Bright Memory : Infinite

ps5

1
5
11
14
13
3

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 21/07/2022
Genre(s) : FPS, Indépendant
Territoire(s) : FRANCE

130 joueurs possèdent ce jeu
31 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 82 joueurs (63 %)

100% par : 82 joueurs (63 %)


Note des joueurs :
4.5/5 - 4 notes

Note des platineurs :
4.3/5 - 4 notes

Test rédigé par matrobymat le 25-07-2022 - Modifié le 25-07-2022

Introduction

Image

Bright Memory est un FPS uniquement solo développé par FYQD-Studio. La légende veut que ce jeu ait été développé par une seule personne, Zeng Xiancheng. Peut-on y croire ? Je ne sais pas. Si c'est le cas, cela mérite déjà, en tant que tel, un grand respect. Car il ne s'agit pas ici d'un "petit jeu" indé. En tous cas, il n'en a pas l'air. Il ne s'agit bien sûr pas d'un triple A, mais si vous n'avez pas cette information avant d'y jouer, cela ne vous viendra pas à l'esprit manette en main. Alors qu'en est-il du fond, et de la forme ? Qu'en est-il de la durée de vie, du gameplay, et du plaisir à jouer ? Découvrons cela ensemble.
Contenu du jeu
Dès le lancement du jeu, on sent le professionnalisme. Les menus sont clairs, jolis esthétiquement, classes. On peut tout de suite changer le skin de notre personnage, et j'ai opté pour un joli petit bikini jaune. Oh je vous vois venir, mais non, ce n'est pas pour me rincer l'œil, c'est pour pouvoir mieux apprécier la technique et les mouvements du personnage, ok ? Parce que oui, on incarne une jeune femme dans Bright Memory. Shelia, membre de la Supernatural Science Research Organization (SRO), une société qui lutte contre les phénomènes étranges. La demoiselle était en vacances lorsque son boss l'appelle pour la prévenir (au cours d'une cinématique très jolie également, bien qu'un peu rigide dans les mouvements du protagoniste) qu'un phénomène inexpliqué nécessite son expertise.

Ni une ni deux, vous voilà dans l'action, vous sautez dans une petite navette qui nécessitera quelques QTE de votre part, avant de vous écraser lamentablement non loin d'un petit village japonisant typique (ah les femmes au volant). Vous vous rendez très vite compte que des phénomènes météo inexpliqués sont entrainés par un trou noir, qui a visiblement laissé passer des méchants venus d'une autre dimension qu'il faudra envoyer ad patres (sans même leur dire bonjour ni essayer de discuter). Bright Memory ne s'embarrasse pas de palabres, il va à l'essentiel, trop sûrement, faisant plutôt penser à un manque de travail plutôt qu'à une volontaire taciturnité.

Une organisation terroriste est également sur place (peut-être est-elle à l'origine de ces phénomènes étranges) et ils ne sont pas du genre à vous dire bonjour non plus. Vous vous retrouvez donc à tirer tous azimuts dans divers environnements, pas très diversifiés mais toujours très jolis. Des ennemis humains, des ennemis non humains et quelques boss viendront remplir une aventure courte (trop courte, le jeu doit se terminer en environ 3 heures) mais intense et satisfaisante. Le level design est très simpliste, il s'agit d'un jeu couloir, mais le studio a essayé de l'agrémenter avec quelques à-côtés : une mission d'infiltration, une course poursuite en voiture ou quelques passages très scriptés avec un grappin viennent ponctuer un peu l'histoire, pour se diversifier et renouveler un peu l'intérêt.
Aspect technique du jeu
C'est ici que j'ai du mal à imaginer qu'une seule personne ait pu développer tout ça. L'emballage est quasiment parfait. C'est beau, c'est fluide, ça répond bien, et il y a une patte artistique indéniable. Certes, les cinématiques, jolies également, montrent des mouvements de personnage trop rigides et des visages un peu vides d'expressions, mais in game le jeu est quasiment exempt de défauts techniques. C'est un jeu tout à fait actuel, digne de bien plus grands studios.

La différence se fait dans l'écriture du scénario, presque inexistant ici, et la durée de vie bien trop courte du jeu. C'est dommage, car on aurait aimé que cela dure plus longtemps. Le studio a, comme je le disais, essayé de ponctuer l'aventure par quelques mécaniques supplémentaires, ce qui est une mauvaise idée, car elles sont assez mal exécutées. Les QTE du début du jeu répondent assez mal, il faut spammer le bouton pour que l'action soit prise en compte. Le passage en voiture est assez mauvais, la conduite n'est pas optimale et la visée du lance roquette intégré au véhicule n'est pas performante puisque le réticule ne peut bouger que de gauche à droite, et pas de haut en bas. Le passage d'infiltration ne casse pas des briques non plus, puisqu'il suffit de passer derrière des ennemis qui font des rondes rigides et attendues, pour les tuer par derrière, ce qui déclenche deux ou trois cutscenes, toujours les mêmes. C'est insipide et inutile, le jeu n'en avait vraiment pas besoin. Il aurait mieux valu se contenter de faire ce qu'il sait faire le mieux : du FPS nerveux et efficace.

Là c'est bon, les armes sont peu nombreuses, mais c'est suffisant car en plus elles disposent presque toutes d'un second mode de tir. Le combo arme à feu / sabre fait des merveilles, et on se prend au jeu, on tire, on pare les balles, on contre les attaques au corps à corps, on esquive, le tout avec une parfaite réactivité et un fun de chaque instant. Il est un peu dommage que l'équilibrage du jeu soit mal réglé, car on roule sans trop de problème sur tout le jeu, même en difficulté max, alors que le boss de fin est tout d'un coup bien compliqué (bien que la mise à jour 1.000.001 du jeu vienne nuancer un peu la difficulté de celui-ci selon moi).

La bande son est classique mais agréable, je n'ai pas vraiment de chose à en dire. Elle est assez discrète tout en étant efficace, le job est fait.
Plaisir à jouer et à rejouer
On s'éclate à jouer à Bright Memory. C'est fun, ça déroule, c'est beau, c'est sobre et plaisant. Que dire de plus ? Eh bien... qu'on aurait aimé qu'il y en ait plus, et que le scénario soit plus travaillé. La durée de vie est bien trop courte il est vrai, et le scénario est... très léger. Il y a environ 5 protagonistes dans le jeu, dont on ne sait au final, absolument rien. Ni du passé, ni des motivations, rien. A la fin du jeu, on n'en sait pas plus, ça finit un peu comme un cheveu sur la soupe et... c'est tout. Clap de fin. En fait on a l'impression de jouer à une démo technique du savoir faire du studio, mais pas à un vrai jeu.

Alors oui, techniquement c'est impeccable, et on s'amuse bien, mais il en reste un gout d'inachevé qui fera qu'on oubliera immédiatement le jeu une fois celui-ci terminé. C'est dommage. Compréhensible, mais dommage.

Je ne souhaite pas dresser un tableau trop négatif car ce serait immérité, mais en réalité, je ne vois pas quoi dire de plus ici. C'est un FPS fun, nerveux, efficace et parfait techniquement, mais qui dure 9 heures, le temps d'obtenir le platine. Une fois fait, il n'y aura plus d'intérêt à y revenir, vous aurez fait le tour de tout ce qu'il y a à voir.
Chasse aux trophées
Ici encore, pas d'ombre au tableau. A part une mauvaise traduction française de la description d'un trophée, la liste des récompenses est classique et efficace. Tant mieux, le studio aurait pu vouloir booster la durée de vie en mettant des trophées bien lourds à réaliser.

Hormis les trophées liés à l'histoire, le reste se compose principalement de trophées concernant l'utilisation des armes (faire des kills avec chacune des armes pour 12 trophées), des techniques de combat (pour 5 trophées) ou d'actions spécifiques à réaliser dans deux niveaux (qui sont très simples qui plus est).

Il restera 3 trophées consacrés aux collectibles (très faciles à obtenir) et deux trophées liés aux différentes difficultés du jeu, vous obligeant justement à faire deux parties car la dernière difficulté n'est pas disponible initialement. Aucun problème vu la durée de vie très courte du titre.

Un trophée est malheureusement mal décrit, n'explicitant pas assez clairement comment tuer les ennemis pour être pris en compte, mais grâce au guide présent sur le site, vous n'aurez aucun mal à obtenir le platine.
Conclusion
Bright Memory : Infinite est une superbe coquille vide. Techniquement assez impressionnant (surtout s'il a été réalisé par une seule personne), fun et plaisant, on en fait malheureusement bien trop vite le tour surtout que le scénario manque vraiment de travail. C'est toutefois très prometteur, et si le studio se développe, il faudra réellement surveiller ses prochaines productions.
J'ai aimé
  • La technique
  • Le fun
  • Une seule personne ? Vraiment ?
Je n'ai pas aimé
  • Le scénario inexistant
  • La durée de vie trop courte
  • Les séquences annexes, inutiles et mal réalisées
13
Je recommande ce jeu : À tous

matrobymat (matrobymat)

177
683
1897
6144