Paradise Lost

ps4

1
2
9
12
2

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 24/03/2021
Genre(s) : Aventure
Territoire(s) : FRANCE

6 joueurs possèdent ce jeu
12 trophées au total
0 trophée online
7 trophées cachés

100% par : 4 joueurs (67 %)


Note des joueurs :
2/5 - 1 note

Note des 100% :
5/5 - 1 note

Test rédigé par SolisTrad le 14-04-2021 - Modifié le 14-04-2021

Introduction

Paradise Lost est une aventure scénarisée développée par le studio PolyAmorous et éditée par All in! Games. Le jeu est sorti en France le 24 mars 2021 et est intégralement traduit en français.

Désireux d'obtenir des réponses sur ses origines, le protagoniste de cette aventure va s'aventurer dans un bunker abandonné qui est à l'abandon depuis des années désormais. Le monde extérieur est devenu invivable de toute manière. Plutôt que de survivre sans savoir qui il est ni ni d'où il vient, ce dernier à décider de découvrir ce que sa défunte mère lui cachait.


Contenu du jeu

Comme toute aventure scénarisée qui se respecte, le titre ne contient qu'un seul et unique mode de jeu. Le tout découpé en 5 segments représentés par les cinq étapes du deuil : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l'acceptation. Ce ne sont cependant que des titres étant donné que le contenu de ces chapitres n'aura aucun rapport avec leur titre. L'idée semblait intéressante sur le papier, mais elle n'a clairement pas été poussée plus loin et c'est dommage vu qu'il y a pourtant matière à faire.

Les évènements se déroulent en Europe (près de la Pologne), un peu plus de deux décennies après la seconde guerre mondiale. Un jeune adolescent du nom de Szymon se retrouve seul dans un monde hostile et abandonné par toute vie lorsque sa mère décède de maladie. Perdu au milieu de nulle part, il tombe sur un bunker abandonné avec pour seuls objets en sa possession un briquet et une photo d'un homme qu'il pense être son père. Faute d'autre solution, il décide de s'engouffrer dans un immense réseau souterrain dans lequel les nazis s'étaient installés et procédaient à d'étranges expériences avant d'être repoussés et remplacés par un groupe de polonais.
L'endroit est vide, délabré et dénué de tout signe de vie jusqu'à ce qu'une voix se fasse entendre dans un des interphones encore en activité. A l'autre bout de l'appareil se trouve une inconnue répondant au nom d'Ewa. Sa voix laisse à penser qu'il s'agit d'une jeune femme âgée de quelques années de plus que notre protagoniste et les deux vont rapidement se mettre d'accord pour travailler de concert afin de s'entraider à atteindre leurs objectifs respectifs.

Le titre se veut très dirigiste et ne contient ni énigme, ni puzzle, ni action de quelque sorte que ce soit. Vous marchez, vous passez un obstacle, vous activez un interphone et faites des choix qui semblent n'avoir aucun impact sur le scénario. Comptez entre 3 et 5h pour boucler le jeu en fonction de votre curiosité. La durée de votre aventure fluctuera si vous décidez de foncer tout droit ou de prendre votre votre temps pour en savoir plus sur le mystère qui entoure ce bunker en lisant les nombreuses notes, courriers et enregistrements audios disséminés un peu partout sur votre chemin. On peut encourager l'effort de ce côté car même sans aucune présence vivante sur les lieux, on se prend à vouloir en découvrir un maximum sur le passé des gens qui se sont retrouvés entraînés en ces lieux.
Note : 3/5

Aspect technique du jeu

L'aspect graphique du jeu est une jolie réussite avec des décors aussi divers que soignés. On reconnait rapidement la folie des grandeurs nazie qui, même dans un réseau souterrain, voulait en mettre plein les yeux à tout le monde en terme de technologie et d'architecture. Les infrastructures des lieux ont beau avoir été endommagées par la guerre et le temps, on sent que quelque chose se dégage de ces lieux et tout y semble si... naturel. Le travail effectué par les level designers et autres modeleurs 3D est à mettre en avant et à encourager pour le premier jeu de ce studio.

Chaque étape (chapitre) nous fait découvrir un aspect différent de ce réseau souterrain qui compte une gare, des logements, des usines diverses mais aussi une part bien plus sombre qui servait aux expériences humaines des nazis. La progression se veut directe et reposante étant donné que votre personnage n'ira pas bien vite. Le gros bémol est qu'on a rapidement la sensation que la vitesse de déplacement est un artifice pour ne pas que vous progressiez trop rapidement dans l'aventure qui serait alors bouclée plus rapidement que prévu par les programmeurs.

La mécanique du jeu se veut simpliste au possible : on avance, on appuie sur (croix) pour interagir avec un objet et, accessoirement, on reste appuyé sur (R2) en déplaçant le joystick droit dans une direction comme demandé à l'écran. Resté appuyé sur (L2) semble vous permettre de vous déplacé un chouïa plus rapidement. En tout cas vous passerez votre temps à marcher, lentement, et à actionner des leviers ou presser des boutons. Ce qui n'est pas une fin en soi si vous recherchez une aventure posée.
En dehors d'un ralentissement ou deux sur une action, il n'y a rien à rien à redire sur la fluidité du titre. Les temps de chargement sont également assez court et vous n'en aurez qu'un seul entre deux chapitres.

Au niveau sonore nous avons droit à un excellent doublage qui renforce l'immersion dans le titre. Le travail réalisé sur la bande sonore est de qualité. Les bruitages sont justes, bien équilibrés et les musiques se font rares et n’apparaissent qu'aux moments adéquats étant donné que nous nous trouvons dans des lieux vides où le silence et les sons métalliques, entre autres, jouent un rôle essentiel.
Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Cette courte aventure proposée par Paradise Lost passe rapidement et on ne voit clairement pas le temps passer. En grande partie du fait qu'il n'y a rien à faire en dehors d'avancer tout droit ou de fouiller quelques pièces pour en découvrir un maximum sur les origines mystérieuses de cet étrange réseau souterrain créé par les nazis. Au court de votre aventure vous aurez des choix de dialogues entre Szymon et Ewa qui semblent malheureusement être complètement anecdotiques et qui n'auront donc pas le moindre impact sur votre progression.

Le plaisir et la découverte sont au rendez-vous pour votre première aventure. Il est indiqué que les choix de dialogues effectué durant les échanges avec votre partenaire d'infortunes ont des conséquences sur l'histoire... alors qu'il n'en est rien. Même les fins se veulent extrêmement insipides et abrégées. La rejouabilité est donc inexistante sur ce titre qui ne tourne qu'autour d'une expérience unique, aussi courte soit-elle.
Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Soyons franc, le jeu n'est clairement pas destiné à faire des trophées. A part peut-être (Bronze) Übermensch et (Bronze) Untermensch qui vous demandent d'entrer dans la gare de deux façons différentes durant le premier chapitre. Les autres se débloquent en naturellement dans l'histoire en terminant un chapitre et en regardant les deux fins proposées par le titre.

Deux fins sont disponibles et il sera plus prudent de mettre une sauvegarde de côté (cloud ou usb) en se lançant dans le cinquième et dernier chapitre pour ne pas avoir à perdre 3h inutilement. Chaque fin dépend des réponses données à Ewa et aucune ne laisse de place au doute. Vous devrez décider de la débrancher ou non et de rester ou de quitter le bunker. Le tout pour cinq trophées (quatre liés aux choix et un dernier pour avoir débloqué les quatre) qui peuvent s'obtenir en deux tentatives.

A voir si les personnes cherchant un 100% qui ne leur demandera que 3h de jeu seront intéressées.
Note : 2/5

Conclusion

Étant friand de titres reposant et d'aventures scénarisées comme celle-ci, je dois avouer que je me suis un peu ennuyé et le titre manque cruellement d'impact. Pour un jeu qui se targue d'être "riche en émotions" on reste sur sa faim. Les idées sont là et elles sont bonnes. Mais tellement sous-exploitées au niveau de la narration et de leur impact sur le scénario.
Les deux personnages principaux ne dégagent rien et les décisions que l'on prend à la fin ne nous font ni chaud ni froid vu que l'on ne s'attache pas à eux du tout.

Sans être un partisan de la violence physique ou émotionnelle gratuite, les thèmes soulevés durant cette aventure sont traités avec si peu d'intensité et de profondeur ne vous feront même pas lever un sourcil. Pourtant les décors et le level design permettait clairement de s'attendre à mieux. Les scénaristes se sont vautrés de manière assez spectaculaire pour rendre cette œuvre inégale.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux habitués des 100%

SolisTrad (Solis_Trad)

44
303
1098
4854