DARQ

ps4

1
8
8
1
12
4

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 04/12/2020
Genre(s) : Action , Aventure
Territoire(s) : FRANCE

13 joueurs possèdent ce jeu
18 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 9 joueurs (69 %)

100% par : 9 joueurs (69 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par matrobymat le 21-04-2021 - Modifié le 21-04-2021

Introduction

Edité et développé par Unfold Games, Darq est un jeu à l'ambiance Limbo, où le joueur devra résoudre des énigmes dans un univers 2D (ou presque) afin d'avancer dans les niveaux. Porté par une direction artistique forte et travaillée digne d'un long métrage de Tim Burton, découvrons ensemble quels adjectifs conviennent le mieux au jeu : minimaliste, chef d'œuvre, banal ? Les réponses dans ce test.

Contenu du jeu

Darq ne s'embarrasse pas avec de la narration. Dès que vous lancez le jeu, vous êtes aux commandes du personnage. Pas de pitch, pas d'explication, pas de cinématique d'introduction, rien, on entre tout de suite dans le vif du sujet. Vous vous retrouvez donc à diriger un personnage androgyne, dont vous ne savez rien, et dont vous ne saurez rien. Jamais au cours de l'aventure il ne sera fait mention de son sexe, de son nom, s'il est mort, vivant, s'il rêve, ou pourquoi il est là. Il faudra vous en contenter.

Bon puisqu'on est là, autant y aller, et jouer. Vous êtes donc dans un univers à la Limbo, tout en nuances de gris, saupoudré à la sauce Etrange Noël de monsieur Jack. Vous dirigerez donc votre personnage dans les sept chapitres du jeu de base et dans les deux chapitres supplémentaires que compte cette Complete Edition. Un peu plus de 5 heures seront nécessaires pour venir à bout du jeu (la difficulté n'étant pas vraiment de mise) ce qui n'est finalement pas énorme pour les 20 euros demandés pour acquérir le jeu sur le Playstation Store à l'heure où j'écris ces lignes.
Note : 2/5

Aspect technique du jeu

La patte graphique de Darq ne plaira pas forcément à tout le monde, mais elle est indéniablement réussie. La direction artistique est aboutie, pour peu que vous ne soyez pas déjà sous anti-dépresseurs. Mélange de Limbo pour ses environnements tout en nuances de gris et de L'étrange Noël de Monsieur Jack pour l'apparence du personnage, tout est bien travaillé et l'ambiance du titre, résolument sombre et mélancolique, est parfaitement retranscrite à l'écran. Certes, les environnements du jeu ne sont pas propices à une profondeur de champ extraordinaire ou à une diversité des décors marquée, mais l'ensemble est cohérent et agréable.

La bande son est dans la même veine : discrète, elle n'est pas marquée par des envolées lyriques à grands coups d'orchestre symphonique, mais le job est fait et colle à la direction artistique du titre. Les sons d'ambiance sont angoissants, et les phases de screamer sont bien marquées et tombent juste.

Le gameplay quant à lui est simple et efficace. Les directions, un bouton pour les actions, un bouton pour les rotations d'écran et un bouton pour accéder à l'inventaire. Difficile de faire plus concis, mais le tout répond parfaitement et il ne m'est jamais arrivé de pester contre un mouvement mal ou pas réalisé. C'est ce que l'on demande à un jeu de ce type et c'est parfaitement fait.

Enfin, je n'ai rencontré aucun bug pendant ma partie.
Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer

A lire les deux premières sections de ce test, on pourrait se dire que Darq est finalement minimaliste et qu'il ne vaut peut-être pas la peine d'être joué. Je dirais que ce n'est pas totalement le cas. Darq est une expérience agréable, qui aurait pu être un beau petit bijou si l'histoire avait été un peu plus travaillée. J'ai beaucoup aimé jouer au jeu, qui recèle des bonnes idées et une bonne ambiance, mais il est vrai que l'absence totale d'histoire est dommageable. Impossible, en l'état actuel des choses, de s'identifier ou de se prendre d'empathie pour le héros. Impossible d'avoir envie d'y revenir une fois le jeu achevé. Ne faire de ce jeu qu'une succession de chapitres sans lien les uns avec les autres est un peu du gâchis, je pense qu'il aurait mérité mieux. Ce que je dis est un compliment.

Car oui, jouer à Darq est plaisant. Au delà de l'ambiance du titre, les idées sont bonnes, la progression est efficace, et on aurait aimé que l'aventure dure plus longtemps. Les puzzles sont intéressants, jamais trop compliqués, jamais redondants, et le fait de pouvoir marcher sur les murs en faisant effectuer une rotation à la caméra ouvre de bonnes perspectives. Il aurait même été appréciable de pouvoir effectuer cette action sur chaque mur des environnements, et pas seulement sur ceux utiles à la résolutions des énigmes et donc de l'avancée dans les niveaux. Cela aurait, très simplement, ajouté quelques fausses pistes qui auraient probablement augmenté la durée de vie.
Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

La liste des trophées de Darq est assez courte, et le platine reste très accessible dans l'ensemble. Ainsi, un seul trophée récompense l'avancée dans le jeu, les autres étant liés à des collectibles ou à des actions spécifiques (liées souvent à réaliser des puzzles rapidement ou dans un nombre de mouvements limités. Les chapitres ne sont pas très longs, il est donc aisé de les rejouer pour trouver ce que l'on a manqué dans un premier temps. Aucun collectible caché n'est un véritable piège, il suffit de bien fouiller les niveaux pour les trouver. Il n'y aura pas besoin de faire disparaitre un mur invisible caché derrière une coulée de lave qui disparait seulement les soirs de pleine lune entre 21h et 21h03, comme dans d'autres jeux. Les trophées basés sur des mouvements limités (comme le célèbre jeu des tours de Hanoï) se réalisent avec un peu d'entrainement, ou au pire avec l'aide du guide des trophées, sans aucun problème.

Reste LE point négatif de cette liste pour moi, les deux trophées liés à des speedruns. Ah, les speedruns, qu'est ce que je déteste ça. C'est purement personnel, mais vraiment, je ne comprends pas cette logique. Obliger le joueur, dans un jeu de réflexion (puisque c'est ce qu'est Darq au final, un jeu basé sur des énigmes à réaliser), à rusher les niveaux au maximum est pour moi une aberration. Si ce n'est pas votre cas, vous pouvez augmenter la note de cette section d'un point. D'autant plus qu'il s'agit de vrais speedrun, puisque mettre le jeu en pause n'arrête pas le chrono, et que le timing est tout de même assez serré. Rien d'insurmontable, mais en ce qui me concerne, la seule expérience négative vécue pendant le parcours de cet opus.
Note : 3/5

Conclusion

Darq est une belle surprise. Servi par une direction artistique efficace et un concept intéressant, le jeu ne souffre finalement que d'une durée de vie trop courte et d'un manque de profondeur dans l'écriture du personnage et de l'histoire. Il en résulte quelques petites heures amusantes et agréables, que l'on aurait aimé plus longues. Espérons qu'il y ait un prochain volet.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12
Je recommande ce jeu : À tous

matrobymat (matrobymat)

155
584
1698
5518