Blasphemous 2

ps5

1
2
14
29
16
5

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 24/08/2023
Genre(s) : Action , Aventure, Indépendant
Territoire(s) : FRANCE

145 joueurs possèdent ce jeu
46 trophées au total
0 trophée online
14 trophées cachés

Platiné par : 65 joueurs (45 %)

100% par : 65 joueurs (45 %)


Note des joueurs :
4.8/5 - 4 notes

Note des platineurs :
4.3/5 - 3 notes

Test rédigé par AngelMJ le 21-08-2023 - Modifié le 21-08-2023

Introduction

Image

Sorti en 2019 et développé par le studio espagnol The Game Kitchen, Blasphemous premier du nom a su se faire une petite réputation dans la jungle du genre Metroidvania. Bien que classique, le titre a su s’attirer les faveurs de l’audience grâce à sa direction artistique sublime et son univers étrange, mélange de religion catholique et de folklore andalou. Sa popularité a su perdurer grâce à de multiples DLC (gratuits et de qualité), qui sont venus développer l’univers et proposer un challenge difficile mais gratifiant.

L’annonce d’une suite début 2023 a donc attisé les curiosités. Et c’est à peine quelques mois plus tard que l’on découvre ce nouvel opus, sobrement intitulé Blasphemous 2, et qui nous propose de retrouver notre silencieux mais implacable Pénitent.

Un siècle s’est écoulé depuis la chute de Sa Sainteté Escribar. Si Le Miracle, manifestation divine modifiant le monde, s’était depuis montré discret, Il se révèle à nouveau en l’incarnation d’un cœur immense dans le ciel. C’est à ce même instant que le Pénitent renait de ses cendres, tel un envoyé du destin pour stopper cette nouvelle menace.
Contenu du jeu
À l’image de son aîné, Blasphemous 2 est un Metroidvania tout ce qu'il y a de plus classique : on démarre avec très peu de ressources et notre exploration trouve son rythme au fil des découvertes. La première partie du jeu se veut libre, bien qu’assez labyrinthique. Le Pénitent peut se rendre dans différentes directions où il devra mettre à contribution les pouvoirs de ses trois nouvelles armes pour avancer. C’est en effet la principale nouveauté de cette suite. L’arsenal de notre chevalier se veut bien plus versatile et cela donne lieu à différentes utilisations et manières de combattre. Chacun trouvera sa petite préférence, mais une maîtrise de l’ensemble sera indispensable pour progresser au sein des différentes régions.

La deuxième partie est a contrario plus linéaire et le scénario nous balade d’un point A à un point B, brisant un peu le sentiment d’exploration des premières heures de jeu. Certes le joueur est libre de revenir dans les zones déjà explorées pour ramasser des améliorations ou découvrir des quêtes annexes (souvent bien mystérieuses), mais on regrettera parfois d’être pris par la main de la sorte. Cela crée une dissonance au niveau du rythme et de la progression.

Néanmoins, si l’exploration reste plaisante, c’est au niveau des combats que Blasphemous 2 brille tout particulièrement. Si l’ensemble reste exigeant, voire rude, il y a un vrai plaisir malsain à malmener les ennemis avec nos différentes armes et prières. Les affrontements contre les boss restent le point fort du titre. Si au début ils impressionnent par leur design et leurs attaques, le Pénitent persévérant saura voir les failles dans leurs patterns pour en venir à bout dans un bain de sang jubilatoire.
Du coup, on regrettera que tout cela ne dure pas plus longtemps. Le jeu se révèle assez court (comptez une dizaine d’heures pour vaincre le boss final) et ce ne sont pas les quelques quêtes annexes qui viendront gonfler votre compteur d’heures (sauf si vous y allez sans soluce, mais dans ce cas là : bonne chance). Il est clair que tout cela sent le contenu additionnel en préparation et on ne doute pas que cette suite sera alimentée en DLC, comme son prédécesseur.

Mais ne soyons pas trop gourmand. Cette version de base se veut déjà très complète. Sans doute que votre dévoué serviteur n’aurait pas dit non à quelques boss supplémentaires, d’autant que les derniers sont un vrai régal à occire.
Aspect technique du jeu
Cela n’a pas dû vous échapper au regard des screenshots accompagnant ce test : le jeu est sacrément beau. Le premier était déjà canon mais là on est un cran au-dessus. Le changement de génération de console se sent et on appréciera la qualité des détails, que ce soit dans les décors ou dans les animations. D’ailleurs le jeu affiche un beau 60 fps qui ne faiblit à aucun moment, rendant les combats d’autant plus nerveux et techniques.

La variété est aussi une des belles prouesses techniques du jeu. Exit les sempiternelles zones de feu, de glace, etc. Blasphemous 2 profite d’avoir un univers atypique pour proposer des paysages aussi beaux qu’originaux. Le tout est accompagné par un sound design efficace (c'est bien crado par moment), mais surtout une bande originale envoûtante qui colle parfaitement à l’ambiance du titre. À noter que l'intégralité des dialogues est doublée en anglais, mais je vous conseille vivement de rester en espagnol. Car non seulement c'est le doublage d'origine, mais il a l'avantage de coller parfaitement à l'ambiance générale. En clair, sur le plan technique, le jeu fait montre d’une efficacité remarquable.

Ce magnifique tableau doit toutefois être mis en perspective de quelques bugs. Si le jeu n’a jamais planté, on pourra s’agacer de quelques couacs ici et là. Cela passe par de très nombreuses erreurs de traduction, où les textes sont en français, mais passent parfois en espagnol ou en allemand sans raison apparente. Quelques bugs sonores sont aussi venus gâcher la fête, comme par exemple le son d’une attaque qui perdure même sur l’écran titre. Mais il y a surtout des moments lunaires où un boss devient sans raison intouchable, ou encore un personnage qui se retrouve à deux endroits dans la même scène.

En clair, ça sent le patch à venir et il y a quelques éléments à peaufiner. Mais qu’on ne s’y trompe pas, ces éléments ne sont qu’une goutte d’eau (bénite) dans l’océan de qualité que représente Blasphemous 2 sur le plan technique. Car si le jeu parvient à sortir du lot (le Metroidvania étant un genre bien saturé chez les indés), c’est en partie grâce à cela.
Plaisir à jouer et à rejouer
Désireux de proposer une expérience proche de ses influences (à savoir Castlevania et Dark Souls pour citer les plus évidents), Blasphemous 2 peut, de prime abord, paraître très austère. Le Pénitent se contrôle bien mais reste un personnage lourd dont le maniement est assez raide durant des premières minutes. C’est un parti pris évident du studio espagnol qui cherche à capter l’essence du jeu d’action plate-forme des années 16 bits. Il n’est donc pas garanti que tout le monde accroche à ce choix. Mais le titre a le mérite d’apporter de la modernité ici et là afin de proposer un expérience moins old school.

Déjà mentionné plus haut, la principale nouveauté de cette suite est l’ajout de trois nouvelles armes à l’arsenal du Pénitent. Et le plaisir de jeu va être intimement lié à cet ajout. Si les premiers combats pourront être punitifs (comme dit plus haut, le jeu revendique une approche old school du genre), on trouve vite ses marques pour apprécier les possibilités qu'offre cette nouvelle trinité. Chaque arme possède ses propres atouts et faiblesses et c’est au joueur d’apprendre à les maîtriser pour exploiter tout leur potentiel. L’apprentissage fait partie intégrante de la progression, et c’est un vrai plaisir que de gagner en maîtrise au fil des affrontements ou de l'exploration (les armes servent aussi à découvrir de nouvelles zones via leurs pouvoirs respectifs).

À noter que la difficulté, qui était un vrai frein sur le premier opus, a été revue à la baisse. Pas que les ennemis ou les boss soient moins féroces, mais les multiples ajouts à l’inventaire du Pénitent (comme par exemple les effigies qui octroient des bonus passifs) permettent de mieux appréhender chaque situation et de se faire un personnage à la carte. De plus, et même si cela reste (encore une fois) très classique, l’arrivée d’un dash aérien et d'un double saut demeurent des ajouts appréciables. Et il ne faut pas oublier notre fidèle contre-attaque, qui reste une valeur sûre et le meilleur moyen de garder l’ascendant sur les ennemis. Cela rend le Pénitent encore plus maniable et réactif. Si on conclut le tout avec des magies dévastatrices (non vraiment… certaines sont complètement craquées), vous comprendrez vite que vous avez toutes les cartes en main pour sortir victorieux de tous vos affrontements.

Le bémol sonne dès lors que l’on met cette progression en parallèle avec la durée de vie du titre. Comme dit, le jeu est court et ne permet pas de vraiment profiter de tout cet arsenal. Car une fois les principales quêtes et annexes terminées, il y a peu d’intérêt à relancer une partie. On regrettera ainsi l’absence d’un mode NG+ comme dans le premier épisode, qui donnait vraiment matière à relancer une partie avec ses défis supplémentaires. Comme dit, on espère voir tout ça s’étoffer avec d’éventuels DLC.

Pour résumer, Blasphemous 2 suit les traces de son aîné en cultivant son héritage tout en y apportant plus de modernité. Un cocktail qui saura faire ses preuves ou qui pourra laisser quelques joueurs sur le carreau. Mais si on reste sensible à la démarche, le plaisir de jeu est vraiment de la partie.
Chasse aux trophées
Si vous aviez tenté le Platine du premier Blasphemous, vous serez en terrain connu. Outre la dizaine de trophées liée à la progression, vous serez récompensés en explorant à 100% les contrées macabres sur cet univers. En clair ce sera des collectibles, des quêtes annexes en tout genre, des améliorations d’armes ou d'autres actions spécifiques… Bref on est face à de l’attendu pour un Metroidvania.

Le challenge réside principalement dans deux trophées qui vous demanderont de vaincre le boss de votre choix sans subir de dégâts, ainsi qu’un petit speedrun. Mais c’est loin d’être insurmontable si vous avez déjà fait le jeu une fois et que vous connaissez bien les environnements.

En clair, une collection à l’image du jeu : classique mais efficace. Le seul bémol se situe finalement au niveau de certaines quêtes annexes. Si la plupart sont basiques, certaines vont vous demander un sacré investissement en temps tellement les objectifs sont volontairement flous. Attendez-vous donc à pas mal tourner en rond. Et pas dit que tout le monde ait le courage de s’y frotter sans se rabattre sur une soluce.
Conclusion
Que l’on ne s’y trompe pas : bien que la prise de risques soit minime pour cette suite, Blasphemous 2 est un très bon titre et un excellent Metroidvania. Si on regrettera sa progression très scolaire et une philosophie de jeu « à l’ancienne » qui peut rebuter, il n’empêche que le jeu charme immédiatement par son ambiance et sa direction artistique unique. La versatilité des armes et la qualité des combats permettent également de s’y retrouver niveau gameplay, tout en proposant un challenge plus abordable que son aîné. En bref une suite un peu timide mais qui en l’état n’a pas à pâlir face à la concurrence. Hâte tout de même de voir le contenu s’étoffer avec d’éventuels DLC car ça reste définitivement trop court.
J'ai aimé
  • Toujours aussi beau
  • Les musiques
  • L'univers du jeu et sa beauté macabre
  • La versatilité des trois armes
  • Plus clément niveau difficulté
  • Les combats de boss
Je n'ai pas aimé
  • Très similaire au premier épisode
  • Classique à en devenir convenu
  • Le côté old school du level design qui peut diviser
  • Paumé au début, pris par la main à la fin
  • Trop court
  • Certaines quêtes annexes incompréhensibles
16
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, À un public averti

AngelMJ (AngelMJ)

338
1870
3548
7728