Control

ps5

1
3
14
50
17
5

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 02/02/2021
Genre(s) : Action 
Territoire(s) : FRANCE

1160 joueurs possèdent ce jeu
68 trophées au total
0 trophée online
23 trophées cachés
2 DLC's

Platiné par : 485 joueurs (42 %)

100% par : 182 joueurs (16 %)


Note des joueurs :
4.3/5 - 9 notes

Note des platineurs :
4.5/5 - 8 notes

Test rédigé par BRS_lefunkise12 le 23-05-2021 - Modifié le 23-05-2021

Introduction

Image

Control est sorti initialement le 27 août 2019 sur PS4, Xbox one et plus tard en octobre 2020, soit un an plus tard sur Nitendo Switch. Le jeu est développé par REMEDY et édité par 505 GAMES connu pour Alan Wake, Quantum Break ou encore les deux premiers Max Payne. Ici encore REMEDY va une nouvelle fois nous surprendre en sortant un nouveau jeu à l'ambiance psychédélique et sombre. Cette fois-ci, on retrouve un jeu en open world classique en TPS et action aventure, un type classique mais qui, vous le verrez, a su tirer son épingle du jeu pour sortir un peu du lot. Le jeu se démarque de part son originalité et sa conception, nous en parlerons plus en détails dans l'aspect technique du jeu. Ici, nous parlerons de l'édition Ultimate qui offre par la même occasion une version optimisée pour les utilisateurs PS5. Cette version, qui a fait son apparition gratuitement sur le PS+, a donc permis à beaucoup de joueurs possédant la dernière console de SONY de profiter de la nouvelle version du jeu. Celle-ci profite des différentes nouveautés de la next-gen comme le ray tracing, le SSD ou encore l'utilisation de la DualSense. L'édition Ultimate offre aussi les deux DLC que propose le jeu, ce qui n'est pas négligeable. Nous allons donc voir dans ce test si cette version Ultimate de Control apporte un vent nouveau ou non.

Avant de passer aux choses sérieuses faisons un petit rappel (ou une mise en bouche pour les nouveaux) du scénario de Control. Le jeu se passe de nos jours dans la célèbre ville de New-York, une civile du nom de Jesse Faden rentre dans un bâtiment nommé le Bureau Fédéral de Contrôle nommé aussi B.F.C. Elle a pour but de retrouver son frère. Sauf que tout dégénère très vite et notre héroïne va devoir traverser ce très grand Bureau en se battant contre le HISS, une entité surnaturelle qui prend le contrôle de celui qu'elle possède. Jesse va donc devoir se battre pour arriver à ses fins. C'est ainsi que commence le jeu.
Contenu du jeu
Bienvenue au B.F.C.


Control est un jeu en monde ouvert, en effet, vous allez pouvoir vous balader sans limite dans le B.F.C., vous avez donc dans un premier temps le mode histoire qui vous prendra environ entre 10 et 15 heures selon votre rapidité dans les différents niveaux du jeu. Vous avez ensuite, comme tout open-world qui se respecte, des quêtes secondaires que les différents PNJ du jeu vous proposeront. Ces derniers vous demanderont de faire des tâches à droite à gauche dans le Bureau. Le concierge Ahti que vous avez déjà rencontré en arrivant dans le B.F.C. vous demandera de faire des tâches dignes d'un concierge, vous allez donc par exemple nettoyer des endroits de la carte en éliminant de la mousse, vous allez aussi parler à des plantes. Bref, vous avez compris, des choses passionnantes. Vous pourrez aussi faire les quêtes de Langston, ce dernier vous demandera de confiner des objets. Plein d'autres quêtes seront également présentes.

Ce mode histoire se compose de missions que vous réaliserez au fur et à mesure. À chaque fois, ces différentes missions vous enverront dans plusieurs endroits du B.F.C. Vous allez donc vous balader dans les différents secteurs du Bureau. Vous retrouverez le secteur exécutif, le secteur de recherche, secteur de confinement et autres. Chaque secteur est plus ou moins vaste, tous différents les uns des autres avec leurs propres caractéristiques. Votre but durant ces différentes balades dans le bureau sera de sécuriser et de purifier un maximum le secteur de la menace qui pèse sur le bureau : le HISS. Point négatif que j'ai remarqué, c'est que la carte du jeu est plutôt grande et malheureusement, on ne peut pas tout explorer avant d'obtenir la capacité "lévitation" sans laquelle on ne peut souvent pas aller bien loin. On se sent donc un peu frustré de ne pas pouvoir explorer le B.F.C. avant un certain moment du jeu. Pour explorer tout cela, vous serez accompagné de votre fidèle arme de service que vous utiliserez pour combattre les différents ennemis qui se dressent devant vous. Ce qui est assez sympa avec l'arme de service, c'est qu'elle peut se transformer de plusieurs manières. En effet, au fur et à mesure du jeu vous allez pouvoir débloquer, grâce aux ressources que vous donneront les ennemis, des "Formes astrales". Ces dernières sont au nombre de 5 et une 6ième que vous débloquerez dans le second DLC du jeu. Ces formes sont toutes différentes les unes des autres. Vous avez la forme de base de l'arme de service qui se nomme "prise" qui n'est ni plus ni moins qu'un pistolet classique.

Vous pourrez par la suite débloquer les autres formes qui sont chacune plus efficaces sur les différents ennemis du jeu. Vous pourrez à chaque fois avoir deux formes d'arme en même temps, vous pourrez alterner entre les deux en appuyant sur carré. C'est dommage cependant, car on est quand même limité, en effet si nous avons par exemple un ennemi qui ne correspond pas à nos armes, vous allez devoir utiliser le pavé tactile pour changer la forme d'arme et retourner au combat, cela casse légèrement le rythme, car cela vous oblige à faire pause dans le jeu. Le plus utile aurait été que chaque forme d'arme soit attribuée à une flèche directionnelle de la manette.

Vous allez aussi trouver dans le jeu des objet altérés qui offriront des capacités nommées "altérations". Ces dernières sont parfois optionnelles dans le jeu, mais certaines sont obligatoires et le jeu vous poussera à les obtenir. Jesse va donc pouvoir faire de nouvelles choses durant son périple. Elle va dans un premier temps obtenir la capacité "lancement". Comme vous vous en doutez cette capacité permet de prendre des objets qui vous entourent et vous allez pouvoir les lancer sur vos adversaires. Vous trouverez aussi des capacités pour esquiver, se protéger et d'autres encore. Mais la capacité la plus importante du jeu, j'ai nommé "lévitation", permet de vous envoler en l'air plus ou moins haut et permet donc d'accéder plus facilement à des endroits en hauteur.

Vous pourrez aussi déclencher des missions secondaires en ramassant des collectibles. Oui, vous avez bien lu, différents collectibles du jeu vous donneront des indications sur des objets altérés qui vous donneront des capacités ou autres. Ces dernières sont facultatives et n'apportent rien à l'histoire globale de Control.

Grâce à ces différentes missions, qu'elles soient principales ou secondaires, vous allez débloquer des points de compétence à utiliser dans un arbre de compétences plutôt bien garni. En effet, cet arbre vous proposera d'améliorer les différents atouts que possède Jesse. Votre santé, vos dégâts de corps-à-corps, la durée de la lévitation et autres. Plus vous avancerez dans l'arbre plus les compétences seront coûteuses en points. En revanche la progression est assez lente, en effet on ne peut pas finir l'arbre complètement même avec les deux DLC. En effet, il y a tellement de compétences que même après mes 26 heures de jeu, l'arbre n'est pas fini, il me manque 4 ou 5 compétences.

Pour finir sur le côté atouts et compétences, nous allons parler des "mods" que nous pouvons attribuer à nos armes, mais aussi à Jesse. En effet à la fin des combats vous allez pouvoir récupérer des atouts différents qui vous donneront des avantages. Par exemple, vous allez pouvoir retrouver un mod "santé" qui offre "+20 %", ou encore "-10 %" sur le recul d'une arme. En sachant que vous pouvez en équiper jusqu'à 3 à Jesse et 3 également sur vos armes quand vous les améliorez. À savoir aussi, plus vous avancerez dans le jeu plus ces mods seront puissants. Il y a 6 catégories de mod, de commun à infini, et plus ils sont puissants plus vos armes et votre personnage seront puissants.

Tous ces atouts serviront à combattre la menace qui pèse sur le B.F.C., le HISS, une entité surnaturelle qui prend le contrôle des personnes affectées et qui a pour but de vous tuer. Cette menace se présentera de différentes manières, en effet le bestiaire du jeu est plutôt bien fourni : du simple soldat, au mastodonte blindé, en passant par les volatiles. Le bestiaire du jeu est assez varié et cela vous demandera donc de vous adapter dans votre style de jeu pour vaincre le HISS le plus facilement possible.

Parlons de quelque chose qu'on n'aborde pas forcément dans les tests, ce sont les options. Rassurez-vous, je ne vais pas vous dire que les options sont jolies et agréables. Je vais plutôt souligner les options d'accessibilité. En effet, ces options permettent de modifier la difficulté du jeu. En effet, le jeu a été conçu pour être assez dur sans pourtant être insurmontable, mais cela ne plaît pas forcément à tout le monde. Pour cela REMEDY a ajouté des options qui permettent de simplifier le jeu. Bien sûr, avant d'activer ces options vous avez des petits messages d'avertissement qui vous indiquent que le jeu a été pensé comme cela et qu'activer ces options change le rendu du jeu. Ces options vous permettent donc de modifier les dégâts que vous subissez pour les réduire ou au contraire augmenter les dégâts que vous faites aux ennemis. Vous pourrez aussi activer l'immortalité (petite anecdote, l'immortalité ne marche pas sur les dégâts de chute, en effet, si vous tombez de trop haut, vous mourez haha.) ou le fait de tuer en une balle peu importe l'ennemi (même sur les boss du jeu cela marche haha) cela permet donc aux joueurs les moins expérimentés de profiter du jeu plus facilement.

Enfin pour terminer sur le global du jeu nous allons parler du scénario, alors préparez-vous du paracétamol et autres médicaments, car l'histoire du jeu est très complexe. Tout au long du jeu, vous allez avoir plus de questions que de réponses, et pour couronner le tout, la fin du jeu ne vous aidera pas et vous donnera encore plus de questions. Et ce qui est dommage, c'est que pour en apprendre plus sur le scénario vous allez devoir lire les collectibles que vous avez accumulés durant tout le jeu. Et si vous êtes plutôt fouineur, vous allez ramasser beaucoup de collectibles, pour ma part à la fin du jeu et des deux DLC j'ai amassé pas moins de 350 collectibles. J'ai donc lu, écouté, et regardé les différents collectibles du jeu pour en apprendre plus sur le scénario du jeu, et pour comprendre un peu plus l'histoire du jeu et du B.F.C. Et malheureusement, j'ai toujours des questions sans réponse. Dommage car le scénario a un potentiel fou.

Si vous en demandez encore après la fin de Control vous allez donc pouvoir vous attaquer aux deux DLC qu'offre l'édition Ultimate du jeu. Vous allez donc pouvoir jouer au premier DLC du jeu nommé La Fondation. Ce dernier vous fera pénétrer dans les bas-fonds du Bureau et vous allez devoir sauver le Bureau d'une menace très importante. Un pylône géant ancré dans le sol nommé le clou. Vous allez devoir réaliser un rituel pour purifier le clou. Ce DLC propose environ 5 à 7 heures de jeu à lui tout seul. Un DLC sympa qui vous permettra de compléter un peu votre arbre de compétence.

Enfin si vous en redemandez encore une fois, vous allez pouvoir vous atteler au second DLC du jeu, le crossover avec Alan Wake. REMEDY a, bien entendu, choisi une de ses licences phares pour l'intégrer dans le jeu. Cette fois-ci, vous serez envoyé dans le secteur de recherche suite à une vision de Alan Wake lui-même. En arrivant dans le secteur de recherche, du champagne vous attend. C'est faux, vous comprenez vite que quelque chose se trame, car les bureaux sont dans un désordre pas possible et il n'y a personne. Au fur et à mesure de votre avancée vous allez devoir enquêter sur ce qui se trame dans le secteur. Une enquête sombre et flippante vous attend...

Pour conclure, le jeu fournit pas mal de contenu, l'histoire principale qui a son lot de quêtes secondaires et d'activités en tout genre vous fera passer quand même un bon bout de temps avec Jesse et le HISS. Sans pourtant être à la hauteur des autres open-world comme les "Assassin's Creed" ou "The Witcher III", Control tire son épingle du jeu pour proposer un contenu relativement généreux. Les deux DLC offerts avec l'Ultimate édition offrent des heures de jeu supplémentaires et apportent un peu de nouveauté dans le B.F.C. Bref, vous n'allez pas vous ennuyer dans votre rôle de directrice.
Aspect technique du jeu
Des temps de chargement ? Où ça ?


Dans cette partie du test, nous allons, comme vous vous en doutez, parler de l'aspect technique du jeu. Avant tout je tiens à préciser que j'ai fait ce test sur PS5 et donc je ne parlerai pas de la version PS4 de l'Ultimate édition. Dans un premier temps, parlons des graphismes. Sur cette version optimisée pour la next-gen nous allons retrouver une des spécificités que les constructeurs ont annoncées pour les nouvelles consoles de salon, c'est le fameux ray tracing. Pour ceux qui ne comprennent pas trop, cette technologie a pour but de rendre les ombres, reflets, et effets de lumière présents dans les jeux plus fidèles par rapport à la réalité. Si vous voulez en savoir un peu plus, je vous incite fortement à aller regarder des vidéos pour en apprendre davantage.

Donc le ray tracing est un outil qui améliore les différents effets que j'ai énumérés juste avant. Et dans cette version PS5 de Control c'est assez bien foutu. Pour profiter de cette technologie vous allez devoir jouer en mode "graphismes", cette version sera donc en 4k améliorée 30 FPS (images par seconde) avec ray tracing, les reflets sont donc améliorés et cela apporte un peu plus d'immersion dans le sombre Bureau. On n'est pas encore dans une utilisation parfaite du ray tracing, mais c'est une première base de ce que les développeurs pourront faire avec le ray tracing dans les jeux futurs, c'est prometteur ! Après, si vous vous foutez du ray tracing et vous aimez les FPS vous allez donc pouvoir jouer avec le mode "performance" qui, lui aussi, sera en 4k améliorée, mais en 60 FPS et sans ray tracing. Ce mode offre donc une fluidité supplémentaire et les joueurs aux grosses sensibilités privilégieront ce mode à celui des graphismes. Pour avoir testé les deux modes, chacun a ses points positifs et négatifs, chacun pourra donc trouver son bonheur.

Pour revenir aux graphismes de base, le jeu est plutôt beau, les textures sont assez belles et réalistes, chaque petit élément du jeu est très fidèle à la réalité. Sans pourtant atteindre un niveau de réalisme comme "RDR2" ou "TLOU2" plus récemment, Control se place dans les jeux les plus beaux et les plus fidèles. Pour rester dans les graphismes parlons de la direction artistique. Pour la faire courte, elle est dans le thème global du jeu : stressante, oppressante et intimidante. Quand vous vous baladez dans le Bureau, les espaces sont grands, voire très grands, mais c'est vide. On dirait que tout le monde a quitté le B.F.C. précipitamment dans la panique, cela renforce le côté menaçant et oppressant du jeu. Même si tous les endroits du jeu se ressemblent par la couleur des murs ou des textures utilisées, les décors sont très différents les uns des autres et on sent que chaque secteur a sa propre personnalité.

Le level design, ensuite, est d'une qualité rare et on sent que le studio finlandais s'est surpassé pour proposer cette merveille. Les décors sont variés et très agréables à parcourir. Le joueur ne sera jamais "perdu" et il aura toujours l'impression d'avancer de lui-même sans être guidé par une flèche en rouge qui clignote pour lui indiquer le chemin. En revanche, le petit bémol, c'est qu'on reconnaît très vite une salle normale d'une salle de boss. En effet, les salles normales seront blindées de bureaux et d'endroits secondaires de part et d'autre de la pièce, tandis qu'une salle de boss sera vaste et peu meublée pour laisser place au combat contre le boss. Si on ferme les yeux sur les défauts, le level design est parfait, varié, innovateur, surprenant, bref tout ce qu'on aime.

Passons à la bande son du jeu. Peu de choses à dire, car il n'y en a pas vraiment. Une musique sonore en fond pour les combats et les gros boss fight, mais en dehors de cela le jeu ne propose pas de musique pour laisser place au silence que propose le B.F.C. En revanche, cela n'est pas forcément un défaut, le silence renforce l'immersion et une musique, peu importe son type, aurait cassé le thème sombre et énigmatique du jeu. En revanche, du côté des effets sonores, alors là, on est au top. Que ça soit les armes, les ennemis, ou le décor qui nous entoure, c'est assez bluffant. Les sons renforcent une nouvelle fois l'aspect étrange du Bureau. Les armes ont chacune leurs propres sons et ont ce petit effet "surnaturel" qui renforce l'immersion du jeu. Quand on lance un objet aussi les sons sont différents selon si l'on jette un objet gros et lourd ou un objet plutôt léger. Une belle performance de la part de REMEDY.

Parlons maintenant du cœur du jeu qui fait toute son originalité, son gameplay. Plusieurs points font que le jeu est très original. Déjà le fait qui, à mes yeux, est le plus important, c'est notre arme principale. Alors oui, avoir plusieurs armes dans un jeu n'est pas révolutionnaire, mais l'arme de service, dans son aspect visuel et technique, cela donne au joueur l'impression d'avoir une arme venue d'une dimension parallèle. Le fait d'avoir plusieurs formes d'arme aussi renforce le côté progression que ressent le joueur. Cela lui donne donc l'impression de progresser de manière rapide durant tout le jeu. Le fait de devoir s'adapter durant les combats en changeant de forme d'arme pour tuer plus facilement ses cibles donne un aspect de changement permanent. En revanche, les combats sont tantôt stressants, tantôt monotones. En effet, un des problèmes dans le gameplay, c'est la monotonie du jeu, les combats sont parfois prévisibles et parfois inutiles dans certaines situations. On peut aussi parler des combats qui popent sans raison apparente. Eh oui, peu importe le moment dans le jeu, peu importe le secteur dans lequel vous vous trouvez, vous allez parfois devoir faire un combat qui ne sert absolument à rien à part rappeler que le HISS est toujours là et qu'il représente une menace. Au bout de quelques heures de jeu, cela devient limite agaçant de se faire déranger pour aucune raison.

Parlons des choses spécifiques aux consoles next-gen, parlons SSD et temps de chargement. En effet, comme vous avez pu le voir dans le titre de la section, les temps de chargement sont quasiment inexistants. Du menu de la PS5 à l'écran titre du jeu, vous pouvez compter avec une main les secondes qui s'écoulent. On a à peine le temps de voir les studios derrière le jeu que nous avons déjà le jeu lancé. Ensuite, vous pouvez compter avec votre deuxième main pour compter entre l'écran titre et le "Control" de votre personnage. Enfin, quand vous mourez ou vous faites un déplacement rapide, vous pouvez prendre votre troisième main (si vous en avez une) pour compter les quelques secondes de chargement. Bref, vous l'avez compris, comparé au jeu classique sur old-gen le SSD est pleinement exploité et cela apporte un vrai confort au joueur.

Autre point de cette version next-gen, c'est l'utilisation du nouvel atout de SONY, la DualSense. Pour ceux ayant déjà essayé la DualSense dans Astro's Playroom vous savez comment cela renforce l'immersion et apporte de nouvelles sensations en main. Eh bien là, c'est pareil, dans Control la DualSense a très bien été utilisée par les équipes de REMEDY. Dans un premier temps, nous allons donc avoir des sensations quand Jesse marche sur le sol. Cela reste secondaire, mais apporte un effet comme si on vivait le personnage. Le plus gros point reste sur les armes, en effet chaque arme a une utilisation différente des fameuses gâchettes adaptatives, cette fois-ci cela apporte une immersion incroyable qui donne l'impression d'avoir l'arme de service en main. Quand on a l'arme de base on sent une résistance moyenne de la gâchette R2 qui nous oblige à appuyer de manière un peu poussée. Pour brisure en revanche, nous allons devoir vraiment appuyer assez fortement pour tirer. Pour perforation, nous allons devoir charger l'arme au préalable avant de tirer, nous allons donc devoir appuyer sur la gâchette et à mesure qu'on avance dans le chargement du tir, la gâchette va devenir de plus en plus dure, et pendant tout ce temps la manette tremble comme si une bombe allait exploser, et quand on tire, on sent les vibrations partir comme si on avait l'arme en main. Je sais que c'est très bizarre à décrire et je reconnais que tant qu'on n'a pas essayé, c'est difficile d'y croire.

Avant de conclure, penchons-nous sur l'IA du jeu. Peu de choses à dire, l'IA n'est pas la plus intelligente du monde, mais n'est pas la plus bête non plus, elle est dans un équilibre normal, elle n'est pas mémorable, mais juste ce qu'il faut. Enfin, nous allons parler des bugs et différents problèmes dans le jeu. Eh bien là, on peut dire que c'est un presque sans faute, je n'ai rencontré aucun bug ni problème majeur durant mes 26 heures de jeu. Aucun problème de texture, de PNJ qui apparait comme par magie ou d'adversaire invisible. Même pas un seul crash du jeu.

Le seul bug que j'ai rencontré, qui est probablement général puisqu'un ami à moi m'a rapporté le même problème, ce problème est tout simple, c'est que quand un des personnages du jeu parle, sa voix est décalée avec celle du son, on va donc voir des bouches qui bougent sans parole qui en sorte, et le souci, c'est que ce souci ne concerne que la VF du jeu. Mais on peut conclure tout de même que REMEDY a bien retravaillé son jeu pour proposer une expérience vraiment très agréable. Juste avant de faire le bilan, je vais revenir sur la VF du jeu, pour être honnête je ne l'ai pas trouvée très bonne, on ne ressent pas beaucoup d'émotion et les voix sont parfois mal attribuées, ne collant pas avec le personnage. Dommage, car il y avait du potentiel. En revanche, la VO est quant à elle plutôt bonne.

Pour conclure, on retrouve une fiche technique quasiment parfaite, le jeu est bien réalisé et cette version next-gen se marie parfaitement avec les nouvelles consoles de salon. Les temps de chargement, la DualSense, les graphismes, le gameplay, le tout donne un résultat qui rend le jeu vraiment intéressant et intriguant. Vous allez pouvoir jouer les yeux fermés et vous concentrer pleinement sur le scénario... enfin si vous y arrivez. L'originalité du titre et ses différentes composantes offrent un vrai vent de nouveauté dans le monde du jeu vidéo. Ce n'est pas un simple shooter qui ressemble à tous les autres, mais un jeu unique qui se démarque du reste. REMEDY a donc pris un risque en sortant ce jeu, et pour moi le challenge est réussi. Ils ont réussi à créer un jeu unique, mais sans tomber dans le trop complexe. Je leur tire mon chapeau !
Plaisir à jouer et à rejouer
J'ai la situation sous Control !


Ici, nous allons évoquer le plaisir du jeu et sa prise en main. Alors pour commencer, parlons de la prise en main. Pour ma part, ayant touché à pas mal de jeux dans ma vie, je n'ai pas été perdu lors de la prise de "Control" du jeu. Le jeu est très facile à comprendre et je pense que chaque joueur y arrivera. Les touches sont simples et diffèrent légèrement sur certains points, on pourra retrouver le corps-à-corps sur la touche (triangle) ou encore la carte sur la flèche du haut, rien de bien perturbant, il faut juste s'y faire. Pour le reste les différents tutoriels du jeu vous faciliteront la tâche, donc rien à signaler de ce côté.

Ensuite passons directement au plaisir de jouer pur et dur, j'ai déjà évoqué la difficulté, sa durée de vie et son immersion plus au-dessus donc pas besoin d'y revenir. Alors de ce côté je suis plutôt mitigé. En effet, quand on commence le jeu on est un peu livré à nous-même sans cinématique d'introduction ou autre. On rentre dans le B.F.C., on croise le concierge on monte au secteur exécutif et basta, le jeu suit son cours. Ensuite, on croise différents PNJ qui vont nous donner des quêtes que je nomme "factrices". On va vous demander d'aller à droite à gauche pour trouver un autre PNJ, pour activer une machine, etc. Cela ne donne pas vraiment l'impression d'être la directrice du Bureau, et on a plus l'impression d'être le stagiaire qui s'occupe des cafés. Le plus dérangeant, c'est que cela ne s'arrange pas avant au moins la moitié du jeu.

En effet le vrai tournant du jeu, c'est quand on obtient le pouvoir de léviter. À partir de ce moment le jeu devient vraiment intéressant, les combats deviennent plus intensifs et l'exploration meilleure, on peut se déplacer plus librement. Et à partir de ce moment du jeu le scénario est un peu plus intriguant et donne envie de continuer. Du coup, c'est vrai que le jeu a vraiment deux phases.

Et ce qui fait la force du jeu, c'est son contenu secondaire. En effet si vous avez un peu rushé l'histoire principale comme moi, vous allez avoir un bon nombre de quêtes secondaires à faire. Et ce qui est fort, c'est que le jeu ne va pas cesser de nous surprendre, vous pourrez par exemple passer d'une quête banale à un boss incroyablement compliqué. En effet les quêtes sont très différentes les unes des autres et vous n'aurez quasiment jamais l'impression de faire la même chose. Vous avez donc compris, le jeu vous propose un contenu généreux qui vous donnera donc envie de retourner sur le jeu.

Parlons ici d'un problème dans le gameplay qui cette fois-ci concerne les mods d'arme et mods personnels que j'ai déjà évoqué. Il y a deux gros problèmes à mes yeux sur ces atouts. Le premier concerne le taux de drop de ces mods. Pour moi, il est beaucoup trop élevé, à chaque combat environ, vous êtes sur une probabilité de 90 % d'obtenir un mod. Et le sous-problème de ce taux de drop, c'est que dans 70% du temps, ce mod est souvent moins fort que celui que vous possédez déjà. Du coup, vous allez pouvoir le recycler en échange de "monnaie astrale", la monnaie du jeu qui vous permet d'améliorer vos armes. Le deuxième gros problème du jeu, c'est le nombre de mods qu'on peut ajouter sur notre personnage ou sur nos armes. Au début du jeu, vous ne pouvez mettre que 1 mod sur l'arme principale et 1 mod sur Jesse. Pour en mettre plus vous allez devoir améliorer les armes au niveau 2 puis au niveau 3 pour mettre jusqu'à 3 mods à la fois. En revanche pour Jesse vous allez devoir dépenser des points de compétence pour acquérir 2 puis 3 mods en même temps. Et le sous-problème de cette méthode, c'est que la progression sur cette dernière est très longue. Pour vous donner un petit exemple je n'ai débloqué le troisième mod de Jesse qu'à plus de la moitié du jeu, alors que j'avais déjà fait quelques missions secondaires auparavant. En conclusion, ce système est à première vue prometteur, mais est très lent à se mettre en place.

Autre point négatif, cette fois-ci sur le plaisir de rejouer, c'est l'absence de quelque chose d'ultra essentiel à mes yeux : il n'y a pas de New Game Plus. Pour ceux qui ne savent pas de quoi il s'agit, c'est la possibilité de recommencer une partie mais avec tout l'équipement et les éléments acquis durant la première partie. Vous allez donc pouvoir revivre tout le jeu avec la puissance que vous avez accumulée durant ces longues heures de jeu. Mais pour Control vous pouvez oublier. En effet, le studio finlandais n'a pas supposé bon d'ajouter cette fonction dans le jeu. Pourtant cela aurait permis aux joueurs les plus en difficulté dans leur première partie de recommencer le jeu avec tout l'arsenal et donc de vaincre les ennemis plus facilement. Cela aurait permis aussi de refaire le jeu en se concentrant un peu plus sur le scénario. Enfin le NG+ a une fonction principale de faire recommencer le jeu au joueur pour encore plus d'heures de jeu. Donc pour conclure très brièvement, c'est vrai que le plaisir de rejouer n'est pas énorme. Une fois le jeu fait ainsi que les DLC voilà, vous pouvez changer de jeu.

Pour résumer le jeu propose un plaisir de jouer plutôt intéressant malgré un démarrage lent et mal fait. Les différentes quêtes et boss vous feront passer bon nombre d'heures et les deux DLC inclus dans cette édition rajoutent aussi du plaisir de rejouer au jeu. Enfin malgré tout cela les gros points négatifs, c'est le manque d'un NG+. Le jeu aurait pu être vraiment bon dans ce mode, mais REMEDY en a décidé autrement. Surtout qu'en 2019, lors de la sortie du jeu, le NG+ est présent sur bon nombre de jeux, dommage.
Chasse aux trophées
Sortez une feuille, Control surprise !


Parlons dans ce texte des trophées liés au jeu. Il y a un total de 49 trophées plus les trophées des deux DLC, ce qui fait un total de 69 trophées. En revanche pas besoin de faire les trophées des DLC pour décrocher le trophée Platine ! On voit donc que REMEDY s'est impliqué dans ces trophées pour proposer un contenu relativement généreux. Dans ces trophées, on va retrouver des choses plutôt classiques et assez sympas à faire. Tout les trophées peuvent se débloquer en une seule et unique partie et aucun ne peut être manqué. En premier les trophées sur l'histoire tomberont, ensuite les trophées sur l'amélioration de votre personnage ainsi que vos armes, puis les trophées sur les quêtes secondaires (ou inversement si vous faites les quêtes directement), enfin certains trophées nécessiteront un peu d'attention pour les obtenir. Tout cela peut être fait sans l'aide de notre ami Youtube, ou presque. Sur certains passages comme les énigmes du jeu ou certains collectibles, vous aurez peut-être besoin de regarder la solution, mais vous ne serez pas constamment le nez sur votre téléphone pour regarder toutes les soluces car le reste peut se faire sans, donc c'est un point positif.

Un petit point à savoir qui n'est pas des moindres, c'est le fait que les options d'accessibilité que j'ai évoquées plus haut ne bloquent en aucun cas l'obtention du moindre trophée. Donc si vous galérez sur un boss ou une activité quelconque, vous allez pouvoir activer ces options sans aucun problème.
On peut donc conclure que c'est un excellent platine, que vous soyez novice dans la chasse aux trophées ou un vrai pro, tout le monde trouvera son bonheur. La plupart des trophées ne posent pas de difficulté majeure et peuvent se faire rapidement. Néanmoins si vous n'y arrivez pas vous pouvez activer les options d'accessibilité pour vous faciliter la tâche, ou regarder le guide complet du jeu juste ici : CONTROL. Les trophées obligent le joueur à faire tout ce que propose le jeu et donc cela rajoute des heures de jeu en plus, ce qui n'est pas une mauvaise chose. C'est donc pour moi un trophée platine parfait !
Conclusion
Je suis la directrice, je prends le Control


L'heure est au bilan ! Globalement, le tableau final du jeu est plus positif que négatif. Le jeu est assez novateur et différent des autres TPS action/aventure que l'on peut retrouver dans le monde du JV. Le côté sombre et énigmatique du jeu donne une ambiance angoissante et oppressante qui donnera une dose d'horreur. Le vrai point fort du jeu reste son originalité dans son gameplay. L'arme de service principale qui peut se décliner en plusieurs formes offre une vraie variété dans le jeu. L'exploration aussi est très agréable et on se perd facilement dans le grand Bureau. Les environnements sont très beaux, tout comme les graphismes. Cette version Ultimate offre aux consoles next-gen un visuel très plaisant avec le ray tracing qui renforce l'immersion avec des reflets réalistes qui offrent donc un peu plus d'immersion dans le jeu. L'utilisation de la DualSense est très bien maîtrisé et donne l'impression d'avoir l'arme de service en main. Malgré quelques défauts dans le gameplay et l'histoire, le jeu reste quand même bon.

Les quêtes secondaires et autres activités offrent des heures de jeu en plus et permettent donc au joueur de continuer à jouer après la fin de l'histoire principale. Le système de progression est assez fourni et permet au joueur de constamment monter en puissance avec le personnage principal. Le scénario laisse à désirer, mais les différents collectibles du jeu permettent d'en savoir un peu plus sur l'histoire du B.F.C. Enfin, les deux DLC offerts avec l'Ultimate édition offrent du contenu supplémentaire qui donne une nouvelle capacité et offrent une nouvelle fois des heures de jeu supplémentaires.

Pour conclure Control Ultimate édition s'offre un nouveau visage pour les joueurs possédant la next-gen. Les différentes nouveautés comme le ray tracing ou l'utilisation de la DualSense donnent de nouvelles sensations aux joueurs. Le jeu est très novateur et cela peut plaire à tout le monde. Le gameplay est intense et rythmé malgré une monotonie trop présente. Enfin, le jeu propose beaucoup d'activités et choses à faire à l'intérieur du Bureau. On notera quand même un scénario complexe qui gâche légèrement le jeu. Control reste un jeu très agréable que je recommande sans pour autant être le GOTY de cette année. Néanmoins, si vous avez un peu de temps et que vous aimez les jeux d'aventure, ce jeu est fait pour vous ! Je vais donc attribuer une note finale de 17/20.
J'ai aimé
  • Une ambiance et un jeu novateur
  • Un level design incroyable
  • Graphismes impec sur next gen
  • Le ray tracing qui embellit le jeu
  • Un panel d'activités
  • Un trophée platine facile et accessible
  • Les options d'accessibilités pour rendre le jeu plus facile
  • Les deux DLC inclus dans le version Ultimate pour des heures de jeu en plus.
  • La DualSense très bien utilisée
  • Un gameplay rythmé et intense...
Je n'ai pas aimé
  • ...mais assez monotone et prévisible
  • Un problème dans le loot des atouts
  • L'impression d'être le larbin des PNJ
  • Une VF décevante
  • Un scénario trop complexe
17
Je recommande ce jeu : À tous, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile

BRS_lefunkise12 (BRS_lefunkise12)

46
229
610
1757