Do Not Open

ps5

1
10
3
3
10
4

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 25/11/2022
Genre(s) : Action , Puzzle-Game
Territoire(s) : FRANCE

15 joueurs possèdent ce jeu
17 trophées au total
0 trophée online
10 trophées cachés

Platiné par : 4 joueurs (27 %)

100% par : 4 joueurs (27 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par matrobymat le 03-01-2023 - Modifié le 03-01-2023

Introduction

Image

Tout le monde connaît les escape games. Ces dernières années, ce divertissement est devenu très à la mode et il en fleurit partout. Que diriez-vous de participer à un escape game un peu différent ? Un escape game où, si vous échouez à trouver la solution aux énigmes, vous mourez ? Ça ajouterait un peu de piment ça, non ? C'est ce que nous propose Nox Noctis sur PS5 en novembre 2022.
Contenu du jeu
Pour la petite histoire de ce test, sachez que j'ai joué à DNO quelques mois seulement après avoir goûté au très effrayant Madison. Au-delà des évidents troubles mentaux que cela met en évidence chez moi, cela peut expliquer également les inévitables comparaisons entre les deux titres que je serai amené à faire au cours de cet écrit. Les deux titres sont assez semblables dans leur description de départ (jeux d'aventures horrifiques basés sur la résolution d'énigmes) mais au final très différents dans leur approche et dans leur déroulement.

DNO s'articule donc autour d'une mécanique simple : vous êtes dans un lieu, et vous devez trouver les différentes parties d'une clé en résolvant des énigmes pour quitter ce lieu. Problème : au bout de 10 minutes, mais également lorsque vous avez trouvé toutes les parties de la clé ou si vous échouez trop souvent à résoudre un problème, une créature abominable entre dans le lieu pour venir vous tuer. Vous n'avez aucun moyen de défense, votre seule possibilité de survie étant de vous cacher, car si le monstre vous voit, vous n'avez quasiment aucune chance d'en réchapper. Ce petit synopsis n'est pas tout à fait complet puisqu'il existe un second mode de jeu où cette limite de temps n'existe pas, le monstre apparaissant uniquement en cas d'erreurs répétées et lorsque la clé est complète.

La durée de vie n'est malheureusement pas très conséquente, puisque 5 lieux seulement sont à compléter. Le jeu sera terminé en 5 ou 6 heures, en fonction de votre aptitude à résoudre les énigmes plus ou moins facilement. Celles-ci ne m'ont pas paru particulièrement compliquées, mais elles étaient intéressantes et diversifiées : traduction de morse, énigme mathématique, énigme d'observation, etc.

Le jeu est en anglais, sous-titré en français, et dispose d'une histoire... obscure. Disons-le honnêtement, je n'ai rien compris. Je n'ai pas compris le rapport entre la situation du protagoniste, les lieux parcourus et les événements relatés. Pour moi, il y a un début d'idée, mais le tout manque de travail, de lien et de profondeur. C'est vide de sens, ou alors je suis totalement passé à côté de quelque chose. Si c'est le cas, je m'en excuse, mais le lore se compose en tout et pour tout de quelques rares cinématiques (à chaque fois qu'une salle est complétée) et de quelques documents trouvés ici et là dans les pièces, mais qui relatent des événements qui n'ont pas de rapport pour moi avec les événements du jeu. N'hésitez pas à me dire en commentaires de ce test si c'est mon cerveau qui se ramollit ou...
Aspect technique du jeu
Ne nous voilons pas la face, bien qu'il soit sorti sur PS5, Do Not Open n'est pas un jeu "next gen". Il est digne d'une bonne vieille PS3 en fin de vie, sans plus. Graphiquement, c'est moche, c'est grossier, le monstre fait kitsch tellement la technique est mauvaise, tant au niveau des déplacements que des textures (les cheveux, mon dieu les cheveux...). Les environnements suivent la même tendance, fleurant bon le début des années 2000. Pire, les éclairages sont mauvais et gênent considérablement l'expérience. Je vous ai parlé de la limite des 10 minutes. Celle-ci est matérialisée par une montre digitale attachée au poignet du protagoniste, que vous faites apparaitre en appuyant sur (R2). Fond vert, environnements sombres et chiffres blancs très peu lumineux. Résultat : le temps n'est pas visible. On ne voit rien, à part en se levant de son canapé et en collant ses yeux à la télé. Comment cela a pu passer les tests ? Personne n'a joué à ce jeu avant de le passer en production ? Dans le même ordre d'idée, vous avez une torche à votre disposition en appuyant sur (carre). Eh bien lorsque vous l'utilisez, tout ce que vous regardez et qui est blanc devient si brillant qu'on ne voit plus rien, ce qui perturbe beaucoup la lecture et la résolution des énigmes.

Pour continuer avec les bugs, sachez qu'à l'heure actuelle il y a des oublis de traduction, des sous-titres qui n'apparaissent pas toujours, et des trophées buggés qui ne tombent pas alors qu'ils devraient.

Concernant le gameplay, le personnage est lourd, tellement lourd qu'on a l'impression de diriger un éléphant. Il se déplace à deux à l'heure lorsqu'il marche, et semble carrément à l'arrêt lorsqu'il est accroupi. Heureusement il est possible de courir, mais cela étant bruyant, il n'est pas toujours possible de le faire. Si je devais trouver un point positif, je dirais qu'il est agréable que les vibrations de la DualSense s'intensifient à mesure que le monstre se rapproche de vous.

C'est malheureusement à peu près tout, puisque la bande son n'a absolument rien de remarquable, brillant surtout par son absence, ou tout du moins par sa très grande discrétion.
Plaisir à jouer et à rejouer
A la lecture des deux premières sections, il semble que le tableau soit bien terne. Tout est donc si mauvais ? Non, pas tout à fait. L'idée est bonne, mais malheureusement pas assez exploitée. Là où Madison brille par son ambiance absolument oppressante, Do Not Open peine à faire trembler. Il existe bien deux ou trois screamers efficaces, mais c'est tout, la faute au principe même du jeu. En effet, tant que les dix minutes ne sont pas passées, ou que vous n'échouez pas aux puzzles, vous savez que le monstre n'est pas là. Lorsqu'il arrive, vous l'entendez débarquer car il annonce sa venue par un grand claquement de porte. C'est dommage, l'effet de surprise perd toute sa saveur. Ensuite, honnêtement, une fois qu'il est là, vous n'avez quasiment plus aucune chance de réussir à terminer les épreuves si vous n'y étiez pas parvenu auparavant. Le monstre étant indétectable (vous n'avez pas de radar, seule la manette vibre de plus en plus fort lorsqu'il se rapproche), il vous attrapera quasiment à tous les coups.

Les énigmes sont plutôt bonnes, mais elles ne sont pas assez nombreuses, tout comme les pièces à visiter. Pourtant, un gros effort a été fait puisque la configuration des lieux change à chaque partie ! Eh oui, les pièces ne sont pas tout à fait identiques, la configuration des couloirs change, le lieu d'entrée change, c'est très bien. Les énigmes, si elles sont toujours identiques, ont un résultat différent à chaque fois, c'est très appréciable. Le jeu avait bien besoin de cette composante rejouabilité pour combler un peu cette durée de vie famélique.

J'en profite pour dire que le trailer est un peu mensonger puisque certaines cinématiques montrées ne sont tout simplement pas dans le jeu, et pire, j'ai même vu certains puzzles qui n'y sont pas non plus !
Chasse aux trophées
La liste des trophées est assez courte, puisque seuls dix-sept trophées la composent, dont neuf liés à l'histoire. Les autres consistent à mourir plus de cinq fois, moins de cinq fois, et à terminer le jeu sans être découvert par l'ennemi et sans échouer à aucun puzzle. Voilà, c'est simple et efficace, une liste réduite pour un jeu à la durée de vie faiblarde.

Le problème, comme je le disais, c'est que certains trophées sont buggés (notamment celui qui consiste à n'échouer à aucun puzzle, qui n'est pas tombé lors d'une de mes parties alors que je n'ai jamais échoué), et obligent à recommencer entièrement une partie. Deux autres trophées consistent à ne jamais être découvert par le monstre, mais là encore, il y a un problème. Pendant la majeure partie du jeu pas de soucis, vous pouvez vous cacher, c'est à vous de faire attention, mais dans la dernière pièce, vous n'avez aucun endroit où vous dissimuler, et donc pour parvenir à faire ce que l'on vous demande, il faut prier pour que le monstre décide de rester à un endroit bien précis, sinon il vous verra forcément. C'est ridicule.

Une chasse en demi-teinte donc, heureusement pas plombée par des lourdeurs, qui autorise à recommencer le jeu puisque celui-ci est très court.
Conclusion
Une idée intéressante, malheureusement entachée d'une durée de vie de trop courte et d'une technique particulièrement datée. Do Not Open accuse également la comparaison avec d'autres titres bien plus efficaces, et qui savent nous faire frémir là où lui peine à y parvenir à cause de sa mécanique particulière. C'est dommage, le concept mérite d'être un peu plus travaillé.
J'ai aimé
  • L'idée de base
  • Les énigmes
  • La rejouabilité
Je n'ai pas aimé
  • L'histoire superflue et incompréhensible
  • La durée de vie trop courte
  • Le manque de frisson
10
Je recommande ce jeu : À tous

matrobymat (matrobymat)

182
713
1924
6229