Jitsu Squad

ps5

1
8
0
22
14
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 09/12/2022
Genre(s) : Beat'em all, Indépendant
Territoire(s) : FRANCE

8 joueurs possèdent ce jeu
31 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 1 joueur (13 %)

100% par : 1 joueur (13 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par AntoineTyrex le 10-01-2023 - Modifié le 10-01-2023

Introduction

Image

En mars 2022, 4 héros hauts en couleur prenaient d’assaut les PC grâce à un jeu d’action subtilement nommé JITSU SQUAD. Développé par le studio TANUKI CREATIVE STUDIO, ce titre s’est fait connaître grâce à son financement participatif et sa nomination au GAME MAKER AWARD dans la catégorie Jeu le plus attendu de l’année qu’il a reçu avant même sa sortie. De nombreux joueurs ont donc patiemment attendu sa sortie sur console afin de s’y essayer et de passer des soirées endiablées avec leurs amis, le jeu misant énormément sur son côté multijoueur. Vendu au prix de 29,99 euros, le jeu débarque enfin sur nos PS4 et PS5 en cette fin d’année 2022.

Le scénario de JITSU SQUAD est d’une simplicité affligeante. Un méchant sorcier répondant au nom d’Origami a asservi les âmes des héros de l’ancien temps afin de leur faire récupérer une statuette qui lui permettrait d’acquérir la puissance d’un dieu. Seuls nos quatre héros ont été partiellement libérés de cette malédiction par Maître Ramen, un vieux hibou, et sont envoyés mettre fin à toute cette pagaille. Vous serez amené à visiter de nombreuses planètes et à occire des ennemis en pagaille avant de pouvoir régler son compte au grand vilain du titre...

Heureusement que comme dans tout beat them up, ce n’est pas le scénario qui fait le sel du jeu, tant celui-ci est anecdotique.


Contenu du jeu
Avec des titres tels que STREET OF RAGE, CASTLE CRASHERS ou plus récemment avec nos amis les tortues ninjas, le genre du beat them up est un genre prolifique qui nous a rarement surpris depuis plusieurs années. Chaque titre a cependant amené sa touche d’originalité et a attiré l’attention à sa sortie. JITSU SQUAD fait-il de même finalement ?


Une bonne dose de fun


La maniabilité du titre est assez classique de prime abord : chaque personnage peut frapper les ennemis à l’aide d’une touche et réaliser des suites d’attaques facilement, mais aussi contrer les attaques ennemies, et enfin sauter afin de réaliser des attaques en l’air ou éviter des pièges dans certains cas. En battant certains ennemis, nos héros ramassent des parchemins qui débloquent après un certain nombre de nouveaux coups spéciaux. Pas d'arbre de compétences à choisir ici, tout est automatique et imposé. Gagnant ainsi en puissance, chaque héros peut ainsi étoffer ses coups et battre finalement les ennemis de plus en plus redoutables. Il sera même possible de débloquer un mode furie où votre personnage devient pratiquement invincible et assène des coups mortels aux ennemis.
Grâce à ces différents coups, le jeu casse la monotonie de son gameplay, sans y arriver totalement, vu que vous devriez avoir obtenu tous les pouvoirs du personnage bien avant la fin du jeu qui se boucle en à peine deux heures. Là où un titre comme Castle Crashers proposait des gameplay différents tout le long du jeu, ici seul un niveau comporte une phase en surf qui casse un peu le rythme monotone d’un jeu en scrolling horizontal. Là où le dernier STREET OF RAGE propose des déplacements verticaux et met en scène les déplacements du personnage, JITSU SQUAD reste le même d’un bout à l’autre.

Alors que le titre regorge de références à la pop culture, la mise en scène totalement ratée des plans et des affrontements ne met pas du tout en avant le travail réalisé par les graphistes, et il m’a fallu parfois plusieurs parties pour m’intéresser réellement aux décors et reconnaître les références mises en avant. Pire, le jeu casse parfois son rythme en imposant un timer après certains affrontements avant de pouvoir passer à l’étape suivante à des endroits où il n’y a absolument rien à voir en fond, alors que des passages riches en références sont vite expédiés à cause du nombre important d’ennemis.


Un jeu un peu trop classique et brouillon


En jeu, il sera possible de ramasser des items vous permettant de regagner de la vie ou de l’énergie nécessaire à la réalisation de vos super attaques, sachant que le mode Furie demande lui de remplir une jauge dédiée en réalisant des contres parfaits. Même si cela est très classique, cela n’en est pas moins efficace. Tout comme la possibilité de ramasser une arme et de s’en servir. Là où cela pouvait être un game changer dans un jeu comme STREET OF RAGE, je n’ai personnellement pas compris l’intérêt des armes qui n’apportent finalement pas grand-chose au gameplay à part pour certains personnages de leur conférer une attaque à distance. Le corps à corps classique reste pourtant une meilleure option dans la plupart des cas.

Vous pourrez également ramasser des jetons d’invocation qui vont faire apparaître à l’écran une animation dévastatrice d’un personnage tiers comme par exemple un haddouken d’un personnage habillé comme Ken, ou encore le passage à l’écran de personnages connus dont je vous réserve la surprise. Cette idée, si elle n’est pas révolutionnaire, reste cependant très sympathique et efficace, même s’il est dommage de ne pas pouvoir garder le jeton et l’invoquer à sa convenance. Le principal défaut du titre est qu’à part cela, rien ne différencie réellement le titre d’autres beat them up sortis par le passé.
Là où un CASTLE CRASHERS permettait de débloquer à chaque partie des personnages aux gameplays réellement différents, proposait des armes à collectionner ainsi que des animaux de compagnie, ou changeait régulièrement de gameplay selon les niveaux, ici rien ne vient bouleverser le gameplay du titre.

Après plusieurs niveaux, vous aurez vite l’impression d’en avoir fait le tour, et vous n’attendrez pas avec impatience le déblocage du prochain pouvoir. Pire, au bout de deux heures, le jeu se terminera sans proposer de réelles nouveautés à part un tag mode permettant de changer son personnage en cours de partie qui aurait dû être proposé de base dans la partie solo du titre tant il fait sens dans un jeu vantant le pouvoir d’une équipe. Le multijoueur en ligne n'étant pas proposé, le manque de contenu solo se fera forcément très vite ressentir.

En termes de scénario, vous serez également vite perdu puisque rien n’est précisé dans un glossaire, et vous serez parfois dubitatif en voyant par exemple votre personnage devenir humain en mode furie, ou lorsque le jeu n'introduit pas tel ou tel personnage. Trop de raccourcis gâchent la narration du titre, et après plusieurs parties, vous commencerez presque à ne plus supporter le côté non poli de l’ensemble. L’humour du titre ne suffira plus à vous accrocher, les affrontements s’enchaîneront à l’écœurement et la lassitude pointera vite le bout de son nez. C’est dommage pour un titre qui se vend justement sur un je-ne-sais-quoi qui ne marquera finalement pas assez les consciences pour assurer la postérité du titre.
Aspect technique du jeu
Des graphismes de toute beauté

Le point fort le plus évident du titre est de proposer des graphismes d’excellente qualité. Ces styles KAWAI et CARTOON font immédiatement mouche, et c’est un vrai bonheur de parcourir l’ensemble des niveaux. L’avantage de visiter plusieurs planètes est de proposer des stages tous différents les uns des autres : entre le style pirates des caraïbes, maison hantée ou encore bas fond d’une grande ville, chaque niveau a sa touche propre, et fait honneur au titre. Si en soit il n’y a rien de bien original, c’est justement parce qu’ils se moquent de beaucoup de choses et que chaque décor fourmille de références.

En termes de sound design, le jeu fait également un sans-faute, avec des musiques entraînantes et un doublage de qualité. Chaque niveau est parfaitement accompagné d’une bande son collant à l’ambiance de celui-ci, et vous vous surprendrez même à chantonner quelques titres comme SURFING ON THE LAVA qui hante littéralement mon subconscient depuis plusieurs jours. Pour un jeu qui n’est pas un triple A, c’est vraiment un coup de maître, et le jeu se démarque sans difficulté des ténors du genre.


Mais des bugs de toute laideur

Et c’est là que le fait que le jeu soit issu d’un petit studio se fait sentir : le nombre de bugs et de crashs est réellement trop important à ce jour pour apprécier le titre à sa juste valeur. S’il comporte des bugs mineurs tels que des pistes sonores qui ne se lancent pas ou des sous titres qui passent d’une langue à l’autre, le jeu rame beaucoup trop sur PS5 une fois beaucoup d’ennemis à l’écran, et cela même en mode solo. Si cela ne vient pas gâcher totalement l’expérience, c’est difficilement acceptable sur nos consoles actuelles.

Mais hélas, en plus de cela le jeu souffre de crashs constants qui vous renvoient au menu de la console. J’ai été interrompu un nombre incalculable de fois en jeu, alors même que j’avais parfois atteint la fin du stage. Pire, une fois ma première partie terminée, le jeu a également crashé et a rendu impossible l’obtention du TAG MODE qui devait alors se débloquer. J’ai dû recommencer une partie en croisant les doigts une fois le boss final vaincu afin d’espérer obtenir le fameux bonus et terminer proprement ma partie.

Ces problèmes devraient probablement être réglés lors de prochaines mises à jour, mais il n’est pas correct de sortir un jeu dans cet état et à ce prix. De plus, cela risque de faire partir bien trop vite la communauté de fans déjà échaudés par l’absence d’un mode multijoueur en ligne.
Plaisir à jouer et à rejouer
J’ai rarement été autant divisé sur mon expérience de jeu que sur ce titre. En solo, la première complétion du mode histoire est fort sympathique, même si elle laisse vite un sentiment de trop peu tant les niveaux s’enchaînent beaucoup trop rapidement. Les niveaux bonus où il faut trancher du sushi sont sans intérêt seul, et refaire 4 fois la même chose avec des personnages différents n’apporte absolument rien d’autre que de la lassitude. Heureusement qu’après une partie, un mode TAG se débloque qui permet d’utiliser 2 personnages interchangeables à loisir en cours de jeu, ce qui donne un peu plus de rythme à l’ensemble. Ne vous attendez pas à débloquer de nouveaux personnages à la fin d’une partie, ce qui aurait pourtant donné un réel but à refaire plusieurs fois le mode histoire. La partie solo du titre ne vous retiendra donc pas longtemps, et il est plus que probable que le titre sera vite désinstallé une fois les trophées obtenus.

En multijoueur par contre, le titre brille un peu plus. La course aux points donne du sel à vos parties, et le gameplay fait qu’il est possible d’enchaîner les ennemis à deux. Comme dit précédemment, le mode bonus où il faut découper un maximum de sushis n’est intéressant qu’à deux, tout comme le fait de ramasser des items augmentant votre score. C’est dommage que cette partie multijoueur du titre pèse autant sur la partie solo du titre, mais elle donne tout l’intérêt au titre, et vous relancerez avec plaisir le jeu pour quelques parties. Pourtant, l’absence d’un mode en ligne est le vrai problème du titre, car il aurait permis une rejouabilité quasi infinie, et s’il y avait en plus des personnages et bonus à débloquer à chaque partie, alors le titre se serait hissé sur le haut du podium.


En l’état, votre expérience sur ce jeu dépendra vraiment du fait d’être accompagné ou non dans cette aventure.
Chasse aux trophées
Au nombre de 31 trophées dont un platine, ceux-ci ne sont absolument pas d’une quelconque difficulté à obtenir. 8 trophées se débloquent automatiquement en terminant le mode histoire, en plus de 4 trophées par héros, soit 16 trophées supplémentaires qui viennent récompenser la progression de votre personnage. Cette même progression est évidente et ne demandera pas de temps de farm car vous aurez obtenu tous vos pouvoir bien avant de rencontrer le dernier boss. Le reste des trophées n’est pas plus difficile à obtenir avec certaines actions à faire telles que faire un combo d’autant de coups ou ramasser tel item. Le seul trophée qui pourra vous rebuter est celui de faire une chaine de 100 contres, qui peut être assez compliqué en termes de timing. Vous devriez cependant obtenir assez rapidement le fameux platine tant convoité.
Conclusion
JITSU SQUAD est un bon jeu, mais il ne révolutionne finalement en rien la formule. Inspiré par ses prédécesseurs mais sans en atteindre l'excellence, il sera cependant un jeu que vous aurez plaisir à parcourir en compagnie d'amis à condition d'accepter son prix un peu prohibitif pour un jeu très vite terminé. Si vous jouez seul, il sera vite oublié du fait de l'absence d'un mode multijoueur en ligne et d'une progression finalement beaucoup trop classique et sans surprise, mais vous apprécierez toutes les références et caméos dont le jeu est bondé.
J'ai aimé
  • Un univers léché graphiquement
  • 4 personnages aux styles différents
  • De nombreux clins d'oeil appréciables
Je n'ai pas aimé
  • Des crashs en pagaille
  • Un manque de profondeur
  • L'absence d'un mode multijoueur en ligne
14
Je recommande ce jeu : À tous

AntoineTyrex (Pampiluluu)

15
90
296
1560