[Test] - The Last of Us, Part II

Par NicoFantasy, le 12-06-20 à 09:01
ps4
ps5
IMAGES, INFOS


Préambule :


La liste de trophées étant encore sous embargo, il n’en sera pas question dans ce test. De plus avec l’arrivée de la nouvelle version du site, les tests seront très bientôt remaniés. ?


7 ans après The Last of Us, nouvelle franchise signée Naughty Dog, surtout connu à l’époque pour avoir créé la série Uncharted, il est à nouveau question de savoir si le studio californien est capable de placer la PS4 au firmament alors qu’elle est en fin de vie et que sa remplaçante pointe le bout de son nez pour la fin d’année.


D’ailleurs, si vous êtes un fan du premier opus et si vous comptez faire sa suite : ne lisez rien sur le jeu, ne cherchez aucun spoil, calfeutrez-vous et attendez de l’avoir entre les mains. Vous voulez être sûr de vous car vous avez un doute ? Alors levons immédiatement toute ambiguïté : foncez !


Vous voulez un adjectif ? Exceptionnel ! Une note ?  19/20 ! Peu importe la note, c’est un MUST-HAVE ! Maintenant si vous voulez un peu de lecture que ne vous spoilera rien de l’histoire mais vous en dira un peu plus sur mon ressenti. Prenez votre guitare, c’est parti !




 

2037, 4 ans après les événements de The Last of Us, Ellie est devenue une jeune femme qui va devoir vivre de nouvelles aventures post-apocalyptiques en portant sur elle le lourd fardeau d’une immunité face à un pandémie fongique qui décime et transforme durablement l’humanité en infectés. Vous attendez sûrement tous de savoir ce que notre héroïne va devenir suite à la fin subtile et dérangeante du premier épisode.


Notons de suite que le jeu ne s’intitule pas The Last of Us 2 , mais bien Part II. Cette nuance nous incombe alors d’avoir maîtrisé l’histoire de la première partie pour pleinement apprécier la seconde.



Contenu du jeu


Une expérience 100% solo

 

Naughty Dog l’a répété : le développement de The Last of Us Part II est leur plus gros projet. À tel point que l’expérience solo du titre a phagocyté l’intégralité du projet laissant de coté le mode faction, multijoueur compétitif (et non moins coopératif) du premier opus. Dès lors le titre se voit amputé d’un mode de jeu qui était pourtant fort apprécié de la communauté de joueurs. Il s’agit d’un parti pris très lourd puisque cela va drastiquement diminuer la re-jouabilité du titre et certainement le temps pendant lequel le disque sera présent dans la console (ou le jeu installé).


L’histoire de The Last of Us Part II reprend les mécaniques de son aîné : un rythme très irrégulier où alternent tantôt entre un calme pesant ou une action stressante dans laquelle chaque seconde de trop joue en votre défaveur. À travers Seattle, Il vous faudra survivre et pour cela vous pourrez compter sur des alliés de choix que l’histoire prend le temps de développer. De fait le jeu et sa narration hyper poussée débordent complètement sur l’aspect humain. La pression qui repose sur chaque personne croisée au cours de l’aventure rend dramatique chaque événement, et c’est le joueur qui s’en retrouve chamboulé dans une ambiance lourde, sombre, où la mort n’est jamais loin.




 

Bénéficiant d’une expérience déjà éprouvée à travers un chapitre d’Uncharted : The Lost Legacy, Naughty Dog déploie à nouveau un niveau à monde ouvert où il sera possible de choisir le sens de son exploration. Certes limitée mais bienvenue dans un jeu assez directif, ces phases plus ouvertes donnent davantage de sens à l’exploration ainsi qu’au sentiment que le danger peut venir de partout.



L' ajout de Yuutsu : Tout comme dans The Last of Us premier du nom, fouiller les lieux permet bien entendu de récupérer des ressources, vitales pour confectionner votre armement, mais aussi de multiples artefacts. Loin d'être de vulgaires babioles à collectionner, ils participent à la construction de l'univers. Des scènes peuvent être ainsi comprises via une lettre laissée par un mourant, étoffant le lore. Certaines découvertes sont même commentées par Ellie.



Chasser ou être chassé !

Concernant Ellie, ses mouvements se voient améliorés par rapport au premier épisode : elle escalade, elle se balance avec des cordes et surtout elle esquive, ce qui donne au combat au corps à corps une toute nouvelle dimension. D’autant que le bestiaire évolue (sensiblement) avec l’apparition d’humains de grands gabarits qui nécessitent une stratégie différente (certes cela parait un peu étrange).




 

Le jeu vous propose de jouer dans différentes difficultés (de facile à survivant, sachant qu’une difficulté réaliste fera son apparition plus tard, tout comme des modes de difficultés permadeath !). La difficulté aura toujours comme principale conséquence de drastiquement réduire vos ressources, précieuses pour crafter des outils, des munitions et des pièges. Ainsi la furtivité sera quasi indispensable en difficulté élevée.


Au final le solo pourra être bouclé entre 30 et 40h en fonction de la difficulté choisie. Personnellement, il me semble que le titre révèle tout son intérêt en difficulté élevée voire maximale : la survie n’en est que meilleure.


On notera aussi le soin apporté par Naughty Dog pour que le jeu puisse être apprécié à sa juste valeur par les mal voyants et mal entendants grâce à de multiples paramétrages pour améliorer l’accessibilité du titre et du gameplay.




Technique


Une réalisation incroyable...

Après avoir repoussé les limites techniques à plusieurs reprises avec Uncharted 4 ou God of War, les studio First Party de Sony ont probablement tiré le meilleur de la PlayStation 4. À vrai dire, seul Red Dead Redemption 2 semble pouvoir tenir la comparaison. Et avec ses 85Go sur votre disque The Last of Us Part II va littéralement vous éclater les rétines. Absolument tout bouge à l’écran. Les textures ont une finition hyper soignée. La modélisation des personnages et notamment des visages est telle qu’on croirait un film. Les animations sont assez déroutantes de par leur finesse mais surtout par leur nombre incroyable. On a tout simplement l’impression que rien ne se passe deux fois de la même manière (sauf les attaques furtives par derrière puisque si vous jouez en difficulté élevée, vous allez devoir en abuser). Inutile d’épiloguer sur ce point :  The Last of Us Part II  est le nouveau mètre étalon de la console.



 

À ce titre, il semble que les divers modèles de PS4 encaissent différemment le jeu. Alors que sur une PS4 pro de seconde architecture (édition 500M), le bruit de la console soit tout à fait acceptable, les PS4  normales et Pro de première génération semblent se transformer en véritables avions prêts au décollage. Prévoyez donc un bon casque.


Notez tout de même qu’alors que j’ai le jeu depuis le 22 mai, je n’ai pour l’heure détecté qu’un micro bug d’affichage sur le jeu ! Le titre est complètement opérationnel et je n’ose imaginer ce qu’il en sera sur PS5 si jamais il est remasterisé sur la prochaine PlayStation (et non pas seulement compatible).


 
L'ajout de Yuutsu : De mon côté, je l'ai lancé sur ma PS4 Pro première génération. Elle a grondé sans pour autant décoller, et sans faire résonner la salle de ses plaintes. On sent que The Last of Us Part II exploite la console jusque dans ses entrailles et quelle technique !

 

... Au service d’un réalisme rarement atteint

 

Outre son visuel qui frôle la perfection, le jeu s’appuie sur d’autres éléments pour rendre la narration très immersive, maintenant le joueur solidement accroché à sa manette.


Tout d’abord l’IA, qui est souvent le net point faible des jeux de ce type a cette fois été tout particulièrement soignée. Autant celle des infectés et des claqueurs reste assez primitive (ils vous sentent, ils vous foncent dessus), autant celle des humains est carrément incroyable : ils vous contournent, vous chassent à plusieurs, changent de stratégie en fonction du nombre et de leurs forces en présence. Vous pouvez clairement abandonner l’idée de vous planquer derrière un mur en attendant qu’un ennemi sorte le bout de son nez, vous en aurez déjà un autre qui vous tire dans le dos. Et quel régal d’entendre les ennemis réagir quand vous tuez leurs camarades ! il serait presque dommage de ne pas se faire repérer.




 

Véritable casse-tête des jeux solo, l’IA alliée est en général un véritable calvaire pour les développeurs : soit elle est repérable par l’ennemi et vous plante toute votre stratégie de furtivité et vous fait rager comme pas permis, soit elle ne l’est pas et enlève de sa gravité à la situation (coucou Uncharted). Cen'est nullement le cas dans  The Last of Us Part II. Vos alliés vous sauveront la mise si vous vous retrouvez encerclé, réagissent correctement à la situation actuelle. Lorsqu'il ne restera qu'un ennemi dans les environs, et que vous n'êtes pas assez rapide, c'est votre coéquipier qui se chargera de finir le nettoyage. Chaque allié disposant d'un arsenal bien précis, leur approche sera différente à l'image de l'IA ennemie.


Ensuite, le niveau de réalisme est augmenté par une VF et une VO de très grande qualité. On retrouve les voix du premier épisode pour notre plus grand plaisir. La synchro labiale est excellente (chose qui faisait déconnecter le joueur de Horizon Zero Dawn) et les dialogues ont bénéficié d’un travail d’écriture de premier ordre.


Niveau sonore, Gustavo Santaolalla est toujours à la baguette de la bande son, mais cette dernière est très nettement en retrait dans cet épisode. Pas de fabuleux thème comme dans le premier épisode, vous aurez juste une ambiance sonore ici. C’est un choix assumé mais autant il m’arrive souvent d’écouter les musiques du premier, autant ici je ne vois pas trop ce que l’on aura à se mettre dans les oreilles une fois le jeu terminé.


Enfin, en terme de réalisme, The Last of Us Part II fait très fort en mettant en scène de manière très violent le destin de nos héros. Je n’en dirai pas plus pour vous laisser le plaisir de la découverte mais clairement soyez bien accroché !


 
L'ajout de Yuutsu : The Last of Us Part II marquera aussi graphiquement par sa violence, car elle est proche de la réalité, ce qui la rend d'autant plus marquante. Le jeu pourra choquer plus d'un par ce parti pris vous confrontant ainsi à des choix et des scènes troublantes, comme lancer un cocktail Molotov sur un chien et l'entendre hurler de douleur. Certains affrontements en deviennent palpitants et angoissants à la fois. Le calibrage des attaques accroît encore plus cette impression d'univers à la dérive où règne la loi du plus fort. Si vous tirez dans la jambe d'un ennemi, ce dernier s'écroulera et rampera. Les impacts que vous recevrez vous-même sont soulignés visuellement et auditivement, donnant la sensation qu'on reçoit réellement le coup.



Plaisir à jouer et à rejouer


The Last of Us Part II est de la trempe de ces jeux qu’il faut savoir apprécier dans de bonnes conditions, tel un bon film. Si vous avez aimé son aîné, vous allez littéralement vous faire happer par son scénario. C’est bien simple, en ce qui me concerne j’avais un mal de fou à arrêter de jouer et j’avais envie d’en découvrir plus à chaque fois. Jamais lassant, le jeu vous impose des variations de rythme incroyables qui font qu’il n’y a aucun moment moins bon qu’un autre. J’ajouterai que de manière assez surprenante, j’ai cru être arrivé au bout de l’histoire à plusieurs reprises alors que ça n’était pas le cas, et rien de ce qui suivait ne me semblait pour autant superflus. J’imagine que ce fut également le cas d’un confrère qui m’a lâché « je pense en être à la moitié du jeu » alors que je savais qu’il n’en était qu’au quart environ.


La redécouverte du jeu en newgame + est ensuite l’occasion de mieux entrer dans le contexte des nombreux personnages et d’imaginer bien d’autres background les concernant. On espère alors que Naughty Dog aura l’occasion de sortir des DLC aussi incroyables que Left Behind.


On peut donc envisager passer entre 50 et 60h sur le titre pour se dire qu’on en a fait le tour. Pour ma part, une fois terminé (et platiné) , j’ai le besoin de faire une pause, sachant que le jeu qui passera ensuite risque d’être bien fade. Cela ne m’est arrivé que sur God of War et The Witcher 3 sur cette génération de console.


Les déclarations du studio étant restées assez vagues sur le retour du monde factions, on va quand même croiser un max les doigts pour espérer que ça soit le cas. En l’état le titre est quand même bien amputé de son facteur de re-jouabilité , d’autant que de nombreuses zones de solo aurait fait de superbes maps multi.


 
L'ajout de Yuutsu : Si The Last of Us Part II possède de nombreuses qualités, pour moi celle de l'écriture est celle qui se démarque de l'ensemble. Je ne suis pas un aussi grand fan des productions de Naughty Dog que mon compère, bien que le premier The Last of Us m'ait beaucoup plus. Pourtant, ce second opus m'a mis KO. Chaque personnage est travaillé dans sa caractérisation et son parcours. De multiples voiles se lèvent au fur et à mesure de l'avancée et Neil Druckman exécute des partis pris risqués mais sont vraiment payants. En dire davantage serait spoiler, et clairement l'opus doit se découvrir sans aucune information extérieure venant altérer l'expérience. Si je dois souligner un dernier point, j'ai beaucoup apprécié de voir l'impact de l'histoire et des choix des personnages se répercuter sur eux psychologiquement et physiquement. Vous allez souffrir à leurs côtés, pleurer : le jeu ne vous laissera pas indifférent.



Conclusion


Naughty Dog récidive et nous offre à nouveau une pépite tant attendue de fin de génération de consoles. En compilant une narration maîtrisée de bout en bout, une histoire haletante où les notions de bien et de mal volent en éclat au fur et à mesure que l’on progresse, The Last of Us Part II développe une technique quasi parfaite et ne vous laissera pas indifférent.


En ayant développé le lore du jeu, bien plus qu’il y a 7 ans, Neil Druckman ouvre la porte à de nombreuses possibilités pour faire vivre la licence. On espère que le mode factiosn reviendra, en dlc ou en stand alone pour nous permettre de revenir dans cet incroyable univers où sauvagerie et poésie se ne quittent jamais.


Concernant les trophées, la liste est sous embargo pour l’instant donc je ne peux rien vous dévoiler encore. La rédaction du guide est terminée et sera publié le 18 juin à 14h.


J’ai aimé :    

- L’histoire

- Les personnages

- Les changements de rythme

- Les graphismes incroyables

- Le gameplay + l’IA

Je regrette :


- L’absence de multi

- L’ambiance sonore en retrait

 

 

Notre note : 19/20


 



Mots-clés : Contenu, Ellie, Gameplay, Naughty Dog, The Last Of Us, The Last of Us Part 2, The Last of Us Part II

NicoFantasy (NicoFantasy)

373
1874
4225
10893

Commentaires
Par DjBegi
Sympa ce petit jeu indépendant sans prétention ;)

Merci pour le test. Le jeu a reçu des notes incroyables sur tous les sites. Mais qui en doutait ?
Vivement la semaine prochaine ! :clap:
Par dregs
Merci pour se retour. Ayant été bouleversé par le premier opus il va de soit que le jeu sera miens. Au lire de tes lignes, mon impatience est terrible.
Par Deyalesca
Bon, je n'ai plus qu'une chose à faire, commencer le 1 ! Le test m'a carrément donné envie de me plonger dans l'univers !
Par Jackasso
Perso tant mieux que le multi n'y est pas et hâte de jouer ! :inlove:
Par matrobymat
Waouh, eh beh, ça donne envie :)
Par DarthSchoon
Encore 7 jours à tenir :/
Par DarkSephiroth
Merci pour ce superbe test.

A titre personnel, j'ai apprécié le 1 mais pas au point de l'encenser comme beaucoup, le chef d'œuvre de Naughty reste pour moi Uncharted 2.

J'espère apprécier ce deuxième opus et ressentir ce que beaucoup décrivent du 1 avec ce second épisode.

Merci encore pour ton travail sur le test.
Par metlof
Ayant fais le premier opus moult fois...ce jeu m'as vraiment captivé, et , est de loin mon préféré.
Il est vrai qu'a la fin de celui-ci, nous n'attendions qu'une chose... une suite, et bon sang qu'elle fut longue a attendre, voire même a désespéré a ce qu'elle ne sorte jamais ( si si, pour ceux qui suivais l'actu, ce n’étais pas gagner), et de ce que l'on peut entendre, cela parait énormissime,du rarement vu dans le monde du jeu vidéo. A ceux qui n'ont pas fais le premier, dépêchez vous! il vous reste une semaine, sans ça je pense que vous ne comprendriez pas grand chose et de plus vous ratez un monument du jeux vidéo. Pour ma part, ayant lu et vu quasi tous les test sur TLOU 2,et me doutant qu' il vas vraiment marqué les esprits tout comme le premier. il est evident que le 19 juin a 00h01 je serais dessus et passerez le weekend entier a le finir ( quelque part je suis presque content que le hellfest soit annulé).En attendant je vais essayer de finir a platiner le premier...ça me remettra dans le bain.