Dungeons & Dragons : Dark Alliance

ps5

1
2
12
34
11
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 22/06/2021
Genre(s) : Action 
Territoire(s) : FRANCE

97 joueurs possèdent ce jeu
49 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 18 joueurs (19 %)

100% par : 18 joueurs (19 %)


Note des joueurs :
2/5 - 1 note

Note des platineurs :
2/5 - 1 note

Test rédigé par AntoineTyrex le 20-07-2021 - Modifié le 20-07-2021


Introduction

Image

Dungeons & Dragons, souvent abrégé en D&D, est une licence phare de l'éditeur Wizards of the Coast, car en tant que l'un des premiers jeux de rôle sur table, il béneficie d'une aura toute particulière pour des millions de personnes dans le monde. C'est d'ailleurs une des rares licences dans le monde dont nous aurons tous entendu parler au moins une fois au détour d'un jeu, d'un film ou encore d'un livre. C'est donc assez surprenant que la licence n'ait pas donnée lieu plus tôt à un jeu de rôle sur nos consoles actuelles.

D&D Dark Alliance, développé par Tuque Games, est donc sorti sur nos consoles actuelles avec pour objectif de proposer leur version de l'action RPG en coopération. Vous proposant d'incarner les héros des livres de R.A Salavatore, vous aurez fort à faire seul ou accompagné avant de pouvoir terminer le titre. Véritable fils spirituel des Baldur Gates: Dark Alliance sortis en 2001 et 2004, le titre est-il à la hauteur de ses ambitions?
Contenu du jeu
Qui dit grande licence, dit grandes attentes. Il faut donc du contenu solide pour faire honneur à tout le lore D&D, et proposer des choses vraiment innovantes pour se faire une place dans le monde un peu trop embouteillé des actions RPG.
Quatre héros, qui ont vraisembablement déjà combattu ensemble des dizaines de fois, ont pour mission de protéger la région Valbise contre une attaque de gobelins et d'orques, à la recherche d'une puissante relique. Pour les fans de cet univers, l'histoire se situe après les événements de L'Éclat de Cristal (le dernier tome de la saga La Légende de Drizzt) et fait référence à de multiples reprises à l'univers D&D.

Un jeu mi-figue, mi-raisin

Sur le papier, tout est réuni pour passer un excellent moment. 4 personnages de classes différentes (le nain guerrier faisant office de Tank, l'elfe noir priviligeant les attaques rapides, l'archère et les attaques à distance, et enfin le barbare avec une frappe d'attaque plus importante) sont sélectionnables dès le départ. Premier bémol : aucune possibilité de personnalisation n'est offerte. S'il est évidemment plaisant de jouer des personnages ayant un réel background et une personnalité, nul doute que le design des personnages ne plaira pas à tout le monde. Les personnages semblent beaucoup trop génériques pour réellement s'y attacher, et c'est plutôt leur gameplay qui dictera votre choix. Une fois la première cinématique passée, c'est un peu la douche froide. Un hub central permettra à nos héros de se réunir et de choisir les missions. Alors qu'il est censé être un endroit animé, son level design inutilement espacé et le manque de vie à l'intérieur en font un endroit austère et inutile. Le jeu aurait gagné à proposer un menu direct afin d'éviter les déplacements répétitifs à l'intérieur de ce hub.

Le but de chaque session est simple : traverser les niveaux afin de vous confronter au boss final. Le principe est efficace, et le jeu a l’intelligence de proposer des sessions ni trop longues ni trop courtes afin de ne pas lasser le joueur. Les niveaux se ressemblent hélas beaucoup, et aucun environnement n’est suffisamment épique pour retenir l’attention. Il y a parfois quelques énigmes qui pimentent l’avancée des joueurs, et à défaut d’être originales, elles sont suffisamment bien dosées pour ne pas freiner la progression des différents joueurs. Mais chaque partie finit par se ressembler tant la construction des niveaux est la même, et nous aurions peut-être préféré l’introduction de nouveaux mécanismes de gameplay tout le long de l’avancée : ici vous aurez à peu près tout vu dès les premiers niveaux terminés, et la possibilité de changer la difficulté de la mission lors du choix de celle-ci (échelonnée par niveaux de difficulté) afin d’accroitre le loot et l’expérience glanée n’affecte hélas que la difficulté des ennemis et leur nombre. Une fois le bon équipement trouvé et les bonnes compétences débloquées, le jeu ne proposera rien d’autre que de l’ennui, et vous ne serez pas surpris de voir de nombreux joueurs aller directement au boss de fin en évitant les ennemis justes pour avoir la récompense de quête.

Le principal défaut du jeu est donc perceptible dès les premières minutes : le jeu ne cesse de souffler le chaud et le froid dans tous les domaines, et les bonnes idées côtoient souvent une réalisation bancale. 4 personnages est un bon postulat de départ, mais pourquoi avoir négligé une classe magique ? C’est la même chose au niveau de la scénarisation des quêtes : la cinématique d’introduction promet de grands moments, et pourtant la mise en scène in game ne décolle jamais, au point de ne plus faire attention du tout à l’histoire du jeu. Les boss ne sont pas vraiment mis en valeur, et leur design ne leur rend pas suffisamment hommage. Pourtant la présence d’ennemis plus puissants (semi boss) dans les niveaux, plusieurs chemins possibles pour arriver à la fin du niveau, ou encore la présence d’artefacts à collectionner et de coffres à ouvrir promettaient vraiment de très grandes choses. Le « oui, mais… » est constamment en vigueur dans ce jeu, et il sera vraiment difficile de pardonner de tels écueils pour les joueurs exigeants.

Mais quid de la partie RPG du titre ? Là-dessus, c’est le strict minimum : vous pourrez obtenir de meilleurs équipements in game avec des degrés de rareté différents, obtenir des compétences et améliorations grâce à des points de compétence, améliorer votre arme chez le marchand, et c’est tout. La présence d’une barre d’endurance lors de la course et l’utilisation de compétences fera vite enrager de nombreux joueurs tant elle se révèle handicapante lors des combats, même si elle permet d’ajouter une pointe de difficulté aux nombreuses rixes. Le lore du jeu pouvait donner lieu à des scènes beaucoup plus épiques, avec pourquoi pas de vrais combats de fort ou autres, ou des scènes entre les personnages autre que les simples dialogues in game proposés ici et là.
Le rapport à la licence D&D est lui assez bien traité et plaira aux fans qui retrouveront l'univers des livres. Mais n'emerveillera pas les autres, vu que c'est l'action qui prime ici tout le temps, et qu'on déplorera vite de ne pas avoir plus facilement accès au lore de la franchise par le biais de glossaires, artwork ou autre bonus. Une personne ne connaissant pas la saga des livres saura apprécier l'univers, sans pour autant en retenir quelque chose une fois la manette reposée.

Seul, le jeu aura du mal à convaincre les joueurs. Mais l’expérience a avant tout été façonnée pour le multijoueur. A ce niveau, le pari a-t-il été réussi ?

Un multijoueur soigné

Oui. Le pari est tenu, et le multijoueur est suffisamment plaisant pour retenir l’attention des joueurs les plus difficiles. Alors certes les interactions entre joueurs sont réduites au strict minimum, mais le matchmaking est particulièrement efficace pour ne pas devoir attendre de nombreuses minutes, et les classes sont suffisamment différentes pour donner un réel intérêt au titre. Attention, rien ne change au niveau de l'histoire si vous décidez de jouer uniquement en multijoueur.

Je ne me suis personnellement jamais ennuyé lors de mes nombreuses parties en multijoueur, contrairement aux parties en solo qui sont bien sûr possibles. Gérer le groupe est obligatoire à haut niveau pour ne pas être décimé par les ennemis. Les capacités uniques de chaque classe devront être utilisées à bon escient, surtout que le jeu vous laissera la possibilité de n’en garder que deux parmi celles proposées. Le jeu continuant tant qu’un personnage est encore debout, il faudra sans cesse soigner ou ramener à la vie vos équipiers afin de venir à bout des boss les plus coriaces. Il est juste regrettable que d’autres gameplays inhérents aux jeux de coopération ne sont pas proposés ici, car cela aurait donné un second souffle à l’aventure.
Aspect technique du jeu
Un gameplay sans magie

La déception pointe son nez dès qu’il est possible de contrôler le personnage : rigide, bloqué par une caméra constamment derrière lui, des sauts totalement imprécis, une barre d’endurance qui pose vite ses limites, la première impression n’est vraiment pas bonne au démarrage du jeu. Deux boutons pour le combat (un rapide, un lourd mais plus efficace), une touche pour le saut, un bouton pour les potions et un autre pour le tir à distance, et c’est tout. Heureusement, tuer les ennemis vous permettra de glaner de l’expérience utile à découvrir de nouveaux enchainements de coups. Là-dessus, le jeu est assez efficace même s’il n’innove en rien : une fois le personnage à un niveau suffisamment élevé, ce n'est que là que le gameplay montre enfin toutes ses nuances, notamment avec la possibilité d'esquiver ou de parer les coups, d'immobiliser l'ennemi, de sortir une attaque dite ultime… C'est donc un apprentissage à la dure qui pourra en rebuter certains. De plus, une fois tout débloqué, le joueur aura vite compris que tel ou tel enchainement suffit à tuer les ennemis et spammera les mêmes touches encore et encore. Il est dommage de ne pas avoir rendu les ennemis sensibles à telle ou telle attaque.

Là où le jeu pèche énormément, c’est d’un point de vue technique. Graphiquement bancal, et encore plus sur PS5 où il ne fait pas honneur à la console, il accuse également un frame rate inconstant et de nombreux problèmes de collision. Le jeu donne l’impression d’un jeu sorti trop tôt, qui aurait eu besoin d’un polissage plus affirmé. Il y a d’ailleurs un clipping assez prononcé.
N’ayant que 4 ou 5 environnements différents, le jeu ne brille jamais et tous les niveaux finissent par se ressembler. Les textures sont sans cesse réutilisées et le joueur aura du mal à distinguer de réelles différences entre les environnements. Seuls ceux plongés dans la glace s’en sortent mieux, même s’ils restent relativement moches.

S’il est excusable pour un petit studio de ne pas avoir des graphismes dignes d’un jeu AAA et une meilleure animation des personnages, s’il est possible de pardonner les quelques bugs pourtant bloquant pour le joueur devant recommencer l’aventure ou au dernier checkpoint, il est impensable d’accepter en 2021 des scripts et une IA totalement aberrants concernant le comportement des ennemis : en effet, les ennemis ne vous remarqueront qu’une fois entré dans une zone définie. Une fois sorti de la zone, ces mêmes ennemis ne vous attaqueront plus et retourneront à leur place. Ainsi, il est possible de tuer la majorité des ennemis à distance sans jamais être inquiété. Pire, les ennemis continueront leurs discussions l’air de rien alors qu’ils sont par exemple criblés de flèches. Cela détruit absolument toute l’immersion in game et simplifie l’avancée au point d’en enlever tout plaisir.

Enfin, la partie sonore ne brille pas non plus. Aucune musique ne se distingue vraiment même si elle reste plaisante, les dialogues doublés restent de bonne facture sans être exceptionnels, et le sound design fait le minimum. Ce qui entraine fatalement un manque de vie énorme dans les niveaux où il aurait été agréable d’avoir de meilleurs sons d’ambiance notamment dans les zones où une guerre est censée faire rage.
Plaisir à jouer et à rejouer
Malgré ses défauts, le jeu reste pourtant plaisant et je me suis moi-même surpris à refaire une partie juste pour le plaisir de jouer avec d’autres joueurs. Si le mode solo se révèle vite sans intérêt, le mode multijoueur permet au jeu de ne pas être trop rébarbatif du fait du comportement imprévisible des joueurs et rend la progression plus plaisante notamment lorsqu'il faudra refaire sans cesse les mêmes niveaux pour améliorer votre personnage. La durée de vie de base oscillant entre 8 et 10 heures, seul le plaisir de monter son personnage en compagnie d’autres joueurs fera revenir les plus motivés en jeu.

Ce ne sont pas les quelques collectibles à récupérer dans les différents niveaux qui pousseront les joueurs à explorer les différents niveaux car ils sont tout simplement les mêmes quelques soient les niveaux : une chope de bière, un drapeau, etc.… et tellement fondus dans les décors qu’il sera vite fait de ne plus les voir. Aucun challenge n’est associé à ceux-ci et sont même parfois regroupés en nombre au même endroit. Certains permettent cependant d’approfondir l’histoire du jeu, ce qui est une très bonne idée pour les fans de la licence.
Comme déjà souligné, la difficulté est relativement bien gérée lors des premières parties vu que c’est au joueur de choisir la difficulté du niveau, mais se révèle vite un peu dépassée une fois le bon groupe et les bons équipements trouvés. Pourtant, le plaisir de jeu reste intact dans tous les cas, et il est nécessaire de le préciser. Un joueur trop gourmand se fera vite dépasser et sera contraint de repasser à une difficulté inférieure recommandée par le jeu.

Les joueurs les plus motivés pourront donc revenir un certain temps sur le jeu, là où les autres passeront très vite leur chemin. Une fois oublié, il est très peu probable de voir revenir les joueurs, malgré les promesses de DLC et d’améliorations.
Chasse aux trophées
Le jeu compte 49 trophées au total. 12 d’entre eux sont consacrés au développement de chaque personnage au maximum et demanderont donc énormément de temps à être récupérés. Les autres sont beaucoup plus traditionnels avec notamment la récupération de tous les collectables du jeu (probablement les trophées les moins intéressants du titre tant c'est redondant et sans intéret), de faire tel mouvement un certain nombre de fois ou de finir l’ensemble des missions. Il faudra également tuer l’ensemble des types d’ennemis dans leur difficulté maximale par exemple. La chasse aux trophées est donc relativement aisée et vous fera découvrir l’ensemble du titre. Il faudra juste surmonter la relative répétitivité de l’ensemble et le fait de devoir refaire assez souvent les mêmes missions. Il sera difficile de determiner le nombre d'heures requises pour obtenir le platinium, mais il sera vraiment recommandé de faire l'ensemble des trophées en coopération pour en faciliter l'obtention.
Conclusion
Le jeu D&D Dark Alliance ne marquera hélas pas la licence ni l'industrie videoludique, faute à une mauvaise réalisation de l'ensemble. Les bonnes idées seront vite noyées dans tous les défauts du titre, et s'il réussira à satisfaire les férus de coopération pendant un temps, il peinera à convaincre les autres qui se détourneront vite vers des jeux plus aboutis.
J'ai aimé
  • Une coopération mise en avant
  • Quelques bonnes idées
  • 4 personnages différents et complémentaires
Je n'ai pas aimé
  • Une réalisation ratée
  • Le manque de diversité des environnements
  • L'IA des ennemis totalement honteuse pour un jeu de 2021
11
Je recommande ce jeu : À un public averti

AntoineTyrex (Pampiluluu)

11
60
182
894