Gran Turismo 7

ps5

1
2
4
47
16
7

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 04/03/2022
Genre(s) : Course
Territoire(s) : FRANCE

2161 joueurs possèdent ce jeu
54 trophées au total
0 trophée online
1 trophée caché

Platiné par : 7 joueurs (0 %)

100% par : 7 joueurs (0 %)


Note des joueurs :
4.6/5 - 35 notes

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par Jo-La-Mouche le 02-03-2022 - Modifié le 16-03-2022


Introduction

Image

Image
Gran Turismo 7 est un jeu de course ainsi qu'une encyclopédie automobile, développé par Polypohony Digital et édité par Sony. C'est le bébé de Kazunori Yamauchi, Kaz pour les intimes et les besoins de la rédaction de ce test. Bébé qui a tout de même bien grandi depuis sa venue au monde à la toute fin de l'année 1997, au Japon. 25 ans déjà que les joueurs du monde entier peuvent limer du bitume à tout va dans des voitures allant des minuscules japonaises aux puissantes américaines.

Je me souviens encore de la première fois que j'ai vu et joué à Gran Turismo, le tout premier jeu, qui allait devenir une série... mais ça, c'est une autre histoire. Deux opus sur PlayStation, deux opus sur PlayStation 2, deux opus sur PlayStation 3, vous sentez venir un certain schéma non ? Et par opus, j'entends épisode principal (numéroté, pourrai-je préciser, mais attendez, la polémique arrive bientôt, je ne vous ai rien dit).
Si nous avons deux jeux Gran Turismo par génération de console, sachant que nous en sommes à la PlayStation 5, quel devrait être le numéro de cette sortie ? Le 9, oui, exactement ! Et pourtant nous n'en sommes qu'au 7 ? Qu'est-ce donc que cette histoire ?

Le dernier Gran Turismo numéroté, Gran Turismo 6 donc, remonte à... 2013. C'était il y a neuf ans. Neuf années qui correspondent plus ou moins au cycle d'une console, tiens donc. Pourquoi diable cette merveilleuse console qu'est (ne l'enterrons pas trop vite) la PlayStation 4 n'a-t-elle pas eu le droit de voir un Gran Turismo digne de ce nom ?

Avec le recul, Gran Turismo Sport, qui existe bel et bien sur PS4 et qui est sorti en 2017, je ne le range pas dans la catégorie des épisodes principaux, mais dans celle des épisodes secondaires, comme les prologues. C'est presque un Gran Turismo, mais ce n'est pas un vrai Gran Turismo. Toute la partie technique y est, rien à redire là-dessus, mais le contenu n'est pas le même. Rappelez-vous qu'à sa sortie, Gran Turismo Sport c'est des épreuves de permis inutiles puisque ces derniers ne sont liés à aucune progression et n'empêchent en rien de jouer au "reste" du jeu, des épreuves "Expérience du circuit" pour apprendre les circuits, des courses en ligne, et un nombre de voitures assez faible, compte tenu des habitudes que nous avait donné la licence. Les choses ont évolué par la suite, mais sans pour autant en faire un épisode principal. Gran Turismo Sport c'est juste le mode en ligne d'un vrai GT. Et devinez comment s'appelle l'un des modes de jeu en ligne de Gran Turismo 7 ? Mais oui, Sport !

Quelles sont les règles pour qu'un Gran Turismo soit un vrai Gran Turismo ? Dans quelle catégorie se qualifie ce septième épisode de la série ? C'est au volant d'une PS5, d'une télé 4K 120 IPS et d'une copie du jeu que je vous emmène sur la route du test.
Contenu du jeu
Image
Avec un record à plus de 1000 voitures pour un épisode de la série, Polyphony Digital a habitué les joueurs à proposer un contenu gargantuesque. Gran Turismo 7 n'est pas en reste avec au lancement, 400 voitures, 90 tracés répartis sur 34 circuits en Amérique, Europe et Asie / Pacifique. Pour son 25ème anniversaire, GT propose deux modes de jeu distincts : un mode très classique "Carte du monde" et un autre plus décalé, "Rallye musical". Et comme certains menus le laissent entendre, ces nombres devraient augmenter dans le futur...


Image
C'est comme la carte au trésor, mais en mieux, et avec des voitures à la place des hélicoptères.
Lors de votre arrivée dans le monde de Gran Turismo, vous serez chaleureusement accueillis par Sarah, qui va se faire une joie de vous mettre le pied à la bottine de course. Après les présentations d'usage, vous serez guidés vers le magasin des voitures d'occasion, qui font leur grand retour dans la série ! Au volant de votre première acquisition, ce n'est pas sur un circuit que vous vous rendrez, mais au Café. Luca, le serveur, vous proposera alors votre premier menu : obtenir 3 voitures compactes japonaises. Par chance, l'une des voiture à obtenir pour compléter le menu est déjà en votre possession. Vous venez de l'acheter. Mais comment obtenir les deux voitures manquantes ? Ce ne sont clairement pas vos finances qui vont vous permettre de retourner voir le vendeur de voitures d'occasion et de faire chauffer la carte bleue. Heureusement, Luca est bien informé et vous indique à quelles courses participer pour gagner les voitures demandées. Finissez troisième ou mieux, et vous remportez un nouveau bolide.

39 menus plus tard, une dizaine d'heures sur la route (vraiment, uniquement au volant), presque 2 000 kilomètres parcourus, et vous voilà champion des GT World Series. Attention, vous n'aurez pas que fait de la route tout ce temps pour collectionner des voitures, vous aurez aussi pris le temps d'admirer le paysage, de bichonner vos bolides, et de claquer quelques turbocompresseurs sous le capot. C'est vrai aussi pour les compresseurs.

Donc, champion des GT World Series, ça veut dire que le jeu est terminé ? Non. Pas du tout. Le Café et ses menus sont en réalité le tutoriel, l'introduction à Gran Turismo. C'est Kaz qui l'a voulu ainsi : que les habitués s'en servent pour reprendre leurs marques (et il faut bien le dire aussi, se constituer un petit garage et quelques réserves pécunières), et que ceux qui découvrent le jeu et/ou le monde automobile puissent en apprendre le plus possible sur ce domaine. Aucun doute, Kaz aime les voitures et veut faire partager sa passion au plus grand nombre. C'est aussi en ça que Gran Turismo, la série dans son ensemble, est plus que de simples jeux, ce sont aussi des encyclopédies de la culture automobile.

Cette aventure du Café, c'est tout ce qui fait l'essence même d'un Gran Turismo : des voitures d'occasion, de la préparation mécanique, de la préparation visuelle, des courses avec des récompenses, des championnats. Tout ça enrobé dans des menus, des quêtes si vous préférez, qui justifient de participer à telle ou telle course, avec telle ou telle restriction. Et avec parfois le besoin d'avoir un permis en votre possession...

Car je le demande aux passionnés, aux habitués : que serait un Gran Turismo sans ses permis ? Je vais vous le dire moi : un autre jeu ! Ou un prologue, au pire. Et le centre des permis n'est pas le seul marqueur de la licence qui fait son grand retour : vous l'aurez compris, vous pouvez à nouveau améliorer et bichonner vos voitures, avec l'atelier de préparation et GT Auto !

De manière tout à fait classique, l'atelier de préparation vous propose diverses pièces pour augmenter les performances de votre destrier d'acier. Tenue de route, comportement, puissance, réglages fins, demandez, vous serez servis ! GT Auto revient lui dans une forme plus classique, avec au menu : la maintenance (vidange, révision, passage au marbre, élargissement de la carrosserie), le style (ailerons, jantes et autres pièces aérodynamiques et d'apparence, ainsi que l'éditeur de livrées) et les (fameux) EPI : Equipements de Protection Individuels. Entendez par là, casque et combinaison, que vous allez pouvoir choisir et modifier à vos goûts. Alors que les casques et les combinaisons se gagnent avec le niveau de collectionneur, les jantes et les peintures sont elles toutes disponibles dès le début du jeu. Ce n'est plus une rotation périodique aléatoire qui vous permettra de sélectionner les couleurs à ajouter à votre palette. Tant que vous avez les crédits suffisants, vous pouvez acheter ! Et pour ce qui est des peintures, à utiliser ensuite dans l'éditeur de livrées, vous aurez le choix entre toutes les couleurs des peintures des constructeurs présents dans le jeu, ainsi que des peintures spéciales, aussi bien pour les teintes que pour les aspects.

En plus de passer des heures sur la piste, vous allez aussi passer des heures en dehors. Je ne suis pas un fan de customisation, et pourtant j'en ai passé du temps à tenter de rendre mes voitures plus... comment dire... plus marquantes.
Quoi de mieux qu'un petit tour dans Scapes, l'outil de photographie de Gran Turismo, ou de profiter de la rediffusion d'une course pour faire pause, sélectionner le meilleur moment de la course et prendre une photo de la voiture pour laquelle vous avez pris le temps de parfaire sa plastique ? C'est de la contemplation pure, vous pourriez regarder des rhododendrons pousser que ça serait pareil. C'est beau, et aussi chronophage, pour peu que vous ayez envie d'explorer les différents réglages (nombreux !) et environnements (nombreux aussi !) que Gran Turismo vous propose, pour prendre votre cliché parfait.

Les permis, GT Auto, les performances, ça sent le Gran Turismo des beaux jours à plein nez... A moins que ça ne soit l'odeur de l'huile et du renfermé d'une voiture d'occasion ? Car c'est bien par là que commencera votre périple, par une compacte japonaise d'occasion ! Marqueur incontesté de la licence, c'est une caractéristique forte de la série. Et le vendeur prendra ici toute son importance, puisque les concessionnaires ne vendent plus que des voitures neuves pas plus vieilles que les années 2000. Une Clio V6, une vieille Corvette ou les premières générations de GT-R ne s'y trouveront pas ! A la place, épluchez les petites annonces et croisez les doigts pour qu'elle s'y trouve ! En plus des voitures d'occasion, vous trouverez également un vendeur de voitures de légende. Ce ne sont pas des modèles neufs, mais des modèles prestigieux (Ferrari 250 GT, Aston Martin DB5) ou importants pour une marque (Toyota Supra GT500 de 97) ou les deux (Alfa Romeo Giulia TZ2). Pour ce vendeur, prévoyez un coffre rempli de billets, les modèles vendus y sont généralement chers !

Sinon, pour en revenir à la fin du Café et de ses menus, le jeu a été conçu ensuite comme un bac à sable, dans lequel vous êtes libre de faire ce que bon vous semble : continuer de participer à des courses en solitaire, celles auxquelles vous avez déjà participé ou de nouvelles épreuves qui se sont ajoutées après votre victoire finale. Vous pouvez également choisir de faire vos armes lors de courses en ligne ou de perfectionner votre pilotage en participant à diverses missions qui mettront à l'épreuve vos talents de pilotes.

Et c'est là que je déchante un peu, une fois que les menus sont finis, que le joueur n'est plus pris par la main. J'adorai le système de présentation des épreuves des épisodes précédents : le choix d'un niveau (débutant, professionnel, endurance, par exemple) puis le choix d'un championnat ou d'un ensemble de courses, avec à la clé le plus souvent, une récompense sous forme d'une voiture ou de crédits supplémentaires. Vous aviez les courses pour les tractions, les propulsions, les 4 roues motrices, les voitures à turbo, les voitures à aspiration naturelle, les japonaises, les européennes, bref, j'en passe tellement il en existait. C'est exactement ce qu'on retrouve avec les menus, aucun souci avec ça. Mais une fois la phase de tutoriel finie, tout ceci n'existe plus vraiment.

Déjà, l'accès aux courses se fait par le menu Circuits mondiaux, où au lieu de choisir un niveau pour commencer, vous choisissez directement une zone géographique, puis un circuit. Et vous voyez ensuite quelles sont les courses proposées pour ce circuit en particulier. C'est une façon de faire, que je ne trouve pas logique quand vous avez des courses sur le même thème, sur plusieurs circuits. A vous de chercher pour chaque circuit si le reste des courses y est présent. D'ailleurs, le nombre de courses que j'ai actuellement à ma disposition après plusieurs heures de jeu me semble faible. Et je ne vois aucun nouveau championnat. Ah, et dommage aussi, c'est fini le gain d'une voiture après une épreuve. Bon ok, gagner une voiture après chaque course en permanence ça serait surement abusé. Mais pourquoi ne pas proposer des championnats, avec les courses qui s’enchaînent et la promesse d'une voiture offerte au vainqueur, plutôt qu'uniquement des crédits et des courses à aller chercher à droite à gauche ? J'espère simplement ne pas être assez avancé, ne pas avoir un niveau de collectionneur suffisant pour débloquer la suite. Je n'ai par exemple aucune course disponible sur le circuit du Mans ou à Monza. Est-ce le temps ou mon niveau qui me font défaut ? Je n'ai malheureusement pas la réponse à l'écriture de ces lignes. Soyez certains cependant que je mettrai à jour ce test si je venais à en apprendre plus !

Pour les modes en ligne, Gran Turismo 7 propose sans surprise un mode Sport, qui reprend le concept de son aîné : des courses à heures fixes, des championnats sur plusieurs jours, avec des adversaires qui ont plus ou moins le même niveau de performance et de fair-play que vous. Des sessions étaient organisées à plusieurs reprises pendant la phase de test du jeu, je n'ai malheureusement pas pu y participer.
Vous pouvez également rejoindre des salons créés par les joueurs, ou créer le votre, avec vos propres règles. Du très connu et classique pour un jeu de course.
Nouveauté apportée par GT 7, les Lieux de rencontre, disponibles normalement pour tous les circuits (ce n'était pas le cas lors de mon test, certaines pistes n'en disposaient pas). Les Lieux de rencontre se veulent être des espaces dédiés pour chaque circuit, sur des serveurs hébergés par Sony, sans hôte, où vous rendre pour discuter, montrer votre voiture, rouler avec d'autres joueurs. Sur le papier l'idée est super bonne, vous venez discuter, par exemple pour avoir des conseils d'une portion du circuit avec laquelle vous avez du mal, ou juste pour rouler pour le plaisir d'être à plusieurs sur votre piste favorite. Aucune course ne sera programmée dans ce mode de jeu, c'est vraiment juste le plaisir de partager et de rouler. Dans les faits, j'ai peur que ça tourne vite à la foire au pain d'épices avec des joueurs qui vont surtout venir pour emm... bêter le monde. J'espère que ça n'arrivera pas, parce qu'encore une fois, je trouve que c'est une très bonne idée de mettre ce genre de serveurs en place.
Si vous préférez jouer avec un ami assis sur le même canapé que vous, c'est possible ! Le jeu en écran scindé est disponible depuis le menu du Multijoueur du jeu.

Toujours à propos de jeu connecté, j'attire votre attention sur un détail qui a toute son importance : être connecté à internet en permanence est un prérequis pour profiter de Gran Turismo 7, autrement vous serez cantonnés à des courses avec une sélection de voitures assez maigre.

Si par le plus grand des hasards, vous n'aviez toujours pas trouvé votre bonheur, passez en mode Tom Cruise avec les missions ! Dépassements, drifts, courses de dragster (boîte manuelle obligatoire, aucune aide, bon courage !), économie de carburant, distance parcourue, et j'en passe, vous aurez de quoi faire dans ces épreuves variées et corsées pour obtenir l'or !

En plus de tout ce que vous avez à faire, vous rencontrerez plein de monde, comme Sarah et Luca que j'ai déjà mentionné, mais aussi Andi et Martin que vous croiserez sur la Carte du monde. Vous aurez les conseils avisés de certains vainqueurs des précédentes éditions de la GT Academy, que vous pourrez retrouver à vos côtés sur la piste. N'ayez crainte, leur niveau en course est le même que celui de l'IA, gagner face à leur avatar virtuel est tout à fait possible. Tous ces personnages donnent vie à votre petit monde, très charmant au demeurant, dans lequel vous allez vous promener d'un menu à l'autre pour répéter ce rituel enivrant : choisir sa voiture, la préparer, courir.


Image
Je vous laisse admirer les images pendant que vous digérez toutes les informations que vous venez de lire, avant d'attaquer l'autre mode de jeu de Gran Turismo 7 : le Rallye musical.


Image
Vous vous souvenez des jeux de course d'arcade dans lesquels vous n'aviez qu'une poignée de secondes pour vous rendre au prochain point de passage, engranger quelques secondes supplémentaires, et continuer le plus longtemps possible ? Dans l'idée, le Rallye musical, c'est ça !

Dans les faits : un circuit, trois objectifs de distance parcourue qui détermineront le métal de votre récompense, une chanson. Aller au bout de la chanson n'est pas chose compliquée, à partir du moment où vous roulez proprement, vous verrez l'arrivée. Réaliser l'objectif de distance pour avoir la récompense en or sera une autre paire de manches ! Et que vient faire la chanson dans cette histoire ? Vous aurez le temps de la chanson pour parcourir la distance requise. Et le temps ne s'égraine pas linéairement, mais au rythme de la chanson.

Un passage rapide ? Les noires se transforment en doubles croches ? Votre compteur descendra sur chaque pulsation ! Un moment calme, un peu planant ? Votre compteur sera comme figé dans le temps. Au nombre de six au lancement du jeu, Polyphony Digital prévoit d'en ajouter d'autres pendant la vie du jeu. Une bonne nouvelle tant cette épreuve est à la fois un plaisir et un challenge !



Image
Comme on dit par chez moi, Gran Turismo 7 est un jeu "touffu". En plus de tout ça, vous avez aussi les musées des constructeurs pour en apprendre plus sur une marque, si vous avez besoin d'informations sur un véhicule en particulier, n'hésitez pas une seule seconde à cliquer sur les boutons "en savoir plus" qui sont une mine de connaissances. Une encyclopédie je vous dis ! S'il vous prenait l'envie de laisser tourner le jeu depuis le menu principal sans rien faire, c'est un diaporama de voitures et de faits marquants de notre société dans sa globalité qui défileront devant vos yeux. Oui l'automobile est au centre de tout, mais pas que. Les évolutions technologiques, les personnages historiques sont aussi présentés.

Et la vidéo d'introduction, c'est une tuerie.
Aspect technique du jeu
Image
Parlons sans détour de ce qui crève les yeux : qu'il est beau ce Gran Turismo 7 ! Qui a dit lavabo au fond là ? Blague à part, à défaut de me prendre une claque visuelle à laquelle je ne sais pas pourquoi je m'attendais (le passage PS2 à PS3, je crois que c'est mort, on n'en revivra pas des comme ça), mais visuellement quand même... Punaise...

Le niveau de modélisation des voitures est impressionnant. Regardez les images, vous comprendrez. Sur certains aspects, j'ai vraiment l'impression de voir des pièces imbriquées les unes dans les autres, qui forment un tout, plutôt qu'une modélisation générale. J'espère que vous voyez ce que je veux dire. Observez l'entrée d'air de l'Audi R8 pour saisir ce que j'essaye de vous transmettre, maladroitement.
Du coin d'un œil distrait, ma compagne m'a demandé si c'était une vidéo de vraies voitures ou un jeu. Manette en main, vous savez que c'est un jeu. Mais d'un peu plus loin, l'illusion est parfaite. Impressionnant, encore une fois.

Sur PS5, vous aurez le choix entre deux modes graphiques : fluidité ou Raymond qui trace. Pour les courses, Polyphony Digital conseille d'utiliser le mode fluidité, le ray tracing n'étant de toute façon disponible qu'à certains moments du jeu, comme le garage, les photos et les ralentis. Sans vouloir jouer les rebelles, mais à l'encontre des recommandations, j'ai choisi de jouer avec Raymond. J'avais envie d'avoir la plus belle expérience disponible. Encore une fois, regardez les photos pour comprendre ce qu'apporte cette technologie. C'est absolument bluffant de voir de tels reflets, un tel niveau de détail. Bien qu'elle ne soit pas disponible pendant les courses, vous profiterez malgré tout de très beaux effets pendant la course, de vrais rétroviseurs, pour peu qu'ils soient bien dans votre champ de vision.

Les circuits n'ont pas été négligés : les zones de freinage sont gommées, les vibreurs sont marqués. La piste et son environnement proche sont formidables de réalismes. Les spectateurs dans les tribunes sont encore un peu raides, très stoïques, totalement impassibles à l'action en cours. Au contraire des commissaires, qui eux font correctement leur boulot et agitent drapeaux jaunes, verts et bleus quand c'est nécessaire. Une très bon agrément, appréciable et qui pousse encore un peu plus le réalisme du jeu et son côté "étiquette de la conduite".

Elle a quand même bon dos cette étiquette, parce que même en solo, les drapeaux jaunes peuvent être de sortie, et la règle, c'est la règle : un dépassement sous drapeau jaune, c'est une pénalité. Soit. Par contre, les collisions en piste, ça y va comme au bon vieux temps ! Alors qu'en ligne, c'est une toute autre histoire, méfiez-vous ! L'IA a évolué, c'est indéniable : elle fait plus d'erreurs, sait défendre, sait se montrer plus agressive et à plusieurs reprises, n'a pas hésité à venir me chatouiller le pare-choc pour se faire de la place. Mais elle est toujours aussi lourde : c'est impossible de la faire beaucoup dévier de sa trajectoire ! Vous pouvez lui rentrer dedans alors qu'elle est en fin de zone de freinage alors que vous avez "oublié" qu'une pédale de frein était disponible dans l'habitacle, la collision n'aura que peu d'impact sur les concurrents impliqués. C'est donc le retour des bonnes vieilles techniques : virage en appui sur les adversaires, freinages bourrins et virages contre les murs ! Ne faites pas ça en ligne par contre, vous allez vous faire sortir immédiatement par la peau des fesses, ça serait dommage.


Image
Côté son, c'est pas mal non plus ! Je n'ai pas trouvé l'information pour valider ce que j'avance, mais j'imagine que fidèle à ses habitudes, Kaz a enregistré la plupart des moteurs des voitures modélisées dans le jeu. Et les différences s'entendent, un vrai régal ! Le sifflement des turbos à plein régime qui finissent par se décharger, les compresseurs qui avalent tout l'air qu'ils peuvent, les rapports d'une boîte de vitesses de course qui claquent à chaque passage, les échappements qui crépitent lors des rétrogradages... Que c'est bon tout ça !

Mais tels de vilains petits canards, des sons du passé resurgissent... Ce n'est peut-être pas le cas, mais les bips du décompte avant la course me semblent les mêmes depuis le premier Gran Turismo. Les crissements des pneus sont également tous les mêmes. Des variations se font entendre, mais malheureusement, peu importe que vous rouliez avec des pneus confort ou des pneus de course, les bruits seront les mêmes.

Pour ceux qui jouent avec un casque, vous profiterez d'un très bon rendu audio en 3D, même avec un casque stéréo. Vos oreilles vous aideront à savoir de quel côté se situent vos opposants. Amusez-vous à passer à gauche et à droite des autres pilotes, l'effet est bien retranscrit !

Les musiques sont sympathiques, et je dois bien vous avouer que j'ai rapidement été faire un tour dans les menus pour les couper pendant les courses. Je n'ai rien contre un bon autoradio, mais je trouvais qu'elles me gâchaient un peu le plaisir de la conduite et le plaisir de profiter des sons de la voiture pendant le pilotage.


Image
Entendre que vous perdez de l'adhérence c'est une chose, mais le ressentir, c'est encore mieux, et c'est un travail d'équipe entre les yeux, les oreilles et les mains. A quand un accessoire olfactif qui diffusera la douce odeur du pneu chauffé pour vous dire qu'il faut y aller mollo ? L'utilisation du retour haptique de la DualSense est mis à contribution pour vous faire ressentir la route et le comportement de la voiture. Les passages de rapports sur des boîtes de vitesses de course claquent aussi bien dans les oreilles que dans les mains, les à-coups sont là pour bien vous faire comprendre que vous n'êtes pas là pour le confort. Si le bitume est humide, vous sentirez l'ABS faire des sienne. A ce propos, j'attendais autre chose pour l'ABS. J'imaginais que les gâchettes motorisées seraient parfaites pour retranscrire la dureté d'une pédale de frein qu'on pompe, la mollesse d'un circuit de freinage qui a trop chauffé et qui commence à céder. Et par dessus tout, cette sensation de l'ABS qui se déclenche sous le pied, cette percussion de la pédale à chaque fois que les étriers se desserrent pour libérer les disques et regagner en rotation. J'imaginais pouvoir ressentir ces claquements sous les doigts, la gâchette qui tressaille pour vous forcer à relâcher et éviter le tout droit. A la place ce sont des vibrations du même style, simplement moins violentes et directes que celles que j'attendais !


Image
La spécialité de Gran Turismo, ce sont les courses sur asphalte. Et comme depuis le deuxième épisode de la série, ce Gran Turismo 7 propose des courses sur terre. Pas vraiment du rallye à proprement parler puisque ce n'est pas du contre-la-montre mais bien de la course sur piste en terre avec un ou plusieurs concurrents. La pratique la plus proche serait le rallycross, les circuits courts et la gestion des manches qualificatives et éliminatoires en moins. Malgré une surface théoriquement meuble, au moins un minimum, c'est toujours la même histoire : tout est rigide, beaucoup trop rigide pour que ce soit immersif. La terre et les bordures en herbe ont la même consistance que le béton. Les suspensions des voitures, aussi bien des pickups de plusieurs tonnes ou des voitures de rallye du groupe B sont d'une rigidité inconnue à ce jour. Et lors des sauts, les voitures prennent des angles... Autant qu'une CLK GTR dans la ligne droite des Hunaudières, si vous avez la référence. Pour ne rien arranger, les voitures rebondissent contre les barrières comme des boules de flipper.

Disons que les courses sur terre ont le mérite d'exister et d'apporter un peu de variation dans un monde de bitume...


Image
Je dois vous parler de la météo. Et du cycle jour/nuit. Mais surtout de la météo, parce que c'est un effet "wahou" assuré. Déjà, la pluie peut tomber à tout moment, dans n'importe quelle course. J'en ai eu rapidement lors de mes premiers menus. L'avantage, c'est qu'étant encore avec des pneus sport, la perte d'adhérence était conséquente mais pas non plus totale, je pouvais encore rouler. Quand vous achetez des pneus course, prévoyez aussi les intermédiaires et les pluie !

Plus impressionnant encore que la pluie qui tombe, c'est la piste qui sèche. Elle sèche plus vite sur la trajectoire des voitures, c'est classique et on peut s'y attendre, mais elle sèche aussi plus vite au soleil. Imaginez une ligne droite coupée en deux dans le sens de la longueur, par l'ombre d'une tribune, par exemple. Vous verrez bien la différence entre le côté sec et le côté humide de la piste. Et vous le sentirez aussi ! Si vous aviez le malheur de mettre une roue dans une flaque ou sur une partie encore humide ou mouillée... au revoir l'adhérence !

Pour vous dire à quel point c'est un aspect important du jeu qu'il faudra prendre en compte, vous avez maintenant un petit radar météo dans votre affichage multifonction !



Image
Techniquement, Gran Turismo 7 assure. Pas le moindre problème. La navigation d'un menu à l'autre est fluide, le chargement des courses et des voitures est quasiment immédiat. Un vrai bonheur de ne pas attendre des plombes avant de pouvoir participer à une course. Le SSD a clairement été exploité à merveille. Et dire que nous n'en sommes qu'au début de cette génération de console !
Plaisir à jouer et à rejouer
Image
C'est un Gran Turismo. C'est le pied !


Image
Si vous connaissez déjà Gran Turismo, vous ne serez pas surpris. Vous vous sentirez comme à la maison manette en main, et le plaisir reviendra immédiatement. Vous découvrirez les nouveautés apportées par la DualSense, vous serez peut-être ravis, comme moi, de retrouver deux circuits emblématiques : Deep Forest (malgré un massacre à la fin de la ligne droite opposée) et Trial Mountain. Ils reviennent plus beaux que jamais avec quelques changements au niveau de l'environnement.

Si des DLC sont prévus pour des voitures, j'espère qu'il en sera de même pour les circuits. Je pense par exemple à Grand Valley Speedway qui à mon avis mériterait de faire un retour dans la liste des destinations. Et tellement d'autres !

Si vous ne connaissez pas encore cette série, vous pourrez commencer votre périple avec tout un tas d'aides à la conduite pour appréhender au mieux le jeu. Les permis sont un passage nécessaire mais ils sont une bonne école de conduite, pour le jeu, et pour le pilotage en général.

D'ailleurs, à propos des aides et du feeling général, j'ai l'impression que la barre de réalisme a été poussée d'un cran par rapport à Gran Turismo Sport, que les voitures pardonnent moins facilement, et qu'en contrepartie, des aides supplémentaires sont disponibles. Aides qui seront disponibles soit dans les menus du jeu, soit dans le menu multifonction disponible pendant la course, avec lequel vous pourrez régler la répartition du couple (pour peu que vous soyez au volant d'une voiture 4 roues motrices avec un répartiteur de couple), la répartition du freinage (là encore sous réserve que votre monture mécanique soit équipée d'un répartiteur), mais aussi, et principalement, de la force de la gestion de la stabilité de la voiture, bien pratique sur certains véhicules !

Piloter une voiture dans Gran Turismo 7, c'est mettre à contribution ses mains, ses yeux, ses oreilles. Vos sens sont en alerte, vous apprenez à ressentir la voiture, ressentir la piste. Tour après tour vous améliorez vos trajectoires, vos freinages, vos temps. Les sensations sont uniques, c'est une façon de jouer et de vivre l'automobile que vous ne retrouverez nulle part ailleurs. Tout est fait pour vous maintenir en immersion, en particulier les vues intérieures, quasiment toutes parfaitement jouables (dans certaines voitures de course, c'est chaud quand même !). Sans oublier les bruits des moteurs fidèlement reproduits et les informations transmises par les vibrations. Même si elles ne sont pas aussi poussées que ce que je pouvais espérer, elles sont tout de même utiles pour ressentir ce que font les pneus de votre voiture, réagir et adapter votre pilotage.

Loin d'être un rat de bibliothèque, la dose de savoir mis à ma disposition, sur les modèles, les constructeurs, le tout aussi facilement accessible que l'achat d'une voiture apporte un énorme plus au jeu. Je vous conseille sincèrement d'aller y faire un tour, au moins pour essayer et de vous rendre compte de la mine d'informations mise à votre disposition.



Image
Retrouver des éléments clés de la série, découvrir la carte du monde de Gran Turismo au fur et à mesure de votre progression, voir votre garage qui évolue pour héberger toujours plus de voitures, admirer le cycle jour/nuit et bénéficier d'une météo dynamique au possible, le frisson d'une vidéo d'introduction toujours au top... Pas de doute, Gran Turismo est bel et bien de retour et c'est le pied !
Chasse aux trophées
Image
Avec un total de 54 trophées, platine inclus, Gran Turismo 7 vous offre de quoi faire briller un peu plus vos belles statistiques. Comme souvent, les breloques peuvent être groupées dans des catégories généralistes : les trophées liés à l'histoire que vous débloquerez quoi qu'il arrive pour peu que vous avanciez dans le jeu, les actions spécifiques et les trophées qui s'étalent dans le temps. Si j'étais un brin sarcastique, je vous aurais dit que les catégories sont les trophées très faciles, les trophées incompréhensibles pour ce qu'ils peuvent apporter au jeu, et les trophées très longs et/ou durs.

J'ai l'impression que la liste des trophées est répartie aux deux extrêmes du spectre de la difficulté. Du côté facile du spectre, simplement en faisant ce que le jeu vous demande de faire, vous obtiendrez vos premiers trophées : lancer un menu et le terminer. Du côté difficile du spectre (et j'inclus dedans des trophées chronophages), vous devrez obtenir toutes les épreuves des permis en or, ce qui n'est pas chose facile quand il s'agit de faire un tour propre du circuit de Spa-Francorchamps au volant d'une vieille Porsche sur une piste en train de sécher. Et les 13 191 kilomètres que vous devrez avaler en ligne avec d'autres joueurs présents ne se feront pas en quelques heures ! Ce dernier trophée est long, symbolique puisqu'il s'agit de la longueur du réseau autoroutier allemand, mais n'apporte pas grand chose au jeu de par son côté trop extrême. Je n'en fais même pas autant en un an avec ma voiture...

Au milieu de tout ça, je reste dubitatif sur ce que peuvent apporter certains trophées au jeu, comme devoir acheter dix fois la même voiture. C'est pratique pour rigidifier dix fois le châssis et pour installer dix turbocompresseurs rapidement, éventuellement laver une fois chaque voiture et leur acheter à chacune un jeu de jantes. Malheureusement cela n'apporte rien de plus au jeu. Ce n'est ni un challenge, ni quelque chose de marrant à faire, et je vois mal les joueurs acheter dix fois la même voiture pour en faire dix préparations différentes, surtout quand plusieurs configurations peuvent être sauvegardées pour la même voiture, ce qui évite de devoir racheter les pièces dix fois. Au fait, pourquoi demander au joueur de tomber en panne d'essence ?

Au-delà de ces trophées qui ne me font pas plus d'effet qu'un courant d'air à Madagascar, certains vous permettent quand même de découvrir le jeu sans vous demander de répéter les mêmes actions plusieurs fois (acheter une pièce aérodynamique, élargir la carrosserie, passer au stand pour changer les pneus et faire le plein). D'autres encore présentent un challenge, tout du moins techniquement : gagner une course avec moins de 0,5 seconde d'avance sur votre poursuivant, gagner une course avec plus de 10 secondes d'avance sur le deuxième, remonter 5 concurrents lors d'un tour, par exemple. Ces challenges seront toutefois aisément relevés.


Je trouve la liste des trophées à l'opposé du jeu. Dans les extrêmes, avec des trophées dont j'ai du mal à comprendre la présence. Sans parler du design des trophées qui ne restera pas dans les mémoires. Dommage.
Conclusion
Image
Gran Turismo est de retour avec son numéro 7, et pour fêter les 25 ans de la franchise, c'est un retour en klaxons et rupteurs ! Enfin en fanfare quoi. Le retour d'un mode GT en local, le retour des pièces de performance, le retour des voitures d'occasion, les retours de tracés mythiques de la série, un nouveau mode Café pour se remettre doucement dans le jeu ou pour découvrir ce qu'est Gran Turismo et un peu de l'histoire de l'automobile... Que c'est bon.

Attention, le jeu n'est pas exempt de tout reproche et trimballe toujours les mêmes petites incongruités depuis plusieurs épisodes, comme des adversaires inamovibles ou des courses sur terre pas vraiment à la hauteur des sensations des courses sur asphalte.

Néanmoins, Gran Turismo 7 sait se faire pardonner avec ses carrosseries impeccables, des moteurs qui ronronnent comme jamais et une manette pas en reste pour prendre part à la fête.

Gran Turismo est de retour.
J'ai aimé
  • Modélisation impeccable
  • Les sons des moteurs
  • Les sensations manette en main
  • Le retour des marqueurs importants de la franchise
Je n'ai pas aimé
  • Les courses sur terre
  • L'accès aux courses en passant par les circuits
  • Les trophées
16
Je recommande ce jeu : À tous, Aux fans de la série

Jo-La-Mouche (Jo-La-Mouche)

28
255
807
3396