Jurassic World Evolution 2

ps5

1
1
16
27
8
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 09/11/2021
Genre(s) : Gestion
Territoire(s) : FRANCE

198 joueurs possèdent ce jeu
45 trophées au total
0 trophée online
11 trophées cachés

Platiné par : 4 joueurs (2 %)

100% par : 4 joueurs (2 %)


Note des joueurs :
4.4/5 - 5 notes

Note des platineurs :
4/5 - 1 note

Test rédigé par DarkCid le 15-12-2021 - Modifié le 15-12-2021

Introduction

Image

Il y a trois ans, le studio Frontier Developments nous proposait, en parallèle de la sortie du film Jurassic World Fallen Kingdom, de nous essayer à la gestion du parc préhistorique avec le premier Jurassic World Evolution. Bien que méfiant envers tout titre choisissant le suffixe "Evolution", le titre fut une bonne surprise, même s'il comportait beaucoup de lacunes comparé aux autres titres de gestion du même studio.

Et donc, trois ans plus tard, cette suite sobrement intitulée Jurassic World Evolution 2 se livre à nous, suffisamment confiante pour ne plus se sentir obligée d'accompagner un autre film. Saura-t-elle combler nos attentes en améliorant ce qui n'allait pas dans le précédent opus... ou bien sa confiance en elle sera-t-elle une écaille trop mal placée ? Accrochez vos ceintures, ne faites pas confiance à un responsable vous assurant que toutes les éventualités ont été prévues et évitez de faire trempette dans la piscine du Mosasaure. Bon retour... à Jurassic World !
Contenu du jeu
Nous allons faire fortune avec ce parc

Si le premier JWE nous proposait de créer cinq parcs sur chacune des îles de Las Cinco Muertes, JWE2 opte pour une approche légèrement différente en proposant quatre modes de jeu principaux.

Le premier mode sera la campagne qui nous fera accompagner Claire et Owen à travers les États-Unis à la suite des évènements de Fallen Kingdom. Découpée en cinq chapitres, la campagne fera un peu office de tutoriel... mais très incomplet. En effet, vous apprendrez surtout comment vous servir des diverses installations opérationnelles (recherches, expéditions et soins surtout). Malheureusement, cette campagne, très courte car pouvant se finir en deux-trois heures, ne vous explique absolument rien en ce qui concerne la création de dinosaures, ne s'attarde que sur un seul des deux nouveaux types de dinosaures (on y reviendra) et ne vous apprendra rien sur l'aspect financier puisque vous ne créez ici pas des parcs mais plus des centres d'accueil pour dinosaures. En plus de n'être guère passionnante, c'est donc un premier mauvais point qui se permet de passer à côté d'un sujet plus intéressant : les dinosaures dans la nature, comment éviter la catastrophe ?

Le deuxième mode sera la théorie du chaos. Beaucoup plus intéressant, vous aurez ici à "revivre" l'histoire des cinq films. J'utilise des guillemets car il s'agit plutôt de simplement faire en sorte que Jurassic Park, Jurassic Park San Diego et Jurassic World tiennent debout et accèdent à la note de cinq étoiles. Remarquez tout de suite que je ne parle que de trois films sur cinq. Il faut dire que les chapitre JP3 et JW2 sont anecdotiques et se plient en une heure top chrono tant les objectifs sont simples (en gros, soigner les dinos en liberté et les relâcher). Mais passons. Ce mode vous apprendra à la dure comment réellement gérer un parc en rameutant toujours plus de pigeons clients et en augmentant au maximum leur satisfaction. Tout sera donc une question d'équilibre entre quantité / variété / qualité des dinosaures et bonne répartition des différentes boutiques et attractions.

Le troisième mode sera les Défis. Composé de cinq cartes avec chacune quatre modes de difficulté, le principe sera le même que pour le mode précédent, à la différence que vous aurez certains handicaps en fonction de la difficulté, comme la fréquence des tempêtes, des maladies, voire même de commencer la partie avec une trésorerie à zéro.

Enfin le dernier mode sera dans un sens anecdotique par rapport aux autres car il s'agira du Bac à sable, un mode où tout sera sous votre contrôle à tout instant et où vous pourrez par exemple avoir une trésorerie infinie ou annuler toute forme de météo.

Avez-vous prévu d'avoir des dinosaures dans votre parc à dinosaures ?

Passons donc au contenu commun à tous ces modes en commençant par le plus évident : les dinosaures. La quantité d'espèces a bien augmentée depuis le premier opus car d'une cinquantaine nous passons à une petite centaine. Et il ne s'agit pas ici d'ajouter simplement plus de Ceratops (la famille des Tricératops). Déjà, nous ne sommes plus simplement limités aux herbivores et aux carnivores car viennent s'ajouter les piscivores (les mangeurs de poisson donc). Mais surtout, deux gros ajouts très attendus, nous avons enfin des dinosaures aquatiques comme le Mosasaure et des dinosaures volants comme le Ptérodactyle.

La gestion de ces dinosaures, si elle ne s'est pas forcément simplifiée, a gagné en clarté et nous offre beaucoup plus d'informations sur nos futurs résidents en nous précisant clairement ce qu'ils apprécient comme colocataires et comme nourriture également car pour les herbivores, fini les mangeoires, il faut adapter les enclos suivant les espèces avec des fibres, des fruits, des noix ou des feuilles. À moins d'avoir de très gros enclos, cette dernière information sera d'ailleurs tout aussi vitale que les préférences d'espèces car si vous mixez un amateur de fibres avec un amateur de feuilles, pas sûr que vous aurez la place de satisfaire les besoins des deux bougres.

Côté infrastructure, les plus gros changements seront évidemment dus aux nouveaux dinosaures avec l'apparition de volières et de bassins. Ceux-ci sont extensibles "à volonté" (si vous avez la place surtout) et dans le cas de la volière, l'environnement intérieur est personnalisable comme pour n'importe quel enclos (forêt, eau, rochers, etc). Au niveau des autres bâtiments, on notera quelques disparitions comme les stations de vigilance météo ou les bâtiments qui étaient propres à chaque division (logique puisque la notion de division a disparu, elle, et tant mieux). Côté ajouts, nous avons droit à un centre des ressources humaines (qui accompagne donc un système de gestion de l'équipe des scientifiques), un centre des soins (on y reviendra dans la partie plaisir à jouer, croyez-moi) et plus d'"attractions". J'utilise des guillemets ici car par attractions je n'entends pas des activités entourant les enclos puisque à ce niveau-là, un seul ajout, la visite jurassique, qui n'est rien d'autre que l'attraction des gyrosphères mais avec les voitures du premier film. Non, j'entends par attractions plus de bâtiments comme les cinémas et autres.

Enfin, au niveau de la personnalisation de votre parc, une autre grosse demande (surtout quand on voit ce qu'on peut faire dans Planet Coaster du même studio), c'est un peu la douche froide. Alors oui, il y a quelques éléments de déco en plus. Et oui, on peut personnaliser les commerces en changeant les façades, les toits, etc. Mais vu que seuls ces bâtiments sont concernés et que l'efficacité d'un parc est toujours ou presque incompatible avec sa qualité visuelle, on est toujours assez loin de pouvoir se faire le parc de nos rêves, ou même de simplement reproduire celui de Jurassic World avec par exemple sa zone commerciale immense au centre.

Pour conclure sur le contenu, il est assez conséquent finalement. Toutefois, si on compare au premier JWE, il n'y a clairement pas grand-chose de plus. Bref, il y a de quoi satisfaire les nouveaux venus, mais pas vraiment de quoi ramener les anciens.
Aspect technique du jeu
Quand les Pirates des Caraïbes se détraquaient, ils ne dévoraient pas les touristes !

Sur le plan technique, commençons cette fois tout de suite par les dinosaures qui sont encore une fois très réussis, visuellement parlant. Les détails sont là et on frissonne encore et toujours aux premiers pas d'un T-Rex.

L'interface n'a quant à elle pas changé d'un iota, si ce n'est qu'elle s'est adaptée pour les quelques nouveautés / changements. Mais n'allez pas croire que c'est un point négatif. Pour le coup c'est tout le contraire. Si vous n'avez pas joué au premier ou lu son test, sachez que l'interface est parfaitement adaptée à la manette, ce qui pour un jeu de gestion mérite des éloges.

Bon, maintenant qu'on a (déjà) évacué le positif, il est temps de parler de tout ce qui ne va pas dans ce titre. Commençons tranquillement par les effets d'ombre. Difficile à montrer avec une simple image, manette en main on ne peut pas ne pas remarquer les ombres qui disparaissent sans cesse. En gros, imaginez un rectangle où les ombres, sur les arbres notamment, existeraient. Tout ce qui est en dehors du rectangle n'a pas d'ombre. C'est une bonne chose pour économiser de la ressource... sauf quand ce rectangle ne correspond pas du tout à ce qui est affiché à l'écran. Dans le pire des cas, j'ai pu constater que la moitié de l'écran était en dehors de ce rectangle. Ce bug est très discret quand vous ne bougez pas la caméra. Mais quand vous le faites (à savoir, tout le temps), c'est flagrant.

Allons plus loin dans le désagréable avec l'IA de manière générale. Pour bien gérer votre parc, vous allez devoir utiliser vos équipes de patrouille et de soin en leur assignant des tâches. Sauf que leur pathfinding, autrement dit leur calcul d'itinéraire, est souvent catastrophique, surtout dans certaines cartes avec beaucoup de zones inaccessibles. Particulièrement dérangeant quand vous devez réparer une clôture en urgence et que le réparateur met 5 minutes à parcourir 100 mètres. Ce souci est encore plus dérangeant quand il se produit... avec des hélicoptères n'étant pas censés rencontrer le moindre obstacle sur leur route. On peut à tout moment prendre le contrôle direct d'un véhicule certes, mais vu que leur conduite est extrêmement pénible, on évitera le plus possible.

Mais les dinosaures ne sont pas en reste rassurez-vous. J'ai arrêté après dix fois de compter les moments où, allez savoir comment, des dinosaures se sont retrouvés en dehors de leurs enclos alors que ceux-ci étaient intacts. Je peux l'admettre quand les enclos comportent des portes, on peut se dire qu'ils sont passés par là en même temps qu'une patrouille (même si cela n'est jamais arrivé, les dinosaures semblant être dans l'incapacité de franchir une porte ouverte)... mais quand un dinosaure volant se retrouve d'un coup à l'extérieur d'une volière encore intacte ou pire quand un dinosaure aquatique se retrouve hors de son bassin à voler dans les airs tel un poisson volant d'une demi-tonne, il y a de quoi se poser de sérieuse questions sur l'état du jeu.

Bref, d'un point de vue technique, ce titre est très décevant. Au mieux au même niveau que son prédécesseur mais sortant pourtant sur next-gen, il aurait mérité plusieurs mois de développement supplémentaires avant sa sortie... et le pire c'est que vu le nombre de jeux sortant dans le même état, on ne s'en étonne même plus. Espérons que d'ici l'année prochaine je puisse (si j'ai le courage de relancer le jeu) mettre à jour ce test et alléger cette section, même si je ne suis pas partisan de pardonner l'état d'un jeu sous prétexte que ça ira mieux plus tard.
Plaisir à jouer et à rejouer
Faites-moi penser à remercier John pour ce charmant weekend

Avant de commencer, sachez qu'il s'agit ici de l'avis d'un joueur ayant déjà touché sérieusement au premier épisode. L'avis qui suit peut donc être vu comme plus négatif (spoiler alert, désolé) qu'il ne le serait si j'avais directement commencé par JWE 2. C'est sans doute le même souci de rédaction que rencontrent ceux testant les jeux des séries comme Call of Duty ou surtout FIFA. Car cela va sans dire, mais ce qui "choque" le plus dans une partie de JWE 2, c'est ce très désagréable sentiment de déjà joué.

Les nouveautés et autres changements ne sont pas suffisants, loin de là, pour atténuer ce sentiment. Il faut dire que si vous jouez dans le sens logique (à savoir Campagne, Théorie du Chaos et enfin Défis), les volières ne seront utilisées que brièvement lors de la campagne (disons environ 1 heure de jeu maximum) et vous n'en entendrez plus parler avant le quatrième épisode de la Théorie du Chaos (et encore, pas de façon obligatoire) où, enfin, vous pourrez vous essayer aux dinosaures aquatiques.

Cependant, dès le début ou presque, vous allez avoir affaire à l'un des changements du jeu les plus pénibles : le centre paléomédical. Dans cet épisode, le système de soin a été revu et on pourrait croire que le but a été de le rendre le plus désagréable possible. Voici comment cela fonctionne. Tout d'abord, vos équipes de gardes doivent surveiller régulièrement les dinosaures afin de détecter toute anomalie. Quand ils en détectent, ils ne peuvent rien faire et vous devez envoyer l'équipe de soin pour diagnostiquer ce qu'ils ont. Une fois diagnostiqué, vient (l'éventuel) traitement. Si vous avez de la chance, c'est un petit bobo ou une maladie dont vous avez le remède et une petite piqure sur place arrangera ça. Ce n'est pas ce qui va arriver la majorité du temps je ne vous le cache pas. En cas de maladie, il y en a une petite vingtaine de possible... mais 90% du temps se sera une rhinite qu'il est impossible de soigner. Vous devrez donc attendre que ça passe tout en envoyant vos soigneurs régulièrement car le temps que cela passe justement, leur jauge de vie diminue.

En cas de maladie soignable, bien souvent vous n'avez pas le remède et il faut en faire la recherche. Et une autre excellente idée vient du déblocage des recherches en remèdes car souvent là encore, seule la quarantaine fonctionne. Vous devrez donc isoler chaque dinosaure atteint dans un enclos... une idée merveilleuse quand l'épidémie se manifeste dans un enclos d'une dizaine de dinosaures. Surtout que comme les clôtures ne se construisent pas immédiatement, vous allez devoir endormir les dinosaures infectés avant de les transporter au minienclos pour qu'ils y restent 15 secondes. En parlant de transport, dernière idée de génie du centre de soin : en cas de blessure grave, après l'avoir soupçonnée avec vos gardes, diagnostiquée avec vos soigneurs, vous allez devoir appeler votre équipe de capture pour l'endormir et le transporter jusqu'au centre de soin, le soigner et le retransporter dans son enclos. Un vrai bonheur, surtout quand vous avez des petits bagarreurs dans vos parcs.

Dernier point à aborder avant de passer aux trophées, il faut parler de l'équilibrage du jeu. Celui-ci est vraiment à revoir car on peut parfois passer des heures à ne rien faire car tout va bien dans le meilleur des mondes et à d'autres moments ne pas avoir dix petites secondes de calme pendant trois heures d'affilée tant les emmerdes s'enchaînent. D'ailleurs dans la catégorie emmerdes, parlons un peu des tempêtes aléatoires qui peuvent aller de l'anecdotique, avec un bâtiment ayant pris cher, à la fin de partie où une tornade va ravager votre parc au point parfois de vider votre trésorerie. Et j'exagère à peine. J'ai eu le cas où avant la tornade j'avais 30 millions en poche et un parc bénéficiaire, et après le passage de la tempête, j'étais à -2 millions. Comment ? Eh bien en détruisant toutes les clôtures pardi. Du coup le temps de les réparer, de ramener les fuyards dans leurs enclos, c'était la faillite. C'est le genre de chose qui peut arriver dans un jeu de gestion vous me direz, mais quand on a autant de marge avant une catastrophe, autant dire qu'après on ne passe plus 30 minutes sans sauvegarder manuellement, juste au cas où.
Chasse aux trophées
Les trophées sont la dernière déception de ce jeu. Là où le premier proposait une liste équilibrée et bourrée de références à l'univers de la saga filmographique, celle-ci ne fait aucun effort à ce niveau. Ce n'est certes qu'un détail, mais cela fait quand même un charme en moins. Globalement, il n'y a pas grand-chose à dire sur les trophées qui vous demandent de finir tous les modes avec la note maximale. Du classique en gros... sauf sur deux points.

Le premier, pas le plus agaçant certes mais quand même, c'est de devoir compléter la base de données à 100%. Vous devrez donc faire naître TOUS les dinosaures du jeu. Sauf que le seul mode où ils sont tous disponibles, c'est le bac à sable et qu'aucun trophée ne tombe dans ce mode. Vous allez donc devoir sur chaque carte de chaque mode vous assurer de faire naître tous les dinos qui ne sont pas encore dans votre base de données au cas où ils ne seraient disponibles QUE sur cette carte (ce qui arrive souvent, l'un d'eux n'étant accessible à cause d'un bug que via la dernière carte de la campagne). Vous devrez aussi avoir analysé toutes les maladies et certaines ne s'obtiennent qu'en jouant mal. En effet, il y en a 2-3 qui ne tombent que si vous ne laissez pas assez de place à vos dinos ou que vous les nourrissez mal. Être obligé de mal jouer, je ne sais pas vous, mais moi ça m'énerve.

Mais surtout, le gros point noir de la liste, c'est le mode Défis. Comme expliqué dans le contenu, ce mode vous demande de faire un parc 5 étoiles avec des conditions particulières... et les trophées vous demandent de le faire en difficulté maximale, la difficulté "Jurassique". Difficulté qui aurait plutôt dû s'appeler "Enfer préhistorique" tant les conditions sont abominables.
Conclusion
Si le premier épisode était une bonne surprise, imparfaite mais pleine de promesses pour la suite, ce second épisode est une véritable déception. Peu d'ajouts, peu de valeur ajoutée, cette suite serait presque correcte s'il ne s'agissait que d'une grosse mise à jour pour le premier jeu. Mais vendue plein pot, elle est à éviter à quiconque aurait déjà touché au premier JWE. Certains de ces défauts peuvent certes être corrigés par la suite, mais le cœur du jeu restera quasi identique à son prédécesseur.
J'ai aimé
  • Des dinosaures plus nombreux et plus variés...
  • Personnalisation des bâtiments...
  • Un contenu conséquent...
  • Le rendu des bestioles toujours réussi...
Je n'ai pas aimé
  • ... mais les nouvelles mécaniques sont très limitées
  • ... mais uniquement pour les commerces
  • ... mais redondant avec le premier opus
  • ... mais sans évolution depuis l'opus précédent malgré le passage à la next-gen
  • Des bugs nombreux allant du comique sans gravité au tueur de partie
  • Un équilibrage de difficulté à revoir
8
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine difficile

DarkCid (Twilight_Angel75)

421
2607
3929
9672