Forspoken

ps5

1
2
12
47
13
3

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 24/01/2023
Genre(s) : Action , RPG
Territoire(s) : FRANCE

1585 joueurs possèdent ce jeu
62 trophées au total
0 trophée online
34 trophées cachés
1 DLC

Platiné par : 529 joueurs (33 %)

100% par : 118 joueurs (7 %)


Note des joueurs :
4.3/5 - 19 notes

Note des platineurs :
4.1/5 - 15 notes

Test rédigé par Alysteria le 11-02-2023 - Modifié le 12-03-2023

Introduction

Image

Forspoken (connu aussi sous le nom de Project Athia), un jeu orienté Action | RPG en monde ouvert, développé par Luminous Production et édité par Square Enix, est sorti le 24 janvier 2023 sur PlayStation 5.

L'histoire prend place à New-York et on y suit les aventures de Frey Hollande, une orpheline qui essaye tant bien que mal de survivre dans les rues de la ville. Sa délicate situation l'a transformée en voleuse aguerrie et c'est ainsi qu'elle est perpétuellement mêlée à la justice. Après avoir reçu une sentence bonbon à cause du temps des fêtes, elle se retrouve néanmoins dans le pétrin avec un gang local qui la poursuit sans relâche. De retour à son appartement piteux, elle y rejoint son chat Homère. Ce n'est très vite qu'elle se retrouve à la rue ; le gang s'est vengé en flambant son chez soi.

Elle abandonne son chat et décide de poursuivre son rêve ; sortir de la ville à tout jamais. En s'infiltrant dans une bâtisse abandonnée, son oeil s'accroche sur un bracelet étincelant. Dès que ses doigts touchent le métal, une sorte de portail magique apparaît et l'aspire vers un autre monde fantastique.

Ce n'est qu'après que commence la véritable aventure de notre héroîne.
Contenu du jeu
La quête principale de Forspoken est commune à ce qui a déjà été proposé dans d'autres jeux semblables ; l'héroïne débarque dans Athia, un monde dévasté par la Brume. Pour entrer chez elle, elle comprend vite qu'elle doit confronter les Tanntas, les antagonistes puissantes qui semblent être à l'origine du chaos. Du classique, donc.

Ajoutons à cela des dialogues prévisibles et beaucoup de ''Captain Obvious'' et de mots vulgaires à n'en plus finir. On n'a pas forcément l'impression de suivre la route d'une jeune femme de 21 ans, qui manque d'ailleurs cruellement de charisme. La personnalité des personnages secondaires est fade et leur récit reste toujours dans la même qualité que l'histoire, soit rien d'extraordinaire.

Le scénario est divisé en plusieurs chapitres distincts ; certains vous feront découvrir le gigantesque monde d'Athia tandis que d'autres se focaliseront davantage sur les cinématiques et la ville principale de Cipal. En parallèle à la quête principale, il y a des courtes quêtes secondaires, beaucoup de zones peuplées de monstres à explorer (des caves, des forteresses, des labyrinthes, des ruines, des villages, etc.) et une tonne de collectibles à récupérer pour le platine : les défis de guilde où vous devrez vaincre un certain nombre d'ennemis dans un temps imparti, des reliques de Tanntas, la majorité des coffres qui mettent un terme à l'exploration d'une zone, etc. La progression de l'histoire et la complétion de certains points d'intérêt feront également avancer votre personnage ; de nouveaux sorts viendront se greffer à votre arbre de compétences au fur et à mesure.

En parlant de sorts, soyez rassuré ; vous pourrez profiter d'une panoplie de sorts les plus époustouflants les uns des autres. En tout, vous aurez accès à quatre arbres de compétence qui vous présenteront chacun des sorts offensifs (corps-à-corps, à distance, etc.) , défensifs (un bouclier, une plante qui entrave vos ennemis, etc.) et de déplacement (parkour magique ultra rapide, s'élancer dans les airs avec une sorte de grappin en feu, etc.) que vous pourrez profiter autant dans l'exploration du jeu que dans les divers combats que vous devrez faire face.

Le bestiaire du jeu est assez bien travaillé. Certes, au début de la découverte d'Athia, les mêmes monstres reviennent toujours, mais une fois qu'on est bien lancé, c'est là qu'il est possible de remarquer que le bestiaire est varié et joli.

Attention cependant, le véritable potentiel du jeu ne se met en route qu'à partir de la moitié de l'histoire, que ce soit dans l'exploration ou dans les combats. Dès que votre quête principale est avancée, vous pourrez enchaîner des combos infernaux à l'aide d'une multitude de compétences, ce qui rend le gameplay beaucoup plus dynamique et plaisant.

Le monde ouvert est tellement immense qu'il est difficile d'y trouver un sens à toute l'exploration des points d'intérêt qui se ressemblent tous plus ou moins ; soit de battre majoritairement des monstres. Néanmoins, il est possible d'y chercher un certain plaisir avec le parkour magique qui se veut fluide, assez jouissif et magnifique.

En termes de difficulté, le jeu propose un mode d'accessibilité avancé de même qu'un mode facile si vous voulez seulement profiter de l'histoire et des combats sans prise de tête (et d'adoucir votre chasse au platine). Il y a aussi un mode normal et difficile pour les plus audacieux. Autrement dit, le jeu peut être joué par tout le monde.
Aspect technique du jeu
Globalement, les contrées d'Athia sont jolies, mais on pourrait s'attendre à mieux pour du next-gen. Il y a quatre continents et chacun propose un paysage complètement différent des autres. Dans un même continent, les décors ne sont pas répétitifs même s'il y a bien un thème central de design et on n'a pas l'impression que chaque zone visitée est recyclée. Si on cherche bien, il y a des endroits vraiment impressionnants à regarder.

La modélisation de Frey a été très bien exécutée, assez pour qu'on y voit une différence entre elle et les autres personnages qui nous sont présentés. En effet, les visages des personnages secondaires s'apparentent un peu à une pierre, soit très statique.

La prise en main du jeu n'est pas évidente au début, car il faut bien utiliser les subtilités des gâchettes pour arriver à sortir les sorts que l'on veut. Le déplacement dans les menus du jeu ou encore sur la carte n'est pas intuitif. Il faut y mettre un peu d'effort pour passer d'une compétence à l'autre. De façon générale, j'ai trouvé que le design ovale des menus principaux n'était pas très adapté à utiliser pour un jeu vidéo.

La bande sonore du jeu colle parfaitement à l'environnement et elle est parfois enivrante. Seul bémol, c'est la musique thématique lorsqu'on démarre le jeu et qu'on fait place dans le menu principal. Elle semble tout droit sortie d'ailleurs.

Personnellement, je n'ai pas rencontré de freeze ou de bug. Il m'a seulement semblé étrange que l'action de faire du parkour magique ne s'arrête qu'après quelques secondes une fois qu'on a lâché la touche. Autre point à mentionner, c'est l'itinéraire que nous devons suivre lorsque Krav nous aide... Il arrive souvent que le chemin magique passe dans une porte qu'on ne peut pas ouvrir.
Plaisir à jouer et à rejouer
Il est difficile de s'immerger dans Forspoken tant la narration reste à désirer et qu'il n'y aucun élément addictif pour nous aider à vouloir tout découvrir de Athia. Si le système de combat est sympa, il faut savoir que les mécaniques de jeu restent simples et qu'il est facile de surmonter n'importe quel obstacle. Ce faisant, il n'est pas forcément nécessaire de progresser dans les compétences ou la fabrication/amélioration d'équipement pour ne pas avoir de mal à finir le jeu. Autrement dit, l'évolution de Frey n'est pas essentielle à l'exploration, ce qui rend les points d'intérêt un peu inutiles à visiter.

Pour certains, vous y trouverez assurément du plaisir dans le système de combat : des tonnes de sorts qui apportent une claque visuellement et qui permettent d'enchaîner des combos chaotiques et variés aux monstres qui voudront votre peau à l'aide des quatre arbres de compétence (qui peuvent tous être utilisés lors d'un même combat).

Pour un Action | RPG, le jeu est étonnament plutôt court. On parle d'environ une dizaine d'heures en ligne droite pour terminer la scénario principal. À ce chiffre, ajoutez au moins une trentaine d'heures pour clôturer l'obtention de tous les trophées.

En toute honnêteté, j'adore habituellement ce type de jeu, mais je n'ai pas accroché, que ce soit pour la narration, le système de combat ou encore l'exploration. J'ai plutôt aimé le parkour magique, mais avec un monde ouvert assez vide, ça devient ennuyeux de se promener dans les décors.
Chasse aux trophées
Pour prétendre à l'obtention du platine de Forspoken, il faudra compléter tous les chapitres du jeu, toutes les quêtes secondaires « Détours », obtenir 230 collectibles, avoir 80% des archives et visiter au moins 100 points d'intérêt. À noter que les collectibles ne sont pas de simples coffres, mais plutôt des mini activités où vous devrez majoritairement combattre des monstres.

En terminant la quête principale, vous aurez accès à 105 sorts différents – que vous acheterez avec du mana (3 200 requis), et pour chacun d'eux, vous devrez réussir le défi qui leur est propre afin de l'améliorer. Autant vous dire que la quête du platine vous demandera beaucoup de farming intempestif et de tuer une panoplie de monstres – une tâche extrêmement répétitive à la longue.

Force est de reconnaître que les trophées demandent presque de finir l'intégralité du jeu, mais c'est un monde ouvert, on pourrait s'y attendre que ce serait aussi rébarbatif.

Pour conclure, le saint Graal ne sera pas une partie de plaisir à atteindre.
Conclusion
Forspoken nous invite dans un monde ouvert joli, mais un peu sans vie en suivant une héroîne qui peut manier une grande variété de sorts magiques. Le système de combat est visuellement impressionnant et vous permet d'enchaîner des combos monstrueux, mais c'est surtout le parkour magique dans les contrées qui sera certainement apprécié. Si vous aimez vaincre des monstres à n'en plus finir sans trop s'attacher à un scénario ou à des dialogues bancales, c'est pour vous !
J'ai aimé
  • Monde ouvert grandiose, mais...
  • Effets visuels époustouflants (parkour, sorts)
  • Expérience globalement assez fluide
  • Variété de sorts magiques
Je n'ai pas aimé
  • ... sans valeur ajoutée et plutôt ''sans vie''
  • Scénario commun, sans originalité
  • Dialogues prévisibles
  • Manque de lisibilité aux phases de combat
  • Personnalité des personnages plutôt fade
  • Quêtes secondaires et points d'exploration insipides
  • Courte durée de vie (12h pour l'histoire principale)
13
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux curieux

Alysteria (Seiryca)

51
234
520
1375