Dear Esther : Landmark Edition

ps4

1
5
4
14
1

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 20/09/2016
Genre(s) : Aventure
Territoire(s) : FRANCE

301 joueurs possèdent ce jeu
10 trophées au total
0 trophée online
2 trophées cachés

100% par : 176 joueurs (58 %)


Note des joueurs :
4.3/5 - 18 notes

Note des 100% :
3.9/5 - 16 notes

Test rédigé par MaxKrieger le 01-10-2016 - Modifié le 07-12-2016

Introduction

Ma chère Esther. Le lendemain de mon rejet sur la côte, du sel dans les oreilles, du sable plein la bouche et les vagues me léchant les chevilles, j'ai eu l'impression que les éléments avaient comploté pour ce dernier naufrage. Je ne me rappelle que d'eau, de pierres dans mon ventre et de mes chaussures menaçant de m'entraîner vers le fond, là où nagent les plus léthargiques des créatures.

Pourquoi la mer est-elle si calme ? Elle vous invite à marcher à sa surface, mais je ne sais que trop bien qu'elle se déroberait sous mes pieds et m’entraînerait au fond. Les rochers ici ont survécu à des siècles de tempêtes et maintenant, volés aux marées, ils se tiennent muets et bancals, temples sans raison. Un jour, j'essaierai d'y grimper, pour y débusquer les œufs, les nids, que les mouettes ont ouvertement abandonnés.

Contenu du jeu

J'ai commencé à grimper, loin de la mer et vers le centre. C'est une ligne droite jusqu'au sommet, où la soirée commence à s'enrouler autour de l'antenne et étrangle les signaux dans un silence prématuré. La hutte de berger s'appuie contre la montagne pour éviter le regard fixe de l'antenne, moi aussi je ramperai sous l'île comme un animal et l'approcherai depuis la rive nord.

Je dois atteindre cette antenne dont le clignotement lent et régulier me guide depuis que j'ai échoué sur la plage. Elle semble dominer toute l'île dont seules les centaines de mouettes qui y nichent connaissent aujourd'hui la topographie. Mon escapade ne devrait pas durer plus d'une heure, même en m’arrêtant pour admirer les somptueux paysages offerts par les Hébrides extérieures.

J'en profite pour coucher sur papier toutes les réflexions que j'aimerais partager avec toi si je réussis un jour à atteindre le continent. D'abord pour ne pas sombrer dans la solitude et la folie, puis pour que tu puisses à ton tour, avec Jessica, Rob et Dan, les partager et expliquer en quatre actes comment je suis arrivé ici et y ai vécu isolé, loin de tous.
Note : 2/5

Aspect technique du jeu

Je commence à présent mon ascension sur le versant vert de la côte ouest. J'ai regardé au plus profond de la montagne depuis le puits et j'ai compris qu'il fallait que je remonte pour ensuite trouver un chemin dessous. Je vais conserver les derniers souvenirs de ma civilisation dans ces murs de pierre et travailler plus profondément à partir d'ici. Je suis attiré par l'antenne et le bord de la falaise : il y a comme une forme de renaissance qui m'attend là-bas.

Mes choix ne se limitant désormais plus qu'à avancer et examiner les vestiges éparpillés sur l'île, pour tenter d'en recomposer l'histoire, mon chemin vers la rédemption semble tout tracé. Loin de toute civilisation, je peux profiter du calme pour repenser longuement aux événements et tenter de comprendre comment j'en suis arrivé là. Pourtant, la frustration de vivre au ralenti, de ne plus pouvoir sauter, ni même enjamber de vulgaires rochers et rondins me rattrape parfois et accentue un peu plus chaque jour mon sentiment d'impuissance.

La beauté du lieu m'a, dans un premier temps, paru toute relative. L'ombre et la lumière semblant progresser à mon rythme provoquaient initialement une gêne étrange, difficile à expliquer, mais qui a disparu avec le temps. Heureusement pour moi, j'ai toujours en tête les magnifiques compositions de Jess. Elles m'accompagnent dans ma solitude depuis mon arrivée et s'accordent à la perfection avec cet environnement onirique et grandiose.
Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer

J'ai oublié depuis combien de temps je suis ici et plus généralement combien de rondes j'ai effectuées. Incontestablement, les lieux me sont maintenant tellement familiers que je dois vraiment me rappeler à l'ordre afin de voir les formes en face de moi. Je pourrais errer les yeux fermés entre pierres et bords de précipices, sans aucune crainte de trébucher et de tomber dans la mer. Outre cela, je suis convaincu que si l'on doit chuter, il est capital de garder les yeux grands ouverts.

Je vis chacune de mes rondes comme un nouveau voyage au cours duquel l'histoire que je reconstitue varie significativement, un éclairage nouveau qui peut remettre en question tout ce qu'il m'avait semblé comprendre jusqu'alors. Plus j'arpente cette île, plus je prête également attention aux détails qui me semblaient jusque-là insignifiants. Il m'a d'ailleurs parfois semblé que certains objets n'apparaissaient pas toujours à l'endroit où je croyais les avoir aperçus lors de mes fouilles précédentes. Percerai-je un jour le secret de cette île ?
Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Mon séjour ici s'avère finalement très plaisant, bien que les objectifs que je me fixe pour me divertir se révèlent plus simples à atteindre que ce que j’espérais. Ce qui m'a occupé le plus longtemps aura été de retrouver ces urnes aperçues au premier jour mais dont je ne retrouvais pas l'emplacement précis. Mais ce que je retiens par-dessus tout, c'est ma quête de la vérité sur ce lieu étrange allant bien au-delà de ces quelques passe-temps et jusqu’à souvent même me priver de sommeil.

Cette nuit encore la bouée m'a gardé éveillé. Je me suis assis, quand j'étais au bord du désespoir, quand je pensais que je n'arriverais pas à percer le secret de l'île, je me suis assis au bord et j'ai regardé cette bouée stupide clignoter à travers la nuit. Elle est muette, elle est débile et elle n'a aucune autre pensée dans sa tête de métal à part clignoter à chaque vague et à chaque minute, jusqu'à ce que l'aube apparaisse et la rende aussi aveugle que sourde-muette. Sur de nombreux points, nous sommes semblables.
Note : 4/5

Conclusion

Remake du remake d'un mod pour ses créateurs et décrit à l'époque par une partie de la presse comme le premier simulateur de marche, Dear Esther est une expérience atypique, entièrement basée sur l'histoire et l'immersion.

Explorez une île isolée des Hébrides extérieures pour découvrir une puissante histoire d'amour, de perte, de culpabilité et de rédemption dans l'un des jeux à la première personne les plus originaux de ces dernières années.

Si le genre a aujourd'hui trouvé son public, ce n'était pas encore le cas à la sortie du mod original en 2008. Il a pourtant permis à The Chinese Room de commencer à se bâtir une solide réputation dans l'univers des studios indépendants.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile

MaxKrieger (VanessaEtNicolas)

93
709
1424
4290