Dead Island 2

ps4

1
5
14
38
16
4

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 21/04/2023
Genre(s) : Action , FPS
Territoire(s) : FRANCE

483 joueurs possèdent ce jeu
58 trophées au total
2 trophées online
26 trophées cachés
2 DLC's

Platiné par : 218 joueurs (45 %)

100% par : 39 joueurs (8 %)


Note des joueurs :
4.3/5 - 3 notes

Note des platineurs :
4.5/5 - 2 notes

Test rédigé par SolisTrad le 04-07-2023 - Modifié le 04-07-2023

Introduction

Image

2014... C'est l'année où a été annoncée pour la première fois la suite tant attendue du fameux Dead Island après un épisode 1.5 complètement raté pour de nombreuses raisons (scénario, carte, graphismes, polémique sur le réalisme des zombies qui ont dû être retouchés). Même la definitive édition de cet opus était encore plus moche que celle de base avec un grain sur l'image qui en a forcément fait transpirer plus d'un.

Repoussé à plusieurs reprises, voire déclaré comme abandonné, le titre a enfin vu le jour le 21 avril 2023. Attendu au tournant, autant par les critiques que les fans, le jeu de Deep Silver nous revient avec une nouvelle bande de survivants tous aussi excentriques les uns que les autres pour visiter les rues de Los Angeles qui est à son tour touchée par le virus qui a frappé précédemment une île de Nouvelle-Guinée.

Il faut également savoir que Dead Island est un jeu purement défouloir destiné à venir casser du zombie plutôt que de se lancer dans une quête épique avec un scénario soigné aux petits oignons. Le speech restera donc toujours basiquement le même, incarner une personne immunisée contre le virus qui cherchera à joindre une personne prête à l'aider pour fabriquer un vaccin supposé aider l'humanité.

Trop souvent comparé à la licence Dying Light qui a effectué un bond dans le post-apo avec sa suite, celle de Dead Island se veut plus proche chronologiquement de notre époque. Il ne reste plus qu'à découvrir si cet opus répond aux attentes fondées en lui.
Contenu du jeu
Ne disposant que d'un mode de jeu, Dead Island 2 vous lance immédiatement dans le bain avec une cinématique d'introduction mettant en avant les personnalités loufoques de chaque survivant qu'il est possible d'incarner avant de vous laisser effectuer votre choix. Après avoir survécu à un crash d'avion, vous allez devoir apprendre rapidement comment survivre dans un monde hostile. Surtout que le virus qui avait frappé la petite île de Banoï s'est mis à décimer la côte ouest des États-Unis où se trouve Los Angeles. Et celle que l'on surnomme habituellement la cité des anges va vite changer de visage.

La prise en main se veut aussi rapide qu'intuitive même si les armes de départ se dégradent un poil trop rapidement si on aime prendre le temps de faire le ménage parmi les grogneurs qui ont décidé de squatter les premiers logements vacants que l'on visite. C'est d'ailleurs le seul moment où l'on sentira un besoin de retenir nos coups car par la suite les armes tombent comme des petits pains en tranchant du contaminé ou en ouvrant les caches qui peuvent être fouillées autant de fois qu'on le souhaite quand on repasse devant en changeant de zone.

Montre-moi ton arme et je te dirai qui tu es

Un bon défouloir comme un Dead Island se doit de posséder un arsenal digne de ce nom. Et de ce côté on est plutôt bien servi entre les armes contondantes classiques comme les battes de baseball ou les tranchantes avec les machettes et autres katanas. De petites nouveautés comme les griffes ou l'utilisation des objets de lancer qui se rechargent sont les bienvenues.

Dans les anciens jeux il fallait créer soi-même tout ce qui était molotov ou grenade alors qu'ici il suffira de les débloquer à certains stades du jeu ou en achetant le plan à un vendeur. Et malgré leur puissance un poil élevée, leur utilisation a été très intégrée au jeu car certains ennemis y seront insensibles pour rendre les affrontements plus équilibrés.

Mais n'oublions pas le plus important quand on parle de cassage de zombies dans un Dead Island : les mods et effets. De ce côté on a clairement de quoi s'éclater avec le nouvel élément qu'est le Caustic-X. Une sorte de poison créé par l'homme en menant des expériences douteuses sur des contaminés qui deviennent un ingrédient secret bien plus dévastateur que l'amour.


Plus on est de fous, plus on casse de zombies

On ne va pas se mentir, la difficulté du jeu est quasi inexistante du moment que vous évoluez sans vous précipiter. Tout a été cependant pensé pour éviter le speedrun inutile car même une différence d'un niveau avec des zombies de base vous passera l'envie de faire des folies. Ceux-ci frapperont si fort que votre barre de santé diminuera à une vitesse folle.

Cela revient à se demander "Bah on n'a pas vraiment besoin de jouer en groupe." Et pourtant... le fait de pouvoir jouer avec ses camarades est un des gros atouts du jeu. Une facette qu'il ne faut absolument pas négliger. Quitte à le répéter, Dead Island 2 est un défouloir, un jeu pensé pour s'amuser et laisser libre cours à sa propre folie. Là où le joueur solo sera toujours concentré pour éviter la moindre baffe pour ne pas finir au sol ou ne pas se faire submerger par un groupe, les personnes en groupe auront une plus grande liberté de mouvement et pourront donc jouer sans complexe.
Aspect technique du jeu
Il est beau le lavabo

La première chose qui saute aux yeux lorsqu'on se promène dans les multiples quartiers de Los Angeles ou lorsque l'on affronte les zombies affamés, c'est la qualité des graphismes pour la Playstation 4. Poussés par une volonté de vouloir offrir un environnement de qualité sans pour autant souffrir de chargements horribles, les développeurs ont effectué un travail irréprochable. Le choix de séparer chaque quartier est malin et efficace même si pour cela il faut souffrir un peu avec des temps de chargement amusants où l'on voit des zombies bouger au ralenti sur une musique lente.

Dans une époque où les jeux sont sortis à la va-vite pour un tas de raisons, il faut le dire quand un titre est bien travaillé et programmé. Ce qui est le cas ici car en dehors d'un très rare bug de texture qui arrive une fois dans l'an quand on découpe un zombie, tout le reste fonctionne du feu de dieu. Pas de freeze ou de ralentissement, pas de bug sur la validation des quêtes ou leur apparition. Idem pour le doublage qui peut parfois souffrir de décalage sur certains titres.


C'est trop calme, j'aime pas ça

Tous les fans dignes de ce nom de la licence connaissent l'ambiance sonore un peu particulière dans laquelle on évolue sur Dead Island premier du nom. Entre les grognements permanents pour forcer le joueur à rester sur le qui-vive même si il n'y a aucune menace à proximité ou les coureurs que l'on peut entendre hurler à des kilomètres pour mettre la pression, on n'avait pas de quoi s'ennuyer.
Est-ce le fait de se retrouver en ville ou juste une décision de l'équipe artistique ? Toujours est-il que le manque de grognements de ce type est regrettable car on entend les mangeurs de chair fraîche uniquement lorsqu'ils sont à proximité.

D'ailleurs les rares musiques intéressantes ne seront de sortie que lors des combats importants. Ce qui est logique car on n'est pas dans un jeu au scénario épique mais dans la peau d'une personne aux excentricités évidentes qui semble trouver un peu trop naturellement sa place dans tout ce bordel ensanglanté.
Il va sans dire que les bruitages et autres sons bien sales feront l'unanimité. Rien n'est plus encourageant qu'un bras qui s'envole ou un bouffeur de cerveau qui finit en méchoui.


T'es un bourrin... ou juste un sadique ?

La question mérite d'être posée quand on voit l'arsenal étendu d'armes et de gadgets. Des plus banales comme les tuyaux ou battes jusqu'aux katanas et griffes. Il est d'ailleurs possible d'effectuer désormais des coups de grâce qui changent tous en fonction de l'arme que vous avez en main pour ajouter une touche de Fatality à cette boucherie déjà gratuite et généralisée.

Désireux d'offrir un peu de changement à la licence, ce Dead Island a dit au revoir aux arbres de compétences classiques pour laisser place à un système de cartes à équiper. Celles-ci, qui se débloquent presque toutes automatiquement en montant de niveau, permettront de modifier votre gameplay jusqu'à une certaine mesure. Comme par exemple pouvoir choisir entre la possibilité d'effectuer des esquives ou de bloquer des attaques en utilisant un même bouton de la manette car il ne sera pas possible de faire les deux.
Seul bémol au tableau, on ne ressent que très peu cet aspect de la personnalisation des personnages à cause de la difficulté réduite du jeu.


Un bestiaire actualisé

C'est sans grande surprise que l'on retrouve les habituels zombies de la licence avec les morts-vivants de base qui avancent à 2 à l'heure, les grosses montagnes de muscles ou encore les cracheurs qui ont trop bien mangé à la cantine. On peut toutefois être heureux de voir que leur façon d'agir et d'attaquer ont été retravaillées pour certains. En particulier les bodybuildeurs qui ne restent pas plantés à un endroit comme des piquets pour juste agiter les bras. Cette fois ils viendront chercher la bagarre et vous retrouver face à plusieurs d'entre eux pourrait être compliqué si vous n'avez pas le bon timing concernant leurs attaques.

La grande famille des décérébrés voit ses rangs s'agrandir avec les Mutateurs qui sont des survivants au destin peu enviable car ils ont été victime d'expériences douteuses et ratées. On pourrait presque les confondre avec des êtres humains normaux de loin. Sauf qu'ils se transforment en créatures grotesques avec le ventre ouvert en deux pour les rendre aussi redoutables au corps-à-corps qu'à distance.
Plaisir à jouer et à rejouer
Pour avoir pris le temps d'essayer le jeu des deux manières, on peut y prendre autant de plaisir seul qu'en groupe. Bien évidemment cela sera toujours plus amusant d'y jouer avec des amis en débranchant son cerveau pour s'amuser à visiter les rues de Los Angeles tout en faisant les idiots car c'est un petit peu le but du titre : s'amuser !
Un concept qui peut sembler étrange aujourd'hui où la grande mode est au tryhard et speedrun.

Surtout qu'on s'éclate du début à la fin sans tomber un seul instant dans la frustration car des ennemis sont trop fort, ni dans l'énervement et la lassitude car il faut passer des heures à farmer telle zone pour trouver telle ressource ou tel zombie. Tout est fluide, tout est bien équilibré, tout est bien pensé pour offrir une expérience de qualité à tout le monde, habitués du genre ou parfaits débutants/joueurs casu. Pour un titre qui est passé par tous les états avant de sortir, on peut décemment dire que c'est une belle réussite quand on voit les problèmes qu'ont pu rencontrer ses concurrents.

Si il y a une mauvaise chose que l'on pourrait pointer du doigt c'est probablement l'écriture du jeu qui aurait pu être largement meilleure. Bien malheureusement il s'agit d'un fléau qui frappe beaucoup de titres récents car les scénaristes sont soit en manque d'idées, soit bridés dans leur créativité. On a droit à des scènes complètement déjantées avec des personnages un poil timbrés qui restent pourtant un peu trop timorés. Ce qui est dommage.

Félicitons également le fait de ne pas nous retrouver avec une liste de quêtes annexes à rallonge ou une chasse aux collectibles démesurée et débile comme cela est trop souvent le cas quand les personnes en charge d'un jeu ne savent pas quoi y ajouter pour en décupler la durée de vie.

J'entends déjà crier les gens qui vont prétexter que le scénario tient sur un timbre poste. Alors, oui, c'est plus ou moins le cas. Au détail près que c'est clairement voulu car on retrouve de nombreux clins d’œil aux premiers opus. N'oublions pas non plus que dans ce genre de situation où une personne démarre son aventure dans une ville infestée de zombies, cette dernière cherchera purement et simplement à survivre. L'implication de certains personnages secondaires qui semblent posséder une importance dans la situation générale qui frappe Los Angeles aurait sans doute pu être plus travaillée car on ignore encore si ils apparaitront dans une suite ou dans les prochains DLC.

Entre une aventure haute en couleur et en hémoglobine, puis un (Platine) largement accessible, je pense que tout le monde y trouvera son compte et passera un bon moment sur le jeu à n'en pas douter.
Chasse aux trophées
Avertissement : comme indiqué sur le guide du jeu, certains joueurs (majoritairement sur PS5) ne peuvent pas débloquer le niveau 30 pour le trophée (Or) La menace max !
À ce jour, aucun patch n'a été distribué par l'équipe qui travaille sur le jeu.

Le (Platine) est largement accessible et très peu contraignant sur les quêtes annexes et les collectibles qui sont en train de devenir un véritable fléau dans le panorama actuel du jeu vidéo. On ne va pas se voiler la face, les quêtes secondaires auraient pu être davantage travaillées. Fort heureusement, elles ne sont pas trop nombreuses car on perd vite en intérêt sur le jeu une fois la trame principale bouclée.
Peut-être que certains avis de recherche ou coffres d'armes pourraient demander un peu de réflexion sans non plus trop forcer la chose. Les défis devraient, eux aussi, être facilement réalisables avec un peu d'application.

Certains trophées comme (Bronze) Chtonk ! qui demande de toucher un mangeur de viande à plus de 35 mètres ne demandera pas plus de quelques essais pour vous donner un ordre d'idée.

Tous les jeux défouloir comme Dead Island sont pensés pour être joués en coop avec des ami(e)s et il aurait sans doute été plus logique de faire plus de trophées autour de cet aspect du jeu comme ce fut le cas dans les opus précédents. Comme faire toutes les missions principales avec des camarades. Là... le côté coop n'est pas du tout mis en avant.

D'un côté le platine est simple à obtenir et de l'autre il manque clairement d'intérêt ou de challenge. Voire de variété ou de petites surprises.
Conclusion
Étant un grand fan de jeux de zombies ou même d'horreur en général j'ai attendu ce titre depuis la première annonce et il va sans dire que l'attente et l'appréhension étaient au rendez-vous. Dans ce genre de cas on est souvent déçu car on idéalise un jeu si longtemps que le résultat ne répond pas à nos attentes et pourtant... ce Dead Island 2 est une véritable réussite.

Accessible, sans prise de tête, jouissif... Nombreux sont les adjectifs qui peuvent être utilisés pour le définir. Sans être le titre de l'année, il ne fera nul doute que toute personne qui tentera l'expérience sera satisfaite.

Sans tomber dans le spoil, le fait d'offrir une fin ouverte peut tout autant promettre des DLC liés à l'histoire principale, soit tendre la main vers une suite directe et peut-être plus travaillée scénaristiquement si le projet est géré de manière moins mouvementée.
J'ai aimé
  • On ne s'ennuie pas une seconde.
  • Un jeu beau et dénué de bugs... Oui, ça existe encore !
  • Un bestiaire revu et agrandi.
  • Le nouveau système de cartes pour personnaliser son personnage.
  • Découper du zombie avec des amis, ça n'a pas de prix.
Je n'ai pas aimé
  • Pas de doublage français.
  • Une ambiance sonore un poil trop reposante.
  • Des quêtes annexes peu intéressantes.
16
Je recommande ce jeu : Aux spécialistes du genre, À un public averti, Aux chasseurs de trophées/platine facile

SolisTrad (Solis_Trad)

101
722
2013
7885