Metal Gear Survive

ps4

1
2
7
42
11
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 22/02/2018
Genre(s) : Action 
Territoire(s) : FRANCE

533 joueurs possèdent ce jeu
52 trophées au total
0 trophée online
17 trophées cachés

Platiné par : 30 joueurs (6 %)

100% par : 30 joueurs (6 %)


Note des joueurs :
4.7/5 - 3 notes

Note des platineurs :
4/5 - 1 note

Test rédigé par Ex-Nihylo le 24-03-2018 - Modifié le 24-03-2018

Introduction

Annoncé par Konami sous la huée des fans depuis le limogeage de la star du studio Hideo Kojima, Metal Gear Survive est probablement LE jeu qui s'est fait le plus tapé de l'histoire des mois avant sa sortie. Voici donc un avertissement, lecteur : ce test ne tiendra pas compte du contexte houleux de son développement et traitera le jeu comme n'importe quel autre, afin de rester le plus objectif possible.

Paru en février 2018, Metal Gear Survive vous propose d'incarner un soldat de la Mother Base de Big Boss qui a été expédié dans une autre dimension. Le but ? Comme son nom l'indique, survivre, mais pas seulement. Revenir sur Terre sera le fil conducteur du jeu et il va vous falloir réunir un maximum d'informations pour pouvoir espérer y parvenir.

Contenu du jeu

Bienvenue sur Dite.

Tout d'abord, le scénario du jeu a été suffisamment travaillé pour nous tenir en haleine pendant quelques heures. Un premier bon point pour la narration, même si, globalement, celle-ci demeure inférieure à celle d'un Metal Gear "classique". Les habitués y trouveront probablement leur compte, les rebondissements arrivant de temps à autre relancent facilement l'intérêt du jeu.

Qui dit survie dit se nourrir ! A l'instar de Metal Gear Solid 3, il va falloir partir de temps à autre en quête de nourriture et d'eau afin que notre personnage, que l'on aura créé soi-même physiquement au début de l'aventure, ne meure de faim et s'écroule littéralement. Attention donc à surveiller constamment votre jauge de vie et celle d'endurance. Si cette dernière se vide, l'écran deviendra flou et vous aurez bien plus de mal à naviguer d'un coin de la carte à l'autre.

Cela dit, on reste tout de même un cran au deçà du fun que représentait la chasse dans Metal Gear Solid 3 : la jauge d'endurance et celle de vie ont tendance à rapidement descendre en flèche, surtout au début du jeu, ce qui fait que vous devrez fréquemment trouver de quoi vous alimenter. Un peu décourageant mais cela vous poussera au moins à explorer la map petit à petit.

Heureusement, vous pourrez construire votre propre base, en fonction des matériaux que vous ne manquerez pas de trouver. Celle-ci vous permettra de stocker votre nourriture, vos armes et votre équipement, afin de rendre l'exploration plus agréable par la suite. Pas d'inquiétude à avoir pour prendre le tout en main puisque les tutoriels sont légions et vous finirez par apprendre tout ce qu'il y a à savoir pour gérer au mieux votre base.

Comme vous n'êtes pas seul dans ce monde parallèle - loin de là - vous aurez la possibilité de recruter des personnes qui, comme vous, y ont été téléportées. Après les avoir ramenées et soignées dans votre camp, elles vous seront à leur tour utiles pour vous aider à gérer la base afin que celle-ci devienne de plus en plus autonome. L'aspect gestion s'avère ainsi être de plus en plus poussé car vos alliés auront également affaire aux maladies, à la faim et il faudra faire en sorte de bien les traiter.

Concernant l'exploration en elle-même, vous aurez constamment des objectifs à accomplir avec des lieux que vous pourrez marquer sur votre carte, rendant l'exploration plus facile car une cible s'affichera dès lors sur votre écran de jeu. Si au début il est aisé d'aller au point demandé, par la suite les choses se corseront et certaines zones vous demanderont des efforts particuliers pour pouvoir y accéder. Une sorte de brouillard, ici appelée "mer de Cendres'', vous empêche de respirer et vous devrez donc contourner les zones infectées pour vous rendre sur les lieux de vos objectifs.

Tout l'intérêt du soft vient du fait que vous pouvez vous balader aussi bien en solo qu'en mode online, et alterner entre les deux vous sera d'une grande aide pour mener à bien votre périple. Le mode multijoueur permet d'acquérir plus facilement des armes et des objets, ce qui a tendance à déséquilibrer la difficulté en faveur du mode multijoueur puisqu'en solo il faudra parfois compter des heures pour mettre la main sur tel objet, ce qui peut prendre quelques minutes seulement en ligne.

Autre défaut du mode multijoueur : si vous avez un niveau trop différent de vos partenaires, votre rôle sera réduit à celui de spectateur lors des matchmaking. A contrario, dans une équipe équilibrée, la difficulté des missions augmentera pour à la fin vous obliger à une rigoureuse cohésion avec vos partenaires, sous peine d'entraîner la mort de tout votre groupe.

Au final, le contenu est plutôt correct pour permettre à tout un chacun de se faire plaisir dans cette production, même si quelques défauts demeurent.
Note : 3/5

Aspect technique du jeu

Graphiquement, le jeu est à peu près dans le ton de Metal Gear V : The Phantom Pain. C'est assez joli dans l'ensemble, mais commence hélas à faire daté. Les animations sont plutôt bien faites quoique un brin simplistes, le réel défaut résidant dans ce brouillard qui nous empêche constamment de nous en mettre plein les mirettes. Mais on ne peut pas trop considérer ce brouillard visuel comme un défaut puisqu'il fait parti inhérente du jeu. Les décors sont peu variés, on évolue presque exclusivement dans un monde désertique donc on est loin de la variété des décors que proposaient, par exemple, un Metal Gear Solid 3.

La bande son quant à elle réussit son pari de plonger le joueur dans l'univers proposé. Réduites au minimum, les musiques sont immersives au possible puisqu'elles sont dynamiques lors des phases d'action, tandis qu'elles sont inexistantes en phase d'exploration. C'est alors que les bruitages prennent le pas sur la musique et nous font prendre conscience que l'on est bel et bien au cœur d'un désert et qu'on a tout intérêt à chercher à survivre avant toute chose. Les bruitages se résument donc à l'essentiel : bruits de pas, bruits d'ennemis, le vent, les choses que l'on éclate pour nous créer des objets...

Mention spéciale aux doublages du jeu, très réussis dans l'ensemble, intégralement en japonais. Encore une bonne note en faveur de l'immersion globale du jeu.

Enfin, petit mot sur les ennemis, ici sous forme de monstres humanoïdes qu'il vous faudra éviter ou tuer, de préférence par derrière, à l'instar des autres Metal Gear. L'IA demeure une IA déjà vu dans les autres Metal Gear, avec des ennemis parfois intelligents et qui vous tueront car vous n'avez pas été assez discret ou rapide, mais on rencontre aussi des ennemis plus facilement abattables ou contournables. L'IA est donc plutôt intéressante.
Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Les amateurs de la série des Metal Gear s'y retrouveront rapidement, en matière de maniabilité. Les actions sont diverses et variées, vous pouvez courir, grimper, sauter, ramper, viser, tirer, vous camoufler quand bon vous semblera. Les commandes de base s'apprennent rapidement et ne devraient pas non plus poser de problème d'adaptation aux néophytes.

Il en ira autrement pour la partie gestion du soft. Les habitués prendront probablement leurs marques plus rapidement, mais les possibilités du jeu et les choses à gérer sont tellement nombreuses qu'il vous faudra un temps d'adaptation non négligeable pour tirer la quintessence de la jouabilité. Au bout de quelques heures de jeu, on finit par se surprendre d'aimer constater la façon dont notre base a évolué, ce que l'on a pu mettre en place, mais aussi de voir que nos armes ont bien évolué et que l'on s'est créé un arsenal ahurissement puissant.

Par conséquent, ici, pas de secrets : des heures passées dans les menus du jeu seront obligatoires pour bien le maîtriser, au risque de rebuter les plus récalcitrants.

Les missions s'enchaînent rapidement pour ne pas nous laisser le temps de nous lasser, quoique certaines sont tout de même assez répétitives. On a globalement toujours envie de vouloir aller plus loin dans l'exploration de Dite. Comme il est peu probable que vous fassiez du premier coup, dans votre première partie, 100 % des choses à faire dans le jeu, une deuxième partie sera très probablement nécessaire pour l'achever à fond. Il y a tellement de choses à faire et à découvrir que relancer une partie - avec en prime le bonheur de maîtriser les menus dès le début, cette fois - sera plutôt un plaisir... Payant. En effet, si l'on veut créer une deuxième sauvegarde, il faut passer à la caisse. Carton rouge pour la peine.

Pour résumer, une fois passée la difficile assimilation des commandes, le plaisir du jeu est bel et bien là, bien qu'il n'est pas exempt de défaut, telle que la répétitivité de certaines missions. Reste alors le problème de la rejouabilité...
Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

On dénombre ici un total de 52 trophées, platine inclus. Environ 1/3 des trophées sont liés à l'histoire et sont donc relativement facilement accessibles. Une dizaine d'autres trophées est liée à des actions spéciales que vous ferez quasiment obligatoirement lors de votre progression, comme par exemple chasser un animal pour la première fois.

Le reste des trophées est déblocable via des actions spécifiques plus ardues, tels que goûter à tout type de nourriture disséminée dans Dite, ou encore survivre pendant 140 jours et 15 heures sans mourir. Il existe donc des trophées liés aux collectibles, mais le plus long consistera essentiellement à obtenir des trophées demandant d'abattre un grand nombre d'ennemis avec certaines unités en particulier, ou alors avec certaines armes particulières. Ainsi, un trophée se débloquera dès que vous aurez vaincu 300 ennemis avec une arme lourde, un autre vous imposera de tuer 300 ennemis minimum avec des unités de défense, etc. Il faudra donc soigner la création de sa base et bien gérer son personnel pour obtenir tous ces trophées.

Finir l'histoire demande environ 15 heures de jeu, ce sera donc le temps minimum pour acquérir les 2/3 des trophées présents dans le jeu. Il faudra pourtant en compter bien plus pour mettre la main sur des trophées très rares comme celui consistant à acquérir toutes les armes et équipements disponibles dans le jeu.

Au final, le platine est davantage une question de temps qu'une réelle question de difficulté.
Note : 3/5

Conclusion

Metal Gear Survive est un jeu qui ne laissera personne indifférent. Hormis ses qualités, supérieures à l'ensemble de ses défauts, le faible prix de base du jeu devrait suffire à convaincre les joueurs les plus récalcitrants d'essayer par eux-même ce jeu globalement pas si mauvais que ça. Par contre, faire payer un supplément pour avoir l'immense honneur d'avoir accès à une deuxième sauvegarde n'incitera certainement pas les joueurs à redonner leur estime à Konami, qui n'avait pas besoin de ça.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
11
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux curieux, À un public averti

Ex-Nihylo (ex-nihylo)

99
672
1269
3653