Return To Monkey Island

ps5

1
3
12
24
13
3

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 08/11/2022
Genre(s) : Aventure
Territoire(s) : FRANCE

25 joueurs possèdent ce jeu
40 trophées au total
0 trophée online
10 trophées cachés

Platiné par : 8 joueurs (32 %)

100% par : 8 joueurs (32 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par matrobymat le 09-12-2022 - Modifié le 09-01-2023

Introduction

Image

Si vous avez la trentaine bien mûre comme moi, il y a de fortes chances que vous ayez déjà entendu parler de la saga Monkey Island. Si ce n'est pas le cas, c'est probablement que vous avez gâché votre enfance, ou que vous êtes trop jeune. Comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, Terrible Toybox nous propose une suite à la série, treize ans après le dernier épisode. Ron Gilbert et Dave Grossman étant toujours à la manœuvre, il y a fort à parier que l'esprit des jeux soit conservé, mais est-ce que tout le monde s'y retrouve, fans de la première heure ayant de nombreuses années de plus au compteur comme nouveaux venus ? Voyons cela ensemble dans ce test.
Contenu du jeu
A la lecture de l'introduction, vous avez probablement compris que je suis un fan de la série Monkey Island. Pas d'inquiétude, mon professionnalisme connu de tous garantira une objectivité sans faille. Return to Monkey Island est donc un jeu d'aventure à l'ancienne, adapté aux consoles, qui fait la part belle aux énigmes à la résolution plus ou moins loufoque. Nous ne sommes donc pas en présence d'un point and click à proprement parlé, puisque les déplacements se font au stick. Deux difficultés sont présentes, normale et difficile, cette dernière présentant plus d'énigmes que l'autre. Une bonne idée, même si de toutes façons, un livre est présent dans le jeu vous donnant des indices de plus en plus précis sur la résolution des énigmes si jamais vous êtes bloqués.

Vous contrôlerez donc une nouvelle fois Guybrush Treepwood, notre antihéros pirate atypique, encore et toujours à la recherche du secret de l'ile aux Singes. Celui-ci arrivera ainsi sur l'ile de Mêlée (bien connue de la série) sans bateau et sans équipage, et devra donc trouver un moyen de transport pour atteindre sa destination. Évidemment, rien ne se passera comme prévu et nous devrons réussir entre autres à libérer un ami de prison, dérober des artefacts permettant de trouver des emplacements sur la carte (et les marquer avec un X comme dans tout bon jeu de pirates) etc.

On se rend vite compte que le jeu fait dans le fan-service à fond, et que, malgré un récapitulatif (trop) rapide des épisodes précédents, vous ne comprendrez pas les subtilités des dialogues si vous n'avez pas joué aux précédents jeux. Vous devrez malgré tout réussir à franchir les obstacles qui se trouveront sur votre chemin pour parvenir à votre but. Et quels obstacles : un perroquet système d'alarme d'un musée, un équipage complet de pirates zombies refusant de naviguer vers une ile, un comptable exilé sur une ile perdue terrorisé par l'éventuelle libération de son ancien partenaire à la veste bariolée etc. On rencontre bon nombre de personnages déjà aperçus dans les épisodes précédents (Stan, Elaine, Carla, Cobb, le cuisinier, etc.) en plus des nouveaux protagonistes de cet opus, ainsi que des environnements tous neufs (en plus de la célèbre ile de Mêlée je vous le disais).

Autre nouveauté de ce Return to Monkey Island, les cartes à collectionner. Vous devrez trouver des cartes représentant des pirates célèbres pour les faire combattre dans des arènes... non je plaisante. Il s'agit de cartes quiz contenant des questions sur la saga Monkey Island. J'en parlerai plus dans la partie consacrée aux trophées.

Vous l'avez compris, Return to Monkey Island ne se prend pas au sérieux, et comme ses illustres prédécesseurs est bourré d'humour et d'autodérision. Je n'ai pas été bloqué, sauf une fois où j'ai pris deux indices avec le livre pour résoudre une énigme.
Aspect technique du jeu
Il est évident que le jeu ne nous éblouira pas par sa technique. Ce n'est pas le but. Pour autant, tout va bien, les graphismes sont propres dans leur style, la bande son est bonne et fait également dans le fan-service avec le thème musical bien connu de la série, et l'ensemble réagit bien à la manette. Il n'y a pas de bug, aucun, d'aucune sorte, et c'est déjà un bon point.

On peut regretter l'absence de dialogues français, surtout que j'ai trouvé que les sous-titres disparaissaient assez vite. Par contre, et c'est la première fois que je vois ça dans un jeu, les développeurs ont ajouté une fonctionnalité très bien pensée : pendant les dialogues, il suffit d'appuyer sur la flèche gauche, et l'action s'arrête, vous permettant de relire les anciens dialogues tranquillement. Côté VO, on peut noter le remarquable travail de nombreux doubleurs présents de longue date dans la série : Dominic Armato pour Guybrush, Alexandra Boyd pour Elaine, Leilani Jones pour Lady Vaudou ou encore Gavin Hammon pour Stan.

Le tout est très coloré, un peu enfantin, mais colle parfaitement à l'esprit de la série. L'esprit graphique est proche de celui des derniers épisodes, même si les visages des personnages ont un côté assez carré, anguleux, qui est plutôt étrange (je l'ai trouvé étrange pour ma part en tous cas).
Plaisir à jouer et à rejouer
Est ce qu'on s'amuse avec Return to Monkey Island ? A titre personnel, j'ai beaucoup apprécié me replonger dans cette ambiance si particulière, digne des années des jeux d'aventure en point and click des années 90. C'est un vrai bonheur de retrouver l'humour de la série et de retrouver notre cher Guybrush si maladroit et empoté.

Cependant, c'est le premier jeu de la saga auquel je joue sur console, et j'avoue avoir été un peu déçu par les aides automatiques fournies par l'interface. En effet, console oblige, le curseur se déplace automatiquement et vient se positionner directement sur les objets avec lesquels vous pouvez interagir. Le plaisir d'antan de balader la souris partout sur l'écran pour voir avec quoi on pouvait agir a disparu. Pire, lorsque vous sélectionnez un objet dans votre inventaire et que vous le déplacez sur les objets à l'écran pour l'utiliser, un signe "sens interdit" vient directement vous avertir que ce n'est pas ce qu'il faut faire. Où est passé le plaisir des répliques de notre personnage se moquant de nos choix, ou refusant de faire quelque chose qui nous parait pourtant assez logique à coup de "je ne pense pas non" ou "je n'ai pas envie de faire ça" ? Cela peut paraitre des détails, mais je n'aime pas que l'on me tienne par la main, surtout en mode difficile.

Il est important de pointer un peu du doigt le fait que le jeu est vraiment fait pour les fans. Bien sûr, vous pouvez jouer tout de même sans avoir mis la main sur les précédents opus, mais vous allez régulièrement vous demander pourquoi les personnages parlent de ci ou de ça, et vous allez passer à côté de nombreuses références et de marques d'humour. Moi-même ayant pourtant joué à tous les jeux, j'avoue ne pas toujours avoir tout compris, c'est dire (évidemment, après tant d'années, certains souvenirs ont disparu…).

Pire, je suis passé totalement à côté de la fin. Je n'ai pas compris. Rien du tout. Je me suis retrouvé devant le fait accompli d'une fin totalement à côté de l'histoire, qui est tombée comme un cheveu sur la soupe. Les développeurs n'avaient plus d'idées, plus de budget ou trop de RTT à utiliser avant qu'ils ne soient plus valides ou quelque chose comme ça. Je ne vois pas d'autre explication. N'hésitez pas à m'expliquer la fin si jamais vous la comprenez, ma messagerie vous est ouverte, j'aimerais comprendre.

Dans ces conditions, il est inutile de dire que la rejouabilité est quasiment nulle, même si un petit effort a tout de même été fait pour rendre certaines énigmes différentes à chaque fois. C'est très léger, mais ça a le mérite d'exister.
Chasse aux trophées
Dernier point, et non des moindres : les trophées. N'y allons pas par quatre chemins, c'est une déception. Premièrement, la quasi totalité des trophées sont manquables puisqu'il n'existe pas de sélection de chapitres et qu'une fois le jeu fini, c'est fini. De nombreux points de non-retours sont présents, et énormément de trophées ne sont donc plus accessibles une fois ces points franchis. Une petite sélection de chapitres, ce n'est tout de même pas grand chose. Dommage.

Ensuite, six trophées sont consacrés aux cartes questions-quiz, cartes qui apparaissent aléatoirement dans les environnements du jeu (aïe) et auxquelles vous devez répondre correctement, une mauvaise réponse étant sanctionnée par la perte de la carte, que vous devrez à nouveau retrouver (re-aïe). Il y a ainsi cent cartes à trouver et ainsi cent questions à répondre, qui ne concernent pas uniquement le jeu en cours, mais tout l'univers Monkey Island, au sens large du terme. Honnêtement, même un grand fan de la série comme moi ne connaissais pas 20% des réponses. Un guide sera donc obligatoire pour ces trophées.

Tous les autres trophées (à part les cinq liés à l'histoire) sont liés à des actions spécifiques, par franchement intuitives puisqu'elle n'ont aucun intérêt pour l'histoire ou l'aventure.

Enfin, pour parfaire le tout, un speedrun est présent, pour lequel il faudra tout de même ne pas traîner, le timing n'étant pas très large. Je n'ai toujours pas compris l'intérêt d'un speedrun dans un jeu basé sur la réflexion.
Conclusion
En tant que fan de la série, j'ai apprécié me replonger dans l'univers qui a accompagné mes premiers pas de gamer étant enfant, même si cet opus est loin d'être parfait. L'humour potache et décalé fort appréciable ne peut pas suffire à faire oublier la fin totalement bâclée ou la liste des trophées pénible.

Si vous n'êtes pas un adepte de la saga, alors je vous conseillerais vraiment de passer votre chemin, car il s'agit d'un jeu pour les fans, et uniquement pour eux, les autres passant probablement à côté de la grande majorité des références.
J'ai aimé
  • Fidèle à l'univers de la licence
  • La retombée en enfance
  • Les dialogues, toujours aussi... loufoques
Je n'ai pas aimé
  • La fin bâclée
  • Les trophées
  • Les non initiés qui passeront forcément à côté
13
Je recommande ce jeu : Aux fans de la série

matrobymat (matrobymat)

182
715
1928
6233