Curse of the Sea Rats

ps4

1
6
5
24
15
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 06/04/2023
Genre(s) : Action , Aventure, RPG
Territoire(s) : FRANCE

10 joueurs possèdent ce jeu
36 trophées au total
0 trophée online
14 trophées cachés

Platiné par : 5 joueurs (50 %)

100% par : 5 joueurs (50 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par dayvyde le 08-04-2023 - Modifié le 05-07-2023

Introduction

Image

Petoons Studios est un petit studio de développement espagnol avec un seul jeu à son actif, un party game prénommé Petoons Party. Pour agrandir sa collection, le studio ouvre un projet de financement participatif sur la plateforme Kickstarter avec un objectif fixé à 15 000€. Et ce sont près de 6000 personnes qui auront permis d'engranger un peu plus de 240 000€ pour aider les développeurs à aller au bout de leurs idées !

C’est ainsi que se voit concrétisé le projet pour Curse of the Sea Rats, un jeu de type ratoidvania tel que le dit le studio. Entendez par là que c’est un style metroidvania mais avec des rats, comme indiqué dans le titre du jeu, vous l’aurez compris.

Est-ce que Petoons Studios est allé jusqu’au bout de ses idées et aura su répondre convenablement à toutes les attentes des fans et de ceux qui ont contribué à la campagne de financement ? Réponses dans ce test !

Test réalisé avec la version 1.3 du jeu.
Contenu du jeu
En l’an 1777, un vaisseau part des Caraibes en direction de la Grande-Bretagne, avec des pirates maléfiques et des prisonniers à son bord. Flora l'ardente, faisant partie de ce groupe lance un sort et l'ensemble des membres présents sur le navire sont transformés en rats. Puis dans la confusion et pris dans une tempête, le bateau échoue sur une plage. Endommagé, impossible de repartir sans le réparer comme il se doit. Qui plus est, au moment de l’accident Flora a kidnappé le fils du capitaine et s’est enfuie avec lui, accompagnée d’autres sbires. Le capitaine du bateau propose alors un marché aux prisonniers restants : leur libération s'ils lui ramènent son fils.

Pour partir à l’aventure et ainsi parvenir à nos fins, il y a la possibilité de parcourir l’univers avec quatre personnages différents : David Douglas, Buffalo Calf, Bussa, Akane Yamakawa. Ils ont tous un style de combat différent et ont également des capacités et aptitudes qui leurs sont propres. Quand David pourra combattre avec un sabre, Buffalo quant à lui se servira uniquement de ses poings et attaquera au corps à corps. Chaque personnage permet donc d’adopter un style de jeu différent, ce qui permet à tout un chacun de parcourir l’aventure comme il le souhaite. Et il est possible de changer de personnage à chaque fois que l’on reprend sa partie, mais également dans des zones précises de la map. Ce qui laisse encore plus de possibilités aux joueurs !

Comme dit en introduction, le jeu étant un ratoidvania l’avancement dans le jeu se fait sur différents écrans, complètement en 2D. Plusieurs biomes seront à traverser avec des zones plus ou moins grandes à chaque fois, je vous laisse regarder une des images ci-contre pour vous donner une idée de ces zones. On ira donc de la plage à la cime des arbres d’une jungle, en passant par une zone souterraine infestée d’araignées ou par les entrailles d’un château abandonné, entre autres. Et pour s’orienter efficacement, une carte est disponible à tout instant pour pouvoir se situer de manière assez précise.

Bien évidemment, toute la traversée sera semée d’embûches, avec des monstres en tout genre à occire, ainsi que différents boss chacun étant un sous-fifre de Flora. Tous ont des capacités différentes, il faudra donc systématiquement adapter notre approche pour les vaincre. Mais pour nous aider dans notre quête, il y a la possibilité de parcourir l’ensemble du jeu en coop locale jusqu’à quatre joueurs, chacun prenant alors possession d’un des personnages du jeu !

En plus de cela, un arbre de compétences propre à chaque personnage est à améliorer au fur et à mesure des affrontements, pour lequel chaque victoire nous octroie un certain nombre de points. Ils seront utiles et nécessaires pour débloquer les différentes cases de l’arbre qui permettent d’avoir des bonus en points de vie ou bien de toutes nouvelles capacités bienvenues.
Et aussi, à chaque boss vaincu, une nouvelle compétence est débloquée, comme par exemple le double saut ou le déplacement rapide. Des petits bonus simples en apparence, mais extrêmement utiles à bien des moments dans le jeu.

En cas de mort, notre personnage réapparait à la dernière zone de sauvegarde traversée. Ce sont des lieux où se trouve Wu Yun, une entité mystique qui va aider nos héros dans leurs péripéties. Lorsqu'on lui parle, au-delà de sauvegarder la partie automatiquement, il nous permet de changer de personnage si on le souhaite, mais c'est également lui qui va nous permettre de débloquer les compétences évoquées précédemment. Au-delà de la sauvegarde, passer voir Wu Yun de manière régulière s'avère être très intéressant.
Et histoire d'ajouter un peu plus de contenu, quelques quêtes annexes sont présentes. La majorité consiste simplement à aller chercher un objet quelque part sur l'île pour un personnage précis. Ce qui permet de découvrir des personnalités uniques et souvent hautes en couleurs.
Aspect technique du jeu
Première chose à savoir et qui ravira bon nombre de joueurs : le jeu est intégralement traduit en français ! Certes, les voix restent en anglais, mais il est tout de même bon de souligner le fait que tout le texte est traduit dans notre langue, là où d’autres studios de taille équivalente n’auraient peut-être pas fait le même effort.

Un autre aspect qui est fort intéressant, c’est que graphiquement l’ensemble du jeu ressemble à un dessin animé. Tout a été fait entièrement à la main par le studio et ses équipes, tant les cinématiques que les décors et les différentes animations qui ont lieu en cours de partie. Tout le long du jeu nous avons donc cette impression de jouer à un jeu qui fleure bon la bonne vieille époque des consoles type Super Nintendo ou Megadrive.
Un bon travail a également été fait sur le design des personnages et des monstres présents sur l’île. On identifie très facilement quel type d’ennemi se trouve face à nous, et mention spéciale aux artworks de qualité qui arrivent en plein écran pour présenter les boss au début de chaque combat.

D’un point de vue sonore, c’est légèrement plus décevant en revanche…
Il est vrai que chaque zone de l’aventure a sa musique attitrée ce qui permet ainsi de donner une ambiance bien particulière à chaque biome traversé. Mais globalement, aucune ne reste en tête une fois la session de jeu terminée. Et c’est dommage car il aurait été intéressant d’avoir une bande son bien précise qui permette d’identifier le jeu par la suite.

Là où le bât blesse, c’est qu’à chaque changement de zone il y a un écran de chargement qui peut sembler relativement long. Et il est dommage, dans l’ère vidéoludique dans laquelle nous sommes, que ces changements de zones ne soient pas simplement réalisés par des translations d’écrans par exemple. Cet aspect du jeu vient réellement hacher l’avancée dans le jeu finalement…

Autre point dommageable : il n’y a pas de menu de quêtes. Etant donné que l’on est amené à discuter avec des personnages qui nous demandent de réaliser différentes actions, il n’y a aucun moyen de trouver une trace de qui a fait quelle demande. Et encore moins de savoir où se situe la personne d’origine. Mais avec la dernière mise à jour, il est possible de placer des indicateurs sur la carte du jeu pour pouvoir identifier et repérer des emplacements bien précis. Une fonctionnalité très bien venue !

Le jeu propose de la coop locale, digne des jeux d'il y a vingt ans, à l'époque où internet et le jeu en ligne existaient à peine. Le principe est simple, chaque joueur prend une manette et choisit un personnage, puis tout ce beau monde se déplace ensuite sur le même écran. Ce mode a le mérite d'être présent, mais aurait pu être amélioré. En l'état par exemple, si un joueur avance plus vite que les autres, eh bien tant pis, c'est lui que la caméra va suivre en premier lieu, et les personnages restants seront hors champ et automatiquement transportés lors d'un changement de zone. La coop n'est pas exceptionnelle, mais elle permet tout de même de passer un bon moment entre amis.

Tout au long de mon expérience, j'ai été victime de certains problèmes d'affichage, mais rien de bien bloquant ou gênant. A sa sortie, un nombre très important de bugs étaient présents, rendant le jeu impossible à terminer. Mais les développeurs on pris soin d'écouter les joueurs et leurs différents problèmes rencontrés. Plusieurs mises à jour ont alors été déployées pour corriger tout ça !
Plaisir à jouer et à rejouer
A l’image de bon nombre de productions récentes de la part de petits studios, Curse of the Sea Rats ne déroge pas à la règle et peut prétendre faire de l’ombre à certains jeux AAA.

On parcourt l’univers avec la curiosité de découvrir ce qui nous attend dans chaque nouvelle zone. Et le fait qu’elles aient toutes une identité propre ajoute une bonne dose de satisfaction dans la découverte. Avec plusieurs embranchements et chemins possibles pour arriver à un endroit précis, à aucun moment de la frustration ne se fait ressentir du fait de s’être potentiellement trompé de chemin. Qui plus est, des points de téléportation sont disséminés à travers la carte, ce qui permet d’aller d'un endroit à un autre très rapidement sans avoir à tout parcourir inutilement.

Il faut également savoir que le jeu n’est pas linéaire. Entendez par là que le joueur a la liberté de se balader à travers l’île comme bon lui semble. Les affrontements contre les boss se feront alors dans des ordres différents, mais quoi qu’il arrive, la destination finale sera atteinte. Et chaque boss vaincu apportera son lot de satisfaction, en premier lieu du fait d’avoir gagné la bataille, puis d’avoir obtenu une nouvelle compétence. Ce qui permet ainsi d’atteindre de nouvelles zones, autrefois inaccessibles.

La touche graphique du jeu avec des dessins entièrement faits à la main apporte énormément au plaisir de jouer au jeu, qui est de ce fait très coloré et vivant. Ajoutez à cela des personnages avec des personnalités bien marquées et des dialogues intéressants et parfois drôles à lire, et vous avez là un bon mélange pour pouvoir passer un bon moment.

Néanmoins, une fois le jeu terminé, il n’y aura que peu d’intérêt à relancer le jeu. L’histoire du jeu étant ce qu’elle est, vous n’aurez plus rien à découvrir de nouveau. Le peu de rejouabilité qu’il peut y avoir se situe dans l’aspect multijoueur qui peut permettre de faire découvrir le jeu à quelqu’un tout en jouant avec lui sur le même écran.
Chasse aux trophées
De ce côté-là, l’obtention du platine du jeu ravira le plus grand nombre de chasseurs !

Sur les 36 trophées (platine inclus) que propose le jeu, 13 seront acquis en jouant tout naturellement, car il suffit pour ceux-là de battre les différents boss répartis à travers la carte.

Pour les autres, ils consistent en majorité à compléter les quêtes annexes disponibles en réalisant différentes actions au cours de l’aventure. Mais elles seront toutes plus ou moins traitées le long de votre parcours. Et si besoin, les points de téléportation seront plus que bénéfiques pour aller rapidement terminer la quête en question. Mais comme il n’y a pas de menu de quête, à moins d’être doté d’un guide ou de notes, il faudra s’armer de patience pour tout compléter.

Le seul trophée qui pourrait demander un tant soit peu de farm serait (Or) Maestro des capacités qui demande de déverrouiller l’ensemble des compétences présents dans l’arbre des quatre personnages. Mais si vous n’évitez aucun combat, alors il devrait être débloqué assez simplement vers la fin de votre aventure. Auquel cas il suffira de retourner se balader dans des zones bien fournies en ennemis, et enchaîner les éradications.

Petite (ou grosse, c'est selon) ombre au tableau : il faudra refaire le jeu au minimum deux fois pour obtenir le platine. En effet, il y a trois trophées qui sont liés à la visualisation de fins différentes. Il faudra donc obligatoirement finir l'histoire avec deux runs différents minimum, voire trois fois. Mais pour ce troisième, avec une gestion des données sauvegardées, il est possible d'éviter d'avoir tout refaire à nouveau. Mais le jeu étant relativement court à parcourir d'une traite, et avec une bonne connaissance des chemins à emprunter, ces fins peuvent être vues rapidement.
Conclusion
Petoons Studio livre une production de très bonne qualité de part sa patte graphique avant tout, avec un jeu totalement dessiné à la main et le style metroidvania colle à merveille au jeu. Même si certains points sont perfectibles, l'ensemble reste de très bonne facture et nous permettra de passer un agréable moment seul ou à plusieurs. Et pour les chasseurs de trophées ici présents, quelques petits allers-retours sont à envisager, mais rien de bien méchant. Une obtention du platine qui se fera donc sans encombre majeure.
J'ai aimé
  • Entièrement dessiné à la main
  • Changement de personnage facile
  • Evolution dans le jeu facile et naturelle
Je n'ai pas aimé
  • Mode coop perfectible
  • Un peu trop court
15
Je recommande ce jeu : À tous, Aux curieux

dayvyde (Dayvyde)

174
746
2049
6537