Pocky & Rocky Reshrined

ps4

0
2
16
11
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 24/06/2022
Genre(s) : Shoot'em Up
Territoire(s) : FRANCE

31 joueurs possèdent ce jeu
18 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

100% par : 1 joueur (3 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des 100%

Test rédigé par Ex-Nihylo le 07-08-2022 - Modifié le 10-08-2022

Introduction

Image

Initialement paru en 1986 sur borne d'arcade au Japon, sous le nom de Kiki Kaikai, le jeu est renommé en Pocky & Rocky lors de sa sortie en occident en 1993 sur Super Nintendo. Le jeu se voit greffer de 2 suites, dont la dernière ne nous est jamais parvenue, intitulée Pocky & Rocky with Becky sur GBA en 2001. Et puis plus rien, jusqu'à cette année où, surfant sur la mode du revival, une nouvelle itération débarque alors que personne ne s'y attendait.

Intitulé Pocky & Rocky Reshrined, ce jeu est un shoot-them-all à défilement et vue du dessus. Développé par Tengo Project et édité par Natsume-Atari, vous incarnez tour à tour Pocky et Rocky, les 2 personnages principaux du jeu, dans le but d'effacer la menace du Manteau Noir, revenu des enfers pour accomplir sa vengeance... En attendant de déjouer ses pièges, place au trailer officiel du jeu ci-dessous :

Contenu du jeu
Pocky & Rocky Reshrined est un shoot-them-all atypique dans le sens où l'on dirige nos personnages à l'écran à la manière d'un jeu d'action, avec une vue du dessus employée tout au long du jeu. On mitraille la touche de tir pour détruire tout ce qui apparaît à l'écran, et on progresse jusqu'à la fin du niveau où un boss de taille nous attend, et bis repetita.

Autre point qui met en évidence le côté atypique du jeu : son scénario. Les cutscenes entre chaque niveau peuvent en témoigner, une partie de la mythologie japonaise est mise en avant pour étoffer le scénario et seuls les connaisseurs les plus aguerris trouveront les multitudes de références à la culture japonaise. Après tout, l'héroïne n'est autre qu'une prêtresse japonaise chargée de chasser des yokais, les fameux démons japonais...

Il existe deux modes de jeu principaux, l'histoire, accessible dès le début, et le mode free lance, accessible une fois l'histoire achevée. Quelques options permettent de régler certains détails, comme l'affichage ou les traditionnelles options de commande, un autre menu vous permet de comparer vos scores en ligne et c'est à peu près tout en termes de contenu.

En tuant des ennemis vous récoltez de l'argent, qui permet par la suite de déverrouiller du contenu dans le jeu, dont le mode facile. Cela signifie que si vous galérez à finir le mode histoire dans sa difficulté normale, vous devrez attendre de collecter au moins 3000 pièces pour jouer dans sa difficulté inférieure. Et comme la coop n'est disponible qu'en mode free lance, et que le jeu est difficile de base, vous devrez donc être suffisamment patient pour mériter de savourer entièrement ce jeu.

Autant ce système de récompenses peut dérouter, autant on peut davantage se plaindre de l'absence de coop en ligne, la seule fonction en ligne disponible tenant plus de l'anecdote puisque l'on peut juste comparer ses scores avec autrui. De même, à part collecter des pièces pour acheter deux ou trois éléments, on aurait apprécié être davantage récompensé vue la difficulté globale du jeu, en déverrouillant par exemple une galerie d'art, la possibilité d'écouter la bande-son quand on le désire ou encore de débloquer le tout premier jeu de la série.

D'ailleurs s'agit-il réellement d'un 3è opus ? L'appellation "reshrined" du titre tend à prouver le contraire, puisque l'on retrouve certains des niveaux du tout premier opus, retravaillés pour l'occasion, ainsi que l'ajout de nouveaux niveaux et le retrait d'autres de l'époque. Le Manteau Noir, principal antagoniste, était déjà le principal ennemi dans le 1er Pocky & Rocky ; ici son histoire a été quelque peu approfondie. Le bestiaire est composé d'ennemis pour la plupart issus là encore du premier opus. Les anciens se retrouveront donc rapidement en terrain connu, les néophytes pourront sans problème se plonger dans l'ambiance proposée, l'enrobage du titre étant assez copieux mais ne consistant surtout qu'à être un prétexte pour tuer du monstre en toute sérénité.
Aspect technique du jeu
Les amoureux du pixel art seront aux anges dans cette nouvelle mouture de Pocky & Rocky. Tout a été fait pour vous replonger dans l'ambiance des années 90 avec des animations d'époque aux petits oignons, avec une foule de petits détails qui donnent un nouveau souffle à la série. Pas de ralentissements à constater lorsque les ennemis débarquent en nombre, les explosions sont bien retranscrites à l'écran, on progresse en savourant les différents paysages tout droit sortis de la mythologie et de l'univers féodal japonais, en bref on savoure visuellement le jeu tout au long de notre progression. En étant tatillon on pourrait regretter l'absence de véritables animations pendant les cutscenes, le jeu respectant sans doute trop, pour le coup, ses origines des années 90...

Et musicalement, là encore tout a été pensé pour plaire à nos esgourdes : en effet, les mélodies sont conçues pour nous plonger dans une ambiance traditionnelle japonaise inhérente à cette série de jeu, les bruitages sont bien adaptés en conséquence, et les musiques changent de tonalité dès qu'un boss ou un rebondissement scénaristique nous font face. Toutes les pistes proviennent des anciens jeux de la série et ont été retravaillées pour l'occasion. Dommage que l'OST ne soit pas disponible dans les options car certains d'entre nous voudront assurément réécouter certaines compositions. Seule ombre au tableau : pas de doublage, ni en japonais, ni en aucune autre langue, c'est fort dommage, cela aurait perfectionné l'immersion dans l'univers proposé.

Le jeu a été traduit en français : idéal pour suivre au mieux le contexte proposé, étant donné que tout le monde est loin d'être féru de mythologie japonaise. Pas de coquilles à signaler à ce niveau-là, le travail de traduction semblant tout à fait correct, puisque l'on comprend le fil principal de l'intrigue, basée sur les thèmes de la vengeance, du voyage dans le temps et autres dieux et démons japonais.

A noter qu'aucun problème de lag, de freeze ou de sauvegarde corrompue n'a été rencontré durant ce test.
Plaisir à jouer et à rejouer
Le jeu se veut simple d'accès : une touche pour tirer, une autre pour l'esquive, une autre pour parer, on rentre tout de suite dans le gameplay, sans prise de tête, à l'instar de ce qui se faisait dans la plupart des jeux des années 90. Plutôt difficile, le jeu finit par se laisser apprivoiser au bout de quelques niveaux, quand on a suffisamment développé ses réflexes et que l'on a décidé d'en découdre une bonne fois pour toutes avec le Manteau Noir et ses sbires. On ne peut que ressentir de la joie quand on parvient enfin au bout d'un niveau et que l'on arrive à exploser le boss, vu comment on a galéré à l'atteindre sans perdre trop de vies. Heureusement, les crédits sont illimités, et des checkpoints existent, mais ils se situent tous justement au niveau des boss, si vous perdez au milieu du niveau vous devrez le recommencer dans son entièreté. La tâche s'avèrera délicate et comportera son lot de frustrations mais cela ne constitue pas le principal défaut du jeu.

En réalité, ce qui vient tout gâcher, c'est la durée de vie du jeu. Même en n'étant pas trop familier de ce genre de jeu, même en comptant sur une difficulté assez élevée, on parvient à faire le tour du mode histoire en solo en 2h, et on ne peut pas s'empêcher d'être frustré alors que l'écran de fin de partie tombe. En effet, l'histoire du jeu est très profonde, ce qui est extrêmement rare pour un shoot-them-all, il y a largement de quoi creuser davantage pour nous offrir une expérience bien plus riche. Le folklore japonais et ses légendes sont très bien mis en avant, pourquoi ne pas l'enrichir avec quelques phases d'actions ou même de RPG ? Pourquoi avoir créé un univers si riche pour ne permettre aux joueurs d'en exploiter qu'un si faible pourcentage ?

Le mode deux joueurs en coop, déblocable une fois le jeu terminé une première fois, permet de rehausser quelque peu la durée de vie du jeu, même si on ne peut pas jouer ensemble en mode histoire. Il aurait été largement préférable de permettre la coop dès le début et ce, en mode histoire, afin de rendre la difficulté du jeu bien mieux dosée. Tout comme une coop en ligne aurait été largement appréciée, plutôt qu'une simple fonctionnalité en ligne permettant de comparer nos scores. Dommage.

Ce jeu est réellement déroutant du fait du parti pris des développeurs, qui nous ont concocté un jeu résolument rétro avec des graphismes mis au goût du jour et quelques nouveautés bienvenues, tout en conservant les défauts inhérents des jeux des années 90. Peut-être que dans le fond ils ont voulu jouer la carte de la surprise, mais celle-ci déstabilise le joueur plutôt que de le satisfaire.
Chasse aux trophées
18 trophées accompagnent ce jeu, notons toutefois l'absence de platine. Deux trophées (Argent) et 16 trophées (Bronze) viendront récompenser les plus téméraires d'entre vous.

Car oui, obtenir le 100 % ne sera pas chose aisée, loin de là. Le jeu est difficile de base, même en mode normal, surtout pour les néophytes. Après quelques heures de jeu vous obtiendrez non sans peine les 8 trophées immanquables liés à l'histoire, à savoir un trophée par niveau accompli. Et ce n'est qu'un début.

L'autre majorité des trophées consiste ni plus ni moins à finir le jeu sans utiliser de continu en mode normal, autrement dit une vraie plaie. Il vous faudra également terminer chaque parcours de personnage en mode libre, soit 5 fois puisqu'il y a 5 personnages jouables, également sans utiliser de continu. Il va falloir tirer parti des capacités de chaque personnage et travailler vos talents d'esquive, car sans ça vous n'aurez pas la moindre chance de débloquer ces trophées.

Enfin, notons 3 trophées faisant partie des collectibles, qui consistent pour l'un à obtenir 3000 pièces pour obtenir (Bronze) Quelques Milliers et l'autre 10 000 pièces pour acquérir (Bronze) Dix Mille ! Une astuce consiste à refaire en boucle le début du premier niveau car les ennemis re-popent à l'infini, de perdre et de quitter le jeu, puis de le recommencer et ainsi de suite, le jeu sauvegardant ainsi le nombre de pièces accumulées. Enfin, le trophée qui consiste à obtenir 10 vies supplémentaires doit être fait dans une seule et même partie, il va falloir bien fouiller les niveaux pour les obtenir...

Vous l'aurez compris, c'est un 100 % très exigeant, qui aurait gagné non seulement à être mieux dosé en terme de difficulté, mais aussi qui ne vous octroiera même pas de platine : un véritable oubli de la part des développeurs car outre la nostalgie intrinsèquement liée à ce type de jeu, se sentir récompensé après tant d'efforts n'aurait pas été du luxe.
Conclusion
Ce qui plombe définitivement ce vrai-faux remake tient en 2 choses : la durée de vie, bien trop courte, et l'absence de jeu en ligne. Quelques maladresses de plus finissent par laisser aux joueurs un sentiment très mitigé, voire d'inachevé, de cette expérience de jeu, loin d'être mauvaise au demeurant, mais qui ne justifie en rien son coût actuel. Si vraiment il vous tente, attendez les soldes...
J'ai aimé
  • Pixellement agréable
  • Ambiance sonore réussie
  • Shoot-them-all atypique
  • La coop à deux en mode libre !
  • Une histoire très riche...
Je n'ai pas aimé
  • Pas de coop en ligne
  • Pas de coop local en mode histoire
  • Il se finit en 2h, malgré sa difficulté...
  • Peu accessible pour les néophytes
  • ... mais finalement largement sous-exploitée
11
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine difficile

Ex-Nihylo (ex-nihylo)

146
1126
1475
4055