Mega Man Battle Network Legacy Collection Vol.1

ps4

1
1
7
48
15
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 14/04/2023
Genre(s) : Action , RPG
Territoire(s) : FRANCE

30 joueurs possèdent ce jeu
57 trophées au total
0 trophée online
13 trophées cachés

Platiné par : 3 joueurs (10 %)

100% par : 3 joueurs (10 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par AngelMJ le 03-05-2023 - Modifié le 08-06-2023


Introduction

Image

Si vous êtes un vieux joueur console (ou familier avec la saga Super Smash Bros), vous devriez avoir entendu parler de Mega Man. Ce petit robot bleu est l’une des mascottes les plus populaires de l’écurie Capcom et a fait les beaux jours des consoles 8 et 16 bits dans la catégorie action/plateforme.
La série dont il est issu a connu plusieurs déclinaisons, explorant l’univers du héros à différentes époques via les sagas Classic, X et Zero. Et alors qu’on pensait son avenir compromis après une conversion 3D discutable (série Legends), Capcom surprend un peu tout le monde début 2000 en sortant une toute nouvelle saga sur Game Boy Advance : Mega Man Battle Network (Rockman.EXE au japon).

Ici pas de plateformes 2D, le joueur se retrouve plongé dans un Action-RPG sur base de Deck Building. L’action se divise en deux segments : les passages dans le monde réel où l’on contrôle Lan Hikari, un garçon de dix ans, et les passages Informatiques où l’on incarne son programme de navigation (un NAVI) : Mega Man.Exe. Ensemble, ils vont affronter moult virus et autres organisations secrètes à coup de Mega Buster et de puces de combat (Battle Chips).

La saga a connu un relatif succès (surtout au Japon) et a eu droit à six épisodes canoniques (dont les quatre derniers sont déclinés en deux versions différentes… oui Pokémon est passé par là). Il n’est donc pas surprenant de voir Capcom sortir une Legacy Collection, comme il l'a déjà fait avec les autres sagas. L’occasion de découvrir ou redécouvrir cette licence n’ayant connu chez nous qu’un succès très confidentiel. Alors emparez-vous de votre PET, de vos Battle Chips et plongeons ensemble dans l’Internet des années 2000.
Contenu du jeu
Lorsque l’on découvre la compilation, il faut d’abord encaisser une découverte désagréable : nous n’avons accès ici qu’aux trois premiers épisodes de la série (d'où le petit Vol. 1 affiché sous le titre). Ce n’est pas la première fois que Capcom nous fait le coup, mais on pouvait espérer un traitement égal à la Legacy Collection de la série Zéro (qui proposait l’intégrale de la saga dans une seule compilation). Mais de toute évidence, Capcom aime abuser de l’amour de ses fans pour le petit robot bleu afin de leur soutirer un maximum de Zennys. Il faudra donc nous contenter d'une compilation coupée en deux.

Cette déception mise de côté, nous sommes accueilli par Mega Man.EXE (et sa voix BEAUCOUP trop grave) qui nous propose, via une interface entièrement en anglais, de jouer à l’un des quatre jeux présents sur la compilation (l’épisode trois étant disponible en deux déclinaisons : White et Blue) ou de faire un tour dans la Galerie et les Options.
Dans la première on pourra trouver un lecteur audio avec l’intégralité des musiques des jeux, une galerie d’images plutôt copieuse ainsi que la liste des différents trophées à débloquer. Dans la seconde, on pourra choisir la taille de l’écran de jeu, l’activation ou non d’un filtre de lissage des pixels (si vous aimez les textures qui bavent...), ainsi qu’un large choix d’illustrations pour orner votre écran. Vous pourrez également choisir entre différents mapping de boutons et surtout une option vous permettant d’augmenter drastiquement la puissance de votre arme de base. Cette dernière facilite grandement la progression, rendant les combats quasi facultatifs. Par contre, elle ne permet pas de profiter de la richesse du gameplay. Il est donc conseillé de l’activer après avoir fini les jeux au moins une fois. Enfin, notez que l'on n'aurait pas dit non à une option permettant d'accélérer la vitesse générale des titres (bien que le Mega Buster augmenté soit un palliatif à ce type d'option).

Le tour du propriétaire fait, il est temps de lancer les jeux. En toute logique, il vaut mieux les découvrir dans l’ordre chronologique, histoire d’apprécier l’évolution de la série. Il n'y a aucune retouche graphique par rapport aux versions d’origine, si ce n’est une refonte complète des textes. Par contre, il est très appréciable de découvrir que les Battle Chips exclusives au Japon (distribuées lors d’évènements spéciaux) sont toutes disponibles dès le début du jeu. Un petit bonus qui fait plaisir et qui facilite bien la progression si vous débutez.
Chaque épisode propose sa propre aventure solo sur un schéma commun. On alterne entre les phases d’exploration dans le monde réel et les combats sur Internet. Si l'exploration est très basique (une manière polie de dire que c’est sans intérêt), les jeux révèlent tout leur potentiel durant les phases de combat. Chaque arène est divisée en deux parties, une pour le joueur et l’autre pour les ennemis. Un aspect tactique se met alors en place pour occire les programmes malveillants le plus vite possible grâce aux Battle Chips présentes dans votre deck. Vous êtes ensuite récompensés en monnaie virtuelle ou par une nouvelle Battle Chip à l’effigie de vos adversaires. Cet aspect collection est une des forces de la saga. Un peu comme une chasse au Pokémon (on peut difficilement éviter la comparaison), le joueur est rapidement incité à construire un deck efficace pour récupérer de nouvelles Battle Chips de plus en plus fortes. Le point d’apothéose étant atteint face aux nombreux boss (souvent inspirés de la saga Classic de Mega Man) qui proposent chacun des affrontements uniques et des récompenses alléchantes. Dommage que ce plaisir soit entaché par le système de rencontres aléatoires, qui a tendance à forcer le joueur à errer de longues minutes dans certaines zones pour espérer croiser un adversaire précis.

Au fil des épisodes, différentes options sont ajoutées pour enrichir l’expérience de jeu, comme l’ajout des Styles de Combat dans le deuxième opus ou d’un programme de personnalisation (le Navi Customizer) dans le troisième. Si ces ajouts sont appréciables, on regrettera que l’ensemble n’apporte que très peu de changements sur le gameplay. Les épisodes ont tendance à beaucoup se ressembler dans leur cheminement et l’ensemble devient vite répétitif. C’est un défaut inhérent à la licence Mega Man et on regrettera que Capcom n’ait pas profité de cette nouvelle saga pour revoir un peu sa copie. Cela ne remet pas en question la qualité des mécaniques de jeu mais certains joueurs pourront se lasser de cette routine, d’autant qu’il faut une douzaine d’heures pour terminer chaque aventure en ligne droite.
Toutefois, les jeux sont de plus en plus généreux au fil des épisodes. Plus de Battle Chips, plus de boss, plus d’environnements, plus de quêtes annexes, etc. On constate une progression lente mais constante de la qualité du contenu (l’épisode trois étant le point d’orgue de cette première compilation). Un bon point pour l’ensemble qui rend chaque jeu un peu meilleur que le précédent.

À noter que tous les opus proposent d’affronter d’autres joueurs en ligne ou de faire des échanges de Battle Chips. Ce mode était déjà disponible sur les versions d’origine (via le câble Link sur Game Boy Advance) et il est appréciable de voir Capcom l’adapter à une utilisation plus moderne. Notez toutefois qu’à l’heure où sont rédigées ces lignes, les serveurs sont complètement déserts (heureusement, aucun trophée n'est lié au mode en ligne).

Cette première compilation propose donc trois épisodes canoniques aux contenus plutôt satisfaisants (on rappelle qu’il s’agit de jeux portables à la base).
Aspect technique du jeu
Il n’est pas vraiment utile de s’attarder sur l’habillage de la compilation. C’est fonctionnel et va à l’essentiel tout en essayant de maintenir un peu l’immersion. On appréciera tout de même cette envie de proposer des menus faisant directement écho à l’univers des jeux (les précédentes compilations étaient assez sommaires). Portons plutôt notre regard sur les titres de la collection.

Lorsqu’il est question de jeux rétros, il est toujours complexe de parler de la technique sans la re-contextualiser. Nous sommes en présence de jeux sortis sur Game Boy Advance, une console portable à la résolution réduite et qui n’avait pas vocation à être un monstre de technologie. Pour autant, les développeurs ont toujours su tirer partie de ses forces et faiblesses pour offrir une expérience agréable. Et nous sommes face à une saga qui a su s’adapter à son support pour proposer la meilleure expérience possible.
L’univers visuel de Mega Man Battle Network se veut bon enfant et candide. Avec sa direction artistique colorée, il se dégage des jeux une ambiance cartoon qui colle bien au ton léger de la franchise. On évolue dans les décors en 3D isométrique avec facilité. Les environnements du monde réel se diversifient au fur et à mesure des épisodes et proposent une variété appréciable. On pourra être moins emballé par les univers virtuels qui manquent un peu de charme (surtout dans l’épisode 1) et trouver les arrière-plans ringards (la 3D pré-calculée n’est pas ce qui vieillit le mieux). Mais il se dégage de l’ensemble une vrai singularité qui donne à la saga une identité visuelle forte. C’est pourquoi on regrettera le peu d’évolution technique entre les trois épisodes. La direction artistique est bonne mais peine à se renouveler, que ce soit durant les phases d’exploration ou les combats.

Pour le reste, les jeux tournent très bien. C’est toujours fluide et la maniabilité ne fait jamais défaut à la dextérité du joueur. Le nombre restreint de boutons sur la console d’origine permet de n’avoir pas trop de combinaisons à mémoriser. On peut ainsi se concentrer sur l’action en toute sérénité.
Finalement le seul point noir technique serait peut-être l’ambiance sonore. Les musiques sont entraînantes mais on est plus proche des compositions qu’on peut attendre sur des consoles 8 bits que sur Game Boy Advance. Quant aux effets sonores, ils sont plutôt fonctionnels et on regrettera que les sons des menus soient bien trop basiques (on est loin d’un Final Fantasy par exemple) alors que l’on y passe beaucoup de temps pour confectionner ses decks de Battle Chips. Un petit détail sans doute, mais pour ce type de jeu, il faut savoir porter son attention sur les plus importants.

En clair, même pour des jeux datant des années 2000, les épisodes présents sur cette Legacy Collection ont plutôt bien vieilli et restent toujours agréables à parcourir. La compilation propose bien sûr quelques options pour choisir la résolution et quelques filtres pour adoucir les pixels. Mais le joueur averti se rendra vite compte que l’idéal est de jouer au plus proche de l’expérience originale. À savoir : résolution basse pour apprécier le pixel art et sans filtre pour éviter que le tout bave.

Enfin, on appréciera que tous les textes aient été passés en HD pour une meilleure lisibilité. À contrario, on regrettera l'absence d'une traduction française qui risque de freiner les ardeurs des joueurs fâchés avec l'anglais.
Plaisir à jouer et à rejouer
Avec la saga Battle Network, Capcom a tenté de plonger l’univers de Mega Man dans un style complètement différent. On oublie donc les plates-formes et l’action pour se tourner vers le RPG et le Deck Building. Et sur ce point, on peut dire que la série fait preuve de pédagogie.

La prise en main est quasi immédiate. Après un rapide tutoriel vous expliquant le fonctionnement des combats, vous êtes directement plongés dans l’univers du jeu et sa double exploration. Aux commandes de Lan dans le monde réel, vous devrez faire avancer la situation en dialoguant avec les PNJ, en fouillant le décor et en connectant Mega Man à tout appareil possédant une connexion pour votre PET. Une fois dans la peau de votre NAVI, il faudra explorer lesdits appareils (entre deux balades sur l’Internet des années 2000) pour vaincre les virus au cours de combats aléatoires et enfin affronter un boss.

Sur cette base, le premier épisode fait office d’élève modèle et propose une aventure bien rythmée. Tout est encore très basique et on pourra s’agacer de la fréquence des combats aléatoires qui finit par devenir lassante. Mais le jeu va à l’essentiel et donne un bon avant goût de ce qui sera l’ADN de la série. Le scénario principal se boucle en une quinzaine d’heures, mais si l’envie vous vient de compléter à 100% votre collection de Battle Chips (un trophée y est lié d’ailleurs), il faudra rajouter dix bonnes heures de recherches et de farming.

Le deuxième épisode demeure dans la lignée de son aîné, mais se révèle assez timide niveau nouveautés. Certes il introduit le système des Styles de Combat et propose beaucoup plus d’environnements et de boss, ainsi qu’un post-game conséquent. Mais on n'échappe pas à l’effet « version 1.5 » et le jeu peine à renouveler l’intérêt du joueur. D’autant plus qu’il a la fâcheuse tendance à nous faire faire des allers-retours pour tout et pour rien et à manquer de clarté dans ses objectifs (surtout si vous avez du mal avec l'anglais). Et si en plus, on prend le jeu dans le cadre de la compilation, il installe immédiatement un sentiment de répétitivité. On fait globalement la même chose que dans le premier épisode, avec le même tutoriel, les mêmes ennemis de base, les mêmes premières missions anecdotiques, etc. En soit l’épisode n’a rien de désagréable et fait tout mieux que son prédécesseur. Mais lorsqu’on enchaine les jeux, il souffre de son manque d’audace.

Le troisième et dernier opus de la compilation rattrape l’ensemble et se révèle être le véritable successeur. Tout est peaufiné et affiné. Il en découle un plaisir de jeu immédiat, même si on n'évite pas le sempiternel tutoriel et cette petite frustration de devoir tout recommencer avec un deck de base. Mais la progression est plus naturelle pour le joueur. Les anciennes et nouvelles mécaniques sont introduites graduellement et on prend plaisir à personnaliser son deck et son Mega Man via les Styles de Combat et le Navi Customizer. On termine donc sur une très bonne note mais dommage que le Platine demande de terminer les deux itérations de l'épisode pour être obtenu. Le jeu a beau être bon, il n'a pas grand intérêt à être parcouru deux fois.

Un petit mot sur les textes et l'absence de traduction. Les jeux ne sont pas très compliqués à prendre en main et le vocabulaire employé est assez simple. Toutefois le manque de clarté dans les objectifs de certaines missions peut freiner la progression. On peut ainsi se retrouver perdu, ne sachant pas toujours ce que le jeu attend de nous. Il est toutefois possible de demander de l'aide à son partenaire (Lan ou Mega Man) via un simple bouton, ce qui se révèle assez vital vu la tendance des jeux à nous balader d'un bout à l'autre des niveaux.

Pris indépendamment, les trois jeux sont plaisants à parcourir. Ce qui peut avoir une incidence sur l’appréciation globale, c’est si vous les enchainez et si vous visez le Platine. Les différences sont là mais assez minimes, ce qui peut rendre l’ensemble répétitif, et on doit à chaque fois recommencer de rien. Donc tout dépend de la manière d’aborder la compilation. Il semble plus judicieux d’espacer la découverte des différents jeux pour les apprécier à leur juste valeur. Mais si votre but est récupérer les trophées le plus vite possible, soyez prévenus que vous risquez de voir la lassitude poindre au cours de votre partie.
Chasse aux trophées
Proposant un total de 56 trophées dont un Platine, on peut dire que la compilation est plutôt généreuse. Aucun trophée ne peut être manqué et le challenge est relatif, surtout si vous utilisez l’option de Mega Buster boosté qui vous permettra de rouler sur les jeux. La majorité des trophées sont soit liés à des quêtes annexes enfantines, soit des combats optionnels facile d'accès. Et vous serez récompensé chaque fois que vous terminerez un jeu.

Le seul défi de cette collection de trophées sera de terminer à 100% le premier épisode. C’est loin d’être insurmontable, mais il faudra quand même vous armer de patience pour récupérer les Battle Chips les plus rares. Ah… Et on aurait apprécié de ne pas devoir terminer le troisième épisode deux fois (pour rappel, il est disponible en deux déclinaisons). Les différences entre chaque jeu étant vraiment minimes, c’est ultra rébarbatif.

En résumé, le Platine est très accessible et n’importe quelle typologie de joueur pourra le décrocher sans difficulté. Tout ne sera finalement qu’une question de temps et de patience, les jeux étant relativement longs. Comptez une bonne cinquantaine d'heures pour décrocher votre précieuse statuette bleue.
Conclusion
Fidèle à ce qu’il a pu nous proposer par le passé, Capcom nous offre une compilation honorable pour cette 4e itération de l’univers de Mega Man. Si vous aviez ratez les épisodes originaux sur Game Boy Advance, c’est l’occasion de découvrir cette série d’Action-RPG qui n’a pas perdu en intérêt. Accessible et facile à appréhender, il faudra juste passer outre certaines mécaniques un peu désuètes et sur le fait que les jeux soient entièrement en anglais. Reste la déception de découvrir une compilation coupée en deux, ainsi qu'une chasse aux trophées généreuse mais assez longue et répétitive.
Mais ne boudons pas notre plaisir pour autant. La série Battle Network possède suffisamment de qualités pour être remise sur le devant de la scène, surtout que cette compilation dispose d’une interface et d’options très appréciables. Donc n’hésitez pas à lui laisser sa chance.
J'ai aimé
  • Les graphismes GBA qui ont bien vieillis
  • Les différentes options de jeu
  • Tous les textes en HD
  • L’accessibilité du gameplay
  • Le système de jeu qui s’affine au fil des épisodes
  • Les bonus et l’accès au contenu inédit du Japon
Je n'ai pas aimé
  • Compilation coupée en deux. Encore...
  • Entièrement en anglais
  • Les mécaniques de crafting d’un autre âge
  • Des allers-retours, partout, tout le temps
  • Une évolution lente qui rend le tout répétitif
  • Devoir finir deux fois le troisième opus pour le Platine
15
Je recommande ce jeu : À tous, Aux fans de la série, Aux curieux

AngelMJ (AngelMJ)

331
1823
3474
7590