Gotham Knights

ps5

1
3
8
44
11
3

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 21/10/2022
Genre(s) : Action 
Territoire(s) : FRANCE

851 joueurs possèdent ce jeu
56 trophées au total
0 trophée online
35 trophées cachés
1 DLC

Platiné par : 262 joueurs (31 %)

100% par : 13 joueurs (2 %)


Note des joueurs :
3.5/5 - 11 notes

Note des platineurs :
3.2/5 - 9 notes

Test rédigé par JohnBuckheart le 20-10-2022 - Modifié le 13-11-2022

Introduction

Image

Batman est mort.

C'est ce que nous apprenons ce 21 octobre 2022 sur Playstation 5 en démarrant Gotham Knights. Impossible de ne pas le croire, vous assistez à son décès et à son enterrement dès l'introduction du jeu.

Dernier titre en date portant le symbole du chevalier noir, ce sont les développeurs de Warner Bros. Games Montréal qui sont derrière le projet Gotham Knights, mettant en lumière la Bat-Family plutôt que l'homme chauve-souris. En effet, ce n'est pas un justicier que vous allez jouer cette fois, mais quatre : Nightwing, Batgirl, Red Hood et Robin. Et non, il ne vous sera pas possible de contrôler Batman.

Seul ou à deux via la coop en ligne, c'est à la nouvelle génération de Gotham de sauver la ville d'une hausse de criminalité sans précédent depuis la disparition de leur mentor. Si des super vilains connus viendront forcément mettre le bazar comme à leur habitude, la Bat-Family va devoir se confronter à une organisation très ancienne contrôlant Gotham depuis l'ombre : la Cour des Hiboux. Une société mystérieuse dont même Batman ne connaissait pas l'existence.

Chez PSTHC, nous avons eu la chance de recevoir en avance Gotham Knights. Après des dizaines d'heures de jeu, nous allons vous faire le point sur cette nouvelle aventure à Gotham sans Batman. Mettez votre justaucorps le plus serré et attrapez vos batarangs, il est temps que la Bat-Family reprenne le contrôle de l'ombre.

Sachez que j'ai joué exclusivement Red Hood et qu'en coop, une Batgirl est venue m'aider.
Contenu du jeu
De la Batcave au Beffroi :

Une fois l'enterrement passé, le jeu vous présente vos quatre nouveaux héros. La Batcave étant détruite, vous avez besoin d'un nouveau repaire et le choix se porte sur le Beffroi, un monument de Gotham se situant en plein milieu de la ville. C'est aussi une ancienne base de Batman utilisée de temps en temps dans les comics du héros (justement quand il essaie de former une "Bat-Team").

Une fois votre tout nouveau quartier général dépoussiéré avec l'aide d'Alfred, l'iconique majordome de Bruce Wayne, vous planchez sur la dernière affaire de Batman. Tout le chapitre 1 (nommé "Dossier" 01) vous servira de tutoriel en vous faisant traverser des niveaux linéaires. Vous y ferez vos premières armes en découvrant le système de combat ainsi que les particularités du personnage que vous avez choisi parmi les quatre héros. Notez qu'un mode entraînement sera accessible dans le Beffroi au besoin.

Très vite, vous aurez accès à Gotham. La journée se déroule dans votre petite base pour discuter avec vos coéquipiers, changer de personnage si vous en avez envie, fabriquer de l'équipement et vous préparer à combattre le crime. Dès que vous sortez du Beffroi, c'est pour "patrouiller" de nuit et vous balader dans la ville.


Gotham au cœur du jeu :

Gotham est un nid à crimes. Tous les quatre coins de rues, des gens se font agresser, des banques cambrioler, des flics attaquer. Libre à vous de les aider ou non. De toute façon, tous les 100 mètres, il y a un méchant qui fait un truc de méchant.

À force de frapper du vilain, vous obtiendrez des points d'indice (comme de l'expérience) qui vous serviront à découvrir des crimes prémédités en retournant au Beffroi. Il vous est aussi possible d'interroger n'importe quel criminel en le menaçant afin de savoir quel est le prochain coup prévu pour la nuit.

Tout cela entraîne diverses petites quêtes annexes sur différents thèmes qui se résolvent toutes de la même manière : tabasser tout le monde ou éventuellement être discret pour faire des éliminations façon Batman. Grâce à tout ça, vous gagnerez en quantité astronomique des matériaux plus ou moins rares (blancs, verts, bleus, orange, violets et jaunes) pour vous fabriquer une tenue ou des armes.

En parallèle de tout ça, vous aurez bien entendu les missions liées au scénario mettant en scène, au début, notre chère Harley Quinn, ainsi que l'éternel Pingouin. Enfin, Monsieur Cobblepot, c'est un homme d'affaires, plus un criminel.

Très vite, le scénario tournera ses énigmes sur la mystérieuse Cour des Hiboux, qui semble même effrayer Cobblepot. Sachez que l'univers de Batman est très bien respecté et que les scénaristes ont pu prendre des libertés bienvenues pour adapter l'histoire des Hiboux à leur Gotham Knights. Surtout que pour mettre un peu plus le bazar, la Ligue des Ombres de Ra's al Ghul ne sera jamais loin. Le scénario est un point fort du jeu.

Vous aurez de temps en temps des quêtes annexes qui se débloqueront, mettant en lumière des vilains iconiques de Batman. Vous aurez à vous confronter à Harley, à Mister Freeze et à Gueule d'Argile. Hélas, ce sera tout : peu de méchants connus viendront servir de boss.

Ensuite, si vous visitez un minimum Gotham, regardez bien partout, parce que du collectable, vous allez en avoir à la pelle. Entre deux crimes, il y a des batarangs perdus à ramasser, des caches secrètes de Batman à trouver, du street art à référencer, des fiches de la Cour des Hiboux à chercher et des plaques référençant les lieux iconiques de Gotham à enregistrer. Un "collectathon" ultra basique.

Heureusement, pour vous aider à la tâche, vous aurez la possibilité de jouer en ligne avec un ami. Rien de tel qu'un duo de super-héros pour nettoyer les rues de la ville ou avancer dans le scénario. Attention, la coop n'est pas possible en local, vous aurez forcément besoin du PS+ afin de vous rejoindre entre amis. Et effet, c'est bien uniquement de la coop à deux ! Malgré le fait qu'il y ait 4 justiciers à jouer, vous ne pouvez faire le jeu qu'à 2. À noter qu'un mode "Assaut" doit voir bientôt le jour pour s'amuser à quatre.

Notez qu'une fois tous les crimes résolus pour la nuit, et les scénarios principaux ou annexes suffisamment avancés, vous mettez fin à votre patrouille en retournant au Beffroi. Ce sera ensuite rebelote la nuit suivante avec de nouveaux crimes à éradiquer.

En soit, le contenu de Gotham Knights est assez conséquent. Les activités sont nombreuses, le scénario riche et Gotham est en mode "Monde ouvert" mais pas trop grand. Il y a toujours quelque chose à faire. C'est finalement une formule très classique (et basique) du jeu vidéo que l'on connaît très bien. De plus, avec 4 difficultés différentes allant de très facile à difficile, tout le monde pourra toucher au jeu en avançant au rythme qu'il souhaite. Cependant, il va falloir que l'on se penche sur l'aspect technique du jeu et hélas, il y a beaucoup (trop) de choses à dire.
Aspect technique du jeu
Une ville sans âme :

Nous allons mettre ce sujet immédiatement sur la table puisque cela a fait polémique une semaine ou deux avant la sortie officielle du jeu. Gotham Knights tourne en 30 FPS et ça fait mal pour notre Playstation 5. Forcément, cela se ressent immédiatement en jeu et même si le titre se veut joli, la performance n'est clairement pas au rendez-vous. De plus, graphiquement, il faut souligner quelque chose : Batman Arkham Knights, sorti le 23 juin 2015 sur Playstation 4, est largement plus beau et clairement plus performant.

Si l'aspect graphique peut être amené à débat, puisque cela reste au goût de chacun, il y a un autre point à souligner sur le sujet : Gotham ne ressemble pas à Gotham. La ville de Batman est un lieu sombre, sale, dur et rempli de criminels. C'est une cité qui vous écrase par son imposante posture. À aucun moment nous ne ressentons cela à Gotham Knights. Il n'y a pas cette splendeur sombre et nocturne que l'on connaît bien de la ville. La nouvelle Gotham a été dessinée ici de manière trop carrée, trop colorée, trop clean, trop aérée, trop jeu vidéo classique. Si vous avez fait toute la série Arkham, vous serez forcément déstabilisé en parcourant la ville. Surtout que bon sang, elle est vide ! À part les vilains qui font leur truc de vilain, et les pauvres trois passants qui se promènent, Gotham semble morte.


Des déplacements aberrants :

J'ai envie de vous parler de quelque chose depuis mes premières minutes sur le jeu : on ne peut pas sauter. Nous sommes dans un titre où il faut se déplacer d'immeuble en immeuble tout en combattant des vilains à la pelle, et on ne peut pas sauter. Vous êtes un super héros surentraîné par le légendaire Batman et vous êtes obligé de contourner une table pour attraper un criminel. La touche (croix) ne vous permettra pas de bondir. Difficile à croire pour un jeu PS5 de fin 2022.

Du coup, comment on se déplace en ville ? Avec le grappin. Le grappin. Bon sang ce grappin. Il s'accroche partout, à tout va et dans une animation étrange. Ajoutez à cela une caméra complètement aux fraises qui s'en va dans tous les sens et qui se bloque toujours aux endroits que vous ne voulez pas.

De plus, vous pouvez très bien envoyer par erreur votre grappin derrière vous parce que ce dernier a décidé de se positionner sur le bâtiment arrière plutôt que face à votre personnage. Un grappin qui a été mis sur la touche (L1) : vous passerez votre temps à vous tromper en actionnant (R1). Ce n'est pas du tout l'idéal pour jouer. Sans parler que pour que votre personnage se mette à courir, il faut actionner (L3). Contre intuitif aussi et bien entendu, vous ne pouvez pas paramétrer votre manette autrement.

Je vous rappelle aussi que le déplacement en planant, c'était pour Batman. Ici, c'est le grappin et éventuellement, un déplacement spécial propre à chaque personnage en réalisant une mission annexe. Dans le cas de Red Hood, il obtient le "Bond mystique". En maintenant (R2) dans les airs, il va bondir comme un lapin. J'aurai préféré une cape ou un planeur, surtout que ce bond mystique n'est clairement pas agréable à utiliser, comme le grappin. Je vous laisse alors imaginer le ridicule dans la situation quand vous allez débloquer les contre-la-montre liés au bond mystique façon "course à anneaux de Superman 64".

Heureusement, vous débloquerez des déplacements rapides sur la carte en avançant dans le scénario, cela rendra un peu plus simple votre évolution dans Gotham. On vous fait miroiter un planeur high-tech de fou alors que cela ne servira qu'à vous téléporter à des points clés sur la carte. Attention, il y aura quand même une quête fastidieuse à compléter pour débloquer les points de déplacement instantané, c'est-à-dire pirater des drones dans des lieux précis.

Oh ! Et nous n'avons pas parlé du Batcycle, votre moto personnelle que vous pouvez appeler un peu partout dans Gotham avec (haut). Elle est d'une lenteur monstrueuse avec zéro sensation de vitesse, tout en cumulant la lourdeur d'un tank dans les contrôles. Sachez aussi qu'elle est invincible, que rien dans le décor ne vous éjecte et rien ne peut se casser à votre contact, ce qui rend l'expérience très étrange. Vous allez préférer vous déplacer avec le grappin.


Un gameplay rigide :

Hélas, il n'y a pas que les déplacements qui sont aberrants, vous avez aussi le droit à un gameplay spécial : il réussit l'exploit d'être mou et rigide à la fois. Mou parce que c'est à peine si vous avez des combos à faire. Personnellement, j'ai joué Red Hood et il suffit de marteler (carre) au corps à corps et (triangle) afin de tirer à distance. Aucune subtilité ni gadgets spéciaux à utiliser, marque de fabrique à l'origine de Batman.

Ajoutez à cela que la difficulté ne change que la quantité de coups à mettre pour vaincre les ennemis (et le nombre de coups à prendre pour mourir). Vous avez des capacités spéciales qui se débloquent via le scénario et à utiliser avec une jauge "d'élan", mais comme ce n'est que de temps en temps, vous n'allez pas faire énormément varier le gameplay. Concernant la rigidité, il faut y jouer pour s'en rendre compte : nos personnages sont raides, la caméra ne se met pas toujours au bon endroit et il est difficile de réellement savoir quel adversaire a prévu de vous attaquer.

Forcément, nous sommes obligés de penser à la série Batman Arkham où le système de combat était d'une richesse rare. Gotham Knights rate le coche ce coup-ci, surtout quand on pense à la possibilité d'infiltration. Vous allez très vite oublier cette partie du jeu tellement on a l'impression que rien n'est pensé pour ça. Tous les ennemis sont toujours par paquet et très rarement une pièce est pensée pour de l'élimination discrète. Autant foncer dans le tas pour combattre, cela sera bien plus efficace.


Encore un RPG-light avec un monde ouvert vide :

Tous ceux qui ont joué aux jeux Ubisoft ces dix dernières années savent déjà de quoi je vais parler : les light-RPG. Vous savez ? Votre personnage monte de niveau, vous avez des points de compétence, des équipements à fabriquer avec des matériaux random, des coffres posés ici et là sans aucune raison, des ennemis avec une barre de vie et surtout, que des adversaires qui voient leur niveau évoluer en même temps que le scénario.

Ajoutez à tout cela les collectables à outrance sur un monde ouvert rempli d'activités se limitant à 90% à vider la barre de vie des ennemis, nous ne pouvons que constater avec effroi que Gotham a été standardisé à la recette du jeu vidéo actuel que l'on nous fait manger à chaque repas depuis quelques années.

Terminé la subtilité du gameplay façon Arkham, dans Gotham Knights, il vous suffit de monter de niveau tout en craftant la dernière arme lootée sur n'importe quel ennemi pour rouler sur le jeu. Si en plus vous mettez la partie en très facile, vous pourrez profiter pleinement du scénario proposé (qui est heureusement de qualité) sans être gêné par le moindre adversaire.

De ce fait, à quoi bon faire venir un ami sur votre partie pour aider ? Augmentez au moins la difficulté, ce qui rendra les ennemis plus résistants avec beaucoup plus de points de vie. Cependant, le système de combat étant moyen et les crimes en grand nombre très répétitifs, l'ennui risque de vite pointer le bout de son nez. C'est là que l'on en vient à parler de la section plaisir de jouer.
Plaisir à jouer et à rejouer
Les sujets qui fâchent :

Pour commencer, le gameplay de Gotham Knights est fade et dès les premières heures de jeu, on se rend très rapidement compte du gouffre entre ce jeu et la série Arkham (la comparaison est obligatoire, même si ce ne sont pas les mêmes équipes de développement). Rien que la lourdeur des personnages va vous marquer immédiatement.

Ensuite, vous avez un monde ouvert que l'on pense très actif avec l'idée des crimes à répétition chaque nuit, mais la vérité est aussi obscure que la Cour des Hiboux. Vous allez vous ennuyer au bout d'une dizaine de nuits terminées. Exemple : à côté du Beffroi, il y a une banque. Cinq nuits d'affilés, et je dis bien cinq nuits d'affilés, cette même banque s'est faite attaquée de la même façon et dans les mêmes conditions. À se demander comment ils arrivent à réparer la porte du coffre à chaque fois. Et sachez que ce ne sera pas le seul lieu que vous referez en boucle.

Cet exemple souligne en plus l'absence d'intérêt de jouer en infiltration. Pour ce crime, vous pouvez accéder à la banque en fonçant dans le tas ou en passant par les conduits d'aération. En vous la jouant discret, vous voyez où sont positionnés les ennemis mais à peine vous assommez le premier garde que les autres percent le coffre. L'objectif de la mission étant de les empêcher de prendre l'argent pour le mettre dans leur camion, et comme ils courent dans tous les sens pour cela, impossible de ne pas se la jouer Red Hood, à savoir bourrin. Et c'est comme ça pour la très grande majorité des crimes ou des missions.

De plus, lorsque l'on se rend compte de la quantité de collectibles à chercher, sans indications sur la carte pour les trouver, vous n'allez clairement pas vouloir fouiller Gotham, sauf si vous souhaitez vous rendre compte à quel point il n'y a rien à faire. Spider-man, qui emprunte énormément de la formule d'Arkham, et qui aime beaucoup son monde ouvert avec les activités à répétitions, fait ça largement mieux et de manière bien plus agréable.


Le plaisir du jeu :

Vous vous tournerez donc vers le scénario principal et éventuellement les quêtes annexes liées aux super vilains que l'on connait bien. Le point positif, c'est l'intérêt du scénario, surtout de l'aventure principale. L'écriture est travaillée et nous pouvons souligner un doublage français agréable. Pour le contenu annexe, vous ferez la rencontre de Mister Freeze, Harley Quinn et Gueule d'Argile comme boss secondaires (il manque quand même beaucoup de monde). Ensuite diverses têtes connues de l'univers de Batman se montreront régulièrement pour vous parler (Fox, Alfred, Montoya, Cobblepot, Talia al Ghul, etc.).

L'énorme avantage du jeu, c'est sa fidélité et son détail dans le produit d'origine. Le Lore des personnages est respecté tout en ajoutant une nouvelle patte scénaristique à la tentaculaire aventure de la Bat-family. Le jeu assume pleinement la mort de Batman et cet aspect pousse la narration à revoir la copie habituelle que l'on nous sert sur ce super-héros. Donner la possibilité de jouer Nightwing, Red Hood, Batgirl ou Robin est un vent frais bienvenu et clairement, c'est justement cet élément qui va vous donner envie d'aller au bout de l'aventure, simplement pour savoir ce qu'il va arriver à votre équipe. Certaines conversations ne s'enclenchant que si vous contrôlez tel ou tel personnage.

Notez tout de même que la formule proposée par Gotham Knights étant très classique, vous ne serez pas dépaysé par ce qu'il y a à faire. Le jeu reste totalement jouable sans problème, malgré ses 30 FPS, et vous pouvez faire une partie avec un pote. Avouons-le, simplement pouvoir fracasser du vilain avec des amis, ça a quelque chose de très plaisant. Notez qu'il faut au moins terminer le chapitre 1 pour débloquer le mode en ligne.

Par ailleurs, jouer entièrement à deux permet aux deux joueurs d'avancer ensemble vers le platine. Les trophées tomberont pour l'hôte comme pour l'invité. De plus, les stats du joueur 2 seront basées sur celles du joueur 1. En tant qu'hôte, vous pouvez être niveau 30 et votre ami niveau 5, le jeu s'adaptera pour que vous frappiez à la même force. Le joueur invité gagnera énormément de points d'expérience de cette manière.
Chasse aux trophées
Passons outre les habituels trophées liés à l'histoire et plongeons dans le vif du sujet. Pour commencer, vous allez devoir terminer les quêtes annexes liées à Harley Quinn, Mr Freeze et Gueule d'Argile, ce qui étoffe un peu plus le lore du jeu, tout ça principalement pour (Argent) La fin d'une époque

Ensuite, sachez que vous allez passer énormément de temps à Gotham à cause de (Or) Surveillance rapprochée. Il faudra arrêter le nombre astronomique de 250 crimes. Vous serez loin du compte en terminant entièrement l'histoire mais de toute façon, sachez que des crimes, il vaut mieux en faire beaucoup. Pourquoi ? Parce qu'il y a des trophées qui réclament de mettre K.O. un certain nombre d'ennemis précis. Il y a différents groupes de vilains à Gotham : "Parias", "Mafieux", "Hiboux", etc. Chacun d'entre eux se situe à des endroits précis de la ville et ils ont des membres spéciaux. Par exemple, chez les Mafieux, il y a des "Marraines", sortes de géantes frappant assez fort. Il faudra éliminer 30 d'entre elles. Chaque groupe possède un trophée du genre, mention spéciale pour (Bronze) Pas d'ergotage et ses 40 Ergots féroces, 25 Ergots gladiateurs et 15 Ergots chasseuses à vaincre. Bref, cela va prendre beaucoup de temps.

Toujours côté crime, il faudra faire en sorte au cours d'une nuit de tous les éradiquer pour (Argent) Vigilance extrême. Rien de bien compliqué : interrogez les ennemis à coups de poings jusqu'à ce que la carte n'affiche plus de nouveaux crimes. Terminez tous ceux en cours et le tour sera joué.

De toute façon, sachez que vous allez devoir cumuler beaucoup de points d'expérience. En vue de (Or) Disciple exemplaire, vous devrez atteindre le niveau maximal. Cela permettra au passage de débloquer entièrement votre arbre de compétence pour (Bronze) Digne succession ainsi que de gagner facilement des matériaux rares en combat. Ces derniers vous serviront alors à fabriquer des équipements légendaires en vue de (Argent) Un peu de tenue.

D'ailleurs, côté équipement, vous verrez que vous pouvez rendre plus puissantes vos armes et vos tenues grâce à des "mods" récupérés sur les ennemis. Vous en aurez beaucoup sans problème, pensez juste à les fusionner régulièrement. Le trophée (Bronze) Pro de la fusion demande d'effectuer 50 fusions, ce qui va réclamer au moins 200 mods pour ça.

De toute façon, comme vous serez en ville, profitez pour faire du "collectathon". Vous allez courir à tout va pour ramasser chaque collectable disponible dans le jeu. Entre les enregistrements audio cachés de Bruce, les fresques murales, les monuments de Gotham City, les batarangs cachés et les pages du Historia Strigidae, vous allez frôler l'overdose de collectables.

Variez un peu les plaisirs en effectuant les courses d'anneaux du Batcycle, les quêtes de protection de l'identité de Batman et les missions d'entraînement de votre personnage. Chacune de ses choses possède un trophée et tout se fait tranquillement : il n'y en a pas trop et ça se débloque au fur et à mesure du jeu.

Vous verrez aussi que vous avez une catégorie "défi". En vue du platine, il faudra en faire au moins 50. Sachez qu'il n'y aura rien de compliqué et que vous risquez de le faire tomber sans faire exprès tellement les défis englobent énormément de choses (fabriquer des équipements, terminer des entraînements, avancer dans l'histoire, arrêter des crimes, etc.).

En somme, la chasse aux trophées n'a rien d'exceptionnelle et elle souligne la lourdeur du gameplay : vous allez combattre encore et encore en boucle des ennemis, et vous allez perdre votre temps à ramasser des collectables à tout va qui ne sont même pas affichés sur la carte. Si le platine n'est pas compliqué puisque vous pouvez tout faire en mode très facile, il risque d'être assez long à débloquer. Heureusement, vous pouvez jouer avec un ami, dont les trophées tomberont en même temps que vous. Ainsi, vous pouvez vous séparer pour terminer des crimes chacun de votre côté : ça ira deux fois plus vite et vous gagnerez deux fois plus d'expérience de cette façon. Si vous êtes joueur solo, vous allez devoir prendre votre mal en patience. Ce ne sera pas un platine très intéressant, dommage.
Conclusion
Gotham Knights rate le rendez-vous. En passant après l'excellente série des Arkham, l'attente des fans est forcément grande et on se retrouve hélas avec un light-RPG/action-aventure/monde ouvert à collectibles extrêmement classique sur lequel on a appliqué l'univers de Batman.

Heureusement, ce monde issu des comics de DC est très bien respecté, avec une histoire agréable et du fan service de qualité. De plus, c'est un plaisir de pouvoir jouer la Bat-Family plutôt que Batou. Un point fort non négligeable mais qui ne risque pas de suffire pour balayer l'ennui qui s'installe après quelques nuits à patrouiller dans Gotham.

Le gameplay se veut trop lourd, avec un système de combat mou manquant d'intensité et des personnages assez rigides. Nous sommes à des années-lumière de la richesse du gameplay des Arkham. Il manque une véritable touche de folie dans le matériau proposé pour se démarquer réellement.

Le plaisir du jeu sera forcément dans le fait de jouer avec un pote afin de tabasser du vilain à chaque coin de rue, et pour les plus courageux, l'énorme quantité de collectables à ramasser permettra de gagner quelques bonus sur le Lore. Surtout que le platine va vous faire rester plus longtemps que nécessaire.

Gotham Knights a du potentiel, mais il restera un jeu de plus dans notre bibliothèque qui ne nous marquera que parce que Batman est mort et que le titre a su mettre un peu en avant la célèbre Cour des Hiboux. Un jeu bien trop classique et standardisé que nous avons déjà vu tant de fois sur nos consoles.

Image
J'ai aimé
  • La fidélité et le respect envers l'univers de Batman
  • Tout le titre jouable avec un ami en coop
  • Le scénario agréable
  • Jouer la Bat-Family
  • Les nombreux costumes à personnaliser
Je n'ai pas aimé
  • Batman à la sauce light-RPG
  • L'overdose de collectibles
  • La répétitivité et la redondance des crimes, ainsi que du jeu en général
  • Un système de combat rigide et ennuyeux
  • Peu de boss et pas assez de super-vilains emblématiques
  • L'infiltration mal pensée pour le titre
  • Le Batcycle aussi lourd et lent qu'un tank
  • Où est la touche saut ?
11
Je recommande ce jeu : Aux habitués des 100%, Aux fans de la série

JohnBuckheart (JohnBuckheart)

498
2407
4782
12375