Call Of The Sea

ps4

1
4
11
19
14
2

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 11/05/2021
Genre(s) : Aventure, Réflexion
Territoire(s) : FRANCE

22 joueurs possèdent ce jeu
35 trophées au total
0 trophée online
16 trophées cachés

Platiné par : 14 joueurs (64 %)

100% par : 14 joueurs (64 %)


Note des joueurs :
4/5 - 1 note

Note des platineurs :
3/5 - 1 note

Test rédigé par matrobymat le 09-06-2021 - Modifié le 01-07-2021

Introduction

Image

Call of the sea est un jeu d'aventure réflexion à l'ancienne développé par Out of the Blue et édité par Raw Fury. Sorti en décembre 2020 sur PC et Xbox, il aura fallu attendre mai 2021 pour le voir débarquer sur PS4 et PS5. Afin de résoudre les énigmes proposées par celui-ci, il vous faudra faire chauffer les méninges pour un jeu fleurant bon les cocotiers, les palmiers, l'amour et la folie.
Contenu du jeu
Vous vous éveillez dans la cabine d'un paquebot, à la suite d'un rêve étrange et apparemment récurrent où vous semblez être capable de respirer sous l'eau. Vous êtes Norah Everhart, et vous vous rendez sur une île proche de Tahiti, à la recherche de votre mari, Harry. Celui-ci, parti à la recherche d'un remède pour soigner la mystérieuse maladie dont vous souffrez, vous a en effet envoyé un paquet avec des instructions pour vous demander de le rejoindre.

A la suite de ce prologue présent pour poser les bases de l'aventure, vous débarquerez donc sur l'ile en question pour une histoire solo composée de six chapitres, pour une durée totale d'environ six heures. Si cette durée de vie peut sembler courte, elle est en fait respectable pour un jeu de ce genre, et elle est bien évidemment conditionnée par votre faculté à résoudre les énigmes plus ou moins facilement. En effet, Call of the sea n'est pas un jeu d'assisté, et certaines énigmes pourraient vous donner du fil à retordre, tout en restant logiques et non farfelues. La relative difficulté vient surtout du fait qu'il n'existe pas de mécanique d'aide où le protagoniste finit par vous donner un indice, ou celle où un objet important que vous auriez manqué se met en surbrillance au bout de x passages. Et c'est tant mieux.

Pour finir, il faut noter que le jeu est uniquement disponible en VO (avec sous-titres français) et qu'à l'heure où j'écris ces lignes, il est disponible uniquement en dématérialisé, au prix de 20 euros.
Aspect technique du jeu
Loin d'être photoréaliste, Call of the sea adopte un style graphique plus proche de la bande dessinée, à la Firewatch. L'ensemble est très coloré et assez chatoyant, agréable à l'oeil et collant plutôt bien à l'idée que l'on se fait d'une ile "paradisiaque" proche de Tahiti. Non seulement l'ensemble est joli, mais a probablement l'intérêt non négligeable de réduire les couts de développement en terme de moteur graphique. De jour ou de nuit, en intérieur ou en extérieur, par beau temps ou sous l'orage, le tout est cohérent et travaillé de manière égale, avec un rendu final assez qualitatif. Les effets de lumière, comme par exemple la luminosité d'un soleil couchant baignant une plage de sable fin sont bien exploités, dans leur style.

La bande son est du même acabit : de qualité sans être grandiose, elle remplit parfaitement son rôle sans au final rester dans les mémoires. Les sons de l'ile (le bruit des vagues, les cris des animaux etc ...) sont retranscrits de manière agréable, mais il est vrai également que l'ile n'étant pas particulièrement peuplée, la diversité des ambiances sonores n'est pas non plus folle. Mais le job est fait. C'est aussi vrai en ce qui concerne le jeu des acteurs, et particulièrement Norah, qui arrive à bien retranscrire les émotions, et parfois même à être touchante. Le principal est là.

Le gameplay de ce style de jeu n'étant pas particulièrement compliqué, on peut affirmer que Call of the sea bénéficie de ce dont le joueur a besoin : des déplacements à deux vitesses (marche ou marche rapide) fluides, une touche action pour interagir avec l'environnement et une touche pour ouvrir le journal. Voilà, c'est à peu près tout, mais l'ensemble fonctionne bien, et Norah réagit correctement à ce qu'on lui demande de faire.

Enfin, il est agréable de noter que je n'ai rencontré aucun bug lors de ma partie.
Plaisir à jouer et à rejouer
Parcourir Call of the sea est un bon petit moment d'enchantement. Relaxant et plaisant, le jeu procure un certain challenge car, comme je le disais précédemment, il n'assiste pas trop le joueur. Celui-ci n'est pas non plus totalement laissé à l'abandon, car Norah a la bonne habitude de noter dans son journal tous les indices qui lui semblent intéressants. Il "suffit" ensuite de vous y référer pour tenter de résoudre les énigmes. Si cela évite les innombrables allers-retours en les différents lieux, j'aurais préféré personnellement qu'il y ait un peu de fausses pistes dans le journal, car je trouve que Norah a un peu trop de prescience, sachant toujours exactement et précisément ce qui lui sera profitable par la suite ou non.

Dans le même ordre d'idées malheureusement, Norah relate aussi son histoire dans son journal. Comme l'exploration des chapitres est libre, vous pouvez prendre la direction qui vous convient dans l'ordre que vous voulez. Lorsque Norah juge qu'un élément est important, elle l'écrit dans son journal. Ce qui est un peu dommageable, c'est qu'elle va laisser volontairement des espaces dans les pages de son journal, pour venir le compléter par la suite lorsqu'elle aura rencontré le point remarquable en question. Elle est forte cette Norah. Pire encore, il arrive plusieurs fois dans l'aventure qu'elle fasse référence à un évènement qui n'est pas encore arrivé. Par exemple, elle peut laisser échapper un commentaire disant qu'un personnage est mort, alors que rien ne permet encore de le savoir. Plus tard, vous rencontrerez la pierre tombale de celui-ci. Si vous aviez choisi la gauche plutôt que la droite à un moment donné, cela n'aurait pas posé de problème mais là ...

Bon, ces approximations dans le script restent des détails, et ne viennent pas trop entacher une expérience et une histoire qui est agréable à suivre. Comme bien souvent dans ce genre de jeux, rejouer une partie n'a aucun intérêt, puisque tout est connu, et que les énigmes sont rigoureusement les mêmes d'une partie à l'autre. Il existe bien deux fins différentes, mais le choix se limite à l'ultime décision à prendre, et n'a donc aucune répercussion sur l'aventure. Seul l'épilogue de l'aventure s'en trouve modifié.
Chasse aux trophées
Call of the sea évite les pièges malheureusement trop habituels concernant les trophées d'un jeu d'aventure/réflexion. Un tiers des trophées est lié directement à l'histoire et ceux-ci sont donc immanquables.

Pour la suite, il suffira de trouver un objet caché par chapitre, en sachant que ceux-ci ne sont pas particulièrement cachés, et qu'ils nécessitent juste de fouiller les niveaux correctement. Action qu'il sera nécessaire de faire de toute façon pour trouver tous les indices et toutes les entrées de journal existantes, puisque l'ensemble permettra le gain de quatre nouveaux trophées. Encore une fois, rien de farfelu, vous n'aurez pas à soulever une pierre cachée derrière une cascade pour y trouver le cadavre d'une pauvre petite fourmi...

Ajoutez à cela quelques petites actions spécifiques sans conséquence et voilà, le platine sera dans la poche. Pas de speedrun, pas la nécessité de boucler le jeu sans sauvegarder ou ce genre de choses stupides. Je pourrais juste, personnellement, si je chipotais, reprocher un manque de challenge concernant cette liste de trophées. Il est vrai qu'il n'est pas facile d'ajouter une notion de difficulté dans ce genre de jeu, mais par exemple, les développeurs auraient pu ajouter un mode "difficile" dans lequel les notes de Norah seraient absentes. Les énigmes n'en auraient été que plus compliquées, et j'aurais apprécié cela, mais cela n'engage que moi.
Conclusion
Call of the sea est un bon jeu d'aventure/réflexion, pour peu que vous aimiez ce genre. Sans rien révolutionner, il fait tout correctement et les seuls petits bémols d'incohérences (ou plutôt d'imprécisions) de script ne viendront pas gâcher votre plaisir. Les énigmes, intéressantes et non facilitées par des mécaniques d'aide inutiles, vous tiendront en haleine tout au long de ce récit enchanteur et plaisant.
J'ai aimé
  • Les paysages enchanteurs
  • Pas d'aide enfantine
  • Les énigmes
Je n'ai pas aimé
  • Quelques imprécisions de script
  • Un platine un peu trop facile
14
Je recommande ce jeu : À tous, Aux habitués des 100%, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile

matrobymat (matrobymat)

156
588
1707
5535