Lost Words : Beyond the Page

ps4

1
8
7
6
16
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 06/04/2021
Genre(s) : Aventure
Territoire(s) : FRANCE

9 joueurs possèdent ce jeu
22 trophées au total
0 trophée online
5 trophées cachés

Platiné par : 7 joueurs (78 %)

100% par : 7 joueurs (78 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par Flitterbloom le 13-04-2021 - Modifié le 13-04-2021

Introduction

Il était une fois... non, trop cliché.

D'après le scénario de Rhianna Pratchett, les développeurs de Sketchbook Games et Fourth State nous proposent une aventure narrative, Lost Words : Beyond the Page, éditée par Modus Games.

Ce jeu de plates-formes/aventure vous invite à découvrir l'histoire d'une petite fille, Isabelle, surnommée Izzy, à travers son journal intime et son imagination. Entre odyssée et émotions, parcourez alternativement ses mots (littéralement, vous marcherez sur les lettres qui les composent) et Estoria, le pays fantastique où se déroule le conte qu'elle écrit.

Contenu du jeu

Découvrez l'histoire d'Izzy...

Lost Words : Beyond the Page assemble deux gameplay qui se complémentarisent au service de l'histoire. Parlons d'abord d'Izzy. Vous découvrirez son histoire, sa vie, à travers son journal intime. Le texte vous servira de plateformes pour déplacer votre avatar en 2D et il vous faudra interagir avec les mots et les astérisques, en marchant dessus, et avec les images en les sélectionnant à l'aide du pointeur pour les utiliser dans des petits puzzles variés.

... et écrivez l'histoire de Robyn. Ou Grace. Ou Georgia ?

Puis il sera temps de découvrir Estoria ! Si la trame de fond est fixe, vous pourrez quelque peu personnaliser votre personnage : choisir parmi trois noms, trois tenues, trois pendentifs et trois qualités ; de quoi vous identifier plus facilement au personnage. Les mots ne seront plus là que pour vous permettre de lire l'histoire et vous accompagneront au gré de votre avancée. Vous voilà donc dans la peau d'une petite fille, de nouveau, mais cette fois avec des pouvoirs magiques ! Choisie par les lucioles, que vous incarniez Robyn, Grace ou Georgia, votre aventure vous mènera à travers de nombreux environnements, à la rencontre de divers PNJ et à la découverte d'un monde où se mêlent mystères et féérie.

Le pouvoir des mots.

Derrière un univers chatoyant, Lost Words : Beyond the Page se révèle être un conte poignant, traitant de sujets parfois difficiles, plus encore en prenant en compte que l'on découvre l'histoire à travers les yeux d'une enfant. Izzy connaîtra l'émerveillement mais aussi la douleur et les retranscrira à travers le monde qu'elle écrit et le personnage qu'elle invente. Une belle mise en abyme entre le gameplay du journal, qui vous fait manipuler les mots pour interagir avec les aquarelles, et l'aventure qui se déroule en Estoria où votre personnage, gardienne des Lucioles, utilise les mots telle une magicienne.

Difficile de vous en dire plus sans dévoiler trop l'intrigue !.. Et ce serait vraiment dommage de connaître l'histoire d'un jeu narratif avant même de le commencer, non ?
Note : 4/5

Aspect technique du jeu

À la croisée du réel et de l'imagination.

Si le jeu repose sur le défilement horizontal, l'alternance entre les phases de journal et celles en Estoria sont un véritable plaisir des yeux. On se réjouit à l'idée de découvrir de nouvelles aquarelles dans le premier, et on a hâte de découvrir un nouveau paysage lorsqu'on retourne dans l'univers du conte d'Izzy. Les développeurs prouvent qu'ils savent jouer d'un aspect de profondeur aussi bien graphique (les décors et les personnages dans Estoria donnent une impression de 3D malgré le défilement horizontal) qu'au service du gameplay (sélectionner et déplacer les dessins dans le journal pour les utiliser les fait ressortir comme s'ils étaient posés sur le papier).

Une ambiance sonore agréable.

La musique ne dénote jamais et semble toujours à sa place, féérique pour accompagner votre émerveillement, plus pesante quand la situation devient moins confortable. Une fois encore, tout est mis en œuvre pour que vous viviez l'instant au plus proche des sentiments du personnage. Les effets sonores ne sont jamais désagréables malgré la répétition de certains (notamment l'utilisation des mots), ils rendent le monde plus vivant sans paraître importuns.

Une prise en main facile.

Le jeu a évidemment droit à son petit tutoriel en début de partie, vous montrant petit à petit que vous aurez besoin d'utiliser vos deux sticks pour avancer dans le jeu ; (L3) pour déplacer votre avatar, quand (R3) servira pour le pointeur. Vous apprendrez ainsi à sauter, saisir, et ouvrir le livre magique de la gardienne des Lucioles. Les contrôles sont simples à retenir et utiliser, de quoi ravir les jeunes utilisateurs si vous veniez à leur mettre le jeu entre les mains.

Outch, un mur invisible !

Seul petit bémol au gameplay, je me suis heurtée (à un seul endroit précis du jeu, dans le premier chapitre d'Estoria) à un mur invisible. Il n'est pas possible de sauter au-dessus d'une plateforme où votre personnage est censé ralentir et marcher au lieu de courir, ce qui donne lieu à une animation pour le moins inattendue puisque votre personnage court, saute et... tombe tout droit à la verticale jusqu'à toucher de nouveau le sol. Rien de dérangeant en soit, juste un peu... surprenant.

Les soucis liés à la traduction.

On regrettera tout de même, et surtout, l'absence d'un doublage français qui aurait pu permettre aux joueurs les moins à l'aise avec la langue de Shakespeare de suivre plus facilement le récit sans avoir à se concentrer sur le texte, qui est lui, heureusement, traduit. Je pense notamment à certains passages de glissade où le texte défile trop rapidement pour être lu, ou est trop rallongé (les lettres sont multipliées) pour être compréhensible.

À cela s'ajoutent quelques fautes voire mots manquants (qui ne gênent pas la compréhension) ainsi que quelques soucis de collisions dans les parties "Journal". Je suppose que le fait de passer à travers les mots ou au contraire de pouvoir "marcher sur du vide" à certains endroits est lié à la différence de longueur de texte entre la version française et l'originale. Rien qui puisse bloquer totalement la progression mais, si la chute n'est pas punitive, on est parfois un peu frustré de devoir retraverser la page pour une erreur qui n'est pas de notre fait.
Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Découvrir l'histoire...

J'ai découvert le jeu totalement à l'aveugle. En dehors du fait qu'il serait question de marcher sur du texte, je ne savais rien. Et j'ai été profondément touchée par l'histoire d'Izzy, allant jusqu'à sentir les larmes monter quelques fois, même en ayant vu les péripéties futures de la petite fille arriver de très, très loin ! Y a-t-il meilleur moyen d'exprimer combien c'est conté avec justesse qu'en vous disant que le jeu a été à ce point une expérience immersive ? J'ai la chance d'avoir pu entièrement profiter du doublage, en anglais, sans trop avoir à m'attarder sur le texte pour comprendre, ce qui m'a probablement permis de plus rapidement, plus profondément, me plonger dans l'histoire. J'ai parcouru le jeu d'une traite, voulant savoir la suite, et surtout, la fin. Je me suis attachée aux personnages les plus récurrents, même lorsqu'ils n'étaient présentés qu'à travers Izzy. J'ai adoré, plus particulièrement, le personnage de Motte. J'ai ressenti avec les personnages, et c'est à mon sens la plus grande force du jeu.

J'ai donc découvert l'histoire d'Izzy, ainsi que celle du personnage qui a été forgé par mes premiers choix : Robyn, dans sa robe verte, une émeraude sur son pendentif, gentille gardienne qui aime faire des punchs aux fruits aux habitants de son village ! La seule question que je me posais encore c'est : "comment ces choix impactent-ils le jeu, et dans quelle mesure ?" J'étais bien obligée de faire une deuxième partie en changeant tout ça... non ?

... puis tester les variations !

Me voici donc à diriger Grace, affublée d'une robe rouge, gardienne intelligente qui aime passer son temps le nez dans les livres et qui héritera d'un pendentif orné d'un rubis. Et si je me doutais bien que l'histoire ne changerait pas, les quelques différences de dialogues ne justifient pas de refaire une partie. Lorsqu'un choix vous est proposé, chaque option a droit à une petite annotation de précision, comme le fait que, si vous choisissez que la qualité de votre personnage est l'intelligence, sa particularité sera d'aimer la lecture... De fait, les collectibles du premier niveau deviendront des livres. Finalement, on comprend vite ce qui nous attend à faire plutôt tel ou tel choix. Si vous êtes simplement curieux de voir malgré tout, vous aurez plus court à passer par la sélection de chapitre plutôt que de recommencer une partie et devoir retraverser les phases de journal qui ne changent pas d'un pouce, d'autant plus si l'on prend en considération qu'un autre choix se trouve bien plus loin dans le récit.

Finalement, si j'ai adoré découvrir le jeu, le traverser à nouveau risque de me sembler long, puisque je connais déjà l'histoire. Les rares changements induits par les différents choix ne sont pas réellement impactants et il est donc difficile, de mon point de vue, de trouver un intérêt à compléter une nouvelle partie, ou en tout cas, pas juste après avoir terminé la première.
Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Le fin mot de l'histoire.

C'est ici que les chasseurs seront ravis : un platine possible en une partie, rapide (4 heures environ en lisant l'histoire), avec une sélection de chapitre dans le cas où vous auriez manqué quelque chose. Une liste zéro frustration qui laisse l'occasion de profiter du jeu, et de l'histoire, sans se sentir obligé de suivre un guide pour optimiser notre temps de jeu. La moitié des trophées sont liés à l'histoire et tomberont donc automatiquement.

Quelques actions spécifiques...

Les trophées à côté desquels vous risquez de passer sont au nombre de 9, et (Bronze) Vers l'infini et au-delà est le seul trophée dont la traduction est légèrement approximative. Si vous lancez le jeu avec la liste en tête, vous devriez rapidement repérer l'endroit qui vous permettra d'entendre le fameux bruit significatif. Parmi ceux-là, seul (Bronze) Tar-ception peut laisser le doute quant à l'action précise à réaliser, mais une fois que vous savez où se situe la tarte, sélectionner le chapitre pour retenter votre chance, différemment, ne vous prendra que très peu de temps.

... et des collectibles !

Enfin, deux trophées sont liés aux collectibles, la forme de ceux du premier niveau dépendra de vos choix, puis dans le reste du jeu vous chercherez des lucioles. Vous en aurez au total 120 à trouver (et récolter) et un compteur indépendant par niveau sera visible au fur et à mesure de votre progression, ainsi que dans la sélection de chapitre : de quoi vous permettre de repérer rapidement les niveaux à refaire pour compléter votre collection et devenir un (Or) Véritable gardien.
Note : 4/5

Conclusion

On se laisse volontiers transporter, aspirer même, par l'histoire de Lost Words : Beyond the Page. Malgré des événements peut-être prévisibles pour les habitués du genre, la narration touche droit dans l'âme et on se prend au jeu, sans effort, et d'affection pour les personnages. Si vous cherchez un jeu accessible qui saura toucher votre sensibilité, Lost Words : Beyond the Page est de ces titres qu'il vous faut à tout prix découvrir. La douceur de l'aquarelle mêlée aux émotions d'Izzy et l'épopée en Estoria donnent une profondeur abyssale à l'histoire. Préparez les mouchoirs, et plongez dans une feelgood expérience qui aborde la rudesse de la vie avec une douceur presque thérapeutique.

Les chasseurs de trophées y trouveront également leur compte avec un platine facile en quelques heures.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
16
Je recommande ce jeu : À tous, Aux spécialistes du genre, Aux chasseurs de trophées/platine facile

Flitterbloom (Flitterbloom)

43
243
483
1338