Party Hard 2

ps4

1
3
12
22
15
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 08/09/2020
Genre(s) : Action , Stratégie
Territoire(s) : FRANCE

5 joueurs possèdent ce jeu
38 trophées au total
0 trophée online
12 trophées cachés

Platiné par : 0 joueur (0 %)

100% par : 0 joueur (0 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par yuutsu le 10-09-2020 - Modifié le 08-10-2020


Introduction

Vous allez cesser ce vacarme, jeunes délinquants !

En 2015, Pinokl Games, studio indépendant russe, se faisait connaître avec la sortie de Party Hard. Le concept reposait sur une base simple, mais simplicité ne rime-t-elle pas avec efficacité ? Employé sans histoire menant votre travail pour pouvoir subvenir à vos besoins, votre douce paix a été troublée par le tapage nocturne des voisins qui, eux, ont décidé de faire exploser les décibels. Loin d’appeler les forces de l’ordre, votre personnage se lançait dans un massacre des fêtards, prélude à une véritable chaîne de meurtres dans tous les États-Unis. Le jeu eu droit à son portage sur Playstation 4 l’année suivante.

Cinq ans plus tard, Pinokl remet le couvert : Party Hard 2 revient avec la même recette. Si le synopsis a tout l’allure d’un défouloir, foncer tête baissée dans la mêlée des innocents ne sera pas la meilleure stratégie à adopter. Party Hard 2 réclame de savoir observer et s’infiltrer pour mieux détruire les lieux sans vous faire repérer. La question reste de savoir si l’on peut répéter le même schéma sans tomber dans le déjà-vu.

Contenu du jeu

Sans alcool, la fête est plus folle !

Se rapprochant du style arcade par sa conception, Party Hard 2 propose un récit se découpant en quatorze niveaux. Chaque lieu dispose de ses propres éléments que vous devez dénicher pour remplir assez d’objectifs afin d’avoir accès à la sortie. La furtivité sera votre plus fidèle alliée : si vous laissez vos victimes à la vue de tous, la police aura tôt fait de venir vous trouver et vous embarquer. Même en ayant assez d’objectifs remplis à votre actif, vous n’êtes nullement en sûreté. Ne soyez donc point trop gourmand en victimes et nettoyez derrière vous. N’oubliez pas : une scène de crime bien nettoyée et c’est la paix assurée !

Vous êtes d’ailleurs libre de piocher dans les objectifs proposés. Certains sont bien évidemment liés et créent même un scénario que vous retrouverez au sein des cinématiques venant scinder l’histoire entre deux chapitres. Vous pouvez même relancer indéfiniment chaque niveau pour remplir peu à peu chaque objectif à votre rythme.

En menant à bien ces objectifs, en plus de conclure le niveau, vous remplissez plusieurs barres de progression. Chacune correspond à une méthode d’approche : criminel, anarchie, furtivité et mystique. Remplies, ces barres vous donnent accès à de nouveaux tueurs aux méthodes encore plus violentes et des objets qui vont s’avérer très utiles pour votre avancée. Quatre tueurs sont disponibles en tout. Si les deux premiers sont assez semblables, l’extra-terrestre et le panda apportent un lot de nouveautés fort bienvenus. L’être venu de l’espace se rend invisible : une technique parfaite pour l’infiltration ! Quant au panda, sa violence au corps-à-corps réjouira ceux qui veulent tout détruire sans patienter.

Si Party Hard 2 propose la difficulté Normal par défaut, vous pouvez vous frotter à la difficulté Difficile à tout moment. Un mode coop local vous permet de partager ce massacre sanglant à deux. Dommage que l’opus ne propose pas de jouer jusqu’à quatre sachant que c’est là le nombre de tueurs différents, ce qui aurait permis un nettoyage encore plus efficace, ou anarchique. Dans le même ordre d’idée, l’option de jouer en ligne n’est pas disponible.

Image


Avec quatre tueurs aux capacités diverses et quatorze niveaux pouvant être résolus de différentes manières, Party Hard 2 propose un contenu se situant dans la moyenne d'un jeu d’arcade. Le co-op local n’a pas été pensé à fond pour véritablement permettre de l’exploiter, tout comme l’absence de co-op en ligne. C'est là un point fort dommageable qui aurait pu donner un plus à l'opus.
Note : 3/5

Aspect technique du jeu

J’en ai des centaines de voyants qui font bip et qui font flash sans arrêt !

Tout comme son prédécesseur, Party Hard 2 adopte un visuel en retro-pixel mais bien plus maîtrisé. L’opus est bien moins avare en détails que ce soit dans les personnages qui exécutent plusieurs interactions (déplacement, danse endiablée, etc) mais aussi les décors qui fourmillent d’objets avec lesquels le joueur peut interagir. L’opus mise sur les couleurs, usant des éclairages aux néons dès que possible pour conférer, à n’importe quel niveau, cette ambiance de fête électro. Chaque niveau donne ainsi de quoi explorer et fouiller que ce soit pour se saisir d’un objet ou activer un élément comme un raccourci très utile ou une poubelle pouvant dissimuler un corps. Malgré le nombre d’éléments et d’interactions,Party Hard 2 arrive à ne pas rendre ses niveaux confus.

Les cinématiques venant tisser le fil rouge de l’histoire contrastent avec le visuel du jeu puisque l’on passe du retro-pixel à des illustrations. Pas d’animations ici, mais des images se succédant avec, en fond, les doubleurs donnant corps à leurs personnages. Si l’opus est intégralement traduit en français, les voix demeurent en anglais. Les doubleurs exécutent leur travail sans fausse note. Le récit se déroule ainsi sans faire tiquer le joueur, arrivant à transmettre une écriture assez cynique. On parle tout de même d’un homme qui tue des gens qui causent du tapage nocturne mais peut aussi détruire des réseaux de drogue si le joueur effectue ce choix.

Niveau sonore, la musique demeure dans la ligne directrice de la fête endiablée : une techno comme on peut en entendre par dizaines. Sur le long terme, elle deviendra rapidement lassante, voire horripilante selon votre degré d’affinité avec le genre.

Contrairement au premier opus, ici vous pouvez conclure un niveau autrement qu’en tuant tout le monde. Plusieurs objectifs sont disponibles dont certains sont masqués : à vous de dénicher l’action à effectuer. En menant à bien plusieurs missions, vous pourrez passer au niveau suivant. Ces objectifs peuvent consister à tuer des cibles précises, avec une méthode en particulier (comme brûler, électrocuter, etc) ou encore des actions annexes pouvant servir à mener à bien votre stratégie comme appeler une strip-teaseuse. Oui, vous avez bien lu : c’est très efficace pour détourner l’attention des membres de la sécurité.

Car oui les niveaux ne sont pas seulement emplis de noceurs. De multiples ennemis viendront empêcher votre soif de sang tels que les individus chargés de la sécurité des lieux. Là où un simple coup de couteau saignera à blanc n’importe quel humain, ces gardes devront en recevoir un second pour être mis à terre, ou être surpris dans le dos. Laissez les cadavres à la vue de tous et vous aurez le droit à la visite de la police. Ils vous arrêteront si les preuves sont trop accablantes contre vous. Autrement dit, si vous vous trouvez à côté de votre victime tout juste décédée, vous passerez par la case prison. Mais si vous vous cachez, la police jettera son dévolu sur le fêtard se trouvant le plus près de la scène du crime.

Je les déteste eux et leur musique de sauvages !

Venons-en à ce qui vous intéresse le plus : les multiples méthodes mises à votre disposition pour faire cesser le tapage nocturne (manière subtile de dissimuler votre penchant pour la violence gratuite). Si vous commencez armé, quel que soit le protagoniste choisi, c’est en tirant parti du décor que vous arriverez le mieux à vos fins. Videz un bidon d’essence et craquez une allumette ou mieux faites exploser une enceinte pour déclencher un incendie. Glissez quelques gouttes de poison dans un bol à punch, poussez des étagères, utilisez des véhicules… Les moyens sont multiples ! Si vous souhaitez voir tous les éléments avec lesquels interagir, utilisez la vision avec (R1) qui les mettra en surbrillance ainsi que vos cibles. (Attention cette capacité n’est possible que sur les deux premiers tueurs !)

Concrètement, vous pouvez amasser jusqu’à quatre objets, chacun associé à une touche de la croix directionnelle. En plus de ces éléments, votre arme de base s’utilise avec (carre) et vous pouvez lancer certains objets avec (L2) + (carre). En dernier recours, votre tueur peut exploiter son attaque spéciale avec (R2). Le premier tueur peut, ainsi, décimer tous les fêtards présents dans la zone. Bien entendu, cette compétence ne peut être activée qu’après avoir évincé un certain nombre d’individus. Le sang appelle le sang, comme on dit.

Pour autant, comme dit plus haut, soyez prudents. Les témoins de vos rixes n’hésiteront pas à appeler les forces de l’ordre. Dissimulez les preuves, tuez ceux qui vous ont surpris et effacez vos traces. Pourquoi ne pas en profiter pour mener justice vous-même sur des individus qui méritent vraiment leur punition comme un réseau de drogues ?

Image


Party Hard 2 reprend la recette du premier opus en lui proposant un habillage plus soigné et un gameplay proposant de plus amples activités. Au lieu de se contenter d’un simple massacre sanglant, ce nouveau volet demande d’exploiter tout ce que recèle chaque niveau. Chaque joueur trouvera la méthode qui sera la plus adaptée à sa manière de jouer, couplée à son profil de tueur préféré.
Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Je vais vous faire vivre une fête comme vous n’en avez jamais connue...

En ne cherchant pas à se cantonner à une simple série de meurtres agressifs avec les multiples options d’infiltration présentes dans le jeu, Party Hard 2 s’adresse ainsi à plusieurs profils de joueurs. Serez-vous de ceux aimant varier le plaisir en cherchant à trouver de nouvelles méthodes de mettre fin à la vie de vos semblables ? Préférerez-vous miser sur la discrétion et agir tel un fantôme ? Ou choisirez-vous d’agir à visage découvert en vous en prenant à tout individu croisant votre regard, et ce même contre la police ? Party Hard 2 vous en laisse le choix mais ne sera pas pour autant tendre avec vous. Vos premières parties risquent d’être jalonnées d’échecs comme une mort stupide de votre personnage par manque d’attention (pourquoi marcher dans la flaque alors que vous avez détruit le distributeur juste à côté ?) ou en ayant oublié de dissimuler l’ultime cadavre avant votre échappée.

Si cela peut se révéler frustrant d’échouer si près de la fin, ces événements démontrent aussi que la construction des niveaux et l’IA ont été travaillés pour que, malgré le contexte totalement absurde, les faits se déroulent avec logique. Aucun quidam, même avec du punch alcoolisé dans les veines, ne demeurera stoïque face à un cadavre. De même que causer une explosion provoque, bien évidemment, un mouvement de panique… que vous pouvez utiliser à votre avantage en tendant un piège à la sortie.

Chaque niveau possède sa propre ambiance et des mécaniques qui lui sont propres. Avant de réussir la partie parfaite, vous devrez explorer et exploiter plusieurs méthodes jusqu’à trouver la bonne. Si le club du premier niveau offre de multiples salles fermées, vous devrez oublier vos habitudes dans l’hôpital. Ici toutes les pièces sont dotées de larges baies vitrées limitant ainsi vos cachettes.

Les multiples objectifs à réaliser offrent aux joueurs un but à atteindre en plus de celui de conclure le niveau. Ces objectifs peuvent d’ailleurs aider à mener la fameuse partie parfaite, certains d’entre eux mettant en avant des éléments propres au niveau. Combinés aux différents profils de tueur mis à votre disposition, les possibilités sont quasiment infinies. Si le récit est court (moins de 10 heures) les possibilités de rejouabilité sont presque infinies si vous souhaitez écumer le jeu à 100%.

Si vous avez un partenaire en local sous la main, Party Hard 2 vous permet de jouer à deux ce qui offre de nouvelles perspectives de jeux. Un des tueurs peut ainsi détourner l’attention tandis qu’un autre piège une salle, ou encore l’un de vous peut sauver son partenaire capturé par la police. Le seul bémol réside dans le fait que le second joueur possède automatiquement le même tueur que le premier, et n’a pas la possibilité de choisir son personnage.

Image


Par son concept de jeu d’arcade et les multiples objectifs qui émaillent ces niveaux, Party Hard 2 offre aux joueurs de quoi s’amuser pendant des heures. Bonne chance pour tout réaliser et, surtout, trouver les fameux objectifs cachés ! Party Hard 2 se prête à de courtes sessions pour mieux apprécier le concept sans s’en lasser. Dommage qu’en coop local, le second joueur ne puisse pas choisir son tueur ce qui aurait permis d’autres combinaisons de compétences.
Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Sur votre liste de course, entre le pain et le pot à confiture, ne pas oublier de tordre le cou aux voisins.

Je parlais du mode coop local un peu plus haut. Il est temps d’aborder un autre élément propre à ce mode. Celui-ci ne donne accès à aucun trophée. Si vous souhaitez platiner Party Hard 2, seul le mode solo est pris en compte. Ce n’est pas la première fois qu’un développeur opère un tel choix mais je le trouve toujours discutable. Pourquoi ne pas permettre aux deux joueurs d’obtenir leurs trophées ensemble ou, à défaut, que le mode coop donne accès à la liste de trophées ? Au moins certains jeux précisent dans le descriptif des trophées que certains modes les bloquent. Il est dommage que Party Hard 2 n’ait pas cette option, ce qui serait un minimum.

Mais revenons à notre liste de trophées. De prime abord, elle peut paraître complexe avec une série d’actions précises à accomplir comme tuer d’une certaine manière, éviter la police… La quasi-totalité des trophées peut être résumée à découvrir (et réaliser) l’ensemble des objectifs proposés par Party Hard 2. D’ailleurs la liste se rapproche assez de celle du premier opus. La seconde moitié des trophées est ainsi liée à l’avancée dans l’histoire. C’est le cas de (Bronze) Chut qui consiste à finir un niveau sans que la police n’intervienne : action qui peut rapidement arriver mais le jeu propose un niveau où il est impossible que la police soit présente. Ouf, soulagement !

Sauf que (Or) Le masque m’a forcé requiert de réaliser tous les objectifs et plusieurs d’entre eux consistent à éviter que quiconque appelle le 911 et ce sur plusieurs niveaux. Si la police peut venir sur les lieux parce que vous avez laissé un cadavre traîner, elle peut aussi surgir parce que des fêtards se sont mis à se bagarrer - une action qui n’est pas de votre fait du coup. Ce trophée (Or) regroupe à lui seul nombre d’autres éléments de la liste comme (Argent) Hé, c’est un crime fédéral qui réclame de faire intervenir le SWAT ou encore (Argent) Le patron n’en saura rien avec l’appel à la strip-teaseuse. Dans la liste des objectifs à mener à bien, vous devrez aussi vaincre un boss en moins de trois minutes, ce qui n’est autre que la condition d’accès à (Argent) La vengeance est un plat qui se mange chaud.

Pour le reste on retrouve des trophées assez classiques comme conclure l’histoire avec (Or) Je me lâche, battre un boss avec (Bronze) Plus ils sont grands, plus vite ils meurent ou encore ne tuer aucun agent de sécurité pour (Bronze) Miséricorde.

Pour autant, viser tous les objectifs secondaires et donc, par extension, le platine reste un vrai plaisir… si on écarte le fait que la police peut intervenir à tout moment. Mais il faut bien un peu de challenge pour pimenter le jeu, n’est-ce pas ?

Mention particulière à deux trophées qui m’ont particulièrement plus dans leur concept. (Bronze) 3h du mat’ vous demande de tuer tous les fêtards d’un niveau. Si l’objectif paraît simple, il n’en est rien. Le plus difficile ne consiste pas à massacrer sans vergogne tous ces pauvres gens mais à pouvoir fuir sans que la police ne vous passe les menottes. Vous pouvez aussi saigner les forces de l’ordre, histoire d’obtenir (Bronze) Attrape-moi… si tu ne peux pas et (Bronze) Il y a toujours une ligne à ne pas franchir. La prudence et l’infiltration seront de mise.

(Argent) Cot, Cot, les bouseux est bien plus simple à réaliser mais c’est son titre et son intitulé qui font tout son charme. À la première lecture, j’avais cru comprendre que j’allais devoir libérer des policiers. Il n’en est rien. Un niveau détient une limousine qu’il suffit d’ouvrir pour en faire sortir… des poules. Ce genre de confusion volontaire pour tromper le joueur m’a beaucoup plu. Le jeu n’est nullement avare en touches d’humour de ce style, et ce même dans sa liste de trophées.

En dehors des trophées requérant de réaliser un combo précis, les autres cumulent vos actions d’un niveau à un autre comme (Argent) Ça sent la viande et ses dix fêtards à brûler.

Le seul souci qui peut gêner dans votre chasse repose dans la sauvegarde automatique. Celle-ci a lieu lorsque vous réussissez un niveau mais pas quand vous le perdez. Toute action que vous aurez accompli après une défaite ne sera pas comptabilisée si vous ne relancez pas le niveau et ne le réussissez pas. Vous aurez donc droit à une mauvaise surprise si vous stoppez un jeu après un échec en pensant conserver votre progression. Si Party Hard 2 permet un suivi des objectifs secondaires à réaliser, ce n’est pas le cas pour les actions annexes. Un carnet et un crayon pour noter votre progression seront donc nécessaires.

Image



La liste de trophées ne sera pas accessible pour tous les joueurs, sans pour autant monter la difficulté à son paroxysme. Le but sera de trouver le meilleur tueur selon le niveau et l’objectif visé afin de transformer la fête en massacre à votre gloire. Un guide externe pour découvrir les objectifs cachés ne sera pas du luxe, certains étant vraiment ardus à trouver.
Note : 4/5

Conclusion

Party Hard 2 exploite davantage le concept posé par son prédécesseur. Désormais le massacre aveugle n'est plus l'unique option proposée aux joueurs. Chaque niveau se révèle être une énigme à résoudre et plusieurs solutions sont possibles. Tout dépendra de votre méthode d'approche et de votre observation des lieux. Réussir tous les objectifs se révélera être aussi bien une nécessité pour décrocher le platine que le but premier de tout joueur cherchant à écumer un jeu à 100%. Cela reste dommage que les possibilités de jouer à deux, voire plus, n'aient pas été exploitées à leur juste valeur.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, À un public averti

yuutsu (Sabaku08)

241
1572
2788
9239