Deathloop

ps5

1
1
11
42
16
4

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 14/09/2021
Genre(s) : FPS
Territoire(s) : FRANCE

1185 joueurs possèdent ce jeu
55 trophées au total
2 trophées online
19 trophées cachés

Platiné par : 348 joueurs (29 %)

100% par : 348 joueurs (29 %)


Note des joueurs :
3.8/5 - 19 notes

Note des platineurs :
4/5 - 10 notes

Test rédigé par BRS_lefunkise12 le 02-01-2022 - Modifié le 08-02-2022

Introduction

Image

Que feriez-vous si vous étiez coincé dans une boucle temporelle qui vous fait revivre encore et encore le même jour ? Vous braqueriez une banque ? Vous voleriez une voiture ? Ou bien passeriez-vous votre temps à chasser des trophées ? On ne pourra jamais avoir la réponse. Mais c'est bien ce que propose DEATHLOOP. Édité par Bethesda, le jeu n'en reste pas moins principalement développé par un studio français, Arkane Lyon, à qui l'on doit des licences très primées comme PREY ou encore les 2 DISHONORED. DEATHLOOP est sorti sur PS5 et PC le 14 Septembre dernier. Malgré le rachat de Bethesda par MICROSOFT le jeu est une exclue temporaire d'un an sur la console de SONY.

Le studio français prend ici un risque majeur en sortant de sa zone de confort. Après les succès de PREY et DISHONORED, le studio part sur un nouveau jeu qui de plus, introduit une mécanique peu connue dans le monde du jeu vidéo. Cette mécanique est inspirée du cinéma, notamment des films Un jour sans fin de Harold Ramis en 1993, ou plus récemment des deux films Happy birthdead, qui racontent l'histoire d'une personne bloquée dans une boucle temporelle. Ici, l'introduire dans un jeu vidéo demande une certaine réflexion et cela n'est pas facile. On peut donc dans un premier temps saluer l'audace et la prise de risque.

C'est ainsi sur la très mystérieuse île de BLACKREEF que notre personnage nommé Colt va devoir briser la boucle en tuant huit visionnaires. Ces derniers sont des personnes qui ont tous un lien avec l’île et avec Julianna qui est leur "cheffe". Ils sont soit des scientifiques présents sur l’île pour des expériences, des personnes lambda venues se reposer et s'amuser, ou enfin des actionnaires financiers soutenant un mystérieux programme nommé "AEON". Concernant l'assassinat de ces personnes notre protagoniste ne sait pas comment faire ni pourquoi il le fait, il va devoir faire attention à son ennemie jurée Julianna qui va tout faire pour protéger la boucle. Mais son pire ennemi dans cette aventure sera le temps, en effet, chaque minute compte dans DEATHLOOP
Contenu du jeu
Le mode solo, bienvenue sur BLACKREEF.

Le jeu commence donc sur une scène d'ouverture où vous faites la rencontre chaleureuse de Julianna, qui vous plante une machette dans le cœur ! Quoi de mieux pour commencer une belle journée ? Elle vous demande pourquoi votre mémoire est trouble et pourquoi vous êtes incapable de vous souvenir de quoi que ce soit et elle insiste pour que vous fassiez un effort. Puis Colt meurt, il se réveille instantanément sur une plage, un peu éméché de la veille. Sauf qu'à son réveil sur la plage, des inscriptions se dévoilent sur le monde qui l'entoure, des conseils, des mots, mais surtout une phrase que notre protagoniste va bien retenir : BRISE LA BOUCLE. C'est ainsi que commence DEATHLOOP.

C'est ainsi également que le système de boucle se met en place. En effet, pour sortir de la plage Colt va devoir emprunter un tunnel qui lui permettra dans la suite de l'aventure de se balader librement dans l’île. Problème, il ne connait plus le code qui donne accès aux tunnels, il va devoir le chercher. Il récupère dans un premier temps un petit boitier nommé Hackamajig. Ce dernier lui permettra durant son périple de pirater les caméras de surveillance, les tourelles ennemies ainsi que certaines portes. Dans un deuxième temps, il va également récupérer une machette qui lui permettra de tuer discrètement ses ennemis au corps à corps. Dans un troisième temps, il va récupérer des grenades qui pourront se transformer en mine ou en mine laser. Après quelques péripéties et une rencontre inattendue de nouveau avec Julianna, Colt tombe dans le vide pour s'échapper. Mais surprise, il n'est pas mort, il se réveille une nouvelle fois sur la plage, totalement déboussolé, il comprend alors ce qui lui arrive. C'est décidé, Colt est maintenant sûr et certain d'une chose : il va briser la boucle !

Mais attention ! Un héros de jeu vidéo n'est jamais seul, il est accompagné de son ennemie jurée ! Et je pense que vous avez compris contre qui devra se battre Colt. Julianna en chair et en os. On ne sait pas vraiment pourquoi elle est contre Colt, elle veut protéger la boucle pour des raisons étranges. La particularité de notre antagoniste, c'est la manière dont elle vous attaque. En effet, elle pourra venir vous embêter à n'importe quel moment, peu importe l'endroit et l'horaire de la journée. Ce qui donne un peu de pression de savoir qu'elle peut débarquer à un moment ou un autre. Une autre particularité, c'est qu'elle aura des armes, ainsi que des modules aléatoires, plus précisément elle aura le module ainsi que l'arme d'un des huit visionnaires. Enfin, elle bloquera les tunnels, l'échappatoire est donc impossible. Pour débloquer les tunnels, vous allez devoir pirater un brouilleur pour déverrouiller votre porte de sortie et vous enfuir.

Julianna viendra alors vous chasser durant toute votre aventure, pas moyen d'y échapper. En revanche, elle est un très bon moyen pour récupérer du résidium, des armes, ainsi que des modules. En effet, après l'avoir tuée (si vous y arrivez), vous pourrez ramasser tout son équipement. Petit bémol avec elle, elle spawn hyper près de vous. Elle apparaîtra souvent à quelques mètres de vous, ce qui peut parfois donner des situations délicates dans un moment d'infiltration par exemple

Une fois sorti de la plage, les choses vont vite s’enchaîner. En effet, après un didacticiel des différents menus du jeu pour vous familiariser avec ces derniers, le jeu vous fera faire un "tutoriel". C'est à l'issue de ce dernier que vous allez débloquer une compétence qui vous permettra de garder votre équipement d'une boucle à l'autre. Ce système jouera sur le résidium, c'est "l'argent" du jeu, vous aurez besoin d'un certain nombre de résidium pour infuser vos armes, pouvoirs et breloques pour les garder d'une boucle à l'autre. Si quoi que ce soit n'est pas infusé avant la fin de la journée, il est perdu et vous allez devoir le rechercher dans la prochaine boucle. Le résidium se trouve partout sur la carte, dans des objets, mais aussi sur les ennemis et surtout les visionnaires qui en portent une très grande quantité sur eux. Enfin vous pourrez gagner du résidium en recyclant des objets dont vous n'avez pas l'utilité.

C'est ainsi qu'après ce tuto que vous allez pouvoir vous balader librement dans BLACKREEF. Mais pas n'importe où, en effet le jeu est divisé en quatre zones différentes. Le complexe, une zone militaire avec des secrets bien gardés. Updaam, un quartier résidentiel accueillant où des événements festifs sont organisés. La baie de Karl, une zone industrielle en bord de mer avec de la marchandise. Enfin, Le Rocher de Fristad, un petit coin de paradis en bord de plage avec ses clubs et bars souterrains. Ces quatre zones ont une particularité commune, elles vont pouvoir être visitées à différents moments de la journée, en effet il est possible d'aller à chaque endroit le matin, le midi, l'après-midi ou le soir.

La particularité ici ne se limite pas juste à un changement horaire, les lieux sont très différents, selon la période choisie. En effet, si vous allez à un certain endroit le matin, vous verrez certains ennemis à des emplacements précis, des bâtiments ouverts, etc. Sauf que si vous revenez le soir par exemple la carte aura changé ! Les ennemis ne seront plus à la même position, des éléments du décor auront disparu et d'autres viendront s'ajouter. On peut donc saluer l'effort fait d'avoir non pas simplement fait une carte statique, mais une carte dynamique. Cela fait au total environ 12 lieux différents visitables (les zones ne sont pas disponibles au minimum une fois dans la journée).

Vous allez donc parcourir BLACKREEF comme bon vous semble en suivant par exemple les "arc scénaristiques" du jeu appelés pistes. Ces dernières sont au nombre de huit, une par visionnaire. Elles vous guideront plus aux moins facilement sur la carte pour en apprendre plus sur vos cibles et pour trouver le meilleur moyen de les éliminer. En revanche, les durées de ces pistes sont très inégales que ce soit dans la durée ou la difficulté. En effet, certaines sont extrêmement courtes et ne prendront pas plus de 30 minutes, tandis que d'autres sont assez longues et sont parfois mal guidées, ce qui peut être frustrant quand on ne sait pas trop ce que l'on doit faire. On ne peut en revanche pas critiquer l'originalité de ces pistes qui sont très différentes les unes des autres, on n'a jamais l'impression de faire la même chose.

Durant votre exploration dans les différentes zones, vous aurez surement besoin d'armes redoutables pour vaincre vos ennemis. Vous allez donc pouvoir suivre des pistes similaires à celles des visionnaires, mais cette fois-ci pour des armes plus ou moins redoutables, mais pas que. Vous pourrez suivre des pistes pour récupérer des modules. Ces derniers sont des pouvoirs à récupérer sur les cadavres des visionnaires. Il en existe cinq répondant au doux nom de TRANSPOSITION, NEXUS, KARNESIS, ETHER et CHAOS. Ces pouvoirs possèdent différentes capacités qui pourront satisfaire tous les styles de jeu. Ces dernières possèdent des améliorations, vous pourrez les obtenir en tuant plusieurs fois les visionnaires. Tout cela réunit, cela va vous permettre de vous bâtir un arsenal très puissant.

En parlant d'arsenal, parlons plus en détails de celui-ci. Il pourra être composé de cette manière. Trois armes principales au choix, deux modules au choix, ainsi que quatre breloques personnelles au choix évidemment. Pas mal non ? Allons encore un peu plus en profondeur. Pour ce qui est des armes, le jeu vous offre un panel relativement complet pour tous les types de joueurs. Vous aurez donc, les pistolets, les pistolets mitrailleurs, les fusils à pompe, les fusils d'assauts, et enfin les snipers. Ces armes auront une échelle de valeur, qui va de gris, étant la moins bonne à or, étant la meilleure. Cette échelle permet ainsi de classer les armes de la pire, à la plus dévastatrice. Mais cela ne s'arrête pas là, plus votre arme est puissante, plus vous allez pouvoir lui attacher des breloques.

Les breloques sont ce qu'on pourrait appeler des "atouts", vous pouvez en avoir quatre pour votre personnage et d'une à trois, selon la qualité de l'arme en question. Vous en trouvez un peu partout, par terre, via les éternalistes, mais les plus puissantes se trouvent sur les visionnaires. Ces breloques peuvent vous avantager plus ou moins durant votre partie. Certaines augmentent votre santé ou votre jauge de pouvoir, d'autres vous feront recharger plus vite, donneront plus de balles, etc. Elles sont fort nombreuses, ce qui pourra donc laisser le choix au joueur, selon son style de jeu.

Pour en conclure sur les armes, les meilleures sont bien sûr les plus dures à obtenir via les pistes. Mais une fois obtenues ce sont de véritables machines de guerre, elles ont également des designs très soignés et originaux, le tout s'assimile parfaitement avec le décor du jeu et son atmosphère. Passons maintenant à l'autre mode disponible du jeu.

Le mode multijoueur, les rôles s'inversent.

En effet, aussi étonnant que cela puisse paraître, DEATHLOOP possède bien un mode multijoueur. Dans le mode solo, si vous avez bien suivi jusqu'ici, vous devez briser la boucle avec Colt. Ici en multijoueur, vous devez la protéger en incarnant Julianna. Le système de ce mode est simple. Vous pouvez envahir les parties solo de vos amis, ou de joueurs lambda. Une fois entré dans la partie, votre but est simple, tuer Colt incarné par un autre joueur. Facile à première vue, mais la réalité est toute autre. En effet, le principe du mode est plutôt novateur, mais tout se corrèle mal. Plusieurs points négatifs sont présents dans ce mode, le premier est celui concernant les nombres de vies, Julianna ne possède qu'une seule vie par partie, contrairement à Colt qui lui en possède trois. Il y a donc un certain déséquilibre dans le duel puisque si vous n'arrivez pas à tuer Colt, c'est fini, pas de deuxième chance.

Ensuite, la progression est très lente, pour vous bâtir un arsenal similaire à celui de Colt, vous allez devoir pas mal jouer. Pour débloquer des armes, des modules et des breloques, des défis s'imposent, ils sont plus ou moins difficiles et donnent une récompense plus ou moins importante. Problème, quand on commence pour la première fois ce mode, on part avec quasiment rien, une machette, des grenades, un module qui permet de prendre l'apparence d'un PNJ, une arme et c'est tout ! Le mode nécessite donc beaucoup trop d'implication pour un résultat peu satisfaisant. Enfin, le plus gros point négatif reste le matchmaking. Du côté de Colt, vous avez la possibilité de décider si vous pouvez vous faire envahir ou de jouer uniquement en solo. Mais ce n'est pas le plus essentiel, si vous envahissez la partie d'un joueur, ce dernier a la possibilité de quitter la partie sans aucune raison valable, ce qui peut donc donner des "rage-quit" parce que vous avez envahi une partie, mais le joueur a pourtant bien activé l'option qui permet de se faire envahir, les développeurs auraient dû retirer cette option.

Enfin, le matchmaking est très pauvre en joueurs. Testé début décembre, donc quelques mois après la sortie du jeu, j'ai parfois eu beaucoup de mal à trouver une partie, surtout que certains trophées sont liés à ce mode. Pour conclure, le mode n'a pas des serveurs très efficaces (lag, freeze, rollback, crash ou latence). Ils sont très médiocres, ce qui peut en décourager plus d'un au vu de tous les aspects négatifs du mode présent.

Pour conclure sur le contenu du jeu, on a un mode solo quasi-parfait avec beaucoup de choses à faire pour une quinzaine d'heures environ, le contenu est riche et varié, ce qui permet donc de passer un bon moment. En revanche, le mode multijoueur lui, souffre de problèmes de matchmaking, de progression et de stabilité. Dommage, car l'idée de base n'en reste pas moins excellente.
Aspect technique du jeu
Des couleurs plein les yeux

Parlons de ce qui saute aux yeux durant tout le jeu, ce sont les graphismes. Le moteur du jeu est le même que sur les précédents jeux d'Arkane studios, mais cette fois-ci amélioré et plus performant. On peut dire que DEATHLOOP s'inscrit dans ces beaux jeux sans atteindre un niveau digne d'un RDR2 ou d'un The Last Of us part II. Néanmoins, le jeu n'en reste pas moins très plaisant à regarder visuellement. Comme quasiment tous les jeux next-gen de 2021, il y a plusieurs modes graphiques. Le fameux mode "Raytracing" qui donnera un rendu en 4k dynamique 30 fps ainsi que le raytracing, un mode "qualité visuelle" en 4k dynamique en 60 fps variables sans raytracing, puis un mode "performance" en 4k dynamique 60 fps stables sans raytracing. Vous aurez donc le choix, selon vos goûts. J'ai opté pour le mode "Raytracing", autant vous dire que je n'ai pas été déçu. Les textures sont fines, les couleurs vives, l'environnement beau, le raytracing fait son petit effet dans les zones ensoleillées et le 30 fps ne se remarque même pas. Un vrai plaisir ainsi pour les plus pointilleux d'entre vous.

Je tiens à souligner que même avec le mode raytracing, il n'y a aucun ralentissement, que ça soit pendant une infiltration, une phase de gun fight ou même avec des explosions. Le jeu tient bien et la PS5 est pleinement utilisée, l'optimisation du jeu est parfaite, on peut saluer le travail ainsi effectué des développeurs.

La direction artistique est aussi époustouflante. Peu importe où vous allez, le jeu propose des décors ainsi que des choix de couleurs et d'environnements très pertinents. Chaque zone a sa propre identité, mais elles sont reliées par une DA somptueuse qui montre clairement une maîtrise parfaite de la part d'Arkane Lyon.

Passons ensuite à la bande sonore. Elle est d'une qualité rare ! La musique apporte ici ce côté toujours plus "mystérieux", "épique", "surnaturel" et j'en passe. Que ça soit l'ambiance générale du jeu à base de petites mélodies pour l'infiltration ou une bonne dose de métal durant les gunfights, le tout s'intègre avec brio sur le reste du jeu. Même en ce qui concerne le sound design du jeu, c'est une nouvelle fois excellent. Les armes ont des bruits très différents, ainsi que les modules. Chaque son est bien choisi, rien n'est laissé au hasard. Le travail général du son est donc parfait.

Ensuite, penchons-nous sur un aspect qui n'est pas parfait, je parle bien du gameplay. Dans son ensemble il est plus que correct, mais on peut y trouver quelques failles. On peut voir ici deux gameplay différents, l'infiltration et les gunfights, l'un comme l'autre possèdent des qualités et des défauts. Pour ce qui est de l'infiltration, armez-vous de patience, car la prise en main n'est pas simple, c'est plutôt l'IA qui est mal faite, les ennemis sont un peu bêtes, mais parfois sont des génies. Leurs champs de visions sont aléatoires et votre infiltration peut être compromise par un PNJ qui pourra vous repérer de manière très soudaine. Quand ils voient un cadavre également, ils ont une manie assez bizarre de chercher uniquement vers vous, pas ailleurs. Enfin, pour ce qui est des armes silencieuses, les PNJ ont tendance à les entendre et même de loin, ce qui va donc vous faire repérer une nouvelle fois. En revanche, une fois que vous maîtrisez le jeu, vous allez pouvoir enchaîner les kills avec vos pouvoirs et la satisfaction sera présente.

En ce qui concerne les phases de gunfight, c'est un peu mieux, les armes sont très efficaces avec un recul réaliste et des designs très soignés, mais l'IA est encore une fois à la ramasse. Lors de vos divers affrontements, les ennemis vont tout simplement venir vers vous à la chaîne, de plus certain essayeront de se déplacer sur les côtés pour vous toucher, sinon ils viendront devant vous. Certains ont également tendance à s'éloigner pour aucune raison, car ils finissent parfois par tomber au bord d'une falaise.

Si on oublie l'IA qui reste très moyenne, on est ainsi sur un gameplay classique plus tourné action que discrétion tout de même. Le jeu permet quand même de s'infiltrer et d'explorer de manière fluide les différents lieux avec parfois des aides du décor ou des objets piratables à droite à gauche.

Étant donné que le jeu est une exclue PS5 pour un an, les développeurs ont donc pris le plaisir d'utiliser la machine de SONY autant que possible. On peut noter des temps de chargement assez rapides, on parle par exemple de 20 secondes environ pour lancer le jeu et de 10 à 15 secondes pour charger un niveau, ce qui permet alors de ne pas s'ennuyer pendant les transitions. Il y a ensuite l'utilisation de la DualSense. Cette dernière est exploitée de manière parfaite, chaque arme, chaque pouvoir ainsi que tous les objets que vous pouvez utiliser ont une sensation différente sur la manette, les retours haptiques apportent un sentiment réel de prendre l'objet. Pour ce qui est des gâchettes, c'est pareil, les armes ont toutes une sensation différente, les pistolets eux auront une petite force sur la gâchette, tandis que les fusils à pompe devront nécessiter une plus forte pression de votre part. Le tout fonctionne parfaitement et renforce l'immersion.

Enfin, certaines options ne sont pas négligeables. On peut par exemple changer la FOV ("Field Of View" en anglais) qui permet d'avoir une vision plus élargie et un champ de vision plus grand. Cette fonction n'est pas désagréable, car elle permet de régler la caméra de notre personnage à notre guise. On pourra également régler l'ATH, l'assignation des touches et certains éléments de gameplay. Rien de bien incroyable, mais on peut en parler un peu pour montrer que les développeurs n'ont pas fait les choses à moitié.

Pour conclure, le contrôle technique est correct, malgré une IA franchement instable. Le reste est de très bonne qualité, un gameplay classique qui se rapproche d'un DISHONORED, mais qui a des particularités propres à DEATHLOOP. Pour ce qui est du son et des graphismes rien à redire, les deux sont tout simplement parfaits. Le jeu en lui-même ne contient que très peu de bugs, de freezes ou autres problèmes. Enfin, l'utilisation de la DualSense et de la PS5 embellissent le tout pour rendre une expérience de jeu fluide et agréable.
Plaisir à jouer et à rejouer
Ici je vais parler du jeu dans son ensemble et de mon ressenti vis-à-vis du jeu. Avant de rentrer pleinement dedans, le jeu venait d'être nominé aux "game awards" pour la catégorie jeu de l'année, j'ai donc joué au jeu avec une certaine espérance, tous les jeux ne sont pas nominés pour le GOTY.

D'abord, mon expérience fut un ascenseur de sensation pour être honnête. Le début du jeu est à mon sens beaucoup trop rapide, en l'espace de 1 h 30 environ, on est frappé par beaucoup trop d'informations à la minute. On suit un tutoriel, mais on ne sait pas vraiment pourquoi on le fait et à quoi cela sert. C'est vraiment après ce dernier que le jeu prend tout son sens, l'exploration de l'île ainsi que tous ses mystères à découvrir nous donnent toujours plus envie de rejouer.

Le jeu n'est pas facile au début, tel que je l'ai expliqué dans la partie technique, l'infiltration est assez dure à prendre en main, ce qui fait qu'on peut être frustré rapidement si on n'est pas un peu patient. Mais une fois qu'on commence à comprendre les mécaniques de jeu, qu'on obtient des armes, le kiff est alors total ! On prend vraiment un plaisir fou à explorer les différents quartiers à la recherche soit d'armes, soit de plans pour tuer les visionnaires. On en apprend également beaucoup avec la tonne de notes qu'on peut trouver sur Blackreef concernant Colt, Julianna et les huit cibles présentes dans le jeu.

Tout ça mis bout à bout, le temps défile à une vitesse fulgurante, on poursuit le scénario, on récupère des armes surpuissantes et nous voilà déjà à une quinzaine d'heures de jeu. Ce qui est assez plaisant dans DEATHLOOP, c'est la liberté. En effet, on peut faire ce que l'on veut quand on veut, rien ne viendra vous déranger si vous ne voulez pas avancer dans le scénario, libre à vous de faire ce que vous voulez. On prend donc un véritable plaisir manette en main, l'utilisation de la Dualsense, les temps de chargement, le scénario mystérieux, cela procure une envie d'explorer encore et encore pour donner des réponses à nos nombreuses questions.

Malgré tout ça, certaines choses viennent gâcher la copie, on pourra par exemple prendre la fin du scénario, qui est un peu bâclée et qui ne répond pas forcément aux attentes du joueur. La difficulté, est, elle aussi, parfois aléatoire, certaines zones sont très faciles, tandis que d'autres requièrent une maîtrise du jeu un peu plus avancée. Enfin, les activités peuvent parfois manquer, il n'y a pas de collectibles, ni de "quêtes secondaires" à proprement parler. C'est alors un peu dommage, car une fois le scénario bouclé, le temps de jeu va considérablement se réduire.

On pourra également souligner la pauvreté dans les personnages. En effet, mis à part Colt et Julianna, le reste du scénario ne met pas assez en lumière les visionnaires. On en apprend un peu sur eux, mais on aurait vraiment aimé en apprendre beaucoup plus sur leurs intentions et pourquoi ils sont dans cette boucle.

Enfin, le mode multijoueur n'apporte quasiment rien à l'ensemble du jeu. L'idée de base est intrigante, pouvoir envahir la partie solo d'un autre joueur amène un sentiment un peu mesquin de "je veux ruiner ta partie". Mais le plaisir n'est pas là, comme évoqué durant la partie technique, le mode souffre d'énormes problèmes en tous genres qui viennent totalement ruiner le plaisir. Pour couronner le tout, deux trophées sons directement liés à ce mode. Cela donne donc un effet de "calme avant la tempête", le mode part sur une idée novatrice mélangeant à la fois solo et multijoueur, mais les différents problèmes viennent gâcher un plaisir de jeu qui n'aurait pu être que meilleur. C'est de ce fait un échec total du mode. Pour un maximum de plaisir durant le jeu, je vous conseille de rester le plus longtemps possible sur le mode solo.
Chasse aux trophées
Peut-être que c'est le paragraphe que vous attendiez tous en tant que chasseurs et chasseuses de trophées, le Platine de DEATHLOOP nommé "Vers l'éternité" vaut-il le détour, est-il simple ? Regardons les réponses à toutes vos questions.

Les trophées sont dans un premier temps plutôt nombreux, cinquante-cinq pour être exact, c'est un chiffre assez conséquent qui vous demandera quand même d'y passer un petit peu de temps. Le guide de Bas^ indique un temps de 15 h pour tout faire ainsi qu'une note de difficulté de 4/10. Un platine donc pas très long et sans grande contrainte apparente, mais détrompez-vous, certains trophées vont vous donner un peu de fil à retordre.

Il est bon de savoir qu'aucun trophée ne peut être manqué, les zones sont jouables à volonté même après avoir fini le jeu, il vous sera même nécessaire de revenir plusieurs fois sur chacune d'entre elles pour réaliser des actions bien spécifiques. Plusieurs trophées se débloqueront durant l'histoire tandis que d'autres vont vous demander un peu plus d'attention.

Avec les trophées de DEATHLOOP il y a un problème majeur, la description des trophées. Certaines sont très précises, alors que d'autres sont très vagues et portent parfois à confusion. Il m'est arrivé plusieurs fois de regarder des vidéos YouTube pour comprendre en quoi consiste le trophée. Ici nous avons aussi le fléau de tout chasseur de trophée, un jeu "YouTube". En effet, bon nombre de trophées ont besoin d'une vidéo, car parfois le jeu ne vous aide clairement pas et certaines actions sont clairement cachées. Vous allez donc devoir regarder un nombre plutôt conséquent de vidéos.

Si on oublie ces détails un peu frustrants, le reste n'en est pas moins plaisant, aucun trophée avec des bugs, glitchs ou manquable. Les trophées permettent d'aller encore plus loin dans l'exploration et poussent vraiment le joueur à aller dans tous les recoins de l’île. Certains vous demanderont un peu plus de patience tandis que d'autres sont parfois très amusants à faire. Enfin, certains trophées vont faire augmenter la difficulté de manière fulgurante, d'autres vous demanderont de la rapidité.

Enfin, certains trophées vont malheureusement vous demander un peu de chance, ou de talent, selon comment vous voyez ça. Deux trophées sont directement liés au mode multijoueur et ils ne sont pas simples ! Le premier intitulé (Bronze) Nulle part où se cacher, consiste à tuer Colt durant une invasion de partie, comme je l'ai évoqué précédemment, ce n'est pas une partie de plaisir. Si vous avez un peu de chance, ce trophée tombera en peu de temps et facilement, sinon vous allez devoir vous armer de patience. Le second, nommé (Bronze) Cabine d'essayage, consistera à prendre l'apparence de Colt avec le module de Julianna qui permet de prendre l'apparence de quiconque. Comme pour le premier, ce n'est pas facile, mais ce dernier est un peu plus accessible. Vous allez devoir vous approcher du joueur adverse qui incarne le héros principal et activer le module sur lui, avec de la chance le trophée tombera avant votre mort certaine.

Pour conclure, les trophées de DEATHLOOP sont un bon moyen d'aller encore plus loin dans l'exploration du jeu, le fait de pouvoir rejouer sur toutes les cartes aidera grandement votre chasse et le reste permet de prendre du plaisir dans un platine pas très long à obtenir. Néanmoins, les trophées multijoueur sont eux un vrai cauchemar, il est bon de mentionner aussi que si à l'avenir les serveurs du jeu ferment, le platine sera définitivement bloqué. Dommage, car cela ne concerne que deux trophées au total. Il y a aussi le fait que le jeu nécessite énormément l'aide de YouTube, vous pouvez faire sans, mais le temps d'obtention double directement.
Conclusion
DEATHLOOP est clairement le fruit de toutes les années d'expérience d'Arkane Lyon. On sent que le jeu s'inspire de la licence DISHONORED mais se démarque tout de même en proposant un jeu tourné plus action. Le thème années 70 est maîtrisé et l'environnement est tout simplement réaliste. Le système de boucle est aussi maîtrisé même si vers la fin du jeu, il perd un peu en efficacité. Une bande sonore avec des graphismes plus que corrects ainsi qu'un level design aux petits oignons dressent une copie presque parfaite. On pourra reprocher au jeu une maniabilité un peu rigide à prendre en main, ainsi qu'une IA très moyenne qui aurait mérité mieux à mon sens. Enfin, le scénario est lui très plaisant à suivre même si la fin est un peu bâclée, le développement de personnage méritait mieux également.

Le jeu se place clairement dans le top des jeux de ces dernières années sans atteindre des sommets. Nominé en tant que GOTY 2021, il mérite clairement sa place parmi des titres comme Ratchet and Clank : Rift apart, ou encore It takes Two, grand vainqueur de la cérémonie. Il gagnera tout de même le titre de meilleure direction artistique ainsi que le titre de jeu ayant la meilleure réalisation. On a donc ici un FPS solo qui pourra satisfaire autant les habitués du genre comme les nouveaux joueurs à la recherche d'aventure. On espère que les développeurs apprendront de leurs erreurs pour potentiellement proposer une suite, le jeu possède une histoire et un environnement narratif assez riches pour l'explorer davantage.
J'ai aimé
  • Un système de boucle novateur...
  • Une direction artistique épatante
  • Un sound design soigné
  • Une carte riche et complète
  • Un arsenal dévastateur
  • Un scénario captivant...
  • Un trophée platine pas très long...
Je n'ai pas aimé
  • ... qui atteint vite ses limites
  • Une IA médiocre
  • Un contenu un peu juste
  • Mode multijoueur raté
  • ... malgré une fin de scénario bâclée
  • ... avec quelques difficultés
16
Je recommande ce jeu : À tous, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile

BRS_lefunkise12 (BRS_lefunkise12)

77
387
972
2939