Moss : Livre 2

ps4

1
3
8
34
18
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 31/03/2022
Genre(s) : Aventure, Plates-formes, Réflexion
Territoire(s) : FRANCE

15 joueurs possèdent ce jeu
46 trophées au total
0 trophée online
21 trophées cachés

Platiné par : 3 joueurs (20 %)

100% par : 3 joueurs (20 %)


Note des joueurs :
5/5 - 1 note

Note des platineurs :
5/5 - 1 note

Test rédigé par jackajmm le 25-05-2022 - Modifié le 25-05-2022

Introduction

Image

La PS5® est entrée doucement dans sa deuxième année d’existence, le PSVR 2 a été dévoilé et sa date de sortie est estimée à début 2023. Autant le dire : la deuxième génération du casque de réalité virtuelle de Sony est imminente ! Il faut reconnaître que le PSVR Image a débarqué dans nos vies de joueurs en octobre 2016, soit il y a presque 6 ans ! Vieillissant le bougre. Et pourtant ! Les p’tits gars de chez Polyarc, studio américain qui ne cache pas ses talents, avaient fait leur entrée dans le game en 2018 avec le fabuleux Moss, conte enchanteur narrant les aventures de Quill, une souris-héros, qui s’était imposé comme l’un des tous meilleurs jeux disponibles sur le support.


Et voilà qu’aujourd’hui, Polyarc (et sa générosité indéniable) accouche de la suite directe de Moss avec un Livre II, en guise de chant du cygne pour le PSVR Image, premier du nom. Car ne vous y trompez-pas, la technologie est peut-être vieillissante, mais ce deuxième volet de l’histoire de Quill est un pur bijou, et ne renie à aucun moment ses origines.


Trêve de bavardages, cher lecteur, et préparez-vous à vivre un voyage extraordinaire en pays de Moss, pour découvrir la suite de l’épopée d’une souris au courage immense et au cœur grand.




Quill est de retour, et elle est traquée.

Ceux qui cherchent à défaire ce monde

recherchent désespérément la relique de Verre.

Et ils ne reculeront devant rien pour la lui arracher.

Contenu du jeu
Image

L’une des particularités et des grandes qualités de ce Livre II est que l’on débute précisément là où l’on s’était arrêté, à la fin de Moss. Pour rafraichir la mémoire des anciens ou afin de guider au mieux les nouveaux venus, la narratrice nous rappelle les évènements du premier Livre et plus généralement ce qu’est le monde de Moss : la Nuit des Cendres, les 5 Reliques de Verre, les Arcants… Bien sûr, il est fait mention des actes héroïques de Quill, qui vint porter secours à son oncle Argus, capturé par les Arcants. Notre souris parvint à occire Sarfogg, le monstrueux serpent légendaire et sauver son oncle, dans le château de l’Arcane, conquis lors de la Nuit des Cendres. C’est précisément dans ce château que débute le deuxième Livre, et donc la suite des aventures de Quill, à la recherche de la Relique royale, afin d’empêcher les Arcants de s’en emparer, et de détruire le monde.


Image

Nous l’avons dit, Moss : Livre II est la suite précise du premier jeu. Et qui dit suite appelle forcément nouveautés (si possible, sans trahir son aîné). Tout d’abord, nous avons le plaisir de constater que les grandes qualités de Moss sont toujours là : la plateforme efficace, les combats dynamiques et les graphismes de toute beauté. Le joueur contrôle toujours Quill de la même façon, Dualshock 4 entre les mains, dans son rôle de lecteur. Et là arrive la première nouveauté : l’intégration bien plus poussée de ce fameux lecteur (vous, le joueur) dans l’histoire. Car si Moss proposait des interactions régulières entre le lecteur et l’environnement, notamment en déplaçant des cubes et des plateformes, il y a désormais davantage de choses à réaliser pour faciliter le périple du rongeur et résoudre les nombreux puzzles. Cela passe aussi par l’observation du joueur, qui devra trouver les nombreux passages secrets, illustrant la qualité du level design du titre. Outre les cubes et autres plateformes, le lecteur pourra créer des passerelles végétales ou faire pousser du lierre afin de donner plus de verticalité aux niveaux.

Nouveauté toujours : vous n’aurez pas une seule arme (l’Épée, déjà présente dans le jeu précédent) mais bien trois ! Le Chakram (sorte de shuriken circulaire) et le Marteau de Cariel apportent évidement de la diversité dans les combats mais servent avant tout à progresser dans les niveaux grâce à des mécaniques bien pensées, à la manière d’un (ancien) Zelda. Vous aurez d’ailleurs à revenir dans certains lieux pour ouvrir des passages secrets précédemment inaccessibles dès lors que vous aurez obtenu l’arme adéquate. Et pour organiser cette gestion des armes, un inventaire en forme de roue fait son apparition, accessible grâce au pavé tactile de la manette. Enfin, de nouveaux ennemis (ces vilains, Arcants, grrrrr !) apparaissent : la Furiaze est à utiliser comme une boule de flipper pour débloquer des portes, le Bombardier sert, lui, à déclencher des mécanismes mal placés dans le décor. Ajoutons qu’à un certain moment de l’histoire, des Rampants obtiendront un blindage, démontable uniquement à l’aide du Marteau. Un certain nombre d’ajouts, donc, qui viennent renforcer encore plus un gameplay déjà bien costaud.


Image

Ce qu’il y a au programme de Moss : Livre II est assez simple : une aventure, découpée en chapitres. Pas de mode multijoueur, pas de mini-jeux, pas de coopération… Toutefois, lors de votre périple, vous pourrez collecter de la poussière de relique (en cassant les pots, caisses ou autres jarres) et collectionner les fragments perdus de sorte à restaurer les vitraux du château. Si pour la poussière vous n’aurez qu’à faire en sorte de briser suffisamment d’objets dans chaque parcelle de niveau, pour les fragments c’est une autre histoire ; il va falloir être très attentif et la plupart du temps, trouver un chemin dissimulé et y accéder. Croyez-nous, certains sont retors… Hormis ces deux quêtes de collection, Moss : Livre II ne vous demandera donc que d’être achevé. En attendant un Livre III ?
Aspect technique du jeu
Image

Vous le savez désormais, pour jouer à Moss : Livre II il vous faudra le casque PSVR Image de Sony et une Dualshock 4 (pas de PS Move ici). Décrit comme un jeu d’action-aventure, Moss deuxième du nom se parcourt de tableau en tableau, où vous ferez évoluer Quill, combattrez et résoudrez des énigmes. Contrôler le rongeur est simple et efficace la plupart du temps, mais on bute sur quelques imprécisions, notamment sur la visée lors de l’utilisation de la compétence Estocade. Pour le reste, aucune anicroche quant à la jouabilité. Concernant les armes, vous en aurez donc trois (une au début, les autres seront à récupérer au cours de l’aventure) que vous pourrez changer à votre guise à l’aide d’un inventaire où il vous faudra sélectionner une arme puis la glisser vers Quill à l’aide du pavé tactile ; et encore des imprécisions ici, avec quelques bugs qui occasionnent des soucis pour échanger vos armes, et quand cela arrive au milieu d’un combat, sachant qu’ouvrir l’inventaire ne stoppe pas le temps, force est de constater que cela peut être préjudiciable…


Image

Moss : Livre II ne se joue que sur PSVR Image (sur l’écosystème Sony, tout du moins). Et le PSVR Image, bah c’est vieillissant. La technologie est aujourd’hui dépassée et les possibilités n’ont jamais été folles. Et pourtant ! Les équipes de Polyarc ont fait un travail absolument titanesque sur l’aspect visuel du titre ! C’est magnifique du début à la fin, la direction artistique est inspirée et le rendu des décors à tomber. Désormais, chaque niveau possède son ambiance propre, et tout a été travaillé avec soin pour retranscrire l’ADN de chaque biome ; la forêt des lutins, sublime, n’est qu’un aperçu de ce que le jeu a dans le ventre lorsqu’on y pénètre lors de notre première heure de jeu. Les visuels grandioses en arrière-plan (le château, la serre, les montagnes, la fonderie…) impressionnent, et il est inévitable, à la découverte d’un niveau, de rester béat face à tant de splendeur. Les adjectifs sont dithyrambiques, mais croyez-nous, en aucun cas galvaudés. Moss : Livre II est sans aucun doute le plus beau jeu disponible sur PSVR Image, tant par sa qualité visuelle que sa direction artistique.


Image

Et si avoir des graphismes superbes ne suffisait pas, il fallait que Polyarc produise une partition sonore de même facture ! Les musiques, belles et discrètes, servent le récit par leur sobriété et leur pertinence (Jason Graves est un crack !). Mais ce n’est pas du tapis musical que nous voulions parler, surtout… Car le principal atout sonore du jeu, et même l’une de ses plus grandes forces tout court, c’est la prestation merveilleuse de l’interprète de la narratrice en VF (et plus encore) : Céline Melloul. La comédienne française a tout d’abord une voix magnifique, mais à l’image des histoires que l’on raconte à ses enfants le soir avant de dormir, il n’y a qu’une seule voix pour camper personnages et narrateur ; et donc il faut en jouer, tout le temps. C’est le principe utilisé dans Moss et dans Moss : Livre II, et cela fonctionne si bien, notamment grâce au talent immense de Céline Melloul (que vous avez déjà pu entendre en tant qu’Aerith dans FFVII : Remake, par exemple) ; qu’il s’agisse de la narratrice ou du crapaud géant, d’Aderin ou d’Argus, ou encore plus de Quill, elle se donne entièrement à la cause et délivre une prestation admirable et réconfortante.
Plaisir à jouer et à rejouer
Image

À sa sortie en 2018, Moss avait conquis le public et la presse. Tant et si bien qu’un deuxième épisode avait été espéré puis annoncé l’an dernier. Pour les possesseurs du PSVR Image, cette suite était éminemment attendue et force est de constater que le plaisir de revenir dans ce royaume en proie au conflit avec les Arcants est grand. Déjà parce qu’aussi bon soit-il, Moss était assez court ; aussi nous en voulions plus. D’autre part, Quill est un personnage si attachant, si plaisant à contrôler (et non à incarner, vous l’aurez compris, cher lecteur) qu’il serait bien triste de ne pas la retrouver, encore et encore. Poursuivre l’aventure précisément là où on l’avait laissée permet une impeccable immersion dans ce second livre, l’histoire narrée étant, de plus, très intéressante. Un twist scénaristique au milieu du jeu chamboulera le joueur, de toute évidence !


Image

Alors, découvrir ce deuxième livre est-il si plaisant ? Est-ce que l’aventure vaut le détour ? C’est sans surprise que la réponse est oui ! Un grand oui ! Moss : Livre II est un enchantement de tout instant. Tout d’abord pour ce récit si prenant, ensuite parce que le joueur (le lecteur) y a une part prépondérante, l’implication étant particulièrement satisfaisante. Comme dit plus haut, la narration est une immense qualité, la VF est, elle, incroyable. Concernant les oppositions pugilistiques, vous avez désormais, au contraire du premier livre, trois boss à combattre, ayant chacun leurs propres patterns ; cela offre une tout autre dimension à la désormais franchise. Autre point satisfaisant : la chapelle, qui sert de salle de lecture, change visuellement en fonction de la progression dans l'histoire, ce qui n’était pas le cas dans le précédent épisode. En revanche, élément anecdotique : les sanctuaires, qui vous permettent d’acquérir de nouvelles armures, ne servent pas à grand-chose, les récompenses étant uniquement (et peu) esthétiques. Rassurez-vous, ils sont facultatifs et peu nombreux.


Image

L’aventure de Moss : Livre II se boucle en 6 heures, environ. Comptez 1h30 de plus pour terminer le jeu à 100% (voir plus bas) ; ce qui donne une durée de vie tout à fait correcte pour un jeu en réalité virtuelle. Une fois l’histoire bouclée, vous pourrez rejouer les chapitres comme bon vous semble, les statistiques et collectables déjà acquis étant pris en compte. La rejouabilité est assez faible, étant donné que lorsque vous aurez réussi toutes les énigmes, le challenge n’est plus vraiment présent. En outre, la difficulté est assez basse ; suffisamment haute pour ne pas s’ennuyer, mais n’attendez pas une grande adversité de la part des ennemis ni des puzzles trop retors. Un équilibre intéressant pour la plupart des joueurs.
Chasse aux trophées
Image

Qui aime les trophées (Platine) faciles appréciera Moss : Livre II. La première contrainte est liée au matériel, puisqu’il vous faudra avoir le PSVR Image pour prétendre à cette quête. Ensuite, sachez qu’aucun trophée ne peut être manqué, et qu’une seule partie suffira ; certes il vous faudra probablement rejouer des chapitres, mais nullement tout recommencer.

Obtenir le (Platine) vous prendra entre 7h30 et 8h, selon votre aptitude, que dis-je, votre talent ! 45 trophées seront à débloquer avant le fameux sésame, ce qui place Moss : Livre II dans la moyenne haute, surtout pour un jeu de moins de 10h. Une grosse quinzaine de trophées seront débloqués automatiquement car liés à votre progression dans l’histoire, d’autres seront plutôt faciles à obtenir. Enfin, quelques-uns demanderont plus d’implication et de caractère, mais vous n’en manquez pas, cher lecteur.

Ainsi, certains trophées requièrent de réaliser des actions spécifiques face à des ennemis, comme utiliser une Tique-tok pour détruire une autre Tique-tok (vous avez le jeu de mots ?), faire tomber un Rampant dans le vide ou encore utiliser un piston pour détruire un Rampant blindé. Et ce ne sont là que des exemples… Puis il y a les trophées de retrousseurs de manches, ceux qui demanderont de s’impliquer pleinement dans ce deuxième livre, et qui sont devenus, pour ainsi dire des classiques : (Or) Conservateur, qui vous demande de retrouver tous les fragments perdus et (Or) Annihilateur de poussière, qui a pour consigne de récupérer toute la poussière de relique. Pour conclure, un trophée, que je considère habituellement comme moyennement agréable à réaliser, ne l’est en réalité pas tant que ça : (Bronze) Belle amitié vous conjure de parcourir tout un pan du jeu sans mourir ; notez que si vous n’y parvenez pas, vous pourrez recommencer, plus tard, le chapitre en question, et que cela ne vous prendra pas plus de 20 minutes, les pièges à éviter étant désormais connus.

Une quête au (Platine), vous l’aurez compris, très agréable, loin d’être difficile, et somme toute pertinente quant à la progression dans l’histoire de Quill. Toujours intéressant quand il s’agit de jeux en réalité virtuelle, tant il est essentiel de ne pas pousser le joueur à garder le casque trop longtemps.
Conclusion
En l’espace de deux Livres, Polyarc a créé un conte absolument enchanteur et des jeux si plaisants qu’ils nous laissent, une fois achevés, un souvenir émouvant. Il n’y a pas un instant dans Moss : Livre II qui ne nous émerveille pas. Et le lecteur que nous sommes n’éprouve que plaisir et envie à retrouver cette petite souris, si forte et si attachante, qu’est Quill. Somptueux et épique du début à la fin, ce deuxième livre est une conclusion parfaite à la première génération du casque de réalité virtuelle de Sony, et une belle promesse pour le futur. Car oui, il ne faudrait surtout pas s’arrêter là !


Quill entendit le doux bruit des pages qui se tournaient.

« Au revoir, mon ami... »

Et c'est ainsi, cher lecteur, que tu disparus de son monde.


Image
J'ai aimé
  • Une aventure géniale de bout en bout
  • Des graphismes et une DA à tomber
  • Des puzzles et énigmes bien pensés
  • Les combats, plus cool que dans le Livre I
  • Les nouveautés (armes, ennemis)
  • Céline Melloul, une fantastique narratrice
  • Une chasse aux trophées très sympa
Je n'ai pas aimé
  • Imprécisions liées à la visée
  • Gestion délicate de l’inventaire
  • Les sanctuaires, anecdotiques
18
Je recommande ce jeu : À tous, Aux habitués des 100%, Aux fans de la série, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile

jackajmm (Jackajmm)

18
163
581
2897