Preview de Returnal - Exclu sur PS5

Par NicoFantasy, le 22-04-21 à 17:57
ps5
BONS PLANS, PREVIEW



Au fil des années, Housemarque s'est spécialisé dans la production de shooters de qualité lors du lancement des nouvelles générations de Playstation. On leur doit notamment le premier jeu à intégrer des trophées avec Super Startdust HD sur PS3 mais également l'excellent Résogun, offert avec la PS4 à sa sortie. C'est donc avec une certaine impatience que j'attendais la sortie de Returnal, nouveau shooter ambitieux du studio qui assume ses partis pris et ses très nombreuses influences.

 

Alien en mode deathloop


Vous incarnez Sélène, une astronaute dont on ne sait pas grand-chose mais qui se retrouve seule sur Atropos, une planète hostile suite au crash de son vaisseau spatial, l’Hélios. Pas d'autre choix que de partir à l'exploration en quête de réponses sur son histoire. Vous retrouvant très rapidement face à une horde d'ennemis bioluminescents très inspirés, vous vous serez confronté à un obstacle particulièrement corsé, seule et fragile que vous êtes, pour poursuivre l'aventure et la mort ne tardera pas à vous rencontrer. Et c'est maintenant que tout commence : Sélène revit son crash et se retrouve dans son vaisseau. A sa sortie, l'environnement a changé et les questions demeurent (d’ailleurs les zones se réorganisent en fonction de la partie mais aussi en fonction du jour). Rapidement, vous tombez sur un cadavre… le vôtre, qui laisse quelques informations sur votre passé… Le thriller psychologique est en marche et Sélène va devoir comprendre à nouveau qui elle est, comment survivre et surtout comment briser cette boucle où chaque mort la replonge dans une nouvelle réalité.

Mais au travers de deux niveaux très différents dans leur structure (une forêt et un désert), le dépaysement et l'aventure s'annonce narrative et construite, puisqu'au détour de la faune de la planète, Sélène rencontrera une civilisation extraterrestre qui sera étroitement liée à son destin.





 

Un Rogue-Lite exigeant à l'extrême


Comme tout rogue-lite, le personnage est peu équipé au départ et la mort est là pour vous faire progresser. Et vous allez mourir encore et encore… ce qui va vous permettre d'apprendre les patterns des ennemis,  déjouer les pièges, apprendre les dangers et donc de réfléchir à quel équipement porter au fur et à mesure de votre quête. Car même si la plupart des objets que vous ramasserez sera perdue une fois mort, d'autres perdureront (épée, grappin, améliorations d'armes, etc.) , ce qui devrait vous rendre la tâche un peu moins complexe… en principe. En effet, le jeu se révèle extrêmement exigeant, pour de bonnes et de mauvaises raisons.

Du côté des bonnes raisons, le gameplay est vraiment très précis. Reprenant des mécaniques de Nex Machina avec un déplacement fluide et rapide ainsi qu'un dash, cela vous sortira de bien des impasses, à ceci s'ajoutant des zones de téléportations entre les petits espaces qui s'enchainent. En revanche,  le jeu prend de la hauteur avec la possibilité de sauter, ce qui lui confère un aspect plateforme. Sous forme de TPS, le jeu dégage une certaine verticalité (qui hélas rend les choses parfois brouillonnes quand les ennemis vous harcèlent) sans délaisser une horizontalité intéressante. Le rythme est omniprésent grâce notamment à une absence de chargement et une bonne alternance entre phases d'exploration d'artéfacts, de consommables et d'indices sur Sélène et de combats contre des ennemis qui vous attaqueront sans relâche, tantôt au corps à corps, tantôt en vous lançant des tonnes de boules de lumière en mode Bullet Hell. La moindre hésitation, le moindre couac ne pardonnera pas.

Vos choix auront également de lourdes conséquences et c’est assez exquis en terme de progression. Des loots pourront ainsi soit vous conférer des bonus, soit des malus : c’est clairement affiché donc à vous de décider si le jeu en vaut la chandelle ! Il en est de même pour les parasites : formes de vie qui peuvent s’accrocher à votre personnage et lui donner un bonus et un malus à la fois. Il faudra trouver le bon équilibre !



Parmi les points discutables, on a les problèmes liés au style rogue du jeu. Vous pouvez tout à fait avancer facilement pendant 30 minutes et soudainement être submergé par une horde d'ennemis ou un mini boss qui vous mettront en PLS en 2 secondes. Il faudra alors rebrousser votre chemin assez loin pour reprendre des pierres de vies que vous aviez laissées au cas où, ce qui retarde la progression. La vie étant très rare (bien trop rare), vous comprendrez rapidement qu'une mauvaise séquence de gameplay ruinera peut-être des heures de jeux et vous forcera à tout reprendre. Eh oui, ni de save ou d'autosave au programme.  Pour avancer, il faudra a minima battre le premier boss pour avoir un point d'accès au 2ème monde (ou biome). Sauf qu'il faudra y retourner, sachant qu'arriver non équipé directement au 2ème biome vous rendra la tâche encore plus ardue. La chance sera aussi de mise ! Comme l'environnement change, vous risquez d'être mis en difficulté si vous êtes équipé de la mauvaise arme. Sélène ne pouvant en porter qu'une (pour l’instant ? parmi le pistolet, la mitrailleuse, le fusil à pompe, etc.), cela peut se révéler délicat.



 

Personne ne vous entendra crier dans l'espace, mais peut être dans votre canapé


A titre d'exemple, je n'ai toujours pas battu le 2ème boss après 10 heures de jeu. Il faut vraiment s'accrocher car c'est punitif et si comme moi vous avez le malheur d'avoir des crashs d'appli après deux ou trois heures de jeu (et donc retour à zéro), préparez-vous une tisane à l'avance. Apprenez à mettre votre console en mode repos aussi si vous souhaitez reprendre votre partie sinon il faudra tout reprendre ?

Accrochez-vous car le jeu semble en valoir la chandelle et même s'il est difficile au départ et qu'il ne s'adresse clairement pas au joueur casual qui s'en trouvera vite découragé ou au pire frustré.



Techniquement, le jeu fait honneur à la PS5


En 4K et Ray-Tracing, le jeu est surtout plaisant car il est fluide. En 60 FPS, le gameplay exigeant répond aux commandes comme du papier à musique. Aucun ralentissement même quand les boulettes vous submergent. Vous regarderez directement dans les vidéos, je pense que ça parlera plus qu'un long texte.

Côté technique, l'ambiance sonore est vraiment incroyable et je vous conseille de jouer au casque pour vous immerger dans l'ambiance du premier biome. On a l'impression de sentir l'environnement, la pluie nous tomber sur la tête, le vent souffler dans nos oreilles et le souffle rauque d'un ennemi qui vient dans notre dos : une immense réussite.

La DualSense n'est pas en reste avec des vibrations encore une fois hallucinantes et des gâchettes pensées pour le jeu : appuyez un peu sur R2 pour un tir principal, beaucoup pour un tir secondaire. On s'y fait assez rapidement et la mécanique devient vraiment intéressante.



 

Premier bilan


Pour l'instant c'est donc un avis plutôt positif : le jeu nous plonge dans des mécaniques déjà maitrisées par Housemarque avec un background qui est - pour l'instant - convenu dans le monde cinématographique. Le risque est donc mesuré mais clairement assumé.

Reste à savoir si l'équilibre tiendra sur le long terme et ne lassera pas le joueur qui n'a pas envie de s'accrocher des dizaines d'heures durant pour en voir le bout à force de mourir en boucle. Je crains que le jeu fasse office de niche et que peu de gens aille au bout. Peut-être qu'un rééquilibrage, ou l'ajout de niveaux de difficulté pourra un peu résoudre le problème des joueurs qui prendront plaisir à découvrir l'histoire de Sélène sans (trop souvent) mourir.

En ce qui me concerne, j’ai eu beau poncer Resogun et Nex Machina comme un fou (j'ai adoré ces jeux), j’avoue que Returnal n’est peut-être pas fait pour moi car à l’envie d’aller plus loin, pointe déjà non pas une frustration mais une certaine lassitude en raison d’une difficulté très punitive et d’un trop maigre sentiment de progression. Imaginez jouer à Nex Machina avec la difficulté hardcore comme seule possibilité et bon courage. Pour autant, le jeu est plein de qualités.

Niveau trophée, il faudra finir le jeu et débloquer tous outils pour récolter les collectibles. Autant dire que le prérequis de base ne sera pas possible pour grand monde…

Returnal sortira le 30 avril 2021 en exclu sur PS5. A vos manettes !

Rappel de la liste : https://www.psthc.fr/unjeu/returnal-ps5/liste-trophees.htm

 

 



Mots-clés : Exclusivité PS5, Returnal, Roguelike

NicoFantasy (NicoFantasy)

389
1959
4426
11519

Commentaires
Par jakobooks
Et bien. Cela à l'air de tenir autant de Dark Souls que de Resogun... À réserver aux enragées de la manette.

Je viens de voir quelques vidéos et c'est en tout cas vachement agréable à regarder.
Par bangi
A lire la preview, je sens que je vais rager comme pas permis et que j'irai pas au bout du jeu... :sweat:
Par Zaykio
Pour ma part ce sera sans moi. J'ai beaucoup joué à Nex Machina, même longtemps après l'avoir platiné histoire d'augmenter mes scores dans les niveaux, et j'avais également beaucoup aimé Dead Nation et Outland à l'époque, mais là on est dans un autre niveau d'exigence.

Returnal est tout à fait le genre de jeu pour lequel aujourd'hui je n'ai plus de patience, ni même de temps pour m'y investir pleinement.

Après si, comme dit à la fin de l'article, ils finissent par adapter la difficulté et la rende un peu plus abordable, alors pourquoi pas.
Par NicoFantasy
Ayant désormais fini le jeu plusieurs fois, je peux dire qu'une fois passé les premiers moments chauds du jeu , on progresse bien et on prend beaucoup de plaisir.

Il faut s'accrocher au tout début car le jeu est très bon , très addictif et donne envie de jouer et rejouer pour s'améliorer :)
Par bangi
NicoFantasy a écrit : mer. 28 avr. 2021 16:49 Ayant désormais fini le jeu plusieurs fois, je peux dire qu'une fois passé les premiers moments chauds du jeu , on progresse bien et on prend beaucoup de plaisir.

Il faut s'accrocher au tout début car le jeu est très bon , très addictif et donne envie de jouer et rejouer pour s'améliorer :)

Merci pour ce retour positif :)

On reste quand même sur une difficulté digne d'un "Souls" ou pas du tout finalement ?
Par monsieurP_
Je ne l’avais pas vu tout de suite mais la preview fait plaisir à lire, merci à toi Nico. Je compte bien sûr faire ce jeu un de ces 4, quand la PS5 sera dispo et surtout quand elle me fera vraiment envie...

En ce qui concerne la difficulté, elle est tjs bienvenue, nécessaire même j’ai envie de dire... surtout que connaissant bien les jeux du studio en charge je peux dire qu’elle est souvent adaptée.

Ps : En tant que VRP officiel de Housemarque en France et vu qu’il s’agit d’un jeu passé un peu inaperçu, je ne peux que conseiller aux amateurs de jeux de plateforme d’essayer Matterfall, certes différent de ses ainés mais un vrai bon dualstick shooter.

à Bangi : les DarkSouls ne sont pas difficiles. ^^
Par bangi
monsieurP_ a écrit : sam. 1 mai 2021 10:29 à Bangi : les DarkSouls ne sont pas difficiles. ^^
Oh que si ! :shock: :sweat: :D