GrimGrimoire OnceMore

ps4

1
5
15
5
13
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 07/04/2023
Genre(s) : Stratégie
Territoire(s) : FRANCE

6 joueurs possèdent ce jeu
26 trophées au total
0 trophée online
25 trophées cachés

Platiné par : 3 joueurs (50 %)

100% par : 3 joueurs (50 %)


Note des joueurs :
5/5 - 1 note

Note des platineurs :
5/5 - 1 note

Test rédigé par Magmarex le 14-04-2023 - Modifié le 14-04-2023

Introduction

Image

Certains studios ont une patte inimitable. Que ce soit dans des gimmicks de gameplay, des thématiques ou bien encore dans la manière de raconter une histoire. Pour les développeurs de Vanillaware, c'est le côté visuel qui les démarque. Absolument tous les jeux du studio sont sublimes et un véritable plaisir pour les yeux. Avec l'une des plus belles 2D du jeu vidéo et des gameplay efficaces, Vanillaware a su se faire une place de choix chez les amateurs de jeux qui sortent de l'ordinaire. Et ce n'est pas peu dire que GrimGrimoire, notre jeu du jour, est particulier !

Sorti à l'origine sur PS2 en 2007, GrimGrimoire est sorti quasiment en même temps que Odin Sphere (du moins au Japon et aux États-Unis). Éclipsé au profit de cet autre jeu au principe plus facilement vendable, GrimGrimoire est rapidement tombé dans l'oubli général. Heureusement, la mode étant aux résurrections en pagaille, le titre a le droit à une deuxième chance sous le nouveau nom GrimGrimoire OnceMore. Sortez vos grimoires, nous retournons à l'école !
Contenu du jeu
Un scénario envoûtant

GrimGrimoire OnceMore est un jeu de stratégie en temps réel dans lequel vous incarnez Lillet Blan, une jeune fille débarquant à la tour de l’Étoile d'Argent afin d'apprendre les rudiments de la magie et pouvoir subvenir aux besoins de sa famille. Dès les premières secondes, vous découvrirez qu'élèves comme professeurs ont tous des comportements étranges en plus d'apparences parfois troublantes ! Si les choses semblent plutôt classiques au début, un événement mystérieux ne tardera pas à avoir lieu ce qui chamboulera totalement la suite du scénario. Dès lors, il s'agira de chercher à résoudre l'énigme qui entoure les lieux à travers plusieurs combats magiques.
Le scénario de GrimGrimoire est l'un de ses points forts. Totalement imprévisible, et ce jusqu'à la dernière seconde, il saura vous captiver tout au long de votre aventure. Avec sa galerie de personnages hauts en couleur aux motivations troubles, c'est un plaisir de suivre les dialogues et de découvrir les coups fourrés des divers protagonistes. Dommage que nous n'ayons le droit qu'à des discussions et pas à quelques séquences plus animées afin de renforcer l'impact de certaines scènes. Chaque avancée de l'histoire se fait après une mission à la difficulté grandissante, le moment parfait pour aborder le gameplay particulier du titre.

Fidèles minions

Vous aurez 25 missions à accomplir pour voir l'écran de fin et toutes se dérouleront exactement de la même manière. Vous débutez sur une grande carte verticale (après tout, nous sommes dans une tour) et vous devrez détruire les runes de vos adversaires tout en préservant les vôtres. Pour se faire vous devrez créer des unités que l'on peut classer en deux catégories : attaquants et récolteurs. Les récolteurs sont voués à récupérer du mana via les cristaux disséminés sur la carte. Véritable nerf de la guerre, le mana vous sert à invoquer plus de créatures mais aussi à monter le niveau de vos runes ce qui débloque diverses capacités passives (vitesse augmentée, plus de PV...). Les attaquants quant à eux détruiront les unités adverses et les runes les invoquant tout en vous protégeant. Toutes les batailles débuteront donc par une phase de récolte/invocation puis il s'agira d'explorer les alentours pour débusquer vos ennemis et vous en défaire. Car oui, vos adversaires ne sont pas visibles sur la carte. Afin de simuler un « brouillard de guerre », les niveaux sont plongés dans le noir. Il faut donc progresser à tâtons afin de ne pas vous faire prendre à revers ou tomber dans une embuscade. Vous devrez également faire attention à votre environnement car si les unités volantes comme les fées peuvent se déplacer librement, vos autres créations seront obligées de passer par les escaliers pour naviguer d'un étage à l'autre. Il s'agira donc d'embarquer un assortiment varié de monstres tout en en laissant certains en arrière pour protéger vos ressources. Simple, non ? Eh bien pas tant que ça...

Pierre feuille ciseaux lézard Spock

Comme les développeurs aiment complexifier les choses, il existe quatre types de magie eux-mêmes partagés en trois écoles différentes. Chaque type a ses forces et faiblesses et vous devrez choisir vos runes en fonction de ce qui vous fait face. Petit tour d'horizon :

Glamour

Magie associée à la nature. Il s'agit de la première que vous récupérez. Elle s'avère particulièrement efficace pour affronter les esprits mais aussi pour explorer rapidement la carte à l'aide des fées. En revanche, elle est faible face à l'alchimie. Probablement la magie que vous utiliserez le plus.

Necromancy

J'ai totalement négligé la nécromancie lors de ma partie. À l'exception des puissants phantoms, je n'ai pas trouvé d'intérêt dans les autres unités de cette école. Ils s'avèrent cependant très pratiques contre les démons et sont presque totalement immunisés à l'alchimie !

Sorcery

La discipline de prédilection pour faire de gros dégâts. Outre les grimalkins qui peuvent endormir vos ennemis, vous pourrez invoquer des démons et les terribles dragons qui nettoient l'écran à coups de jets de flammes dévastateurs. D'ailleurs en mode facile, un dragon suffit à nettoyer entièrement un niveau...

Alchemy

Une autre classe que j'ai un peu délaissée en début de partie jusqu'à ce que je débloque des golems capables d'attaquer à très longue portée et la terrible chimère qui est aussi puissante que monstrueuse. Une excellente magie pour la défense mais qui s'avère totalement inutile face aux esprits.


Vous l'aurez compris, il faudra faire très attention aux affinités élémentaires de vos invocations sous peine de les voir partir en fumée dès le premier assaut. Assez compliqué à comprendre au début du jeu, on finit par intégrer toutes les subtilités de chaque magie au fil des batailles. Le tout s'avère plutôt stratégique et agréable mais il est dommage que certaines batailles soient presque impossibles à gagner du premier coup. Bien que nous soyons prévenus au début de chaque mission du type de magie auquel nous allons faire face, Il arrive très souvent que l'ennemi nous surprenne avec une composition de monstres inattendue ce qui réduit notre stratégie à néant, nous menant tout droit au Game Over... Heureusement, votre adversaire faisant toujours la même chose, il suffit de relancer la bataille pour mieux se préparer.

Outre le mode histoire, vous pouvez étudier les caractéristiques de chaque unité dans un menu dédié ou bien visionner de sublimes artworks dans la galerie. Ces illustrations se débloquent une fois une mission terminée (principale comme secondaire) et sont totalement indépendantes du mode de difficulté. D'ailleurs concernant la difficulté du titre, elle n'influe en rien sur le contenu que vous débloquerez ou sur votre score. Si bien qu'un joueur traversant l'intégralité du titre en facile aura les mêmes récompenses qu'un autre ayant décidé de le faire en difficile.
Aspect technique du jeu
C'est beau...

Même si je pense que les images parlent d'elles-mêmes, je le redis : GrimGrimoire OnceMore est magnifique. La direction artistique est somptueuse, les portraits animés sont de toute beauté et le chara design des personnages possède un charme unique qui fait mouche. Chaque séquence de dialogue est un plaisir pour les yeux avec de grands artworks mettant bien en valeur les différents protagonistes. Même chose en combat avec les unités qui bénéficient d'énormes sprites superbement détaillés. Bref, esthétiquement parlant, c'est un sans faute pour quiconque aime les contes de fées et la fantasy. Mauvais point toutefois pour les niveaux qui sont tous les mêmes. Aucun changement en termes d'ambiance ou de couleurs... Si bien que combattre dans des zones copiées-collées pendant des heures finit par rendre le tout un peu monotone.

D'un point de vue sonore, le constat est un peu plus mitigé. Les musiques sont agréables et plutôt jolies mais s'avèrent beaucoup trop discrètes pour véritablement nous marquer. Pour ce qui est du doublage, l'intégralité des dialogues est disponible en japonais ou en anglais. J'ai personnellement opté pour la langue de Shakespeare et j'ai trouvé les voix convaincantes. C'est bien joué et retranscrit efficacement la personnalité de chacun (mention spéciale à Advocat). J'en profite pour vous préciser que l'intégralité des textes est en anglais. Et au vu des termes assez techniques utilisés pour expliquer les différentes affinités magiques, je vous déconseille de tenter l'aventure si vous ne maîtrisez pas un minimum cette langue...

... Mais c'est pas pratique

En termes de technique, le jeu ne souffre d'aucun bug. Les FPS restent constantes en toute situation et les chargements sur PS5 sont totalement absents. Cependant, le jeu pêche sur un point tout particulier : son ergonomie. Je vous disais plus haut que les sprites de nos unités étaient magnifiques, le problème c'est que lorsque vous avez beaucoup de monstres, l'action devient presque illisible. Invoquez un dragon et la moitié de votre écran sera caché par le corps du cracheur de feu. Les choses s'aggravent lorsque vous désirez sélectionner certaines unités en particulier... Il vous faudra alors presser les flèches directionnelles jusqu'à tomber sur celle que vous voulez. Ce qui peut prendre du temps lors de certains combats. Quant aux raccourcis pensés pour sélectionner plusieurs types de monstres d'un coup, ils s'avèrent limités par le fait que cela ne concerne que les créatures visibles à l'écran...

Il en ressort donc des combats pas vraiment agréables à prendre en main ce qui nous pousse à choisir toujours les mêmes stratégies gagnantes ou à passer le jeu en mode facile (on peut changer la difficulté à volonté via l'écran de sélection de missions) pour littéralement rouler sur le jeu et voir plus rapidement la suite de l'histoire.
Plaisir à jouer et à rejouer
Outre les 25 missions principales, le jeu propose plusieurs missions annexes. Celles-ci seront l'occasion de faire face à des situations un peu particulières (un seul type de magie utilisable, contrainte sur le choix des unités...) mais surtout un bon moyen de récupérer des pièces qui servent à acheter divers bonus dans les arbres de compétences disponibles pour chaque magie. Cependant, sachant que réaliser uniquement les missions principales suffit à débloquer la quasi-totalité des compétences, ces missions secondaires s'avèrent un peu inutiles... D'autant plus que le renouvellement des situations de départ ne suffit pas à casser la lassitude générale qui s'empare de nous après quelques batailles. L'impression de faire toujours la même chose dans les mêmes environnements finit par nous frapper de plein fouet et on ne poursuit l'aventure que pour l'histoire. Peut-être conscient de la redondance de son jeu, Vanillaware a eu l'idée d'ajouter un mode rapide à ce remaster. Une idée à double tranchant puisque d'une simple pression de la touche (R2), le jeu va passer en mode accéléré transformant des missions de 30-40 minutes en de rapides escarmouches d'à peine dix minutes. En ligne droite, et en mode facile, le jeu peut se terminer en moins de quatre heures... Une durée de vie très faible pour un jeu vendu à ce prix ! Et pourtant sans ce mode rapide, je n'aurais probablement pas eu la foi d'aller au bout du titre tant l'ennui se faisait présent lors des missions...

Tout l'intérêt du jeu repose donc sur son scénario captivant mais qui ne fonctionne qu'une fois. Lorsque vous aurez découvert le fin mot de l'histoire, peu de chances que l'envie vous prenne de refaire une partie ou de tester le mode de difficulté le plus élevé si ce n'est pour maximiser vos arbres de compétences. La rejouabilité s'avère donc inexistante et rien ne vous poussera vraiment à ressortir le jeu de sa boîte
Chasse aux trophées
Je risque de décevoir les amateurs de trophées intéressants à débloquer ou difficiles à obtenir, mais GrimGrimoire OnceMore ne vous demandera absolument aucun effort puisque finir le jeu vous offrira le platine. Alors certes, cela fait un Graal facile à obtenir mais c'est dommage qu'il n'y ait rien qui nous pousse à réaliser quelques missions secondaires ou à essayer le mode de difficulté « Hell » débloqué une fois le jeu fini... À croire que les développeurs n'avaient pas envie de se creuser la tête. Déception de ce côté-là !
Conclusion
Avec son ambiance enchanteresse, son scénario captivant et son système de magie intéressant, GrimGrimoire OnceMore avait tout pour plaire. Malheureusement, la redondance des batailles, son ergonomie ratée, son manque de contenu annexe et sa durée de vie ridicule le cantonnent à un statut de jeu moyen à réserver aux joueurs en manque de stratégie et aux amateurs de jolis visuels.
J'ai aimé
  • Visuellement somptueux
Je n'ai pas aimé
  • Ergonomie effroyable
13
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux chasseurs de trophées/platine facile

Magmarex (Magmarex)

40
331
1226
5773