New Tales from the Borderlands

ps4

1
8
4
14
15
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 21/10/2022
Genre(s) : Point&Click
Territoire(s) : FRANCE

25 joueurs possèdent ce jeu
27 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 3 joueurs (12 %)

100% par : 3 joueurs (12 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par dayvyde le 17-11-2022 - Modifié le 17-11-2022

Introduction

Image

Fin 2014, en partenariat avec Gearbox, papa de la série Borderlands, Telltale Games nous propose un jeu dérivé de cette licence, à savoir Tales from the Borderlands. Comme il a pu le faire sur d’autres licences bien connues, l’éditeur nous proposait un jeu essentiellement narratif avec des phases de QTE de temps à autre, le tout dans l’univers propre à Borderlands, avec le côté FPS en moins donc.

8 ans plus tard, en tant qu’éditeur cette fois, Gearbox nous présente une nouvelle aventure sous la même forme que le jeu précédent sobrement nommée New Tales from the Borderlands. Le troisième épisode Borderlands sorti en 2019 avait plus ou moins séduit les fans tels que votre serviteur. Est-ce que ce nouvel opus est un pari gagnant ?

Prenez donc place à mes cotés dans la navette, et partons ensemble en direction de Prométhée, planète hôte de notre aventure !
Contenu du jeu
Le fabricant d’armes Tediore décide d’envahir Prométhée pour débusquer l’Arche et le trésor qu’elle renferme. S’ensuit alors une aventure pour contrecarrer les plans de l’armurier afin de protéger la planète et que ses habitants.

Voilà le pitch de l’histoire, rien de plus banal me direz-vous, et ce n’est pas moi qui dirait le contraire ! Mais l’essence même du jeu se situe dans l’univers atypique de Borderlands et son humour débordant. Pour faire transparaître cela, vous suivrez les pérégrinations de quatre personnes aux caractères bien différents à travers cinq chapitres. Tout commence avec Anu, une scientifique timide et vite mal à l’aise dans les situations délicates. Vient ensuite Octavio, le frère d’Anu, jeune homme à l’énergie débordante. S'ajoute à la partie Fran, propriétaire d’une boutique de yaourts glacés, boutique dans laquelle travaille Octavio. Et pour compléter cette fine équipe, L0U13, un robot assassin très terre à terre mais surtout très premier degré.

Pour suivre leur histoire, le principe est on ne peut plus simple. A l’instar des précédents jeux Telltales, il vous suffira de regarder les différentes scènes proposées, avec ou sans sous-titres, c’est au choix. De temps à autres vous devrez choisir les prochaines répliques des personnages à l’instant T. De la même manière, il y aura des QTE à valider par le biais de certaines touches à certains moments. Tout cela influencera alors plus ou moins fortement la suite de l’aventure. Je dis bien “plus ou moins” car la trame principale de l’histoire sera toujours la même, peu importe vos choix ou si vous ratez ou non les QTE. Simplement que la toute fin pourrait être différente.

Car oui, vos choix ont essentiellement un effet sur vos relations entre les personnages. Ce qui fera alors évoluer une jauge d’affinité à chaque fin de chapitre. Il y a en une pour chaque duo de personnage, et une générale pour l'affinité du groupe. Cette dernière étant notée en skateboards, allez savoir pourquoi, mais en même temps, on joue à jeu Borderlands non ? Je vous laisse admirer l'image ci-contre pour plus de clarté. Et en fonction de ces affinités à la fin du dernier chapitre, la scène finale qui sera exposée sera donc différente. Mais je n’en dirai pas plus, pour ne pas trop vous dévoiler les différentes possibilités…

Comme pour les anciens jeux Telltales, nous avons droit à certaines scènes où nous pouvons déplacer les personnages et interagir avec le décors. C'est un ajout toujours bienvenu pour éviter une certaine lassitude ou joueur.
Il y a également un mini-jeu qui fait son apparition : le duel d’Archiibôs ! Les Archiibôs sont des figurines représentant des personnages issus de l’univers et des anciens épisodes de Borderlands. Avec elles, vous devrez alors affronter un adversaire et en cas de victoire, vous gagnez sa figurine. Les duels sont très simples avec l’unique possibilité d’attaquer (croix) et d’esquiver les assauts ennemis en orientant (stickG) dans la bonne direction. Rien de bien méchant, mais encore une nouveauté qui apporte de la variation.
Sachez que depuis le menu principal il est possible de faire des duels directement. On choisit notre figurine, celle de l'IA et hop, la bagarre commence ! Rien de bien intéressant, mais c'est un léger ajout intéressant à préciser.

Pas de niveau de difficulté dans ce style de jeu, mais des petites options qui permettent de faciliter ou non votre avancée dans l’histoire sont disponibles, comme ne pas avoir de limite de temps pour choisir une réplique ou réaliser un QTE. A l’inverse, vous pouvez très bien activer une option qui fera qu'un QTE est raté dès si vous vous trompez de touche, pas le droit à l’erreur dans ce cas de figure donc.
Aspect technique du jeu
A peine arrivé sur l’écran d’accueil du jeu, on sait tout de suite que l’on va jouer à un jeu estampillé Borderlands. Et ce sentiment se conforte pleinement par la suite dans les menus, mais surtout dans le style graphique. On retrouve ainsi le style utilisé par la licence habituellement, à savoir des dessins en cel-shading, ce qui apporte donc de belles couleurs dans un univers futuriste, limite post-apocalyptique. Mais tout ce qui fait le sel de ce jeu, ce sont ses dialogues, au-delà des graphismes.

Pour un jeu où il va falloir enquiller des dialogues au fur et à mesure, s’ils sont mauvais, et bien le jeu est complètement raté. Et ici ce n’est pas du tout le cas, toutes les discussions que nous avons à suivre sont de très bonne facture ! L’ensemble du texte est enrichi à la sauce Borderlands, c’est-à-dire avec des phrases qui mènent à des situations souvent très drôles. Et c’est sans parler de la répartie des personnages les uns envers les autres, avec des punchlines à chaque fois bien placées (mention spéciale à L0U13). Et pour ceux qui, comme moi, ont pu être déçus de la majorité des textes du dernier Borderlands 3, qui étaient essentiellement liés à des réflexions en-dessous de la ceinture, sachez qu’ici il n’en est rien ! Le niveau est bien plus relevé, même si on reste dans un dominante de débilité amusante.
Détail non des moins importants, l’ensemble du jeu est traduit en français, tant les textes que les voix.

Côté son, tout va bien également. Les voix sont bien associées à chaque personnage. Octavio étant un jeune homme, il aurait été malvenu de la part de Gearbox de lui avoir collé une voix d’homme bien grave par exemple. Et détail important, les voix sont bien synchronisées avec le mouvement des lèvres. Ça aurait été bien embêtant et surtout perturbant d’avoir un décalage en permanence ici…
Les musiques quant à elles ne vont pas vous marquer outre mesure. Déjà parce qu’il n’y en a pas beaucoup, et aussi parce qu’elles ne sont pas non plus très prenantes.
Plaisir à jouer et à rejouer
Quel bonheur de retrouver cet univers après une assez grosse déception ! Et à l’instar d’autres productions de ce style visual-novel dans l’âme, on était en droit de s’attendre à un jeu sans grand intérêt, où il suffit d’appuyer de temps à autre sur une touche. Même pire, suivre une histoire fade et sans intérêt. Mais ici que nenni ! Dès les premières minutes du jeu, de part la personnalité des différents personnages principaux et secondaires, on comprend rapidement que le style déluré et fantasque de Borderlands est bien présent. Ce qui donne alors droit à des scènes avec des dialogues très drôles entre les différents protagonistes. Il m’est très rarement arrivé de rire en jouant, alors que là, j’ai ri aux éclats plus d’une dizaine de fois !

Certes, le principe de base d’appuyer sur une touche est présent, mais les phases où l’on peut se déplacer et interagir avec divers éléments est parfaitement bien venu. Cela casse radicalement avec la monotonie qui pourrait s’installer au cours de la dizaine d’heures que l’on prend à suivre l’histoire, aussi intéressante soit-elle.

Et c’est là où le jeu pêche. Même si les débuts de l’intrigue sont intéressants, arrivé le quatrième chapitre, sur les cinq que compte le jeu, l’histoire commence à traîner en longueur, avec des passages peu pertinents, voire même inutiles par rapport à l’histoire. Ce qui laisse à penser qu’ils sont là simplement pour faire durer le jeu plus longtemps. Et dans le cinquième chapitre, qui est le plus long de tous, nous avons cette fois de gros blancs dans les dialogues pour apporter de l’humour, mais c’est raté. Au contraire, on aurait aimé qu’il n’y ait pas ces blancs là, pour atteindre plus rapidement la conclusion de l’histoire.

Qui plus est, plusieurs fins sont disponibles et à débloquer dans le jeu. Elles s’obtiennent en fonction de la relation que l’on a réussi à établir entre les personnages de part les choix de dialogues essentiellement. Alors autant vous dire que devoir revoir à plusieurs reprises ces derniers chapitres, en vue d’obtenir à chaque fois une fin différente, c’est long… Et qui plus est, il n’y a pas d’option pour passer les dialogues alors même qu’on les a déjà vus. Une aberration dans ce cas de figure qui vient fortement entacher le plaisir de jeu !
Chasse aux trophées
La liste des trophées pour parvenir à obtenir le précieux sésame est particulièrement ambivalente…

Pour commencer, sur les 27 breloques ( (Platine) inclus) à débloquer, 10 seront obtenues automatiquement au fil de l’eau, soit en terminant un chapitre, soit en réalisant des actions précises, mais nécessaires pour continuer l’histoire. Pour une bonne moitié des autres coupes restantes, il faudra réaliser certaines actions ou faire des choix bien précis à certains moments de l’aventure, ou encore réussir à récupérer toutes les figurines d’Archiibôs. De prime abord, celui-ci pourrait s’apparenter à une chasse aux collectibles, mais soyez rassurés, il n’en est rien ! Certes il faudra en chercher quelques uns, mais un genre de radar nous aidera fortement pour les détecter. Quant aux autres, ils seront obtenus lors de duels d’Archiibôs en cas de victoire. Rien de bien compliqué, vous l’aurez compris.

Mais voilà, il y a deux trophées dans cette liste, qui viennent sérieusement enrayer nos flingues… Je parle ici de (Argent) Nouveau biz et (Bronze) Vous avez déjà joué, non ?.
Pour le premier, l’objectif est d’obtenir une bonne note de skateboards à la fin du jeu, c’est-à-dire d’avoir un excellent lien d'équipe global. Et une fois arrivé au bout, si ce score n’est pas atteint, il est toujours possible de relancer les différents chapitres pour faire des choix différents. Mais il faudra tout de même continuer jusqu’à la fin de l’histoire ! Si vous avez bien retenu la fin de la section précédente, vous comprenez alors de suite l’aspect ennuyeux de la chose.
Mais n’oubliez pas le deuxième trophée, qui demande de visualiser toutes les fins possibles, au nombre de cinq. Il suffira ici, de ne relancer essentiellement que le dernier chapitre, voire les deux derniers si nécessaire, pour faire des choix différents pour ainsi faire évoluer les affinités différemment. Cette cinquième nécessitant tout de même deux heures de notre temps, autant vous dire d’emblée que cette fin de chasse aux trophées est extrêmement indigeste. Et je vous laisse imaginer la frustration si vous n'obtenez pas une nouvelle scène à la fin…
Conclusion
Ce New Tales from the Borderlands nous permet de plonger à nouveau dans l'univers déluré de la série Borderlands. Et ce, d'une bien belle manière avec un texte et des personnalités dignes de la licence tels que les fans peuvent l'apprécier. Dommage que deux trophées, couplés à une impossibilité de faire avancer les dialogues ne viennent gâcher une expérience de jeu excellente en première approche...
J'ai aimé
  • Retrouver l'univers Borderlands
  • Des dialogues très drôles
  • Pas que du texte à lire ou des QTE à réaliser
Je n'ai pas aimé
  • Impossible de passer les dialogues
  • Les dernierss chapitre avec des passages assez (trop ?) longs
15
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, Aux fans de la série

dayvyde (Dayvyde)

148
615
1735
5833