Dragon's Dogma 2

ps5

1
2
6
46
18
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 22/03/2024
Genre(s) : Action , RPG
Territoire(s) : FRANCE

941 joueurs possèdent ce jeu
55 trophées au total
0 trophée online
7 trophées cachés

Platiné par : 151 joueurs (16 %)

100% par : 151 joueurs (16 %)


Note des joueurs :
4.3/5 - 12 notes

Note des platineurs :
4.5/5 - 6 notes

Test rédigé par Magmarex le 16-05-2024 - Modifié le 16-05-2024

Introduction

Image

En 2012, Capcom avait surpris tout le monde en sortant Dragon's Dogma. Bien loin des habitudes du studio, ce RPG en monde ouvert à l'esthétique très occidentale ne faisait aucun effort, sous couvert d'un certain réalisme, pour accueillir les joueurs dans son univers. En ressortait un titre que l'on pourrait qualifier d'austère, voire aride, mais que les rares joueurs ayant tenté l'aventure considèrent comme un chef d’œuvre incompris. Suite à ce premier jeu, Capcom sortira une version améliorée sous titrée Dark Arisen et proposant une zone supplémentaires et quelques ajustements. Puis plus rien jusqu'en 2020 avec la sortie d'une série d'animation sur Netflix. Autant dire que l'annonce d'une suite n'était pas forcément évidente !

Et pourtant, un second épisode est annoncé en avril 2023 sur consoles nouvelle génération et PC. La promesse reste la même : vous faire vivre une aventure épique dans un vaste monde où la liberté est le maître mot. Le 21 mars 2024, le jeu sort et il est inutile de faire durer le suspense. La mission est accomplie.
Contenu du jeu
Le monde de Dragon's Dogma 2 est soumis à un cycle perpétuel, immuable. Régulièrement, un Dragon apparaît et s'empare du cœur d'un individu. Ce dernier devient alors l'Insurgé, un être maudit, n'ayant d'autre choix que de retrouver et défaire la créature pour retrouver sa vie d'antan. Vous incarnez cet élu et, après avoir subi les manigances de la cour de Vernworth, vous vous réveillez dans un camp d'esclaves. Une attaque de gorgone et un saut de la foi plus tard, vous vous retrouvez libre avec une double mission. Récupérer le trône que l'on vous a volé et vaincre le Dragon.

Soyons honnêtes dès maintenant, la quête principale de Dragon's Dogma 2 ne brille pas pour son originalité. Le pitch de départ est classique et la suite s’avérera du même acabit. Cependant, cela n'empêche pas le scénario de se suivre avec plaisir et quelques événements parviendront tout de même à vous surprendre par leur propos ou par les choix auxquels vous serez confrontés. Fort heureusement, ce manque de profondeur est amplement compensé par les multiples quêtes annexes parsemant le monde ouvert. Des quêtes à côté desquelles vous pourrez totalement passer puisque contrairement à la plupart des jeux actuels, les PNJ les proposant ne sont pas marqués d'une icône ou notés sur votre carte. Si quelques-uns d'entre eux vous héleront s'ils vous voient, ce sera bien à vous de discuter avec un peu tout le monde pour ne rien rater. Et je vous assure que le jeu en vaut la chandelle car, en plus d'être bien écrites, ces quêtes vous emmèneront dans des endroits inédits, déboucheront sur des boss et vous octroieront moult trésors et autres récompenses. Certaines d'entre elles vous imposeront un choix dont les conséquences se répercuteront jusqu'à la fin du jeu. Et n'essayez pas de tricher en faisant plusieurs sauvegardes puisque le jeu ne vous autorise qu'une partie avec deux emplacements de sauvegarde : une manuelle et une se faisant automatiquement à chaque repos dans une auberge. Comme dans la vraie vie, vous devrez donc assumer vos actes, ce qui s'inscrit dans la volonté de réalisme voulu par Capcom.

Le monde que vous arpenterez dans Dragon's Dogma 2 est d'une richesse folle mais aussi d'une implacable cruauté. La mort rôde à chaque instant sous la forme d'un troll, d'un piège ou tout simplement d'une chute d'un peu trop haut et vous devrez apprendre à la dure en expérimentant diverses approches. Mais comme dans le monde réel, la Faucheuse ne fait aucune distinction. Si bien que même les PNJ les plus importants peuvent mourir et donc bloquer votre progression. Un extrémisme à nuancer cependant puisqu'il existe des « Pierres de Réveil » qui permettent de ressusciter n'importe qui – y compris vous-même – à condition de trouver trois fragments pour en reforger une. Le jeu se montre donc impitoyable et ne fera aucun effort pour se plier à vous. Les voyages rapides peuvent être interrompus par des embuscades, camper trop souvent au même endroit vous expose à une attaque surprise, prendre trop de temps pour certaines quêtes se soldera par l'échec de celles-ci... Des exemples comme ça, Dragon's Dogma 2 en est bourré. Mais loin d'être un frein, voire une raison d'envoyer promener le jeu après qu'un dragon ait dévasté la moitié de la ville, il est une motivation à explorer et exploiter le monde et les mécaniques du jeu.

Le titre est une merveille de level-design, une ode à la liberté. Absolument tout est une invitation à l'exploration et un même objectif pourra être accompli d'une dizaine de manière différente. Je prends pour exemple une immense porte séparant deux pays. La traverser de manière normale, vous obligerait à récupérer un laisser-passer puis à éventuellement vous déguiser. Mais vous pouvez aussi vous cacher dans un chariot ou emprunter un dangereux chemin caché passant en dessous. Et le plus plaisant, c'est que le jeu ne vous aiguille absolument pas, rendant chaque découverte d'autant plus savoureuse qu'elle est de votre fait. Il n'y a pas de pont dans les environs ? Peut-être qu'attraper une harpie pour voler au-dessus du vide ou pousser un cyclope pour en faire un passage de fortune fonctionneront ? L'immersion est totale et il n'est pas rare de lancer sa partie en se donnant pour objectif d'atteindre un endroit pour finalement se retrouver à l'opposé de la carte à affronter un griffon. La raison principale étant le soin incroyable porté sur les environnements. Il y a toujours une grotte, une tour ou un bâtiment qui attirera votre attention. Au final, la quête principale n'est plus qu'un prétexte, le véritable intérêt de Dragon's Dogma 2 résidant dans l'aventure que vous vous créez.

Une aventure que vous ne parcourrez pas seul puisque vous serez accompagné en permanence par votre Pion dont vous définirez l'apparence en même temps que la vôtre dans un éditeur très complet. Ces Pions sont des personnes dénuées de volonté propre et errant à travers les mondes. Et je dis bien « les » mondes car ils voyagent entre les différents univers prêtant leurs services à d'autres Insurgés par delà la « Faille ». Concrètement, cela vous permet de recruter dans votre équipe les Pions d'autres joueurs en plus de votre Pion principal qui lui ne vous quitte jamais. Pour intégrer un nouveau membre à votre groupe, vous disposerez de deux options : examiner l'une des nombreuses pierres de faille disséminées sur la carte ou tout simplement leur parler lorsque vous en croisez un durant vos pérégrinations. Si votre Pion principal gagne des niveaux, ce ne sera pas le cas des invités ce qui vous obligera à régulièrement changer la composition de votre équipe. Outre un renfort plus qu'appréciable, faire appel à d'autres Pions vous donnera accès à diverses informations basées sur les actions et découvertes faites par le joueur auquel ils appartiennent. Par exemple, si je déniche un trésor caché, mon Pion donnera cette information à tous les joueurs ne l'ayant pas trouvé qui le recruteront. Cette sorte de coopération asymétrique – qui demande une connexion internet permanente bien qu'il existe des Pions fournis par Capcom pour ceux jouant hors-ligne – apporte un énorme plus à votre aventure tant on finit par s'attacher à certains compagnons grâce à leurs personnalités et aux petites interactions qu'il est possible d'avoir avec eux.
Aspect technique du jeu
Dragon's Dogma 2 est un Action-RPG à la troisième personne. Outre les commandes basiques comme attaquer, sauter ou interagir avec l'environnement, vous pourrez saisir à peu près tout et n'importe quoi (ennemis, personnages, objets...) pour ensuite les transporter ou les jeter au loin – idéalement dans l'eau ce qui sera synonyme de mort instantanée, cette dernière étant hantée par le « Kraken » qui dévorera quiconque y trempe un orteil –. Vous aurez également accès à diverses compétences placées en raccourcis avec (L1) et à une capacité spécifique à chaque classe via (R1). Des classes qui vont s'avérer d'une importance capitale dans votre expérience de jeu tant chacune d'entre elles proposent un gameplay unique et varié. Au début de votre aventure, vous devrez choisir une classe pour vous et votre Pion principal. Seules quatre spécialités sont disponibles au départ : guerrier, axé sur la défense et indispensable pour gérer les groupes d'ennemis, voleur, rapide et mortel au corps-à-corps, archer, idéal pour combattre à distance, et mage qui peut user de sorts élémentaires mais aussi soigner l'équipe. Au fil de vos aventures, vous rencontrerez des maistres qui vous donneront accès à d'autres classes. Au total, ce sont donc 10 spécialités qui vous attendent et comme dit plus haut, elles n'ont absolument rien à voir en terme de feeling.

S'il semble évident qu'un sorcier aux sorts de zone dévastateurs ne va pas se jouer de la même manière qu'un champion avec son énorme arme à deux mains, il est remarquable que (presque) tous les gameplays aient été travaillés pour proposer quelque chose de vraiment agréable. Si bien qu'il est très difficile de se cantonner à une seule classe. Fort heureusement, il est possible d'en changer à tout moment en passant par la guilde des classes. Les niveaux et compétences débloquées ne sont pas perdus, ce qui encourage fortement à varier régulièrement notre façon de jouer et permet une grande versatilité dans la manière d'aborder les épreuves qui nous font face. À noter que votre classe n'impacte pas que les combats mais aussi votre manière d'explorer. Le sorcier peut par exemple léviter et franchir certains gouffres tandis que l’illusionniste possède un passif vous indiquant les trésors à proximité. Extrêmement plaisant, les classes de Dragon's Dogma 2 sont l'une de ses plus grandes qualités. Il est également appréciable que le titre ne propose pas de barre de magie ou autre limitant vos utilisations de sorts et compétences. Ici, tout passe par votre jauge d'endurance qui se videra lorsque vous courrez, agrippez quelque chose ou utilisez une technique. À vous donc de faire de courtes pauses pour la recharger et reprendre vos assauts de plus belle !

Mais qui dit RPG dit aussi équipements. Chaque personnage dispose d'un inventaire qui lui est propre et je peux vous dire que vous aller y passer du temps. Entre la notion de poids à gérer – porter trop d'objets vous ralentira –, la possibilité de crafter des potions et autres consommables et les multiples armes et armures que vous trouverez, la gestion des menus est primordiale. Les possibilités de personnalisation sont très poussées et il est possible de jouer une même classe de différentes manières selon les passifs et armes choisies. Encore une fois, la liberté est totale. Petit reproche toutefois : l'ergonomie. La navigation dans les menus est assez peu intuitive et nécessite de passer par plusieurs sous-menus rendant les premières heures quelque peu fastidieuses.

D'un point de vue technique, je n'ai pas de reproches à faire au jeu. C'est visuellement très propre et certains environnements sont magnifiques, notamment grâce à une direction artistique réussie et des jeux de lumière du plus bel effet. Les différents modèles des monstres et personnages sont également réussis même si l'on peut regretter un bestiaire finalement plutôt restreint. Il existe différents modes priorisant les graphismes ou les FPS. J'ai personnellement choisi le premier afin de bénéficier de 30 FPS constants dans un rendu plus plaisant à l’œil. D'un point de vue sonore, les voix anglaises sont de qualité et les bruitages renforcent l'immersion. Rien de mieux que d'entendre un hurlement bestial au cœur de la nuit avant de voir surgir une chimère... La musique est en revanche un peu en retrait, se contentant d'accompagner nos pérégrinations ou de rythmer les combats. Dommage d'ailleurs qu'il n'y ait pas plus de variété musicale lors des affrontements et que l'on réentende les mêmes thèmes en boucle.

Niveau accessibilité, le jeu se montre très complet en nous permettant de modifier de nombreuses choses. On peut ajuster l'interface – personnellement, je l'ai entièrement supprimé afin de renforcer l'immersion – automatiser le ramassage d'objets, couper les dialogues que l'on juge superflus... Le jeu utilise également une difficulté dite "adaptative". Cela veut dire qu'il se montrera plus clément avec un joueur mourant beaucoup tandis qu'il enchaînera les gros monstres face aux aventuriers les plus intrépides. De quoi toujours vous proposer quelque chose à votre niveau.
Plaisir à jouer et à rejouer
J'ai adoré chaque seconde de Dragon's Dogma 2. Adorant qu'un jeu me laisse faire ce que je veux à mon rythme, j'ai été plus que comblé par la proposition de Capcom. Ne pas savoir à l'avance ce qui m'attendait sur les routes ni même où me mènerait mon exploration contribuait au bonheur de parcourir ce monde si vaste. J'en profite d'ailleurs pour aborder la « polémique » concernant les micro-transactions présentes dans le jeu. En effet, vous pouvez acheter pour quelques euros des pierres de téléportation appelées « Transpierres ». Il n'en a pas fallu plus pour qu'une frange de joueurs parlent de « Pay-to-Win » – ce qui n'a pas de sens dans un jeu solo – ou d'une volonté de faciliter le jeu uniquement à ceux qui déboursent de l'argent. Cependant, il suffit de jouer une heure pour en trouver un peu partout dans les coffres (j'ai terminé ma partie avec une vingtaine de ces pierres dans l'inventaire) mais aussi pour se rendre compte que l'intérêt d'un tel moyen de transport rapide est finalement plus que limité et très situationnel. Se téléporter, c'est rater des combats et donc de l'expérience, potentiellement passer à côté de quêtes croisées sur la route mais surtout ne pas tomber sur une grotte ou un donjon caché. Au final... C'est passer à côté du cœur du jeu. Certes, tout le monde n'a pas le temps de s'investir aussi longtemps et/ou de faire des longues sessions, c'est pour cela que je ne recommanderai pas ce jeu à tous mais uniquement à celles et ceux prêts à se perdre de longues heures dans son univers. Mais si l'ambiance vous parle et que la perspective d'incarner qui vous le souhaitez de la manière dont vous le souhaitez vous tente, alors Dragon's Dogma 2 ne peut que vous plaire. D'autant plus, qu'il jouit d'une rejouabilité presque sans fin tant les possibilités sont nombreuses.

J'aimerai profiter de cette partie pour aborder l'un des aspects qui m'a le plus époustouflé lorsque je l'ai découvert : le endgame. En vainquant le boss de fin, vous reviendrez au menu principal. Deux options s'offrent alors à vous : reprendre votre sauvegarde ou recommencer en New Game +. La première possibilité vous replace au début du combat de fin mais si vous faites une manœuvre particulière, les choses se dérouleront différemment et vous débloquerez une nouvelle zone visuellement incroyable qui dénote totalement avec le reste du jeu. Là, les événements de la vraie fin se dérouleront, ajoutant environ 5 heures de jeu pour un final absolument épique. En cachant cette conclusion à la plupart des joueurs, les développeurs ont pris un sacré risque mais cela démontre bien le jusqu'au-boutisme de leurs convictions. Dragon's Dogma 2 est leur vision de la fantasy et de l'aventure. Un voyage qu'ils ont voulu abrupt, réaliste, sans pitié mais aussi enchanteur, gratifiant et terriblement amusant. Véritable ovni vidéoludique à l'heure où les grosses productions ne prennent plus de risques, Dragon's Dogma 2 ne se laissera pas dompter. Mais si vous y parvenez, il y a peu de chances que vous le lâchiez avant la fin.
Chasse aux trophées
Il y a 55 trophées disponibles et aucun n'implique de jouer en ligne. Beaucoup d'entre eux seront débloqués naturellement au cours de votre aventure car liés à un événement du scénario principal ou à des actions basiques comme camper, utiliser un objet ou ranimer un Pion. Pour le reste... Ils peuvent techniquement tous être manqués.

Étant donné que Dragon's Dogma 2 vous laisse entièrement libre et ne vous indique rien, il est aisé de passer à côté de certaines quêtes spécifiques comme (Bronze) Tous à bord du char à bœuf fantôme, de manquer les maistres vous offrant une nouvelle classe ou de ne pas penser à réaliser des actions bien particulières comme (Bronze) Pont de cyclope. De même, (Bronze) Ce fut bref, géant et (Or) Sans-faute peuvent facilement vous passer sous le nez sans une préparation minutieuse en amont.

Tous ces éléments, associés à un point de non-retour passé lequel la plupart des quêtes deviendront inaccessibles rendent l'obtention du (Platine) quasi impossible sans guide. Deux options s'offrent alors à vous : vivre une première partie en totale découverte et profiter du New Game + pour récupérer les trophées manquants ou suivre un guide dès le départ ce qui risque de gâcher votre plaisir de la découverte. Dans tous les cas, comptez entre 70 et 100 heures selon votre choix.

À titre personnel, je trouve cette liste véritablement bien pensée puisqu'elle vous encourage à dénicher tous les secrets du titre et à tester différentes choses tout en vous encourageant à relancer une nouvelle partie fort de votre expérience acquise lors de votre première aventure.
Conclusion
Dragon's Dogma 2 est une ode à l'exploration et à la liberté. Tel une campagne de Donjons&Dragons ou un livre dont vous êtes le héros, le jeu vous laisse créer votre propre aventure au sein d'un vaste monde merveilleusement construit ne vous prenant pas la main toutes les trois secondes. Une anomalie à l'heure actuelle qui ne sera clairement pas aux goûts de tout le monde mais qui cache une richesse insoupçonnable. Une vraie réussite.
J'ai aimé
  • Un gameplay extrêmement riche
  • Une merveille de level-design
  • Le endgame
  • La liberté
Je n'ai pas aimé
  • Une ergonomie pas toujours au rendez-vous
  • Un scénario principal assez simple
  • Parfois sans pitié
18
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, Aux curieux

Magmarex (Magmarex)

41
332
1227
5781