que les nombreuses personnes et les quêtes jouées retracent de manière assez fidèle la réalité des faits.
C'est ainsi que l'on peut interagir avec des membres du Shinsengumi tel que Okita Sōji, Saitō Hajime ou encore Kondō Isami responsable emblématique de cet organisme. L'un de vos compagnons, Sakamoto Ryōma fut également une personne importante dans l'histoire du Japon, et le clin d’œil de la mission de l'auberge où il vous faudra le sauver rappellera la véritable fin tragique de celui-ci.

De plus il est bon de noter que malgré quelques bugs graphiques présents relativement rarement, le tout est plutôt fluide. Le seul point désagréable que j’ai pu noter, c’est de se retrouver bloqué entre des bambous ou dans les piliers d’un bâtiment lors d’un combat. Rien de pire que de chercher à s’extraire pendant qu’on vous tape dessus. Mais encore une fois, ce titre saura ravir bon nombre de joueurs.
Chasse aux trophées
Avec ses 51 trophées, (Platine) inclus, Rise of the Ronin propose une liste homogène et accessible à tous. Alternant entre breloques obtenues automatiquement, chasse aux collectibles et flirtant avec le 100%, il faudra compter une cinquantaine d’heures pour venir à bout du titre. Il est également bon de préciser que seul un trophée est concerné par la difficulté. Justement, finir le jeu est impératif pour débloquer la difficulté « Nuit noire », mais pas d’inquiétude, Il est juste question de finir une mission dans celle-ci et vous pouvez changer la difficulté à n’importe quel moment.

Image
Dans un premier temps, consacrer votre attention sur l’histoire principale semble le plus judicieux, d’autant plus que chaque chapitre se passe dans une région spécifique (YOKOHAMA, EDO et enfin KYOTO). Néanmoins effectuer des tâches annexes sera toujours bénéfique car vous gagnerez du temps sur la seconde étape et surtout, vous pourrez obtenir des attributs essentiels pour augmenter vos compétences et ainsi grimper vers le niveau 55.
C’est ainsi pas moins de 14 trophées que l’on obtient automatiquement en terminant une partie et comme évoqué, permettant de débloquer au passage la difficulté « Nuit noire ». A ce stade du jeu, vous devriez ne pas être loin de la 20ne d’heures.

Image
Grâce au Testament spirituel, on peut rapidement passer d’une ville à l’autre, mais également rejouer certaines missions en changeant nos décisions et nos affiliations (pro shogunat ou non). À vous d’être méthodique et de commencer par le commencement en vue de réaliser les 58 missions de liens notamment. Profitez au passage de celles-ci pour réaliser des missions avec les 32 partenaires disponibles. Toujours en lien avec celles-ci, 3 trophées imposent de sauver la vie de certains de vos camarades tels que Ryoma Sakamoto, Soji Okita ou encore Shinsaku Takasugi.
Rejouez aussi la mission Infiltration du navire noir maintenant que votre niveau est bien plus acceptable qu’au début afin de venir à bout du Demon Bleu.

Image
Les derniers trophées à obtenir sont liés aux collectibles et également à diverses actions spécifiques. Parcourez les 3 régions afin de prendre les 44 scènes pittoresques en photo ou encore déloger les 100 chats, mais attention certain d’entre eux s’avèreront plus sauvages. Dans le même principe, exterminez 50 fugitifs parmi les très nombreux présents sera chose aisé, et nul doute qu’avec tous les combats qui vous attendent, vous devriez largement obtenir les 100 assassinats furtifs.

Si ce n’est pas encore fait, venez à bout d’ennemis en utilisant les 9 types d’armes et ne négligez pas les rencontres fortuites qui apparaitront au grès de vos déplacements en vue d’en réaliser 50.
Enfin, exercez vos talents dans les dojos, au planeur, à l’archerie montée, aux armes à feu ou encore débusquez les tricheurs au pair / impair afin d’atteindre le rang de maître.
Conclusion
Nul doute que tout fan d’histoire japonaise se devra de posséder ce jeu tant la crédibilité du scénario change de ce que l’on a l’habitude de voir. Avec de réels liens historiques mais aussi et surtout de par son gameplay et son contenu, Rise of the Ronin a toutes les cartes en mains pour se faire un nom dans le genre. Néanmoins, on regrette un peu la qualité graphique qui semble parfois plus tirer sur une PS4 en fin de vie que sur une PS5 au top de sa forme.
Bien que très plaisant dans son ensemble, on regrette de ne pas être surpris malgré toutes les promesses attendues autour du titre. Probablement trop ambitieux, voire même juste en retard sur son temps, Rise of the Ronin risque malheureusement de faire les frais de la comparaison avec des franchises plus implantées telles que Ghost of Tsushima ou encore Assassin’s Creed.
Qui sait, peut-être qu’un DLC à venir avec une campagne collaborative comme a pu le faire le premier cité saura ajouter un intérêt grandissant au titre.
J'ai aimé
  • Pour tous fans d'histoire japonaise.
  • Des combats nerveux et fluides.
  • Beaucoup de contenu annexe.
  • Des niveaux de difficulté bien distincts.
  • Le doublage japonais.
  • Bonne durée de vie.
  • De nombreux personnages secondaires.
Je n'ai pas aimé
  • Techniquement plus proche d'une PS4 en fin de vie.
  • Une IA peu convaincante.
  • Un principe de faction qui passe presque inaperçu.
16
Je recommande ce jeu : À tous, Aux spécialistes du genre, Aux curieux

Dregs (dregs23)

201
1031
1968
5213