Captain Tsubasa : Rise of New Champions

ps4

1
2
11
36
17
5

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 28/08/2020
Genre(s) : Sport
Territoire(s) : FRANCE

710 joueurs possèdent ce jeu
50 trophées au total
0 trophée online
17 trophées cachés

Platiné par : 101 joueurs (14 %)

100% par : 101 joueurs (14 %)


Note des joueurs :
4.4/5 - 15 notes

Note des platineurs :
4.3/5 - 8 notes

Test rédigé par Yohko_Kurama le 13-11-2020 - Modifié le 13-11-2020

Introduction

Les plus anciens téléspectateurs de la grande époque de la cinquième chaîne se souviennent forcément de ce générique "♫ Olive et Tom ils sont toujours en forme ♫ Tom, Olivier sont super entrainés ♫". De son nom original Captain Tsubasa, cette œuvre, qui a été créé par Yōichi Takahashi, a amené nombre d'entre nous à tenter les tirs les plus improbables les samedis après-midi dans nos jardins ou sur les terrains de foot du coin.

La dernière fois que Captain Tsubasa est apparu sur console de salon c'était en 2006 sur PlayStation 2 et uniquement au pays du soleil levant. Il y a bien eu quelques jeux mobile, dont l'excellent Captain Tsubasa Dream Team sur iOS et Androïd, mais cela reste un "Gatcha Game". De ce fait, même si le jeu peut très bien se faire en free to play, vous serez nécessairement obligés de sortir votre carte bleue pour pouvoir rivaliser avec les gros "cash players".

Pour ma part, ayant vite basculé sur le manga, savoir que j'allais retrouver les personnages, avec leurs noms originaux, balancer des tirs monstrueux ou faire des arrêts impossibles sur grand écran m'a fait bondir de joie. Rendez-vous compte, mes derniers souvenirs datent d'un émulateur Super Nintendo avec une traduction approximative, sur un vieux PC pendant mes cours de gestion en l'an de grâce 2004. Oui, ces cours n'étaient pas très passionnants, je le concède.

Et donc en 2020, Bandai Namco Entertainment a eu l'idée de faire renaître cette saga très populaire sur console sous le nom complet de Captain Tsubasa : Rise of New Champions et de la faire parvenir sur le vieux continent par le biais de sa branche européenne. Bonne ou mauvaise idée, c'est que l'on va voir.

Contenu du jeu

Vous allez jouer les prolongations

De prime abord, lorsque qu'on arrive sur le menu principal du jeu, on se dit qu'il y a pas mal de choses à faire et cette impression va se confirmer par la suite. Commençons tout de suite par le plus gros morceau, le mode Aventure.

Ce mode Aventure est scindé en deux parties. Dans un premier temps le mode histoire, dans lequel vous revivrez la course au titre de la Nankatsu emmenée par Tsubasa lors de sa 3ème année de collège (ce qui correspond au second arc de la série). Vous y affronterez une à une toutes les équipes présentent dans le manga. Vous pouvez aussi bien jouer de la manière qu'il vous plaît ou bien choisir de respecter le scénario original. Dans ce dernier cas vous débloquerez des cinématiques exclusives reproduisant les événements importants de l'histoire (nous y reviendrons dans la partie liée aux trophées). D'une durée relativement correcte, ce mode se montre fidèle à l'anime et permet également de bien prendre en main les mécaniques de base du jeu.

La seconde partie, bien plus conséquente quant à elle s'appelle New Hero. Si vous êtes connaisseur du manga, vous savez qu'après le titre de champion des collèges partagé entre la Nankatsu et la Toho, le coach Mikami compose une sélection nationale afin d'aller disputer un tournoi international en France. Et bien ici, ce n'est pas ça...mais presque. Pour les puristes, il faut prendre ce qui va suivre comme une histoire inédite ou parallèle. Le tournoi en France est donc annulé et on se retrouve dans un tournoi international aux États-Unis où sont invitées d'autres équipes n'apparaissant pas à l'époque dans le manga (Brésil) ou n'apparaissant pas du tout (Sénégal, États-Unis) avec des personnages inédits.

Avant de vous lancer à la conquête du monde, vous devrez d'abord faire vos preuves dans un tournoi national. Vous aurez le choix pour débuter d'intégrer les équipes de la Toho, de la Musashi ou bien de la Furano. Votre but ? Battre la Nankatsu en finale et intégrer la sélection nippone. Au travers de ce mode, vous devrez faire progresser votre personnage et apprendre les techniques de ses rivaux et/ou coéquipiers. Les dialogues sont nombreux et certains très importants si vous souhaitez faire progresser au mieux votre prodige. Sept matchs vous attendent au cours de ce mode, chacun durant environ 10 minutes. Couplez cela aux différents dialogues et ce sont quelques bonnes heures de jeu qui s'offrent à vous. Pour parfaire le tout, une fois la victoire finale acquise, vous pourrez enregistrer votre personnage et le faire intégrer une équipe personnalisée afin de l'essayer en ligne par exemple. Vous pouvez créer autant de personnages que vous le souhaitez à condition de recommencer un mode New Hero à chaque fois.

Vient ensuite les parties libres. Tout y est fait pour assouvir au plus vite votre envie d'envoyer un tir du tigre. Jouer en solitaire en lançant matchs rapides, championnats ou simplement vous exercer aux tirs au but. L'option multijoueurs est également présente puisque vous pourrez affronter un adversaire en local ou bien participer à la ligue en ligne. Des joueurs y sont toujours présents, même si parfois la recherche d'un adversaire est un peu longue.

Enfin, il y a les annexes du jeu. Cette partie comprend un store avec de la monnaie ingame vous permettant de dépenser des points ou des crédits dans des packs de cartes à collectionner, délivrant également des items d'entrainement pour votre personnage en mode New Hero, ou bien acheter de nouveaux skins, ou rangs pour vos équipes personnalisées. Vous aurez également accès à un glossaire détaillant chaque joueur inclus dans le jeu ainsi qu'un mode entrainement afin de parfaire vos connaissances de jeu.

Histoire, solo, multi, vous l'aurez compris, Captain Tsubasa : Rise of New Champions distille un contenu conséquent où il y a toujours quelque chose à faire.
Note : 5/5

Aspect technique du jeu

Non, le terrain n'est pas ovale

Je vous avoue qu'à l'annonce du jeu, je me suis demandé quand même, comment une licence pareille allait pouvoir allier utilisation de techniques spéciales et dynamisme. Je craignais des temps de pause ou bien un manque de cohérence dans le gameplay. Et bien pas du tout. De manière plutôt simple et maline, le jeu a su proposer quelque chose sans temps mort au cours des matchs en nous gratifiant des actions emblématiques de la série. Sans entrer dans les détails, sachez que si de prime abord, la prise en main peut sembler un poil compliquée, chaque match sera précédé d'un petit tutoriel afin de vous familiariser avec le jeu. De ce fait, après quelques matchs, vous deviendrez le roi du ballon rond. Au passage, le mode entrainement est d'ailleurs plutôt bien fait et je conseille d'y faire un saut. Le nombre de techniques peut sembler assez conséquent mais dans la pratique, cela vient naturellement au bout des doigts.

Du côté des graphismes, on est dans ce que Bandai Namco nous propose habituellement. Comme dans Dragon Ball Z Kakarot, on retrouve bien le côté animation/manga du jeu. Les personnages sont modélisés de manière fidèle à l'anime, le jeu n'a pas à souffrir d'une quelconque comparaison avec ses pairs. Le jeu est fluide et aucun ralentissement n'a été constaté après plusieurs heures de jeu. La bande son quant à elle accompagne bien nos matchs. Discrète en cours de partie, elle souligne l'activation du mode V (effet à durée limitée en fonction des capacités de votre capitaine) d'un manière plus brutale, faisant monter en intensité l'attention portée au match.

Malgré ce constat somme toute sympathique, quelques ombres viennent ternir un peu le tableau. La caméra tout d'abord. Si le jeu offre la possibilité d'une caméra plus élargie, on constate quand même qu'elle zoom trop lorsque que l'on rapproche notre joueur près du bord de l'écran ou que l'on va s'enfermer près d'un poteau de corner. Du coup, on se retrouve à passer la balle un peu à l'aveuglette à un coéquipier. Les temps de chargement ensuite. Ces derniers sont quelque peu longs et quand on sait que le mode New Hero est ponctué de nombreuses scènes destinées à améliorer votre joueur, cela devient quelque peu frustrant. Enfin le mode en ligne. Comme je le disais plus haut, d'autres joueurs y sont encore présents, mais pas tant que ça quand même pour un jeu sorti en août dernier. On se retrouve donc parfois à affronter des adversaire d'un niveau bien supérieur sans pouvoir parfois tirer une seule fois au but. En effet lorsque l'on tente un dribble, si l'adversaire ne tacle pas, notre joueur marque une courte pause. C'est à ce moment là que la partie adverse choisie pour tacler et vous subtiliser le ballon. Si ce fait n'est pas dérangeant face à l'IA, cela devient vite un calvaire en ligne pour peu que vous tombiez face à quelqu'un qui maîtrise parfaitement cette mécanique. Tout ceci n'est qu'un petit grain de sable dans le jeu, mais c'est malgré tout à souligner.

Bandai Namco nous propose donc un jeu fidèle au manga, nerveux et astucieux, pas parfait certes mais d'une qualité tout à fait dans les normes de ce que l'on pouvait espérer.
Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Un mode RPG mais pas trop

Il va sans dire que pour prendre du plaisir à ce jeu il vous faudra forcément aimer le football et/ou le manga, cela parait une condition essentielle. Une fois ce prérequis en poche, installez vous et "Have fun" comme ils disent. Comme cité précédemment, le jeu se prend assez facilement en main avec un peu de pratique. Une fois installé, on a qu'une hâte, c'est d'envoyer un tir démentiel dans les filets adverses. Qui n'a jamais rêver d’exécuter le Skylab des frères Tachibana ou mieux encore, sauter depuis les pieds du géant défenseur japonais Jitô et envoyer un mortel Twin Shoot qui enverra également le gardien adverse au fond de ses buts. C'est ça qui rend le jeu plaisant, retrouver les actions folles de notre enfance (pour les plus vieux d'entre nous), et pouvoir les utiliser d'une manière simple. J'ai beaucoup parler des tirs mais les tacles, passes, dribbles et arrêts ne sont pas en reste. Un cours gros plan viendra souvent appuyer ces actions et en déclenchant des arrêts spéciaux vous aurez même le plaisir de voir Wakashimazu prendre appui sur les poteaux afin d'arrêter le ballon par exemple.

Si le mode histoire se révèle plaisant, c'est surtout le mode New Héro qui détient toute la saveur du soft. En effet, en évoluant avec l'équipe nationale du Japon vous permet de concentrer les meilleurs joueurs à votre disposition et par conséquent le plus de techniques. Battre les autres équipes nationales adverses vous permettra d'ailleurs de pouvoir les utiliser dans les parties simples, ou mieux créer votre propre équipe en mixant les meilleurs joueurs possibles. Si vous souhaitez débloquer toutes les équipes nationales, il vous faudra d'ailleurs y passer par trois fois afin de prendre des bifurcations dans l'histoire et affronter des équipes différentes en finale.

Améliorer son joueur s'avère aussi très satisfaisant en le faisant dialoguer avec plusieurs personnages clés du manga afin d'apprendre leurs techniques spéciales. Malgré tout, après plusieurs mode New Hero, que ce soit pour les trophées ou créer de nouveaux personnages, un effet de redondance peut s'installer. Je pourrais déplorer le manque d'originalité dans les dialogues qui seront à peu de chose près les mêmes pour l'obtention des techniques spéciales.

Le jeu développe également un aspect collection. En effet, en réussissant des défis, en gagnant des matchs en ligne ou bien grâce aux bonus de connexions journalières vous pourrez accumuler des points à dépenser dans le store. Si l'achat de skins pour votre avatar demeure sympathique, vous aurez aussi la possibilité de dépenser vos points dans des boosters de cartes à collectionner afin de posséder chaque personnage du jeu. Ces boosters vous donneront également des items d'entrainement afin d'améliorer votre joueur.

Captain Tsubasa : Rise of New Champions est un jeu à la portée de monsieur tout le monde pour peu que l'on s'intéresse à la série. La difficulté y est modulable, mais peut vous opposer suffisamment de résistance si vous le souhaitez. Il va sans dire également, qu'avec la possibilité d'affronter des adversaires en ligne ou bien des amis en ligne ou en local, les heures de jeu qui vous attendent peuvent être infinies. Dommage que les choix de dialogue n'aient pas plus d'influence sur le mode New Hero.
Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Un seul tir non cadré

Attaquons-nous maintenant à la partie qui justifie votre inscription sur PSTHC, les trophées. Comme souvent ils se répartissent en plusieurs catégories liées aux différents aspects du jeu. Je rassure immédiatement ceux qui y sont hermétiques comme moi, il n'y a aucun trophée lié au mode de jeu en ligne.

Cette bonne (ou pas) nouvelle passée, détaillons un peu la suite. Le mode histoire sera ponctué par les trophées récompensant les victoires contre les équipes qui parsèmeront votre aventure. Malgré tout, un trophée viendra légèrement durcir la chose en la personne de Souvenir d'un combat acharné. Il s'agira d'obtenir toutes les cinématiques correspondantes aux moments clés du manga. Il vous faudra donc pour ça coller au mieux à l’œuvre originale afin d'obtenir chacune d'entre elle. Sachez que si vous en ratez, une fois l'histoire terminée, vous aurez la possibilité de rejouer uniquement le match souhaité et non pas devoir tout refaire.

Ceci fait, le même genre de trophées rythmera votre épopée en mode New Hero. Petite subtilité néanmoins, vous devrez refaire ce mode au moins à 3 reprises pour gagner la finale nationale avec les 3 équipes proposées et même 4 fois afin d'avoir accès à différents adversaires en finale et être remarqué par des recruteurs de divers pays. Rien de bien difficile mais un tantinet redondant comme je l'ai expliqué plus haut. Vous devrez également en profiter pour faire dépasser les 150 points de statistiques à votre joueur. Ceci s'avère assez simple si vous lui faites apprendre les techniques les plus puissantes au cours de votre aventure.

Vient ensuite la catégorie des actions spéciales à réaliser. Ici rien de bien compliqué et si vous possédez une seconde manette, vous pourrez même vous faciliter la vie en exécutant ces actions face à vous même en multijoueurs local. Il s'agira le plus souvent d'utiliser un certain nombre de fois telle ou telle technique spéciale ou bien gagner 100 matchs, ce qui ne devrait poser aucun problème.

Mais, car il y a un mais, un trophée totalement inutile et fastidieux vient gâcher une liste cohérente et prometteuse. Je parle de Partenaire idéal. Un peu plus haut, j'ai évoqué les cartes à collectionner via l'achat de boosters avec la monnaie ingame. Et bien il vous faudra améliorer une de ces cartes au niveau 6 soit le niveau maximal. Quand on sait qu'un booster coûte 300 points, qu'il contient 5 cartes, qu'il y a 62 joueurs, que vous les obtenez au hasard mélangées à des objets d'entrainement, et qu'il vous faut 70 exemplaires d'une même carte pour atteindre son niveau maximal, le temps va vous sembler très long.

Malgré ce trophée, le reste de la liste se fait de manière naturelle et demandera un peu d'investissement sans trop vous pousser à bout.
Note : 4/5

Conclusion

Captain Tsubasa : Rise of New Champions s'adresse avant tout aux fans de football et/ou du manga. Bénéficiant d'un contenu conséquent, d'un gameplay dynamique et cohérent avec l’œuvre, ce jeu devrait ravir les nostalgiques du tir tu tigre par une direction artistique soignée. Si le soft manque un peu de profondeur dans son mode RPG, il reste néanmoins plaisant à jouer et peut même devenir assez addictif. Pour couronner le tout, sa liste des trophées est plutôt abordable à une exception près, mais on ne devient pas le meilleur joueur du monde sans se battre, n'est-ce pas ?
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17
Je recommande ce jeu : Aux fans de la série, Aux curieux

Yohko_Kurama (Kurama17)

109
481
1219
3528